Le Popol Vuh et les prophéties Maya

Création de l'Univers selon le Popol Vuh par Diego Rivera

Création de l'Univers selon le Popol Vuh par Diego Rivera
Dans la bibliothèque de Newberry, à Chicago, dans l'Illinois, se trouve le manuscrit maya connu sous le nom de Popol Vuh. Littéralement traduit par « le livre du peuple », il s'agit d'une collection d'histoires orales Maya transmises à travers les âges.

Écrit au milieu du XVIe siècle, cet incroyable livre couvre un éventail de sujets, y compris ceux liés aux mythes de la création maya. Le Popol Vuh parle de la création de l'univers. Il parle du fait qu'au début tout était dans l'obscurité. Il y avait une mer primordiale. Et puis ces créateurs, hommes et femmes, ont dit le mot, et avec le mot, la Terre a été créée et les animaux ont été créés. C'est un peu comme la combinaison du livre de la Genèse et du livre des Chroniques dans la Bible. C'est une histoire de batailles entre les dieux, puis elle relie la création du monde au présent à travers les rois des Kichés. C'est vraiment le seul mythe complet de la création maya que nous ayons.


Ce qu'ils disaient, c'est qu'un cadre avait été créé pour que certaines divinités se manifestent physiquement et prennent des décisions quant à ce qui allait se passer. Dans le cas des Mayas, c'était un choix quant à l'endroit où les Mayas allaient vivre, ainsi que la sélection de certains sites sacrés.

Dans tout le monde antique, il y a eu de nombreux mythes similaires d'êtres d'un autre monde venant sur Terre et interagissant avec certains des plus anciens humains. La plupart des historiens traditionnels croient que ces histoires ne représentent que des croyances religieuses et spirituelles. Mais est-il possible, comme le pensent les partisans de la théorie des anciens astronautes, que le Popol Vuh, ainsi que d'autres récits de la création ancienne, représente une preuve réelle d'un contact avec des extraterrestres dans un passé lointain ?

Kukulkan, le dieu Serpent à plumes

Selon les traductions de hiéroglyphes trouvés dans de nombreuses anciennes cités mayas, Kukulkan, ou le grand serpent à plumes, était le dieu qui apporta la connaissance aux Maya.

Lorsque nous parlons des dieux mayas, nous savons que le dieu le plus important pour eux était le serpent à plumes, ou Kukulkan. Nous voyons son image partout dans le monde maya. Nous le voyons sur de superbes images sculptées sur pierre. Kukulkan est souvent représenté comme un serpent à plumes, certains diraient un dragon ou un serpent avec des ailes. Cela laisse penser que Kukulkan est peut-être descendu du ciel. Mais les Mayas vivaient dans la jungle. Les Mayas savaient que le serpent ne pouvait pas voler, mais ce serpent, ce serpent pouvait voler.

Les plus anciennes histoires mayas racontent que Kukulkan était l'enseignant du jeune Maya. Il avait choisi huit garçons âgés de 7 à 12 ans et il les enseignait en mathématiques, en astronomie et dans toutes sortes de sciences. Et plus tard, Kukulkan a disparu avec la promesse qu'il reviendrait dans un avenir lointain.

Ces garçons étaient devenus les premiers prêtres et les premiers enseignants pour les Mayas. Certaines légendes affirment qu'il est apparu le long de la côte du golfe sur un radeau de serpents et qu'il a répandu sa grande connaissance dans cette partie du pays. Même aujourd'hui, dans certaines cultures mayas, il est vénéré comme ce grand dieu qui a apporté tous ces enseignements et cette civilisation dans leur partie du monde. Et pourtant, personne ne sait qui il était ni d'où il venait.

Les autres dieux Serpent à plumes dans le monde

Serpent à plumes
Étrangement, des représentations d'un dieu serpent ailé peuvent être trouvées partout dans le monde antique. En Inde, le texte épique du Mahabharata détaille l'ancien récit d'êtres célestes connus sous le nom de Nagas. Datant aussi loin que 2500 ans avant notre ère, les entités moitié humaine et moitié serpent semblent presque identiques au Kukulkan maya. Et la mythologie chinoise antique du cinquième millénaire avant notre ère décrit des dragons volants qui ressemblent étrangement au dieu-serpent décrit en Méso-Amérique.

Pour les peuples qui ont précédé les Incas au Pérou, des idées similaires ont été mises sur des personnages comme Quetzalcoatl, le serpent à plumes, qui apportait cette sagesse, que l'on dit parfois être descendu du monde céleste. Et encore une fois, apportant les rudiments de la civilisation aux peuples d'Amérique centrale.

Il existe un fil conducteur entre de nombreuses cultures anciennes des Amériques en ce qui concerne le dieu serpent à plumes. Les Cherokee, par exemple, croient que l'heure de leur calendrier est basée sur un serpent à sonnette qu'ils peuvent voir dans le ciel nocturne, peut-être une constellation. Ainsi, l'idée d'un serpent ou d'un dragon est commune à de nombreuses cultures anciennes, et pas seulement aux Mayas ou aux Mésoaméricains.

Le serpent est le donneur de sagesse dans de nombreuses cultures et il donne aux outils de la civilisation, le travail des métaux, l’utilisation d’autres instruments, certaines connaissances, certains aspects de la vie, et il donne réellement cette connaissance à certaines personnes et place ces personnes dans une position dans laquelle, de par leur position sociale, elles sont capables de transmettre cela au reste de leur culture.

Toutes ces cultures étaient très éloignées les unes des autres, parfois à des milliers et des milliers de kilomètres. Alors, comment est-il possible que toutes ces sociétés aient imaginé des histoires, non pas similaires, mais strictement identiques ? Était-ce vraiment des serpents volants ou des dieux qui étaient des serpents? Bien sûr que non. C'était une technologie mal comprise.
 

Les visiteurs du ciel apportent la connaissance

Certains types de véhicules ont été observés et sont descendus du ciel d'où sont sortis des astronautes chargés d'instruire des personnes de cultures différentes dans des sociétés différentes dans certaines disciplines scientifiques. Ce n'est pas une coïncidence. Ceci est la preuve de rencontres extraterrestres anciennes dans le passé lointain. Il n'y a pas d'autre moyen.

Les mythes et légendes de la création antique des dieux serpents volants peuvent-ils vraiment être interprétés comme des récits factuels de visiteurs extraterrestres, comme le prétendent les tenants de la théorie des anciens astronautes ? Et si oui, de tels voyageurs célestes auraient-ils pu donner aux Maya à la fois les outils et les connaissances nécessaires pour faire progresser leur civilisation ? Peut-être que des preuves supplémentaires peuvent être trouvées en examinant le lien très profond des Mayas avec les étoiles.

Dans l'état mexicain du Yucatan, se trouvent les ruines de l'ancienne ville maya de Chichen Itza. Ici, au Xe siècle, les Mayas ont construit ce que l’on appelle désormais l’observatoire El Caracol. Il a quatre portes en bas qui peuvent être utilisées comme points d’observation, avec un certain nombre de fenêtres en haut, mais la plupart de celles-ci sont tombées. Il ne nous en reste que deux et demi.

Mais en regardant celles-ci, nous pouvons voir qu'elles regardent certainement le soleil, probablement la lune. Il y a des indices qui laissent supposer qu'ils pouvaient les utiliser pour les étoiles et les planètes. Ils traquaient notamment Vénus, les phases de la lune, les éclipses. Nous le savons parce que nous avons des livres qui relatent ces choses.

La plupart des chercheurs s'accordent pour dire que de 250 à 900 après JC, les Mayas ont été les astronomes les plus avancés de leur époque. Mais pourquoi observaient-ils le cosmos si intensément ? Et que cherchaient-ils ?

Les Mayas étaient très sophistiqués en ce qui concerne ce qu'ils observaient dans les cieux et dans les calendriers qu'ils surveillaient. La capacité de comprendre que Vénus en tant qu'étoile du matin et Vénus en tant qu'étoile du soir sont la même étoile a été très rarement pratiquée dans l'histoire de l'humanité. Elles étaient souvent vues comme deux entités différentes.

Ils ont réussit à cartographier le ciel, ce qui indique leur avancée. L'idée qu'ils pouvaient prédire les cycles des cieux reflète leur sophistication.

Le système mathématique des Mayas

Sculpture Maya
Les Mayas ont été l’un des seuls peuples anciens à avoir inventé un système mathématique que nous utilisons nous même, avec notation positionnelle et zéro. Et utiliser la valeur de position et le zéro vous permet de faire d’énormes calculs avec des nombres de très grande valeur. Ils pouvaient probablement calculer des choses des milliers d'années dans le passé.

Les Maya ont-ils développé par eux-mêmes une telle maîtrise de l'astronomie et des mathématiques ? Ou est-il possible, comme le pensent certains théoriciens, qu'ils aient été instruits par des visiteurs venant d'un autre monde, que certains appelle « les anciens astronautes » ?

Les Mayas, par exemple, connaissaient le cycle de la planète Vénus autour de notre système solaire de manière si précise qu’en 6 000 ans, la marge d'erreur n'était seulement de quelques heures. Mais les Mayas eux-mêmes n'ont pas vécu pendant 6000 ans. Ils n’ont donc pas eu le temps, 6 000 ans, d’observer si leur calcul concernant la rotation de Vénus était correct ou non. Ils n'ont matériellement pas pu établir ce cycle juste en l'observant. Ils ont du réaliser un certain nombre de calculs précis, très probablement avec l'aide de leurs dieux.

Les Mayas n'auraient pas pu développer eux-mêmes ces systèmes, car il faudrait des milliers, voire des dizaines de milliers d'années d'observation. Il est donc clair qu'ils ont reçu l'aide d'êtres intelligents venus d'ailleurs qui ont pris contact avec le peuple maya.

L’accomplissement astronomique le plus intriguant des Mayas concerne peut-être leur compréhension du lent changement de l’axe de rotation de la Terre dans l’espace. Appelé précession des équinoxes, c’est un processus qui a une fréquence de 26 000 ans. Mais comment les Mayas auraient-ils pu suivre les événements sur une période aussi extrême ? Est-il possible que les Mayas, comme les scientifiques modernes, aient utilisé leurs connaissances du mouvement de la Terre dans l'espace pour suivre le temps ? Et si oui, dans quel but ?

Les Mayas ont développé ces techniques de chronométrage en surveillant les mouvements et en prédisant les mouvements non seulement du soleil, mais aussi de la lune, de Vénus, parfois de Jupiter, de Mars, de Saturne et de certaines des constellations.
 

Les superstitions Maya

Bien que la plupart des gens considèrent les Égyptiens comme les constructeurs des pyramides, dix fois plus de pyramides ont été construites en Méso-Amérique qu'en Égypte. Mais pourquoi les Mayas ont-ils construit autant de leurs structures monumentales en parfait alignement avec le soleil, la lune ou certains événements cosmiques ? Eh bien, il semble qu'ils étaient paranoïaques et que s'ils ne le faisaient pas, quelque chose de mauvais arriverait.

Il n'est pas impossible que le calendrier ait servit à les prévenir de l'arrivée d'un cataclysme. Pour les mayas, une ère se divise en neuf infra-mondes et se termine en général par un cataclysme. Ils étaient à la cinquième époque et chacune de ces époques antérieures, selon eux, s’était terminée par une catastrophe. Et il semblait qu'ils devaient synchroniser leurs rituels, leurs événements, leurs jeux, toutes leurs activités avec ces événements célestes spécifiques, car sinon, quelque chose de mauvais arriverait et l'époque finirait prématurément.

Les Mayas étaient absolument convaincus que le choix du moment était crucial, car les étoiles indiquaient à quel moment les dieux allaient revenir, ce qui voulait dire que les dieux venaient des étoiles. Mais où et par qui les anciens Mayas ont-ils appris à suivre avec précision le temps en traçant les mouvements célestes de notre système solaire et de l’univers au-delà ? Les anciens Mayas auraient-ils pu comploter avec les visiteurs extraterrestres pour planifier non seulement l'avenir, mais même la fin de notre monde ? Peut-être qu'un examen plus approfondi du tristement célèbre calendrier maya et de sa soi-disant prophétie catastrophique est nécessaire.

Les prophéties Maya

Plusieurs légendes du monde maya suggèrent que cette date de fin du calendrier maya survient en décembre 2012. Le Popol Vuh en parle comme d’une possible destruction de la planète. Le monument de Tortuguero, situé près de Palenque, est la seule inscription en pierre mentionnant la date de fin du calendrier en 2012. Et cela parle de neuf dieux descendant sur Terre. Mais personne ne sait vraiment ce que cela signifie.

Certaines personnes suggèrent que cela pourrait causer un cataclysme. D'autres suggèrent que nous sommes peut-être à l'aube d'une nouvelle ère où nous passons réellement à un mode de vie plus conscient.

Si la vérité est que les Mayas étaient en contact avec des extraterrestres et que leur calendrier se termine le 21 décembre 2012, cela pourrait être le retour des dieux eux-mêmes, des extraterrestres revenant sur Terre pour les Mayas, comme ils l'avaient promis.

Compte tenu de la sophistication du calendrier maya, est-il vraiment possible que les Mayas aient pu prédire avec exactitude la date exacte d’un événement de la Terre ? Un tel événement pourrait-il inaugurer une nouvelle ère d'illumination humaine ? Ou pourrait-il marquer la fin de l'humanité sous la forme d'un jour catastrophique cataclysmique ? En fait, rien de tel n'est arrivé. Mais est-ce une simple erreur de calcul et sommes-nous véritablement sortis d'affaire ? Et si c'était le 21/12/2021 ? Ou peut-être le 22 février 2084 comme le pense dramatic.fr


Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : Phénomènes bizarres



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.