Les Mystères d’Egypte

Les auteurs maçonniques sont très sobres de détails, et pour cause, sur les faits et gestes de l'Ordre, pendant la période qui s'écoula entre la création de l'homme et le déluge universel. Ils se bornent à dire que l'Art Royal fut sauvé de l'oubli par les enfants de Noé et par Noé lui-même.

Ils devraient ajouter que les adeptes firent peu de bruit, l'histoire du moins parait confirmer cette opinion, jusqu'au moment où l'on construisit la Tour de Babel.

Pyramides d'Egypte

Forts du silence des auteurs anciens et de l'absence absolue de tout document, les écrivains de la Maçonnerie qui se piquent de sérieux prétendent que l'Ordre fut organisé dans les plaines de Sennaar par les constructeurs du célèbre édifice.

Cette organisation précéda-t-elle ou suivit-elle la confusion des langues ? C’est une question ardue à laquelle les savants annalistes n'ont pas osé trancher.

Le partage du monde habité entre les fils de Noé

Les historiens se contentent de nous dire, après beaucoup d'autres, que la race de Cham se répandit vers le midi et ne tarda pas à peupler l’Égypte, taudis que les enfants de Sem et de Japhet prenaient possession, les uns de l'Asie, depuis les rives de l'Euphrate jusqu'à l'Océan Indien, et les autres des riches contrées qui forment aujourd'hui l'Europe.

Ces trois grandes familles possédaient chacune un certain nombre d'initiés. C'est ainsi que la lumière maçonnique put se répandre simultanément dans toutes les parties du monde habité. Cette affirmation n'est, il est vrai, appuyée d'aucune preuve, mais cela importe peu, attendu que les écrivains de l'Ordre ont coutume de procéder ainsi, à la satisfaction des adeptes, qui se sont habitués à les croire sur parole.

Selon toute probabilité, Mizraïm, fils de Cham et petit-fils de Noé, fut le premier qui s'établit en Égypte. On sait que Memphis porta son nom, ce qui ferait supposer qu'il fonda lui-même cette ville.

L'histoire ne nous dit pas à quelle date il convient de fixer l'origine de la Société mystérieuse dont les Francs-Maçons croient être les héritiers et les continuateurs. Quoi qu'il en soit, nous allons parler avec quelques détails des initiations égyptiaques, d'après les auteurs anciens et modernes les plus estimés, afin que l'on puisse sans trop d'efforts les mettre en parallèle avec les rites maçonniques contemporains.

Les dépositaires des Mystères d’Egypte

En Égypte, comme en Grèce, comme en Indo-Chine et ailleurs, ce sont les prêtres qui ont conservé le dépôt de la vérité. D'autre part, ces mêmes sectes sacerdotales sont accusées d'avoir corrompu la pureté de la doctrine primitive, ce qui a conduit à la naissance de la sorcellerie et de la magie noire.

Les Mystères d’Égypte ne remontent pas, selon toute apparence, à l'époque où Mizraïm s'établit sur les bords du Nil. Pendant une période d'années plus ou moins longue, après la dispersion des enfants de Noé, la foi des peuples ne fut mêlée d'aucune superstition. Puis, peu à peu, les croyances s'affaiblirent, le dogme de l'unité de Dieu fit place au polythéisme des premiers âges.

Ce fut alors que les prêtres s'organisèrent en société secrète, ne révélant qu'aux initiés les vérités qu'ils étaient parvenus à sauver du naufrage.

Le premier temple des Mystères d’Egypte

Le premier roi d’Égypte, que quelques-uns disent être Mercure, et auquel on décerna plus tard les honneurs divins, fit creuser aux environs de Memphis des allées souterraines, qu'il remplit de pyramides carrées ou triangulaires, sur lesquelles on grava les principes de toutes les sciences humaines. Clément d'Alexandrie, Borrichius, Diodore de Sicile et Plutarque nous assurent que ce fut sur ces monolithes que Thalès et Pythagore s'instruisirent dans les mathématiques et la géométrie.

Le même souverain fit construire un temple superbe qui communiquait, au moyen de vastes galeries, soit avec les pyramides, soit avec les maisons habitées par les prêtres. Il réunit, au surplus, dans ces derniers édifices, tout ce qui avait trait, de près ou de loin, aux sciences humaines.

On y voyait, en particulier, les nombreux instruments de précision dont on se servait alors pour les calculs astronomiques. Les prêtres de Memphis et d’Héliopolis connaissaient les deux systèmes du monde. Thalès et Pythagore avaient appris d'eux que la terre tourne autour du soleil. Copernic et, après lui, Galilée, empruntèrent leurs théories à ces deux philosophes qui les avaient eux-mêmes apportées des bords du Nil.

Pyramides

Les jardins et les bâtiments universitaires

Les jardins des prêtres produisaient une foule de plantes médicinales ou curieuses. Celles que l'on ne pouvait y cultiver, à cause du climat, étaient soumises à une préparation spéciale et conservées avec soin, ou peintes sur les murs d'une vaste salle.

A côté des jardins, se trouvaient les cabinets de chimie et d'histoire naturelle. Sénèque nous affirme que Démocrite en rapporta, entre autres choses, le moyen d'amollir l'ivoire et de donner au caillou la couleur et l'éclat de l'émeraude.

Les locaux destinés à l'anatomie touchaient aux cabinets de chimie et d'histoire naturelle. C'est là que se faisaient les travaux de dissection. Cette étude n'avait pas seulement le corps humain pour objet. Les oiseaux, les quadrupèdes et les reptiles étaient aussi analysés avec soin.

Ailleurs, on voyait les modèles des nombreuses machines qui avaient servi, soit à niveler le terrain de l’Égypte, soit à déplacer le lit du Nil ; et celles, non moins curieuses, que l'on employa pour transporter et élever à des hauteurs prodigieuses les blocs titaniques dont se composent les pyramides. Archimède a trouvé, dans ce musée des arts utiles, la vis qui porte son nom.

La bibliothèque de Memphis

La bibliothèque des prêtres égyptiens était, dit-on, plus belle et plus curieuse que celle d'Alexandrie, qui renfermait quatre cent mille volumes. Selon Diodore de Sicile, on y voyait une histoire complète des temps qui avaient précédé Menés ou Mizraïm, petit-fils de Noé.

Thalès et Pythagore sont les derniers philosophes étrangers qui aient pu visiter ces édifices et les trésors de science que l'on y avait réunis, car peu de temps après le départ de ce dernier, Cambyse envahit l’Égypte et brûla ces merveilles.



Lire la suite ...   


Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 10 Juin 2018, il y a moins d'un an.