Isis

Déesse Isis
Isis était la plus grande des déesses égyptiennes. Elle était très populaire et dotée d'une grande puissance. Fille de Geb et Nout, elle était la femme de son frère Osiris et a donné naissance à leur fils Horus. Elle fut plus tard la mère adoptive d'Anubis, le dieu à tête de chien.

Toujours fidèle à son mari assassiné, elle a redonné vie à Osiris grâce à son immense connaissance de la magie. Ensuite, elle a servi en tant que défenseuse infatigable d'Horus lorsque Seth, le dieu du chaos, a contesté le droit d'Horus de devenir roi. Dans ce rôle, elle surveillait le pharaon, qu’elle était censée soigner comme son propre fils.

En tant que puissante déesse, Isis a été identifiée à l'Œil de Rê, le dieu soleil. En tant que déesses en deuil ou gardiennes des morts, elle et sa sœur Nephthys prenaient souvent la forme de cerfs-volants, une espèce d'oiseaux de proie charognards. Les Égyptiens ont identifié Isis avec l'étoile Sirius, apparue à peu près au même moment que l'inondation du Nil.

Son rôle protecteur et nourrissant en a fait une divinité immensément populaire parmi la population. Curieusement, elle n’a jamais eu de culte centralisé et n’a pas eu son propre temple majeur avant environ 380 av. JC.

 

Isis en tant que souveraine de toutes les terres

Déesse Isis
Le culte d'Isis s'est propagé hors d'Égypte. À Byblos, en Syrie, elle a été identifiée à Astarté. Les Grecs et les Romains adoptèrent son culte et le répandirent dans toute l'Asie occidentale, en Afrique du Nord (il existe des temples en Libye) et en Europe.

Elle était au centre d'une des religions à mystère de l'Antiquité, rivale du christianisme et des Mystères d'Éleusis dédiés à Déméter. Les hymnes tardifs d'Isis la décrivent comme une déesse universelle aux noms innombrables. Elle était souveraine de tous les pays et donneuse de lois, de langues et d'agriculture.

Elle séparait la terre du ciel et le bien du mal, et pouvait même vaincre le cours du destin.

Depuis le XIVe siècle, les alchimistes s'intéressent presque autant à Isis qu'à Hermès. Elle détiendrait de nombreux secrets cachés. Au cours du Siècle des Lumières, certains philosophes francs-maçons épris d'égyptomanie portent leur attention sur les Mystères d'Isis et tentent de les réinventer dans le cadre des rituels de leurs loges initiatiques. Elle est également la grande déesse de certaines branches de la Wicca et des adeptes continuent aujourd'hui à lui vouer un culte. Les artistes et les poètes, quant à eux, ont sans cesse spéculé sur l'image de la déesse voilée et fait d'Isis le symbole des lois cachées de la Nature.

Isis dévoilée  est l'un des nombreux ouvrages écrit par Helena Blavatsky en 1877, la fondatrice de la Société Théosophique.
 

Le nom secret de Rê

Comme les dieux n'étaient pas immortels, ils ont vieilli. Quand , le dieu soleil, devint âgé, il était si faible que de la bave lui coulait de la bouche. Malgré son infirmité, il possédait toujours de grands pouvoirs. Une des parades des dieux est de garder secret leur vrai nom. En connaissant son vrai nom divin, l’homme peut s’approprier des pouvoirs réservés au dieu. On retrouve aussi cette croyance pour ce qui concerne les fées celtiques. Isis voulait donc apprendre le nom secret de Rê, ce qui augmenterait sa propre magie. Elle prit des saletés sur lesquelles la salive de s'était déposée et forma un serpent. Ce serpent a mordu , qui a crié de douleur. Quand il a demandé à Isis de trouver l'antidote contre le venin, elle a accepté, mais seulement s'il lui révélait son nom secret :

Dis-moi ton nom, divin père. Un homme vit lorsque l'on récite son nom !
 

a résisté en commençant par citer tous ses noms et titres de gloire, mais pas son véritable nom. Isis ne s'est pas faite piéger :

Ton nom n'était pas parmi ceux que tu m'as mentionnés. Tu devrais me le transmettre pour que le venin puisse s'en aller ! Un homme vit lorsque son nom est prononcé !
 

Ses souffrances devenant insupportables, il a révélé son nom à l'oreille d'Isis (à l’abri de toute oreille indiscrète) et Isis est devenue Weret-Hekau (« grande de magie »).

La puissance du nom caché de , imprononçable, car au-delà d’une réalité linguistique, est telle que le récit de sa révélation à Isis, écrit sur un papyrus et dissout dans la bière, est un remède efficace pour chasser le venin du corps d’un malheureux mordu par un serpent.

Parfois, les magiciens emploient des noms divins aux consonances étranges, suites de sons barbares aux oreilles égyptiennes, renfermant peut-être le nom secret d'un dieux.

Isis découvre le corps d'Osiris

Le cercueil d'Osiris a été transporté par le Nil d'Égypte à Byblos (en Phénicie), où il s'est encastré dans un tamaris géant. L'arbre était au cœur du palais du roi Malcandre. Pour faire revivre Osiris, Isis s'est déguisée en infirmière auprès du plus jeune fils du roi. Elle a brûlé les parties mortelles du garçon dans le but de le rendre immortel, mais la reine l'a enlevé. Isis s'est révélée et a exigé le corps d'Osiris. Isis est revenue en Égypte avec le cadavre d'Osiris et l'autre prince.

Grâce à sa magie puissante, Isis réussit à ranimer un moment le corps de son mari. Isis se métamorphosa en milan (oiseau-djeryt) et s'accouple avec la momie d'Osiris en se posant sur son sexe. Depuis cette scène, il arrive qu'Isis soit représentée comme une femme avec les deux bras à l'horizontal comme des ailes d'oiseau.

De leur union posthume naquit Horus.

Au cours du Nouvel Empire, un mythe prétend qu'Horus aurait décapité sa mère au cours d'une crise de colère parce qu'Isis avait eu pitié de Seth, son frère.

Les dieux des jarres de canope

Quatre déesses ont été associées aux fils d'Horus pour protéger les organes embaumés d'un défunt. Les récipients dans lesquels les organes conservés étaient stockés ont été appelés les jarres canopes (du nom d'une cité égyptienne du delta occidental). Isis et Amset gardaient le foie; Nephthys et le dieu babouin Hâpi protégèrent les poumons; la déesse de la guerre Neith et Douamoutef à tête de chacal protégeaient l'estomac; et la déesse du scorpion Serket et Qebehsenouf à tête de faucon gardaient les intestins.

Les vases étaient fabriqués en calcaire, en albâtre, en terre cuite, en céramique ou en faïence et étaient déposés près du sarcophage du mort, dans la chambre funéraire.

Vases canopes de Padiouf - Musée du Louvre

Vases canopes de Padiouf - Musée du Louvre
 


Lire la suite ...   


Navigation dans l'article :

 Début : Isis

 2. Isis en tant que souveraine de toutes les terres

 3. Le nom secret de Rê

 4. Isis découvre le corps d'Osiris

 5. Les dieux des jarres de canope


Pour visualiser cet article dans son intégralité vous pouvez le consulter sur l'adresse alternative suivante : Isis


Retour à la catégorie : L'Égypte Antique



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.