La mythologie dans l'Antiquité (15 articles)

La mythologie est souvent associée à la magie car elle se rapporte à des divinités qui possédaient des pouvoirs surnaturels. De tout temps les magiciens ont essayé d'acquérir ces pouvoirs afin de devenir l'égal des Dieux. Mais quelles sont les véritables origines de la mythologie antique ?

Le berceau des civilisations

Mythologie
Source : pixabay.com
L'ancien Proche-Orient était le site des premières civilisations avancées, et plus particulièrement la Mésopotamie. Un riche héritage de textes traitant de tous les aspects de la vie est arrivé jusqu'à nous. A cette époque des bonds fabuleux ont été faits dans l'histoire culturelle du monde, comme par exemple l'invention de l'écriture et de la roue. Ainsi, tout le respect peut être accordé à cette région qui peut être considérée comme le berceau des cultures futures, orientales comme occidentales.

Les cultures de l'ancien Proche-Orient sont des civilisations qui ont utilisé le système d'écriture cunéiforme, ainsi que quelques autres formes d'écriture, comme les hiéroglyphes et les astroglyphes luwiens, ou les pictogrammes étoilés. Les langues les plus répandues du Proche-Orient de cette époque étaient le Sumérien, le Babylonien-Assyrien, aussi connu comme l'Akkadien, et l'Hittite. D'autres langues, avec cependant une portée plus limitée, incluaient l'Hurritic et l'Ugaritique. Des sources écrites de ces cultures ont été trouvées, à l'ouest, dans le nord-est de la Turquie (Hattusa en Asie centrale) et le sud-ouest de l'Irak, à l'est. Les textes qui ont survécu à cette période reflètent de nombreux domaines de l'activité humaine. Les documents relatifs aux affaires administratives et économiques, telles que les certificats et avis juridiques, comme les lois et les traités; des lettres et inscriptions scientifiques, tels que les glossaires de potions médicinales. Les œuvres de la créativité culturelle ont été préservées sous forme de mythes, d'épopées, d'hymnes, de lamentations, de prières, de rituels, d'élégies, de chants d'amour, de débats, de satires, d'énigmes, de fables, et de textes de l'ancien système éducatif, ainsi que des récits et des dialogues pour transmettre la sagesse à la prochaine génération.



En raison de ses frontières naturelles, la civilisation égyptienne voisine était relativement influencée. La région était stable et expérimentée, et connaissait relativement peu de guerres, et restait monolingue sur une partie substantielle de son histoire. D'autre part, l'ancienne Mésopotamie était géographiquement plus ouverte, ethniquement hétérogène avec une culture multilingue. Bien que continuellement en proie à des guerres et à des troubles, elle a également réussi à intégrer diverses influences extérieures.

Ce phénomène se reflète également dans les domaines de la religion et de la mythologie.
 

Les religions dans l'Ancien Proche-Orient

Le culte d'un grand nombre de dieux différents était typique parmi les diverses cultures de l'ancien Proche-Orient. Dans le milieu du troisième millénaire av. J.-C., les catalogues de dieux mésopotamiens comportaient des centaines de noms systématiquement organisés. Alors que les dieux principaux des différents groupes ethniques étaient souvent similaires, le culte d'autres divinités, même au-delà des frontières culturelles, était une pratique acceptée. Le même dieu pouvait également être représenté et expérimenté de différentes manières : en tant que symbole, une plante ou un animal (par exemple, le blé ou un lion), un corps céleste (par exemple la lune), ou un phénomène naturel puissant (par exemple, une tempête). On croyait aussi que les dieux pouvaient apparaître aux êtres humains en rêve et même les emmener au ciel ou dans le monde souterrain.

Les premiers écrivains ont travaillé consciencieusement à enregistrer leurs monde dans les collections encyclopédiques. Les premiers documents théologiques sont explicites dans le cadre de cet effort. Il s'agissait de listes et de cartes des dieux, que les gens avaient essayé de placer dans un ordre logique. Ces textes, en particulier d'observateurs modernes – en dépit de leur séparation avec leurs auteurs de plus 5 000 ans – donnent des impressions détaillées des idées des personnes de cette époque.

La sphère des dieux était considérée comme organisée sur le même modèle hiérarchique que le monde des humains. Ainsi, il y avait des hauts gradés parmi les dieux, responsables d'une ville-État ou d'un pays tout entier, des dieux subalternes, qui fonctionnaient comme ministres, fonctionnaires ou messagers. Les décisions étaient prises par les membres de la famille et les fonctionnaires de la cour, y compris le petit personnel comme les barbiers et les balayeuses. Les dirigeants humains étaient considérés comme des représentants du vrai souverain divin. Les dieux qui gouvernaient les villes et les États étaient généralement conçus comme des hommes. Il y avait cependant des exceptions, comme Inana, qui a été vénérée comme la Déesse de plusieurs villes.

Une grande puissance était attribués aux dieux. Les gens les croyaient mêmes invulnérables aux êtres démoniaques qui occupaient une zone intermédiaire entre les humains et les dieux. En outre, on croyait que les morts pouvaient conserver le pouvoir sur la vie et la mort des gens sur terre.

Les grands thèmes de l'existence humaine sont demeurés constants pendant des millénaires : l'amour et la haine;
la naissance, la maladie et la mort;
les dirigeants et les sujets;
l'ordre et le chaos;
et la guerre et la paix.

Les mythes

Alors que certaines personnes aujourd'hui cherchent de l'aide dans les forums de discussion et les livres d'auto-assistance, les gens de l'ancien monde ont écrit des histoires pour faciliter l'orientation des gens et l'inspiration.

Des mythes, tels que ceux transmis avec beaucoup de détails de l'ancienne Mésopotamie, abordaient les questions fondamentales de la vie.

Les premiers mythes datent du troisième millénaire avant notre ère, tandis que d'autres datent du deuxième et du premier millénaire av. J.-C. Le matériel qu'ils rapportent, cependant, est souvent beaucoup plus ancien, puisque les mythes ont été généralement transmis oralement pendant des siècles avant que les gens n'aient tenté de les mettre par écrit. Par exemple, les premières tablettes d'argile connues, relatant l'histoire du roi Etana qui aurait été transporté au ciel par un aigle, datent du 18e siècle av. JC. Mais une illustration survivante dépeignant des motifs de cette histoire prouvent que le conte était bien connu dès le 24° siècle avant Jésus-Christ.

La plupart des scribes qui ont consigné des mythes et d'autres œuvres littéraires sont arrivés à nous sans aucun nom, et donc restent cachés par les brumes du temps. La première exception remonte au 23ème siècle av. JC. Plusieurs textes en langue sumérienne donnent le nom de leur auteur comme étant Enheduana, qui pourrait être traduit par « ornement du (dieu du) ciel ». De ces textes et d'autres sources historiques, il devient clair que ce premier auteur de la littérature mondiale était une femme de descendance royale – une grande prêtresse qui détenait le plus important bureau religieux de son temps.

Liste des publications se rapportant à la mythologie de l'Antiquité :
 La Création de l'Univers
 Enki produit les nécessités de la vie pour l'humanité
 La création de l'humanité
 Quand les dieux étaient humains
 Les dieux apportent l'agriculture
 Toutes les grandes réalisations humaines viennent des dieux
 La bataille des dieux
 Les dieux rebelles
 Le déluge    
 L'épopée de Gilgamesh
 An et Enlil
 L'ordre des dieux
 Le Dieu Enki
 Enki organise le monde
 La Tour de Babel
 Toute la terre ne parlait qu'une seule langue
 Nanna, le Dieu de la Lune
 Le Dieu de la ville de Ur
 Inana / Ishtar
 Inana dans les enfers
 Utu / Shamash : le dieu soleil
 Utu traverse le royaume des morts
 Marduk et Assur
 Les dieux qui sauvèrent le monde de la destruction
 Le monde souterrain
 Le rêve de la mort d'Enkidu
 L'épopée de Gilgamesh
 A quelle époque s'est déroulée l'épopée de Gilgamesh ?
 Le dieu Naram-Sin
 La Stèle Naram-Sin