La lettre privée du pape et la lutte pour le pouvoir

Publié le 20/05/2019 à 15:02:42 par Admin - Mise à jour de l'article le 20/05/2019

Pape François
Les documents publiés par WikiLeaks le 30 janvier 2019 mettent en lumière une lutte de pouvoir au sein des plus hautes autorités de l'Église catholique. Parmi les documents se trouve une lettre privée du pape François. L'existence de cette lettre, adressée à l'envoyé papal, le cardinal Raymond Burke, a été à l'origine de nombreuses spéculations dans les médias. Elle est publiée sur le site de Wikileaks dans son intégralité et avec la signature du pape.

Cette lettre concerne l'Ordre souverain militaire de Malte, également appelé ordre de Malte ou Chevaliers de Malte, fondé à l'origine pendant les Croisades à Jérusalem en 1099. Comme son nom l'indique, il a été largement reconnu comme une entité souveraine en soi et il est théoriquement soumis à l'autorité papale en tant qu'institution catholique.

Ce statut ambigu a touché le cœur du différend alors qu'il atteignait son paroxysme après que le pape François eut imposé l'abdication de Matthew Festing en tant que prince et grand maître de l'Ordre en janvier 2017. Un mois auparavant, Festing avait licencié le Grand chancelier de l'Ordre Albrecht Freiherr von Boeselager.

Le motif de ce licenciement serait que Boeselager, qui était ministre de la Santé de l'Ordre, a été tenu personnellement responsable d'avoir approuvé des fonds pour une mission d'aide en Afrique distribuant notamment des préservatifs. Cela transgresse directement aux enseignements de l'Église sur la contraception et Festing tenait absolument à ce que Boeselager en soit tenu pour responsable.

Boeselager a toutefois fait appel au pape François, qui, à son tour, a gravement porté atteinte à l'indépendance et à la souveraineté de l'Ordre en nommant une commission papale chargée d'enquêter sur la question et de faire un rapport au Saint-Siège. Boeselager a ensuite été réintégré au même moment que l'éviction de Festing. La lettre papale, publiée par WikiLeaks, montre que le pape était au courant et impliqué dans le conflit depuis au moins novembre 2016, lorsqu'il a rencontré le cardinal Burke.

Les mouvements dramatiques du pape en janvier 2017 ont effectivement aboli la souveraineté de l'Ordre et ont été décrits par ses critiques les plus sévères comme l'annexion d'un pays (l'Ordre) par un autre (le Saint-Siège). Les membres de l'Ordre sont même allés jusqu'à défier l'autorité papale et ont refusé de coopérer à l'enquête du Vatican. Ceci est considéré par de nombreux observateurs comme faisant partie d'une lutte de pouvoir plus vaste entre les éléments conservateurs et libéraux au sein de l'Église, représentés respectivement par Festing et Boeselager.

Des rumeurs selon lesquelles des membres de rang élevé de l’Ordre auraient également fréquenté des loges maçonniques ou d’autres organisations considérées comme suspectes par l’Église sont encore plus intrigantes. Une partie de cela semble être confirmée par la lettre du pape datée du 1er décembre 2016 (plus d'un mois avant la réintégration de Boeselager et le licenciement de Festing).

Dans cette lettre, le pape François déclare :

Les membres de l'Ordre doivent en particulier éviter les comportements laïcs et frivole, tels que l'adhésion à des associations, mouvements et organisations contraires à la foi catholique et/ou de nature relativiste.
 

Il poursuit en déclarant que tous les membres de telles organisations doivent être retirés de l'ordre.

Au sujet du scandale du préservatif au cœur de cette affaire, le pape a déclaré :

Je serais très déçu si, comme vous me l’avez dit, certains officiers supérieurs étaient au courant de pratiques telles que la distribution de tout type de contraceptif et n’étaient pas encore intervenu pour mettre fin à de telles choses.
 

Il ajoute que :

Je ne doute pas qu'en suivant le principe de Paul et en disant la vérité avec amour (Éphésiens 4:15), on puisse discuter de la question avec les officiers et obtenir la rectification nécessaire.
 

La lettre confirme également que le cardinal Burke a eu une audience avec le pape le 10 novembre 2016 pour discuter de la crise croissante. C'était avant que Boeselager ne soit même évincé par Festing. Le texte de la lettre indique clairement que le pape s'était déjà engagé à affirmer son autorité sur l'Ordre à ce stade précoce. Il écrit :

Votre Éminence, ainsi que les dirigeants de l'Ordre, devront préciser de plus en plus clairement le lien étroit qui unit l'Ordre souverain et militaire de Malte au Pontife romain, tant du point de vue structurel qu'opérationnel.
 

Parallèlement à la lettre du pape au cardinal Burke, WikiLeaks a publié plusieurs autres documents relatifs au différend. Celles-ci comprennent les communications internes et les mémos, dont certains ont été cités dans les médias.
 
Commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire pour ce billet.


Tags - Mots clés


religion

sectes


Du rififi dans l'Eglise

Le Pape s'immisce dans les affaires des Chevaliers de Malte

Lutte de pouvoir au sein de l'Eglise

Le scandale du préservatif





Archives


2016

2017

2018

2019


Nuage de mots




Articles au hasard


Françoise Nyssen, ministre de la Culture, serait liée aux sectes

Françoise Nyssen, ministre de la Culture, serait liée aux sectes

Françoise Nyssen, la nouvelle ministre de la culture du gouvernement Macron, vient d'être qualifiée de plus ou moins liée aux sectes par Mélenchon



Elon Musk a suggéré que nous vivions dans une simulation de l'univers

Elon Musk a suggéré que nous vivions dans une simulation de l'univers

Elon Musk, le fondateur et dirigeant de Space X, est persuadé que nous vivons dans une simulation, un peu comme la « matrice » dans la célèbre trilogie Matrix.



Le Necronomicon et autres grimoires

Le Necronomicon et autres grimoires

Une analyse minutieuse du travail de Howard Phillips Lovecraft nous montre qu’il fait souvent référence à des ouvrages ou d’anciens grimoires



Le calendrier cosmique

Le calendrier cosmique

La représentation de toute l'histoire de l'univers, qui est vieux de 13,4 milliards d'années, sur le calendrier d'une année ?