Le chamanisme, ses principes, ses dérives

La pensée chamanique

Chamanisme
L'origine du chamanisme remonte aux tribus nomades de Sibérie et des steppes d'Asie centrale. Le mot « chaman » signifie dans la langue des tribus Toungouses : « celui qui possède la connaissance ». Le chaman est celui du groupe qui a la capacité d'effectuer le voyage vers les esprits et de comprendre leur langage. C'est « celui voit ».

Le chamanisme remonterait à environs 1000 ans avant Jésus Christ mais c'est avec la route des épices et de la soie que ces pratiques ancestrales sont arrivées en Europe. Les chamans étaient seulement considérés comme des guérisseurs mais pourtant il ne faut pas en dissocier le côté spirituel. En effet, le chaman possède le pouvoir de faire le bien comme le mal. Il communique avec les esprits, ce qui lui permet d'une part de pratiquer des « médecines », mais également de tenir le rôle d'un sorcier et d'un juge. Le chaman est une sorte de « gourou ».


La pratique de la pensée chamanique se retrouve dans de nombreuses régions du globe mais son berceau reste la Sibérie, l'Asie Centrale, le nord de la Chine, la Corée et ex-URSS. En Amérique ― du nord comme du sud ― et en Europe, on rencontre ce qui est communément appelé « néo-chamanisme ». C'est un mélange entre la vraie pensée chamanique (qui n'est pas une religion et ne reconnait aucun Dieu) et les courants religieux locaux (christianisme, bouddhisme, ...), mais aussi des pratiques occultes telles que la Wicca, le druidisme ou le Vaudou. Le mouvement hippie des années 1970 était fortement imprégné de chamanisme.


 

Les principes du chamanisme

Le chamanisme repose sur la maitrise de la communication avec les esprits du monde invisible. Pour se faire, le chaman doit entrer en transe. C'est donc une nécessité pour lui de connaitre parfaitement l'herboristerie et les propriétés des plantes. Ses connaissances en herboristerie lui servent également pour pratiquer différentes médecines. Mais il doit avant tout maitriser l'utilisation des plantes hallucinogènes et des narcotiques. Pour en arriver là le chaman doit suivre un véritable enseignement et un parcours initiatique très complexe et rigide.

Pratiques chamaniques - Méditation
L'élément central du chamanisme, reste le « voyage astral » du chaman, quel que soit le pays où il se pratique. Pour atteindre cet état de conscience, le chaman doit accomplir de longues phases de méditation ou il utilise des techniques de respiration et de concentration. La transe est souvent accompagnée du son des tambours.

L'univers est perçu par le chaman sous forme de plans qui cohabitent. Le plan des rêves est un univers où tout n'est qu'illusion. Il ne possède pas de limites et tout est possible et accessible. Ce qui maintient l'univers repose sur l'énergie. Sans elle tout s'écroulerait et il n'y aurait que le néant. Pour augmenter ses pouvoirs le chaman fait converger tous ses sens vers un même point, comme s'il s'agissait d'un rayon laser.

L'amour fait partie des principes de base du chamanisme. C'est la clé du bonheur et il s'agit de l'énergie principale qui permet au chaman de s'élever dans les différents plans invisibles.

 

L'état extatique

Chaman au Pérou
Pour atteindre l'état de transe, le chaman utilise différents moyens mais le tabac ou l'opium se retrouvent très souvent. Le tabac est utilisé en Amérique du sud alors que l'opium sera plus traditionnellement consommé en Asie. La fumée représente la symbolique du rapprochement entre les humains et les Esprits du monde invisible. Mais le pavot ou le tabac peuvent également être absorbés sous forme de tisane. Fumés comme en tisane, ils peuvent provoquer des malaises car le chaman ne rejette pas la fumée et se met en état d'apnée. La tisane, quant à elle, a un goût très amer.

L'alcool n'est pas utilisée pour atteindre l'état extatique.

 

Utilisation de drogues

La question suivante revient souvent sur les lèvres :

Le chamanisme est-il une secte ?
 

Les sociétés traditionnelles chamaniques s'organisent comme des sectes. Elles ont souvent recours à des drogues pour les besoins de leurs rites religieux. Mais cette utilisation de stupéfiants est soumise à un code très strict. Ainsi, on peut comparer cette utilisation avec celle du feu. Le feu est une très mauvaise chose s'il est utilisé pour faire le mal (incendier des villages, commettre des actes de pyromanie, tortures, etc...) mais c'est une très bonne chose quand il est utilisé pour faire la cuisine. C'est là le fondement de la pensée chamanique.

Machu Picchu - Perou
Machu Picchu au Pérou
Cependant, en 2011, une jeune touriste française avait trouvé la mort après avoir consommé de l'ayahuasca dans une secte chamanique péruvienne. L'ayahuasca est une plante aux vertus hallucinogènes. L'administration gouvernementale s'alarme contre ces dérives sectaires qui sont de plus en plus courantes. En effet, si l'Asie du sud est connait le tourisme sexuel, on assiste en parallèle à une recrudescence d'une forme de tourisme narcotique en Amérique Latine.

D’autres produits sont également suspectés en tant que narcotiques. On peut par exemple citer le datura, une plante vénéneuse riche en alcaloïdes, ou encore la salvia (plus communément appelée sauge des devins). Cette dernière est connue pour ses effets psychotropes induisant un état de conscience modifié. Elle est utilisée à des fins rituelles, religieuses, spirituelles ou chamaniques.

 

Des stages néo-chamaniques

Stage de chamanisme
L'Amérique du sud organise des stages néo-chamaniques pour attirer une certaine classe de touristes. L'ayahuasca est régulièrement consommée au cours de ces stages organisés et on peut supposer que d'autres drogues plus fortes sont également prises par les participants. Les risques sont importants de part l'emprise mentale, l'accoutumance et la rupture avec le cercle familial et social. Il peut en découler des assujettissement financiers, ce qui est une forme de racket contre lesquels il est urgent d'agir.

Ces stages sont promotionnés par des usurpateurs qui se font passer pour des médecins thérapeutes qui organisent en Europe et aux Etats-Unis des conférences. Le sujet de ces conférences cible parfaitement les victimes qui sont en mal de vivre : mouvance new age, bien être physique et mental, vivre BIO, retour à la nature, épanouissement personnel, connaissance de soi, retour aux sources, ... Il existe en France plusieurs centaines de « commerciaux » qui prospectent dans ce sens pour attirer de nouvelles victimes. En mars 2011, un ostéopathe de Lens a été condamné à 3 mois de prison avec sursis pour incitation envers ses « patients » à consommer de l’ayahuasca.



Sources :
Un article très complet sur le chamanisme
L'inquiétude de la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, article de 20 minutes.