La cosmogonie

Cosmogonie
Le terme cosmogonie (du grec kósmos, le monde et la genèse à naître) signifie "la naissance du Cosmos" et chaque culture a toujours essayé de donner sa propre interprétation de la façon dont le monde est né. C’est aussi parce que dans la genèse de l'Univers, se trouve également la Genèse de l’être humain et qu’il y trouve sa place et le sens ultime de l'existence et donc la réponse aux questions existentielles anciennes telles que « qui nous sommes, d'où nous venons et où nous allons ».

La chose la plus intéressante dans l'étude comparative des cosmogonies traditionnelles (hindoues, grecques, nordiques, africaines, égyptiennes, amérindiennes, celtiques, maorites, polynésiennes, juives, chinoises, etc. ) est leur origine intrinsèque liée à certains points fondamentaux.

 

Le vide absolu

Il existe une dimension immanente, un Non-Être, à partir duquel apparaît un Principe de Créateur qui « fabrique » l'ensemble total de la Création. Souvent, le non-Manifeste est défini comme Vide ou Ténèbres et il n'est pas donné à l'esprit humain le pouvoir de le comprendre. Pour les Chinois, l'immanifeste est exprimé dans le concept du Tao (d'où il a déchaîné l'Unité) ; pour les Amérindiens, c’est le Grand Mystère, le Cœur des Cieux, les Dames de Partout, qui délègue la tâche de la Création à un aspect de Lui, appelé par les Sioux Wakan-Tanka. Les Hopi d’Arizona l’appelle plutôt Taiowa, l’infinité sans origine, et Sotuknang est son neveu délégué pour rendre l'univers apparent et matériel. Pour les Grecs, c'est du Chaos qu’est née Gaïa (la Terre) et Uranos (le Ciel).

Dans la Qabbala (Cabale), l’ « immanifeste non reconnaissable » est décrit indirectement comme « trois voiles d'existence négative » interférant entre l'obscurité absolue, l’absence total de matière et la manifestation de la lumière. L’origine est AIN : « existence négative » / « rien ». De là est originaire AIN SOPH "Illimité" / "Sans fin", la latitude illimitée de l'espace à partir de laquelle AIN SOPH AUR se distingue "Lumière illimitée" qui concentre son essence en un seul point (Kether).

Le Principe du Créateur (Dieu Créateur ou Père), auquel la Manifestation est à l’origine, est souvent subdivisé en trois aspects (parfois aussi 7 ou 12). C’est le principe du plasma "patriarcal" et il émane en même temps du principe féminin de la matière-énergie ("maturité").

Combats entre les Dieux

Parfois, la matière se rétrécit contre l'influence formative de l'esprit : dans la tradition africaine, le dieu Obatala (ou Orisha-Nla), Dieu de la Robe blanche, essaie de mettre l'ordre dans le Chaos primitif, où la Terre existait déjà, mais était un endroit sombre recouvert de marais sauvages et d'eau, où régnait la déesse Olokun. Olokun, irrité par l'invasion de son territoire, secoua la Terre si violemment que les dommages devaient être réparés avant de poursuivre le processus cosmogonique. Cette rébellion est souvent représentée dans des mythes avec des combats entre dieux et démons, guerriers et dragons, comme dans la Tradition Sumero-Babylonienne dans laquelle le Sun-Sun Marduk vint a bout du Dragon Tiamat, symbole du Chaos primordial.

Découvrez l'histoire de Tiamat et de la création du monde.

Les cycles d’évolution

La manifestation est régie par des lois guidant l'évolution et la mutation continue. Elle prend du temps et est cyclique. Dans les Vedas, on l'appelle Brahma's Breath ; À la fin des temps, l'univers entier est ré-absorbé dans l'inconnu (selon la mythologie aztèque, à ce jour, il y a eu cinq créations). Entre une Manifestation et l'autre toute la matière-énergie est comme "gelée", il n'y a plus d’ondes vibratoires et il n'y a pas de mouvement. Cette étape, dans l'Hindouisme, s'appelle Pralaya.

Dans la Tradition des Amérindiens, le processus d'émanation créative prend une évolution cyclique dans laquelle se déroulent 7 phases cycliques ; chacune d’elle subissant 7 transformations évolutives, pour un total de 49 étapes ou périodes dans un cycle complet. Les Hopis, par exemple, affirment que l'humanité passe par 7 « mondes » successifs, appartenant à 7 « univers » successifs au cours des 49 étapes de son existence totale.

Les Mondes Primordiaux

Au cours de l'événement créatif il y a immanquablement quelques échecs, de sorte que tout le processus d'évolution a lieu par des raffinements ultérieurs. Ce concept est présent dans les traditions africaines, maorites, nordiques et juives. Le Zohar juif, par exemple, parle de nombreuses créations abortives détruites parce qu'elles sont "non conformes". On les appelle les Mondes Primordiaux.

L'homme, composé à la fois d'un principe spirituel et d'un matériau, constitue le lien entre la Terre et le ciel (« matérialiser l'esprit et spiritualiser le sujet »). Lorsqu'il réussit à se lever sur son destin en Materia-Mater il devient un héros et tend vers le retour au Père.

Les niveaux vibratoires

La Création se compose de divers niveaux vibratoires ou émanant de l'Esprit pur (Conscience pure dans la Tradition hindoue : Purusha), d’Énergie Primordiale (Prakriti - Shakti) et de matière la plus dense par des hypostases successives (dans le Tao Te Ching on peut lire ceci : "Le Tao génère l'Un, celui-ci génère les deux, les deux génèrent les trois et le troisième génère les 10 000 êtres").

Dans la tradition maya (du poème Popol Vuh), on dit que Cabahuil, « Cœur du ciel », produit le Manifeste unique - Hunraque (« Dieu sept ») - dont les six aspects sont : Tzakol, Bitol, Alom, Cajolom, Tepeu et Gucumatz. Les 6 aspects + 1 (central) sont les « 7 guerriers » ou « 7 pierres de grâce » et sont leurs permutations à sept voies qui provoquent les 49 plans de tout le cycle de manifestations.

Les traditions Egyptiennes et Grecques

Dans la tradition égyptienne, le cycle associé à Heliopolis indique que des eaux primordiales de l'espace-chaos ( Nu ) naissent Atoum , (le "tout", "le Complet", le Dieu-Soleil) qui décrète la première dualité : les jumeaux Shou et Tefnout – la lumière et l’air. La lumière sépare ensuite Geb (la terre, mâle) de Nout (le ciel, femelle), qui, ensemble donneront naissance à Osiris, Isis, Seth et Nephtys, à savoir les pouvoirs causaux de la Nature, les Neters, auxquels s’ajoutera Horus, fils d'Osiris et Isis ; Les Neters sont représentatifs de cinq hypostases cosmiques de plus en plus denses.

En complément : découvrir la théogonie de Memphis.

La composante de la violence est souvent présente dans la Création. Elle s’établit entre les parents primordiaux et leurs enfants divins (dans les mythes grecs, Uranus met au monde Saturne en le jetant et Saturne fut ensuite chassé de l’Olympe par son fils Jupiter qui le détrônât).

La Tradition Maori

En Nouvelle-Zélande, la Tradition Maori dit qu’avant l'homme il y avait une période très longue d'Inexistence, Te Kore, puis est venu l'éternité de Te Po, la Grande Nuit, dans laquelle les forces inconnues se déplaçaient lentement et incompréhensiblement. L'univers existant à travers une première lueur de Lumière (Te Ata, l’aurore). Rangi-potiki (le Ciel) pouvait voir Papa (Mère Terre) loin derrière lui, souhaité et conçu de nombreux enfants, mais la Terre était encore immergée dans l'obscurité parce que le ciel l'embrassait et les enfants se rebellaient et se séparaient des parents grâce au pouvoir de Tane (Dieu de la croissance et du père des forêts) en originant l'univers tel que nous le connaissons.

La mythologie nordique

Dans la Tradition des peuples nordiques, l'Edda explique qu’à partir de l'interaction entre le feu et la glace cosmique est née un géant de glace hermaphrodite nommé Ymer, dont les premiers hommes sont nés de sa sueur, ainsi que la vache Audhumla pour lécher le sel des blocs de glace dont Ymer était recouvert. Ymer se nourrissait du lait de la vache. De la sueur d’Ymer est né Buri qui était le premier homme divin à sortir. De Buri émane Borr, qui rejoint une des filles géantes nées d'êtres germés par Ymer et crée une descendance de trinité créative : le Père Divin, la Volonté et la Sainteté (Odin, Vile et Ve). Ceux-ci tuent dans son sommeil le « géant de la glace » et le découpent en morceaux pour donner forme et structure à l'événement. Ses cheveux devinrent des arbres, son sourcil devint Midgard, et ses os se changèrent en montagnes. De même, ses dents et les fragments de ses os devinrent les rochers, et son sang donna naissance aux rivières, aux lacs, aux étangs et à la mer. Son crâne forma le ciel. Les asticots qui rongeaient sa chair engendrèrent la race des nains.




Lire la suite ...   
Retour à la catégorie : Occultisme (suite 4)



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le , il y a moins d'un an.