Les feux follets

Pendant des siècles, des légendes ont circulé dans le monde entier à propos de mystérieuses boules de lumière qui semblent venir de nulle part. On les voit souvent flotter au dessus des marécages ou des étangs. Les anciens les appelaient des feux follets. Nous en avons beaucoup entendu parlé mais nous n’en avons encore jamais fait l’expérience nous-mêmes. Cet article est une enquête et une investigation au sujet de ces anomalies pour voir si nous pouvons les expérimenter, les reproduire et au moins les documenter et apprendre quelque chose à leur sujet.



Le folklore au sujet des feux follets

Les anglais les appellent « will-o'-the-wisp ». Le terme provient du mot « wisp » qui est un ensemble de papier ou de brindilles servant à allumer un peu et parfois à faire des torches. L’expression correspond donc littéralement à « l’esprit de la torche ».

La croyance populaire attribue le phénomène des feux follets aux fées ou aux esprits élémentaires. Le dictionnaire des fées de Briggs fournit une longue liste d'autres noms pour le même phénomène, bien que l'endroit où ils sont observés (cimetière, tourbières, etc.) influence considérablement la dénomination. Lorsqu'ils sont observés dans les cimetières, par exemple, ils sont connus sous le nom de « bougies fantômes ».

Feu follet
Des histoires de feux follets et de lanternes fantômes se trouvent dans de nombreux contes d’Irlande, d’Écosse, d’Angleterre, du Pays de Galles, des Appalaches et de Terre-Neuve. Ça se passe presque toujours dans des marais.

Au Mexique, on les appelle « brujas » (sorcières). Le folklore explique le feu-follet comme étant des sorcières qui se sont transformées en ces lumières.

En Louisiane la légende dit que le « fi follet » est une âme renvoyée d'entre les morts pour faire la pénitence de Dieu, mais attaque plutôt les gens par vengeance. Alors qu'il participe le plus souvent à des actes malicieux et inoffensifs, le fœtus aspire parfois le sang des enfants. Certaines légendes disent que c'était l'âme d'un enfant qui est mort avant le baptême.

Les romains connaissaient déjà le phénomène du feu follet et l’appelaient ignis fatuus (« feu idiot »).
 

Les explications scientifiques des feux follets

La première tentative pour expliquer scientifiquement les causes de l'ignis fatuus a été faite par le physicien italien Alessandro Volta en 1776 lorsqu'il a découvert le méthane. Il propose que les phénomènes électriques naturels (tel que la foudre) interagissant avec les gaz des marais puissent être à l'origine de l'ignis fatuus. Ceci a été soutenu par le polymathématicien britannique Joseph Priestley dans sa série de travaux Expériences et Observations sur Différents Types d'Air (1772-1790); et par le physicien français Pierre Bertholon de Saint-Lazare dans De l'électricité des météores (1787).

Les premières critiques concernant l'hypothèse du gaz des marais l'ont souvent rejetée pour divers motifs, notamment l'absence de chaleur spontanée, l'absence de chaleur dans certains ignis fatuus, le comportement étrange de l'ignis fatuus à son approche et les différences sortes de feux follets. C’est aussi étonnant qu’on les observe souvent au dessus des cimetières alors que ce ne sont pas des marécages.

Les lumières de Joplin

L'un des phénomènes paranormaux les plus négligés à l’heure actuelle est celui des lumières fantômes, les feux follets. Partout dans le monde, il y a des endroits où ces lumières mystérieuses ont été observées et étudiées. Pourtant, aucune explication définitive n'a été produite !

Il existe une ville aux États-Unis qui s’appelle Joplin et qui a été le théâtre de nombreuses manifestations de ces lueurs, si bien qu’aux Etats-Unis on leur a donné le nom de « Joplin spooklights » (les lumières de Joplin). David Glidden, un chercheur en paranormal depuis plus de 10 ans, a étudié ce phénomène.

Une enquête paranormale menée en 2009 a conduit à certains e.v.p intéressant (phénomènes de voix électroniques). Ceci rend le phénomène encore plus troublant car il ne s’agirait pas seulement de lueurs visibles à l’œil nu qui apparaissent mais de quelque chose de bien plus mystérieux encore.

Les feux follets de Seneca

Seneca est une localité du Missouri qui se trouve à 29 km de Joplin. Les rapports sur ces phénomènes de lumières étranges remontent au milieu du XIXe siècle. Ils sont originaires des résidents d'une petite zone autour de la route E50 à la frontière entre le sud-ouest du Missouri et l'Oklahoma.

Aujourd'hui, les histoires de « lumières fantômes » sont communes dans la région. L'agent de police de Seneca, Sam Charles, se souvient avoir conduit sur l'autoroute E50 lorsque la lumière a commencé à suivre sa voiture, rebondissant d'arbre en arbre.

Pour les voir, il faut être calme et tranquille, et cela viendra
 
nous explique Roy Lee Hoover, un habitant de Seneca qui les a vu à plusieurs reprises.

Plus vous êtes calme, plus elles seront proches.
 

Les administrations locales et les scientifiques ont eu du mal à expliquer ces phénomènes. Le corps des ingénieurs de l'armée américaine a étudié le phénomène en 1946 mais n'a pas pu en déterminer une cause. La conclusion du rapport était : « lumière mystérieuse d'origine inconnue ».

Certains croient que la lumière représente les fantômes de deux jeunes amoureux de la tribu des Quapaw qui se cherchent. D'autres offrent une explication plus banale : les phares sont des phares de voitures sur l'Interstate 44. Beaucoup sont en désaccord avec cette explication, car les descriptions des apparitions datent d'avant la construction de l'autoroute.

Certains essaient de justifier ces lueurs et ces feux par la présence de gaz de marais, mais il n'y a pas de marécages autour, juste des bois. Et même si c’était du gaz ça n’expliquerait pas comment les lumières peuvent suivre les gens. Ça ne peut pas être du gaz.

Les habitants déclarent que les lumières peuvent encore être vues autour de la E50 se cacher entre les arbres. Si vous voulez les voir, disent-ils, il faut juste être patient et tranquille.

Il s’agirait d’orbes incandescentes, collectivement connues sous le nom de Spook Light.

Du gaz au dessus de marécages

L’explication scientifique la plus répandue pour expliquer le phénomène des feux follets est celle de gaz inflammable qui se dégage de la matière en décomposition dans les marécages. Ce serait un mélange de méthane et d’autres gaz. Mais comment ces gaz peuvent-ils s’enflammer et particulièrement la nuit ?

Les Spooklights de Seneca sont généralement décrit comme une seule boule de lumière ou un groupe serré de lumières qui sont censés apparaître régulièrement dans une certaine zone, généralement la nuit.

Si on les voit la nuit c’est parce que le jour elles passeraient inaperçues, certes, mais alors pourquoi les témoins nous disent que les meilleures chances de repérer ces lumières surviennent juste après la tombée de la nuit. En effet, il est rare de voir des feux follets vers 3 ou 4 heures du matin. Il y aurait donc bien une raison pour qu’ils apparaissent au tout début de la nuit et non plus tard.

La couleur n'est pas non plus cohérente : certains témoins rapportent une lueur verdâtre tandis que d'autres la décrivent comme orange, rouge, jaune ou même bleue. On dit presque toujours qu'elle a la forme d'un ballon, bien que certains disent qu'elle ressemble plus à une lanterne de camping flottant à quelques pieds du sol.

La plupart des témoins de ces lumières disent les voir osciller, danser ou même à se diviser en plusieurs globules de lumière.

Des phares de voiture

D'autres explications sur l'apparition de la lumière prétendent que ce sont des gaz atmosphériques affectés par les champs électriques. Un professeur de l'Université de l'Arkansas a étudié la lumière de Joplin dans les années 1960 et a suggéré qu'il s'agissait d'un objet fixe.

En 2014, le professeur Allen Rice de l'Université du centre de l'Oklahoma a enquêté sur le Spooklight avec une équipe d'enquêteurs appelés les boomers et a découvert que la source de la lumière était des phares de voiture et feux arrière, à 10 km à l'ouest du point de vue. Il a mené une expérience avec les baby-boomers et a réussi à recréer la lumière avec les phares d'une voiture à partir de la jonction de E 50 et de la State Highway 137 située au sud de Quapaw. Le 3 avril 2015, un film a été diffusé expliquant la théorie du groupe sur la source du Spooklight.

Mais ces explications ne tiennent pas beaucoup la route quand on sait qu’il n’y avait pas de voitures au milieu des années 1800.

L’explication de dramatic.fr : un mirage

En rebondissant sur les conclusions des expériences menées dernièrement on pourrait presque en déduire qu’il s’agit d’un mirage comme on peut en voir dans le Sahara. Ces lueurs seraient en fait des lumières qui se trouvent à plus de 10 km de là où on les voit apparaître. C’est le reflet de ces lumières sur la couche atmosphérique qui les feraient apparaître à un autre endroit. Elles apparaissent en début de nuit car c’est le moment où les gens sont chez eux en train de dîner et qu’il y a de la lumière dans leur salle à manger. Plus tard dans la nuit, toutes les lumières sont éteintes car les gens dorment.

Si les lumières sont vues en train de danser ou d’osciller c’est simplement le vent faisant bouger la couche atmosphérique dense qui produit ces mouvements.

Mais ça n’explique pas totalement que les lumières aient suivi certains témoins.

La science moderne

En science moderne, il est généralement admis que la plupart des ignis fatuus sont causés par l'oxydation de la phosphine (PH3), du diphosphane (P2H4) et du méthane (CH4). Ces composés, produits par décomposition organique, peuvent provoquer des émissions de photons. Puisque les mélanges de phosphine et de diphosphane s'enflamment spontanément au contact de l'oxygène de l'air, il suffirait de petites quantités de ces composés pour allumer le méthane, beaucoup plus abondant, afin de créer des incendies éphémères. En outre, la phosphine produit du pentoxyde de phosphore comme un sous-produit, qui forme de l'acide phosphorique au contact de la vapeur d'eau.

En 2008, les chimistes italiens Luigi Garlaschelli et Paolo Boschetti ont tenté de recréer certaines expériences. Ils ont réussi à créer une faible lumière froide en mélangeant de la phosphine avec de l'air et de l'azote.

Les observations d'Ignis fatuus sont rarement rapportées aujourd'hui. On pense que le déclin est le résultat de l'assèchement et de la récupération des marécages au cours des derniers siècles pour en faire des zones agricoles. On pense aussi que c’est du à la raréfaction des fées et des elfes que l’on rencontre, il est vrai, de moins en moins souvent à notre époque.


Lire la suite ...   


Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 16 Avril 2018. Il est à jour.