Des spectres qui annoncent la mort

Publié le par - Mise à jour de l'article le dramatic.fr

Des armées qui se battent contre des spectres

Armée des morts

Les peuples ignorants ont toujours redouté les esprits malins et les fantômes portés à nuire. Debonnair dit, dans son Histoire de France, que quand les Huns vinrent attaquer Chérebert ou Caribert (521-567), notre huitième roi, ces barbares amenèrent avec eux un renfort redoutable, composé des spectres de leurs ancêtres, contre qui les Français furent obligés de se battre. Une vieille chronique ajoute que ces spectres, dans le combat, prenaient les vivants à la gorge, et les étouffaient. Cependant les Français remportèrent la victoire.

Pendant que Charles-le-Chauve assiégeait Angers, des esprits malins, sous la forme de sauterelles de la grosseur du pouce, assaillirent l'armée française : on ne se débarrassa de ces ennemis d'un nouveau genre que par des exorcismes qui les envoyèrent à la mer (1). Même sous des figures de sauterelles ce sont toujours des esprits malfaisants, contre lesquels il faut procéder par des dispositions extraordinaires.


Thomas Bartholin assure que les anciens Danois se battaient fréquemment avec les spectres, dont leur pays était infesté ; et les écrivains des temps barbares font mille histoires des esprits malins qui tourmentent les gens du Nord.
Marcheurs blancs - Game Of Thrones

Les fantômes dont on vient de parler n'apparaissent que pour tourmenter et battre. De plus ils annonçaient la mort ; ou par leur simple apparition, ou par des paroles formelles.

Des spectres qui annoncent la mort


On se rappelle que Brutus, le meurtrier de César, étant sur le point de livrer bataille à Octave, vit entrer dans sa tente au milieu de la nuit, un spectre hideux et de forme monstrueuse, qui lui dit

Je suis ton mauvais démon ;
tu me verras à Philippes.

 

Cassius vit dans la même bataille un spectre qui portait la figure de César, et qui s'avançait pour le combattre. Brutus et Cassius, épouvantés de ces fantômes, se donnèrent la mort : du moins, des écrivains ont attribué leur mort à ce motif ; la perte de la bataille y fut sans doute aussi pour quelque chose.

Quand Drusus voulut passer l'Elbe pour continuer le cours de ses victoires, un spectre de femme lui apparut, et lui annonça que le terme de sa vie était proche. Drusus, effrayé, alla bientôt mourir au bord du Rhin.

Quelque temps avant la mort de l'empereur Tacite l'ombre de sa mère sortit de son tombeau, si l'on en croit Flavius Vopiscus, et se montra au monarque et à Florin son frère, qui moururent peu après l'un et l'autre (2).

Lorsqu'Alexandre III, roi d'Ecosse, célébrait ses troisièmes noces, on vit entrer, dans la salle où la cour était rassemblée pour le bal, un spectre décharné qui gambada devant le roi. Il mourut peu de temps après.

Camerarius raconte que de son temps on voyait souvent des fantômes sans tête, qui ouvraient de grands yeux, et qui allaient s'asseoir dans les églises sur les chaises des moines et des religieuses qui devaient bientôt mourir….

L’histoire regorge de récits de ce genre et n’a rient à envier à Game Of Thrones avec ses « marcheurs blancs ».

-------------------------------------------------------
(1) Histoire de la Magie en France, par M. Jules Garinet, p. 15 et 48.

(2) Tout cela est tiré des Spectres de Leloyer, liv. III, ch. 16.

Note sur les Huns :
Crâne allongé de Huns
Crâne d'un guerrier Huns
Les Abares ou Huns avaient quitté la Hongrie, leur pays natal, et étaient entrés dans la Thuringe, dont les peuples, séduits autant par l'attrait de la nouveauté que par le désir de venger leurs anciennes injures, se réunirent à eux pour envahir de concert les provinces du royaume d'Austrasie. Les anciens historiens donnent à ces peuples l’origine la plus monstrueuse. Jornandès raconte que Philimer, roi des Goths, entrant dans les terres gétiques, n’y trouva que des sorcières d’une laideur affreuse ; qu’il les chassa loin de son armée ; qu’elles errèrent seules dans les déserts, où des démons incubes s’accouplèrent avec elles. C’est de ce commerce infernal que naquirent les Huns, si souvent appelés les « enfants du diable ». Ils étaient d’une difformité horrible ; mais, tout laid qu’ils fussent, ils voulaient de belles femmes ; et ils n’en trouvaient point de telles dans leur pays, ils faisaient de continuelles excursions pour enlever les beautés de la Grèce et des pays voisins. Les Huns, à un courage féroce, joignaient des figures hideuses, qu'ils s'appliquaient encore à rendre plus terribles par des peintures bizarres et l'allongement des os de leur crâne. Les historiens disent qu’à leurs yeux louches et sauvages, à leur figure torse, à leur barbe de bouc, on ne pouvait s’empêcher de les reconnaître pour enfants de démons. Saint Jérôme surnommait les Huns « les loups venus du nord ». Sigebert, le frère de Caribert, arrêta une nouvelle fois ce torrent dévastateur et, se mettant lui-même aux premiers rangs, il préserva ses soldats des vaines illusions de la peur. Les Huns, vaincus, perdirent un grand nombre des leurs, et évacuèrent la Thuringe, qui implora la clémence du vainqueur.

Source : « Dictionnaire Infernal » par Jacques Albin Simon Collin de Plancy
et « Les Mérovingiens et les Carlovingiens, et la France sous ces deux dynasties » par De Mauléon

 
Commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire pour ce billet.


Tags - Mots clés


fantome


L'armée des morts

Les marcheurs blancs ont vraiment existé

Les Invasions Barbares et les Huns venus de Hongrie





Archives


2016

2017

2018

2019


Nuage de mots




Articles au hasard


Comment lancer des sorts sur vos ennemis ?

Comment lancer des sorts sur vos ennemis ?

L'auteur occulte Damien Mulkrin est considéré comme le mal incarné : un homme accusé de tout, du cannibalisme au sacrifice humain.



Le Miroir d'Obsidienne (extrait)

Le Miroir d'Obsidienne (extrait)

Voici un extrait de son prochain livre de Marc-Louis Questin, Le miroir d'obsidienne, qui doit paraître en septembre 2019 aux éditions Éleusis.



Sacrifice d'agneaux à Pâques : des rites sataniques en Suisse

Sacrifice d'agneaux à Pâques : des rites sataniques en Suisse

En Suisse, un agneau sacrifié fait craindre le satanisme. A l'approche de Pâques, un berger Suisse a retrouvé une bête sacrifiée dans son étable.



La légende de la Mère l'Oie

La légende de la Mère l'Oie

Charles Perrault intitula son célèbre recueil, Contes de ma mère l'Oye. Mais que cache cette légende populaire qu'on racontait autrefois aux petits enfants ?