Les messes noires

Messe noire
La messe noire est faussement associée aux sorcières et à la sorcellerie, elle joue un rôle distinct dans l'histoire de la sorcellerie. Au cours du Moyen Âge et principalement pendant l'Inquisition et la période de la Chasse aux Sorcières, beaucoup d'entre-elles ont été faussement accusées d'avoir participé à ces cérémonies de Messes Noires. Mais c'est très douteux que les sorcières, ou alors peut-être seulement quelques-unes, aient jamais participé à ce genre de célébrations. En effet, la messe noire, également appelée sabbat, est un rituel qui est essentiellement satanique. Et à une certaine époque c'était aussi, nous allons le voir plus loin, une certaine mode dans les milieux aisés parisiens. Les messes noires ont attiré les dissidents les plus riches et les plus érudits de l'Eglise. Ca n'avait aucun rapport avec de la sorcellerie. De même, la messe noire n'a aucune association avec la sorcellerie moderne qui regroupe surtout des pratiques néo-païennes, du néo-paganisme et de la wicca. Ces pratiquants ne pratiquent pas le culte du diable, ne croient pas en lui et ne l'adorent pas.

 

Qu'est-ce qu'une messe noire ?

Cérémonie en l'honneur de Baphomet
Cérémonie en l'honneur de Baphomet
La messe noire est un rituel cérémonial qui porte un triple objectif. Tout d'abord, c'est une inversion de la messe catholique romaine et en ce sens c'est un rite satanique. En second, c'est un moyen de libération personnelle des chaînes du dogme chrétien et donc un blasphème. C'est un rituel pour libérer des sentiments inconscients. Troisièmement, c'est un rite magique en lui-même, qui génère de l'énergie magique en le célébrant.

Il n'y a pas de règles établies pour les rituels de Messe Noire. Ces cérémonies sont des parodies de la sainte messe catholique. Mais un rituel peut-être effectué en totalité ou partiellement. La messe peut comprendre l'inversion de la croix, cracher et marcher sur la croix, poignarder l'hôte et d'autres obscénités. L'urine, soi-disant, et plus particulièrement l'urine de prostituée, était à divers moments substitués à l'eau bénite ou au vin. Des morceaux ou des tranches de navets pourris, carbonisés, ou des triangles noirs avaient parfois remplacé le pain blanc des hosties. Les bougies noires ont été souvent utilisées à la place des cierges blancs. Les messes noires les plus réussies se soldent souvent par un rituel de sacrifice d’un bébé, non baptisé, cela va de soi. La messe noire était aussi généralement effectuée par un moine défroqué, qui a renié sa doctrine chrétienne, portant des vêtements noir ou de la couleur du sang séché, et brodé avec des croix inversées, des têtes de chèvre (en référence à Baphomet), ou d'autres symboles magiques (pentagrammes ou autres).

Mais la messe noire a souvent été mal comprise. Il ne suffit pas d'une inversion de la symbolique du culte chrétien pour en faire une messe noire. Quand une messe catholique est célébrée il arrive que certaines énergies ou vibrations compatibles avec le christianisme soient générées, en fonction des circonstances et des individus présents. Autrement dit, dans certaines circonstances, la messe catholique peut être considérée comme un rituel de « magie blanche » de part les énergies qui sont parfois produites en raison de la présence des esprits d'un certain nombre d'individus qui sont réunis dans un même lieu ritualisé. Ces énergies ne sont pas attribuable à des entités externes (« dieu » par exemple) mais seulement aux esprits des personnes rassemblées.

Ce qu'une véritable messe noire fait est de « syntoniser » ces énergies, puis de les modifier d'une manière sinistre. C'est ce qui se produit au cours de la partie « consécration » de la messe noire.

La messe noire génère aussi ses propres formes d'énergie.

Voir la messe noire comme une simple parodie est se méprendre sur son aspect magique. En outre, la messe noire n'a pas besoin que ceux qui la dirigent ou y participent croient ou non à la théologie chrétienne. Les participants acceptent les autres quelles que soient leurs croyances. Elle utilise l'énergie produite par ces croyances contre ceux qui croient en elles, en déformant cette énergie, et parfois en la redirigeant. C'est une véritable magie noire.
 

Les aspects magiques de la messe noire

La signification magique de la messe noire repose sur la conviction que la Sainte Messe implique le miracle de la transsubstantiation, qui est le changement magique ou mystique du pain et du vin dans le corps et le sang de Jésus-Christ. Si le prêtre peut effectuer ce miracle au sein de la sainte messe, un magicien motivé pourrait affecter de la magie similaire dans d'autres types de messes, essentiellement pour des objectifs le plus souvent nuisibles.

L'Eglise catholique a condamné dès le 7° siècle les prêtres qui ont tenté de renverser la Sainte Messe à des fins maléfiques.

Des messes noires célèbres

Les Templiers
Chevalier de l'Ordre des Templiers

Une forme célèbre de la messe noire est la messe dite de Saint Sécaire. Elle serait née au Moyen Age, en Gascogne. Son but était de maudire un ennemi jusqu'à la mort en l'affublant d'une malédiction de maladie lente, ce qui le faisait dépérir à petit feu.

D'autres versions connues de messes noires se retrouvent au 14ème siècle en France. Ce fut le moment où l'Eglise persécutait les hérétiques. Les Templiers, en particulier, ont été accusés d'organiser ces messes parmi d'autres rites blasphématoires dans lesquels ils dénonçaient le Christ, adoraient des idoles composées de têtes humaines en peluche, crachaient sur la croix et la trépignaient, adoraient le diable sous la forme d'un chat noir. En raison d'accusations de ce genre, l'ordre des Templiers a été dissout. Mais est-ce que toutes ces accusations étaient réellement vraie ? Nul ne le sait et ça reste encore un mystère pour beaucoup.

Au XVème siècle on relate l'arrestation d'un baron français, Gilles de Rais, qui a été accusé de s'adonner à des messes noires dans la cave de son château afin d'acquérir plus de richesse et de pouvoir. L'accusation a affirmé qu'il a enlevé, torturé et assassiné en sacrifice plus de 140 enfants. Il a été exécuté en 1440.

La popularité de la célébration de messes noires semblait se propager au cours des 15ème et 16ème siècles. En 1500, le chapitre de la cathédrale de Cambrai a tenu des messes noires pour protester contre leur évêque. Un prêtre à Orléans, Gentien le Clerc, jugé en 1614-1615, a avoué avoir effectué la « messe du diable » qui a été suivie par de la consommation d'alcool et une orgie sexuelle débridée. En 1647, les religieuses de Louviers ont affirmé qu'elles avaient été ensorcelée et possédée, et contrainte par les aumôniers à participer nues à des messes, souillant la croix et piétinant les hosties.
 

Les messes noires de Catherine "La Voisin" et l'Abbé Guibourg

Le pic de la messe noire a été atteint au 17ème siècle sous le règne de Louis XIV, qui a été accusé d'être clément envers les sorcières et les sorciers. Ce fut le moment où la messe noire était extrêmement populaire parmi la noblesse qui voyait en elle une performance exotique. En outre, ce fut le temps où l'Eglise s'est montée de plus en plus stricte. La noblesse aspirait encore se livrer aux plaisirs de la vie, et les nobles considérait le sexe comme l'un d'entre eux. La messe noire était aussi une forme de protestation contre le clergé.

Marquise de Montespan au cours d'une messe noire
Marquise de Montespan au cours d'une messe noire
C'est devenu à la mode d'assister à des messes noires dans des caves sombres de la capitale. Le principal organisateur de ces événements était Catherine Deshayes, connu sous le nom de "La Voisin". On prétend qu'elle était une sorcière qui a fait fortune en vendant des philtres d'amour. Elle fut en mesure d'acquérir les services de prêtres qui, eux aussi, voulaient probablement protester contre l'Eglise en proférant des messes blasphématoires. On compte parmi eux le fameux abbé Guibourg qui portait des vêtements garnis d'or et bordés de dentelle et des chaussures rouges.
 
Abbé Guibourg
L'abbé Guibourg lors d'une messe noire
Il y aurait eu une messe notoire effectuée pour la maîtresse de Louis XIV, la marquise de Montespan. Madame de Montespan avait demandé les services de La Voisin pour organiser la messe noire parce qu'elle pensait que le roi était intéressé par une autre femme. Tout en utilisant Madame de Montespan en tant que prêtresse nue, l'Abbé Guibourg donna trois messes noires avec elle, invoquant Satan et ses démons de la luxure et de la tromperie, Belzébuth, Asmodée et Astaroth, afin d'accorder à la Marquise de Montespan tout ce qu'elle désirait. On raconte que lors de ces messes de l'encens était brûlé, que la gorge d'enfants était tranchée, et que leur sang était recueilli dans des calices et mélangés avec de la farine pour confectionner des hosties. Chaque fois que la messe en appelait à embrasser l'autel, Guibourg embrassait Madame de Montespan. Il prenait position entre les genoux de la jeune femme et déposait le calice sur son corps dénudé. Il aurait consacré les hosties sur ses organes génitaux et en aurait coller des morceaux dans son vagin. Une orgie avait suivi le rituel. Les corps des enfants sacrifiés ont ensuite été brûlés dans le four de la maison de La Voisin. Mais leur cœur et leurs entrailles auraient servi de poudre magique destinée au roi.

Lorsque le scandale a éclaté, 246 personnes ont été arrêtées sur l'ordre du roi. Parmi eux, certains des plus hauts rangs de la noblesse française. La Voisin fut arrêtée le 13 mars 1679 dans l’Eglise de notre Dame de Paris où elle perpétrait une cérémonie de sorcellerie. On ne put éviter que le sacrifice ne soit commis. Ils ont tous été traduits en justice et les aveux dépassèrent ce à quoi on s'attendait en termes de torture. La plupart des nobles incriminés reçurent des peines de prison ou l'exil au fin fond de la campagne. Les trente-six roturiers ayant participé à ces messes noires ont été exécutés, y compris La Voisin qui a été brûlée vive en 1680.
 

Le sabbat des sorcières

Le sabbat des sorcières
Le sabbat des sorcières
Lors de l'examen de l'histoire de la messe noire, il est facile de voir pourquoi beaucoup de gens doutent qu'un grand nombre de sorcières ont participé à des sabbats. La messe noire, dans l'ensemble, était plus une protestation des ecclésiastiques contre l'Eglise. Les sorcières, en tant que groupe social de l'époque, étaient déjà en contradiction avec l'Église. Beaucoup tentaient désespérément de sauver leurs vies. Peut-être que La Voisin était une sorcière, mais si elle l'était, il semblerait logique qu'elle ait utilisé ses compétences pour améliorer sa propre condition. Elle ne pouvait très probablement pas être considérée comme une sorcière ordinaire. C'était sans doute une usurpatrice qui s'était donnée le titre de sorcière pour en retirer quelques bénéfices financiers.

Néanmoins, rien de tout cela n'était évident pour les chasseurs de sorcières et les inquisiteurs. Pour eux, la messe noire était un prétexte comme un autre pour chasser les sorcières. De même, les aveux de sorcières sous la torture, qui comprenaient des récits des déroulements de rituels obscènes, de sabbats, ne sont pas à prendre au sérieux en raison de la façon dont ils ont été obtenus. Elles racontaient qu'elles souillaient la croix et que le diable avait servi en tant que prêtre. On ne sait pas si ce sont toutes ces histoires qui ont conduit à la popularité de la messe noire. Il est possible que certains païens ont conservé leurs croyances face à l'opposition de l'Eglise et le fait d'adorer un autre dieu, ou même le Diable, était comme un moyen de riposter. Peut-être qu'ils trouvaient dans le Diable une certaine amitié car ils savaient qu'ils n'avaient pas d'ami dans l'Église.

Pour le Sataniste, la messe noire « n’est rien de plus qu’une redondance de vieux rituels exécutés par les adorateurs de la Terre et de la chair qui furent repris par toutes les religions qui les ont ensuite parodiés. Par des tentatives qui désexualisèrent et déshumanisèrent les croyances païennes et leurs rites, les hommes de foi dénaturèrent ces rituels pour les transformer en de "véritables messes" ».

Le déclin des messes noires

Au cours du 19ème siècle, la messe noire est entré dans son déclin. A Londres, une fraternité qui se faisait appeler le Hellfire Club, dans la dernière partie du siècle, a dit que ses membres effectuaient régulièrement une messe noire pour adorer le Diable. On suppose que ce rituel servait surtout de frasques sexuelles avec la consommation de grandes quantités d'alcool. En 1947, une messe noire a été organisée sur la tombe d'Aleister Crowley, qui, dans la vie, se croyait l'Antéchrist. Quand l'Église de Satan a été fondée en 1966, la messe noire n'a pas été incluse parmi ses rituels parce que son fondateur, Anton Szandor Levey, pensait que la messe noire était un rituel dépassé.

Cependant, d'autres groupes sataniques effectuent leurs propres versions de la messe noire qui comprennent des actes sexuels déviants et des orgies, de la nécrophilie, du cannibalisme et des sacrifices d'animaux ou d'êtres humains. Il boivent ensuite le sang de leurs victimes. On rencontre également de nombreux cas de messes noires dans des pays exotiques, notamment en Amérique Centrale, en Amérique du Sud et au Mexique.

Sources :
http://www.themystica.com/mystica/articles/b/black_mass_the.html
The Black Book of Satan : http://tikaboo.com/library/BlackBookofSatan.pdf

Compléments :
Messe noire au cinéma :
http://www.angelfire.com/az3/synagogasatanae/blackmass1928.html (archivé)
Black Mass (Messe Noire), Film français en noir et blanc de 1928, durée 7 minutes.