Les fées        

Fée
La plupart d'entre nous pensons que les fées sont de minuscules créatures ailées voltigeant autour de nous en agitant une baguette magique, mais l'histoire et le folklore racontent une histoire différente.

Les fées sont généralement décrites comme ayant une apparence humaine et des pouvoirs magiques spéciaux. Leurs origines sont moins claires dans le folklore, étant parfois les esprits des morts, ou une certaine forme d'anges, ou encore une espèce totalement indépendante des humains et des anges.

Dans la culture moderne elles sont généralement jeunes, parfois ailées, et toujours très belles. Elles sont souvent entourées de lumière ou d’étoiles qui scintillent. Ce sont des femmes de petite taille, des êtres minuscules qui ne font que quelques dizaines de centimètres de haut. En quelque sorte, il s’agit d’énormes libellules à l’apparence humaine. Mais à l’origine elles étaient dépeintes d’une façon bien différentes. Elles étaient grandes, radieuses. On peut supposer qu’il s’agissait de dryades (femmes druides).

Divers animaux ont également été décrits comme des fées. Parfois, cela est le résultat d’une métamorphose sur une partie de la fée, comme dans le cas des sirènes qui ont leurs jambes remplacées par un corps et une queue de poisson.

 

Qu'est-ce que les fées ?

De nombreuses explications ont été données pour expliquer la croyance aux fées. Certains disent que ce sont des fantômes, l'esprit des morts, ou des anges déchus, ni assez mauvais pour l'enfer ni assez bons pour le ciel. Mais lorsque la croyance aux fées était courante, la plupart des gens n'aimaient pas les nommer des fées et les appelaient donc d'autres noms : les petites gens, le petit peuple ou le peuple caché.

Bien que ces créatures soient correctement ordonnées dans le folklore, elles apparaissent parfois dans des contes mythologiques.

Les fées ont des caractéristiques et des noms différents, variant en fonction de la région géographique d'où elles proviennent. Il existe des centaines de sortes de fées. Certaines sont des créatures minuscules, d'autres gigantesques ; certaines peuvent voler, et toutes peuvent apparaître et disparaître à volonté. Les plus anciennes fées enregistrées en Angleterre ont été décrites pour la première fois par l'historien Gervase de Tilbury au XIIIe siècle.

En Écosse, où la mythologie celte, nordique et pict sont entremêlées, les fées peuvent être des créatures utiles, comme les brownies et les selkies, mais le plus souvent elles sont espiègles et parfois mauvaises. Les contes écossais mettent souvent en garde contre l'acceptation de cadeaux ou l'incitation à suivre les gobelins, les kelpies, les Moulachs de mai, les sirènes et les spunkies. On dit que la reine des fées et ses fées féminines attirent les hommes vers leurs repaires en chantant des chansons envoûtantes et en leur offrant des trésors et des faveurs sexuelles.

En Irlande, il y a deux groupes de fées : le petit peuple et les fées solitaires, qui comprennent les leipreacháin et les leannan sidh (prononcé shee).

Les fées possédaient de grands pouvoirs surnaturels. Elles pouvaient se rendre invisibles aux yeux de certaines personnes, alors qu'elles étaient visibles aux autres. Mais leurs pouvoirs étaient exercés beaucoup plus souvent pour faire le mal que pour le bien. Elles étaient par conséquent redoutées plutôt qu'aimées ; et tout ce que le culte ou le respect qui leur était rendu visait principalement était d'éviter leurs méfaits en ménageant leur susceptibilité. C'est dans ce sens qu'elles sont à présent souvent appelées « bonnes personnes ».

Elles avaient le pouvoir de dessécher les cultures sur tout un district ou de frapper le bétail avec des maladies. La croyance aux fées n'est pas complètement éteinte. Les paysans ont toujours la conviction, de nos jours, que le bétail et les êtres humains qui dérangent les fées ou les châteaux hantés sont souvent frappés par la paralysie ou une autre maladie dangereuse, voire la mort.

Pas plus tard qu'en 1962, la femme d'un fermier du Somerset a raconté qu'elle s'était égarée dans les Berkshire Downs et qu'elle avait été mise sur la bonne voie par un petit homme en vert qui est soudainement apparu dans un coin puis a disparu !

Une femme en vacances à Cornwall avec sa fille est tombée sur un petit homme vert avec une capuche et des oreilles pointues. Ils étaient si inquiets qu'ils ont couru vers les voisins les plus proches, terrorisés par la peur.

Une fée

D'où viennent les fées ?

Selon les chroniqueurs bardiques, les Tuatha De Danann étaient la quatrième des colonies préhistoriques arrivées en Irlande plusieurs siècles avant l'ère chrétienne. Ils étaient de grand magiciens et étaient très compétents dans les domaines de la science et du travail des métaux. Après avoir habité l'Irlande pendant environ deux cents ans, ils ont été conquis par le peuple de la cinquième et dernière colonisation : les Milésiens (Gaëls).

Ils ont ensuite convenu que les divers chefs, ainsi que leurs suiveurs, s'installeraient sous terre dans des lieux appelés « sidh ». Il s'agit de monticules où ils pourraient vivre à l'abri des regards et des agressions. Bodb Derg fut leur premier roi.

Dans ces demeures enfouies profondément sous terre, ils se construisirent des palais glorieux, tous illuminés de lumière et scintillants de pierres précieuses et d'or. Parfois, leurs royaumes de fées étaient situés sous des puits, des lacs ou sous la mer.

C'est de cette façon, selon la mythologie, que seraient nées les premières fées.

On observera que le mot « sidh » est appliqué aussi bien aux fées elles-mêmes qu'à leurs demeures : ces fameux monticules disséminés dans toute l'Irlande. Parfois on désigne plus particulièrement en tant qu'Aes Sidhe le peuple des habitants du sidh.

Le mot sidh se prononce « shee » et il est encore parfaitement compris de nos jours car il entre dans la composition de différents mots qui désignent des fées (Banshee, par exemple). Quand vous voyez un petit tourbillon de poussière se promener le long de la route par une belle journée d'été, on l'appelle shee-geeha (« fées du vent »).

Les idées qui prévalaient aux neuvième, dixième et onzième siècles au sujet de la croyance populaire vis-à-vis des fées d'avant Saint Patrick sont bien exposées dans le dernier paragraphe du conte de l'épopée de Cuchulainn dans le livre de la vache Brune (La maladie de Cuchulainn et l'unique jalousie d'Emer). Le pouvoir démoniaque était grand avant la foi ; et sa grandeur était telle que les démons tentaient les gens, et leur montraient des délices et des secrets, et comment ils pouvaient devenir immortels. Et c'était à ces fantômes que les ignorants appliquaient le nom de sidhes.

Un grand nombre de collines de fées et de sépultures sont dispersées dans le pays, chacune avec un palais lumineux situé au-dessous, régi par son propre chef. Ils sont toujours considérés comme des repaires de fées et la paysannerie les tient dans une crainte superstitieuse.

Les différentes sortes de fées

Les Leannan sidh

Le leannan sidh est une fée féminine, parfois appelée « muse du poète » pour ses dons d'inspiration et de charme. Pourtant, pour tout ce qu'elle donne, cette fée vit et draine la force vitale de son amant humain, qui reste son esclave jusqu'à ce qu'il puisse trouver quelqu'un d'autre pour prendre sa place.

Le leipreacháin irlandais

Le leipreacháin irlandais, ou lepracaun (un nom qui signifie cordonnier), est une autre fée solitaire qui complote parfois des méfaits contre des humains ; elles sont également connues comme Cluricauns (un lutin bourré) et Far Darrig (homme rouge ou joker pratique). Yeats décrit le leipreacháins comme « fané, vieux, et solitaire » et mal habillé. D'après lui ils sont « affamés, narquois, des fantômes espiègles » qui sont connus pour jouer des blagues aux humains.

Les brownies

Les brownies et autres hobgoblins sont des fées gardiennes. Ils sont utiles et font des travaux ménagers et des travaux divers à la maison. À Aberdeenshire, en Écosse, ils sont affreux à regarder, ils n’ont ni doigts ni orteils séparés et, dans les Lowlands écossais, ils ont un trou au lieu d’un nez !

Le petit peuple

Les wee people, comme disent les anglo-saxons, c'est-à-dire le « petit peuple », sont des âmes bienveillantes qui aident les gens et leur apportent de la chance. Beaucoup de contes sur les petites gens sont humoristiques, comme celui des deux cornemuses égarées des temps anciens qui se sont effondrées en poussière quand un prêtre a dit une prière sur elles. Certains sont tristes : la peur-Gorta, un fantôme affamé, est associée aux périodes de grande famine en Irlande (an gorta mór). Si une personne donne à cette fée mendiante une pièce de monnaie ou quelque chose à manger elle lui apportera de la chance.

Les fées solitaires sont aussi des tricheuses et portent malheur. Elles sont décrites dans la compilation du poète W. B. Yeats, The Book of Fairy et Folk Tales of Ireland.

Les lutins

Le lutin est très habile dans son métier de cordonnier et par conséquent il est très riche. Cependant, il dépense rarement son argent, mais le garde enterré dans une cruche ou un chaudron dans un champ. Ceci peut expliquer la croyance qui veut qu'on trouverait un pot d'or de lutin au bout d'un arc-en-ciel.

Les Sídhes

Sidhe est le nom gaélique des fées dans les Highlands et les îles d'Écosse. Les fées sont connues pour voler des enfants et les remplacer par leur propre progéniture.

Les banshees

Les banshees sont moins courantes et plus sinistres. Elles ne semblent généralement prédire qu'une tragédie. Dans la tradition des Highlands, la banshee peut apparaître comme une laveuse (bean nighe), lavant les vêtements ou l'armure tachés de sang des hommes qui sont sur le point de subir une mort violente !

D'autres croyances populaires considèrent les Banshees comme des messagères des dieux.

Étymologiquement, « shee » désigne le « Sidh » (monticule de terre où vivent les fées) et « ban » signifie « femme ». Les banshees sont donc les femmes des sidhes.

Bean Nighe

La version écossaise de la laveuse du gué (dans d'autres régions on l'appelle Caointeach). Elle portait toujours du vert et avait les pieds palmés. Elle n'était pas toujours un présage mortel et exaucerait trois vœux dans certaines circonstances.

Cailleach Bheur

Sorcière à face bleue des hautes terres associée à l'hiver et gardienne des animaux. Elle représente peut-être l'un des aspects de la triple déesse vénérée par les Britanniques.

Jack-o-Lantern

Jack-o-Lantern, ou Will-o-the-Wisp, est une fée très dangereuse qui hante les marécages, attirant les voyageurs imprudents vers leur mort dans les marais !

L'origine de cette croyance provient du gaz des marais qui produit des flammes vacillantes qui planent au-dessus du sol marécageux. Ce sont tout simplement des feux-follets.

Les Hommes bleus du Minch

Ce sont des esprits de l'eau qui hantaient le détroit appelé le Minch, entre les îles Shiant et Long Island dans les Highlands. Ils vivaient en clans dans des grottes sous-marines et étaient accusés d'avoir causé des naufrages.

Cuachag

Un esprit des rivière dangereux qui hante Glen Cuaich à Invernesshire.

Black Annis et Gentle Annie

Black Annis est une sorcière au visage bleu qui hante les Dane Hills dans le Leicestershire. Gentle Annie gouverne les tempêtes dans les plaines écossaises. Elle est peut-être une descendante de la déesse celte Danu, mère des fées des cavernes d'Irlande.

Les Ellyllon

Ce sont de douces et curieuses minuscules créatures qui vivent sur des îlots miniatures en troupeaux minuscules.

Cait Sith

Chat surnaturel de la région des Highlands, la créature était aussi grosse qu'un chien et complètement noire, à l'exception d'une tache blanche sur sa poitrine. Peut-être que la croyance est liée à certains des mystérieux chats noirs qui ont été capturés dans la région.

Cu Sith

Un chien fantôme vert qui hantait les régions montagneuses. La créature avait la taille d'un gros veau et pouvait chasser en silence.

Ghillie Dhu Gille Dubh

Une fée bienveillante qui hanterait un bosquet de bouleaux au bout du Loch Druering près de Gairloch. Il portait des vêtements de mousse et de lichen et avait les cheveux noirs.

Les selkies

Les selkies sont de douces âmes qui préfèrent danser au clair de lune que d'attirer les marins jusqu'à leur mort comme le font les sirènes. Les Selkies jouent un rôle de premier plan dans la mythologie scandinave, écossaise et irlandaise. Leurs mythes sont des tragédies romantiques et les selkies finissent toujours par souffrir, le cœur brisé, de la séparation avec leur amoureux.

Les Selkies peuvent être des hommes ou des femmes, mais sont des phoques lorsqu'ils sont dans l'eau. Ce qui les différencie des sirènes est qu'elles subissent une transformation complète du corps lorsqu'elles arrivent à la côte ; ce n'est pas une simple transformation de la queue en jambes humaines, mais plutôt une métamorphose complète des animaux marins en humains. Ceci s’accomplit en se débarrassant de leur peau de phoque quand elles arrivent à terre.

Les Selkies sont principalement des créatures mythologiques du folklore irlandais, écossais (en particulier dans les Orcades et les îles Shetland) et des îles Féroé, mais il existe une tradition similaire en Islande.

Les gobelins

Le gobelin est une créature légendaire, anthropomorphe et de petite taille, issue du folklore médiéval européen. Son nom viendrait du latin gobalus qui signifie « génie domestique ». Ils sont parfois comparés aux fées et aux anges.

Les kelpies

Le kelpie est un esprit de l'eau décrit dans le folklore de l'Ecosse et de l'Irlande. Les kelpies sont réputés pour hanter les cours d'eau, les rivières et les lochs. Ils sont de forme changeante. bien qu'ils apparaissaient souvent comme un cheval, ils pouvaient prendre la forme d’un homme et faire un bond devant les passants.

Les Moulachs de mai

Les Moulachs de mai sont des créatures maigres et poilues qui surveillent la fortune d'une famille. Elles prophétisent également le malheur. On trouve parfois d'autres noms tels que Maggy Moulach, Moylach, Mieg Moulach, Maug Vuluchd ou encore Meg Moulach.

Les Doonies

Les doonies sont un genre de fée écossaise à la forme changeante. Elle pourrait prendre la forme d’un poney ou d’un vieil homme.

Les spunkies

C'est comme cela qu'on appelait les feux-follets dans les lowlands.

Bug-a-boo

Bug-a-boo est un ancien dieu païen de la mer en Cornouailles. Il est réputé pour enlever les enfants imprudents.

Les royaumes de fées

Habituellement petites et parfois espiègles, souvent considérées comme magiques, les fées sont généralement gouvernées par des monarques. Parmi les reines des fées on rencontre ainsi Aíbell, Áine et Clídna. La tradition orale désigne parfois Medb comme une reine des fées.

Parmi les rois, Gwyn ap Nudd et Midir sont parfois classés comme des fées. Gwynn ap Nudd possède une meute de chiens connue sous le nom de Cŵn Annwfn, ou les chiens de l'enfer. Nudd mène un groupe de fantômes sur The Wild Hunt à travers la campagne.

D'autres fées douces comprennent la Fair Family, ou Tylwyth Teg, et les belles fées aquatiques appelées Gwragedd Annwn, qui vivent dans des lacs, dans des habitations souterraines et récompensent des hommes curieux qui s'aventurent dans leur monde avec des fêtes et des célébrations.

Les fées galloises, moins bénignes, comprennent le Bwaganod, un lutin changeant de forme, les elfes trickster connus sous le nom de Bwbach, et les fées grincheuses et grossières de Gwyllion, dont les intentions envers les humains sont généralement bonnes mais qui trouvent du plaisir à taquiner les gens qui s'installent sur leurs terres.

Les fées vivent sur les collines, dans les vallons boisés, sous l'eau ou dans l'autre monde. Fairyland, également appelé Elfland ou Tir Na Nog, est un lieu enchanté où vivent les fées dans une communauté organisée. Cela peut-être considéré comme un univers parallèle, un endroit où le temps s'arrête et où il n'y a ni maladie ni mort. On dit que le royaume des fées est un sommet perché, mais invisible, ou composé de magnifiques cités souterraines.

Les humains qui entrent dans le royaume des fées ne peuvent pas repartir un fois que la porte se ferme derrière eux. Ceux qui partent peuvent constater que des années se sont écoulées sur la terre alors que pour eux seulement quelques minutes s'étaient écoulées dans le royaume des fées.

L'origine des fées

Il existe différentes croyances populaires pour expliquer l’origine des fées. Elles sont souvent altérées par le christianisme qui s’en est mêlé pour apporter diverses explications et il est très difficile de remonter à leur véritable origine.

Des morts

Une croyance populaire voulait que ce soit des morts, ou une certaine sous-classe des morts. Les Irlandais les appellent banshee et elles sont parfois décrites comme un fantôme. Ce sont les messagères de dieux.

Les êtres élémentaires

Selon une autre opinion, les fées étaient une espèce intelligente, distincte des humains et des anges. Dans l'alchimie, en particulier, elles étaient considérées comme des êtres éléments, tels que les gnomes et les sylphes. Ceci est rare dans le folklore, mais des récits décrivant les fées comme des "esprits de l'air" ont été trouvés dans des livres populaires.

Des Anges déchus

Une troisième croyance voulait qu'il s'agisse d'une classe d'anges "rétrogradés". Une histoire populaire a soutenu que quand les anges se sont révoltés, Dieu a ordonné la fermeture des portes du Paradis. Ceux qui étaient encore au paradis restaient des anges, ceux qui étaient en enfer devinrent des démons, et ceux qui étaient pris entre les deux devinrent des fées. D'autres soutiennent qu'elles avaient été chassées du ciel, n'étant pas assez bonnes, mais elles n'étaient pas assez mauvaises pour l'enfer. Cela peut expliquer la tradition selon laquelle elle devaient payer pour revenir au ciel ou payer la dîme en enfer. En tant qu'anges déchus, elles ne peuvent pas être des démons, mais elles peuvent être considérées comme des sujets du diable. Mais cette interprétation flaire trop le christianisme pour paraître vraie.

Des démons

Une quatrième croyance était que les fées soient des démons. Cette croyance est devenue beaucoup plus populaire avec la croissance du puritanisme. Le hobgoblin, un esprit domestique amical, est devenu un méchant gobelin. Traiter avec les fées était dans certains cas considéré comme une forme de sorcellerie et puni comme tel à cette époque. Cette explication semble toutefois trop empreinte de la période de l’Inquisition où on pouvait être considéré comme une sorcière pour un oui ou pour un non.

Des humains

Une croyance moins commune était que les fées soient en fait des humains. Un conte raconte comment une femme avait caché certains de ses enfants à Dieu, puis les cherchait en vain, parce qu'ils étaient devenus les gens cachés, les fées. Ceci est parallèle à un conte plus développé de l'origine de la huldra scandinave.

Les rires des bébés

Une histoire sur l'origine des fées apparaît en 1906 dans une nouvelle de Peter Pan. Barrie a écrit, « ... quand le premier bébé a rit pour la première fois, ont fait irruption dans un rire ses mille morceaux, et ils sont tous allés à sauter, et ce fut le début des fées. » Hummm… très étrange comme idée.

Des divinités païennes

Beaucoup de légendes Irlandaises telles que celle des Tuatha De Danann se réfèrent à ces êtres ressemblant à des fées, bien que dans des temps plus anciens, ils étaient considérés comme des Déesses et des Dieux. On a dit que les Tuatha Dé Danann provenaient des îles du nord du monde ou, dans d'autres sources, du ciel. Après avoir été vaincus dans une série de batailles avec d'autres êtres, puis par les ancêtres des actuels Irlandais, ont dit qu’ils se sont retirés au sídhe (monticules de fées), où ils ont survécu dans l'imagination populaire comme « fées ».

L'étymologie du mot

Le mot « fée » provient du latin Fata désignant une déesse de la destinée. Il est devenu « faé » en ancien français, puis « fé » en français moderne, signifiant « destiné » et « enchanté ». On l'utilisait pour qualifier tout lieu, objet ou être surnaturel. Ça voulait dire « paranormal », c'est-à-dire touché par une magie. Du mot fée provient le mot « féérie » qui est un enchantement. Les anglais utilisent toujours le mot faery, également orthographié fairy, pour désigner les fées.

Mais les cultures irlandaises et scandinaves utilisent respectivement les racines alfr (gaélique) et älf (norrois). C'est de cette racine que vient le mot « elfe ». On peut donc alors penser que dans la mythologie celtique et nordique aucune différence n'est faite entre les fées et les elfes. Tous deux sont les « petites gens » qui vivent sous terre et viennent parfois nous rendre visite. Ils ne sont pas méchants.

Connaître le nom d'une fée

Connaître le vrai nom d'un fée vous donne le pouvoir de la contrôler. C'est pourquoi on dit que les fées gardent précieusement le secret concernant leur véritable nom. Néanmoins, les mythes que nous connaissons de la mythologie incluent les noms suivants :

- Aeval : fée raine de la cour de minuit
- Aillen MacModha : elle enflamme Tara chaque année
- Aine de Knockaine : une déesse féerique
- Airmed : une déesse féerique
- Asparas (les) : fées des figuiers
- Caer : une belle fée qui a vécu comme un cygne
- cariatides (les) : fées des noyers
- Clethrad : la fée de l'aulne
- Credne : le fée-orfèvre
- Donagh : la belle épouse de Finvarra
- dryades (les) : fées des chênes
- Eri : une déesse féerique
- Finvarra : roi fée des Daoine Sidhe. Il est connu pour son habileté aux échecs et pour avoir enlevé ses futures mariées. Le vin espagnol est une offrande convenable pour lui.
- Ghillie Dhu : une fée écossaise qui porte de la mousse et des feuilles. Elle vit dans les bosquets de bouleaux.
- Goibnie : le fée-forgeron
- Heliconian : la fée du saule
- Lichtar : le fée-charpentier
- luantishees (les) : fées des prunelliers
- Melia : la fée du frêne ou du cognacier
- Melwas : le roi du pays d'été qui a enlevé Guenivere
- O'Donoghue : roi des fées Lough Lean en Irlande
- Summer : la belle reine des elfes de la lumière. Sa présence fait partir l'hiver.
- Urisk : fée écossaise masculine et solitaire qui se trouve près des plans d'eau
- Wichtlein : fée allemande des mines

Les fées dans la littérature

Dans la littérature anglaise, de nombreux poèmes, livres et pièces de théâtre célèbres impliquaient des fées. William Shakespeare a incorporé les vieilles histoires de fées dans plusieurs de ses pièces, y compris les fées qui causent le chaos romantique dans le Songe d'une nuit d'été. Le discours de la reine Mab de Mercutio dans Roméo et Juliette et le magicien Prospero et son esprit Ariel dans The Tempest ont également été influencés par la tradition celtique. L'écrivain écossais J. M. Barry a immortalisé le monde des fées dans sa pièce Peter Pan, dans laquelle figure la fée Clochette.

Toute l'œuvre arthurienne nous berce avec des histoires de fées, dont la célèbre Fée Morgane.




Lire la suite ...   
Retour à la catégorie : La mythologie celte (suite)



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le , il y a moins d'un an.