Le culte d'Éleusis

Culte d'Eleusis
Éleusis est une ville de Grèce située à vingt kilomètres environ à l'ouest d'Athènes, en bordure de la mer dans la plaine fertile de Thria. Les mystères d'Éleusis vont imprimer une marque durable sur tous les autres cultes antiques. Fort anciens – on sait qu'ils existaient dès le VIIe siècle av. J-C –, ils rendent hommage à Déméter, déesse des céréales et des richesses, et à sa fille Perséphone.

Selon le mythe, cette dernière est enlevée par Hadès, dieu des enfers. Déméter part à sa recherche, déguisée en vieille femme. Au cours de son errance, elle distribue bienfaits et maléfices selon la façon dont elle est accueillie. Elle devient notamment la domestique de la reine d'Éleusis, avant de révéler son identité divine et de demander à ce que les citoyens de la ville lui vouent un culte. Déméter se retire dans ce temple, laissant dépérir les cultures. Finalement, Zeus, qui avait donné Perséphone à Hadès, accepte que celle-ci revienne sur terre, sauf quatre mois par an (l'hiver) durant lesquels elle doit retourner aux Enfers. En échange, Déméter accepte d'expliquer l'art de l'agriculture aux humains.

 

Une origine crétoise

L'origine égéenne des mystères d'Éleusis ne fait plus de doute. Ils sont probablement venus de Crète à une date préhistorique. Il y a ensuite eu un mélange avec les divinités grecques, un genre de syncrétisme.

Le nom de Déméter, dans ses diverses formes, présente un premier élément d'origine préhellénique qui pourrait bien correspondre au mot grec qui représente la Terre. On peut donc imaginer que se pratiquait à Éleusis un culte rustique rendu à deux déesses primitivement anonymes, et qui serait la continuation des rites agraires de la Crète minoenne.

A l'origine indépendante, la cité d'Éleusis fut très vite englobée par Athènes, ce qui facilita le développement des mystères d'Éleusis à travers toute la Grèce au point où les fêtes religieuses du culte d'Éleusis devinrent des fêtes d'État du monde athénien.

Les fêtes Mysteria

Les fêtes – appelées « Mysteria » – célèbrent à la fois les bienfaits de la déesse Déméter, demandent la protection des cultures, et témoignent du cycle de la vie. Tout comme Perséphone passe quatre mois en enfer avant de revenir sur terre, le grain de blé germe, se développe et meurt pour renaître par la suite.

A Éleusis, chacun peut se faire initier, homme, femme, simple citoyen ou empereur. Parmi les initiés célèbres, on compte Marc-Aurèle, Hadrien, Auguste, Cicéron (Platon ce n'est pas sûr). On se rendait en procession d'Athènes à Éleusis, en suivant la « Voie sacrée » pour participer à une célébration nocturne dans le bâtiment des initiations, le téléstèrion, qui pouvait contenir des milliers d'initiés.

Les mystères d'Éleusis évoluent

Les mystères d'Éleusis se transforment au cours des siècles, incluant des éléments dionysiaques et orphiques. Mais contrairement à d'autres mystères qui peuvent être célébrés dans des lieux différents, ils restent fixés à Éleusis. Ils disparaîtront à la fin du IIIe siècle ap. J.-C., lors des invasions goths.

Au cours de leur évolution, les mystères d'Éleusis se sont ouverts d'abord à tous les Grecs, puis à tout homme ou femme, libre ou esclave, parlant grec. Les mystères d'Éleusis représentent une des formes les plus élevées de la spiritualité grecque, et leur fortune a été considérable durant des siècles, dans l'ensemble du monde antique.

Au XIXe siècle, certaines loges franc-maçonniques ont tenté de faire renaître le culte des mystères d'Éleusis en s'appuyant sur le cérémonial et les rites antiques.

La récupération maçonnique des Mystères d'Éleusis

Les initiations du culte d'Éleusis se déroulent en sept étapes d'initiations :
Petits Mystères
Grands Mystères
Epoptie
Holoclères
Sacerdoce
Initiation royale
Initiation suprême

Au cours de ces initiations se dégagent la purification qui vise à se libérer des contraintes, des astreintes, de la matière, du carcan du corps pour tendre vers l'aspiration et les retrouvailles avec soi-même. L’initiation apparait comme un rite de passage particulier.

Le chemin vers cette vérité est long et difficile et nécessite l'intervention de guides spirituels appelés « mystagogues ». Il y a une descente aux enfers avec une élévation vers la lumière. Le tout vise à atteindre les voies du Bonheur.

Ce sont des idées très lisibles par les Franc-maçons qui les ont adopté tout naturellement. Les Franc-maçons se retrouvent le culte d'Éleusis qu'ils considèrent même parfois comme la source de leurs traditions. Ils arrivent même à relier les Mystères Antiques aux Mystères Modernes à travers une kyrielle de symboles auxquels ils donnent des explications perceptibles et compréhensibles par leurs adeptes.

Demeter confie l'épi de blé
Déméter confiant l'épi de blé
Du peu que l'on connaisse des Mystères d'Éleusis, si bien gardés, si peu transgressés, on sait quand même que l'initiation au troisième grade fait à l'Epopte la Révélation ultime par le symbole de l’Épi de blé moissonné en silence appelé « l'illuminateur parfait » et du Phallus dressé pour la génération.

Le chemin de l'Initié est parsemé de symboles tout au long de son long voyage de l'obscurité vers la Lumière, du corps vers l'âme pure. On y ajoute des éléments venant de philosophies et religions les plus diverses : la Monade, les Sceaux, l'Unité parfaite de la matière, le principe des choses matérielles et des choses spirituelles. On y retrouve même des ingrédients venant tout droit de l'hermétisme mais la sauce prend et de plus en plus d'adeptes croient dur comme fer pratiquer le culte d'Éleusis tel qu'il se pratiquait dans l'Antiquité.

Aidé par un mystagogue, l'adepte progresse lentement mais surement vers la Lumière lointaine, élevée. On lui promet une élévation spirituelle, un dépassement de soi, un développement personnel, la Révélation.

Toutes les énergies de l'homme rassemble la Lumière de vie pour générer, perpétuer, renaître et exprimer l'essentiel de la vie, la vie essentielle. Or, dans l'initiation, l’hiérophante qui s'unit à la prêtresse de Déméter pour célébrer l'Union, est rendu infécond par la ciguë et l'accouplement se précipite dans le spirituel. Le Phallos pour symbole de la Lumière semée dans l'homme qui naît, symbole de la raison humaine produit de l'union de la Pensée et de l'Âme.

Les rites de passage d'un grade à un autre, ou tout simplement pour être admis dans la confrérie, sont souvent matérialisés par des cérémonies comportant des rites sexuels et des pénétrations. C'est le plus souvent des rituels mono sexué destinés à ouvrir l'accès à des sociétés secrètes ou à des secrets, à des groupes fermés ou discrets ou à des confréries fermées. Les adeptes doivent s'y plier s'ils veulent évoluer vers la lumière. Et c'est ce qu'ils font car ils sont convaincus que le niveau supérieur est plus beau.


 

Lire la suite ...   
Retour à la catégorie : Les complots en secret



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le , il y a moins d'un an.