Les crop-circles

Crop-circle de Knap Hill, près de Alton Priors, Wiltshire
Knap Hill, près de Alton Priors, Wiltshire, 5 août 2001
Il y a quelques années Hollywood a produit une fiction basée sur le phénomène inexpliqué des « crop circles ». Il s'agissait du film « Signes »  avec Mel Gibson. Il est esthétique, fascinant et c'est vraiment une agréable distraction.

Dans un immense champ de maïs, une nuit, soudainement et silencieusement, des zones sont aplaties en spirales ou en tourbillons, formant des anneaux et des cercles. Des cassures franches semblent systématiquement avoir été faites sur les tiges de maïs. Les tiges sont pourtant intactes. Aucun engin n'a roulé dessus. Les tiges, encore vertes, sont pliées, mais pas cassées. Les plants sont encore en vie.

Un tel phénomène est étrange et spectaculaire. Il n'y a aucune empreinte et aucune trace pouvant justifier qu'un être humain ait pu pénétrer dans le champ pour faire cela. Il s'agit d'un phénomène appelé « crop circle ». Ce cas reporté au cinéma n'est pas rare et se rencontre régulièrement en vrai, exactement de la même façon. Il est grand temps de faire la lumière sur ces phénomènes mystérieux.


 

L'historique des cercles de cultures

Bien qu'un crop circle ait été rapporté de façon occasionnelle aussi loin que le XVIe siècle, en vérifiant les sources on s'aperçoit que la récolte a été en réalité coupée. Ça ne ressemble en rien aux formations modernes où les tiges ne sont que pliées mais où la plante peut encore pousser. Donc, il y a une absence totale d'historique en la matière. Toute théorie acceptable doit répondre à la question que tout le monde se pose :

Pourquoi ce phénomène n'a pas commencé avant les années 1960 ?
 

Crop Circle Newhouse Farm, près de Acton Turnville
Newhouse Farm, près de Acton Turnville, North Somerset. le 5 août 2001
À bien des égards, la première histoire des cercles appartient à la communauté des ovnis. Les rapports sur les marques circulaires ont été étudiés à plusieurs reprises par des chercheurs en ufologie et ont souvent été interprétés comme des sites de débarquement d’ovnis. L'un des premiers crop circles s'est formé parmi les roseaux d'Australie à Tully en 1966. Un témoin sur place a signalé avoir vu un "OVNI" décoller, laissant une parcelle de roseaux déracinés et dispersés, de forme circulaire, qui est connue sous le nom de nid d'OVNI. Mais les crop-circles ne sont parvenus à l'attention du public qu'avec l'explosion de leur nombre dans les années 1980. D'environ trois mètres de large dans les comtés anglais du Hampshire et de Wiltshire, ils ont grandi pour être aussi grand que les champs le permettent. Ils se sont répandus dans le monde entier, avec des pointes en fonction de l'intérêt que leur portaient les médias.

Les crop circles étaient des cercles tout d'abord assez simples dans les champs de céréales. Comme le phénomène a attiré de plus en plus d'attention, les cercles sont devenus plus élaborés. Des cercles liés, des tourbillons et des spirales sont devenus trop complexe pour être appelé cercles, on en vint à leur donner le nom de « pictographes de cultures ». Il y a même eut l'apparition d'un triangle. Le nom d' « agriglyphe » jouissait également d'une certaine popularité.

Plus de 1000 crop circles se sont formés en 1990 seulement. Le 12 Août 1991, à Ickleton près de Cambridge, un ensemble de Mandelbrot est apparu dans un champ de blé. Ce fut un plaisir pour les fans de fractales de voir la signature de leur nouvelle forme d'art aménagé si merveilleusement. Les aliens étaient-ils en phase avec la mode des humains ?

Ce fut un chercheur sur les ovnis qui réalisa la première enquête enregistrée sur un cercle au Royaume-Uni. En août 1980, le Wiltshire Times signalait une formation de trois cercles apparus près de Westbury, sous l'un des chevaux blancs sculptés à la craie et éparpillés sur les flancs des collines de cette région. Lan Mryzyglod a enquêté sur les cercles et a conclu qu'ils n'étaient pas des « marques d'atterrissage » d'un OVNI. Il a ensuite contacté le Dr Terence Meaden, un physicien atmosphérique, qui a suggéré que la cause probable était un tourbillon d’été.

Les céréalogistes, comme on les appelait, ont proposé de nombreuses théories. L'une des plus populaire veut que les crop circles soient créés par des extraterrestres. Les céréalogistes admettent que de nombreux crop circles sont des canulars, mais il y en a beaucoup, disent-ils, qui défient l'interprétation des plus sceptiques.
 

Les théories expliquant les crop-circles

Voici les théories qui ont été le plus souvent avancées pour expliquer les crop circles :

1. Les crop circles sont créés par des extraterrestres. Quelques témoins ont rapporté avoir vu des lumières étranges et des soucoupes volantes ainsi que d'autres indicateurs aliens. Hollywood favorise cette explication.

2. La théorie de l'énergie de la Terre indique que les crop circles sont un message de la Terre en nous disant d'arrêter de la polluer. Cette théorie est revendiquée par quelques écologistes.

3. Les cercles sont le résultat d'un champignon qui imagine une manière extravagante d'améliorer les ronds de sorcières familiers créés par des champignons.

4. Il existerait des champs magnétiques et électriques souterrains qui provoquent soudainement l'écrasement des plants. Ils sont éventuellement associés à des restes d'anciennes plantations ou de bâtiments.

5. Les cercles sont le résultat de courants descendants d'avions ou d'hélicoptères. En fait, une théorie propose que les cercles sont le résultat des pilotes d'hélicoptère volant à l'envers au-dessus de la culture.

6. Ils sont les résultats de vents tourbillonnants ou de tornades qui créent des cercles. Les cercles se rencontrent généralement en été, le soir ou le matin, quand l'air est encore chaud. Les vents tourbillonnants s'élèvent du sol chaud. On rencontre souvent les cercles près de collines, ce qui donne lieu à l'idée que la présence des collines provoque des courants d'air étranges et contribue donc à la formation de vent en tourbillons.

7. Les crop circles sont formés par un tourbillon de plasma. Cette théorie a été proposée par le physicien et météorologiste Dr Terence Meaden dans son livre Les Cercles : Effet et mystères. Rejetant l'hypothèse extraterrestre, il a proposé qu'un phénomène naturel était à son origine. Il a défini un vortex de plasma comme « une masse d'air qui a accumulé une fraction importante d'électricité et le vent est entré dans un état ionisé appelé plasma ». Le tourbillons peuvent devenir des boules de plasma semblables à la foudre, en apparence, sauf qu'elles sont beaucoup plus grandes et vivent plus longtemps (Meaden, cité dans Nichell & Fischer 1987, p. 137). Certains témoins ont rapporté des lumières et des grondements, ce qui est cohérent avec la théorie du plasma et des vortex ainsi qu'avec les aliens.

8. La dernière théorie : ce sont tous des canulars.

Élimination méthodique des théories

Les communications de la Terre nourricière sur le sujet de la pollution s’adaptent aux philosophies actuelles. Cependant, la théorie manque de tout moyen physique par lequel la Terre aurait pu créer les cercles. Elle ne parvient pas à expliquer pourquoi les cercles sont créés dans certains pays et non dans ceux qui ont de plus grands problèmes de pollution. Cela n'explique pas non plus pourquoi les cercles ont commencé dans les années 1960, alors que l'ère industrielle qui a démarré un siècle plus tôt aurait causé à juste titre à la Terre des préoccupations similaires.

Rien ne peut être trouvé qui détecte les champs magnétiques ou électriques souterrains, et on ne connait certainement rien qui soit assez puissant pour plier le blé et le maïs, qui ne sont ni métalliques ni sujets à une forte force électrique ou magnétique. Des énergies étranges et indéfinies sont détectées par les radiesthésistes avec leurs différentes baguettes d’énergie. À ce jour, ils ont également défié toute détection par des moyens scientifiques.

Il n’a pas été démontré que la présence de ruines et de bâtiments souterrains était en corrélation avec l’apparition de crop circles, ou produisait des forces ayant la force de plier les tiges. Et pourquoi ces champs d'énergie courberaient-ils soudainement une tige alors qu'elle n'a pas été affectée depuis des mois ?

Le champignon ne peut pas être détecté, pas plus qu’on ne puisse expliquer pourquoi un tel champignon courbait les tiges de manière aussi nette.

Les pilotes affirment avec certitude que les hélicoptères seraient facilement détectés par leurs restes écrasés au milieu du terrain si quelqu'un essayait de telles acrobaties. Toute forme de descente d'avion ou d'hélicoptère laisserait des bords moins définis tandis que la flexion ne serait pas aussi uniforme.

Un tourbillon de vent ne pourrait pas non plus créer un contour aussi net. Cette explication dépend de la chaleur de l’été pour la création de tourbillons et a donc une belle corrélation avec le modèle des saisons de crop circles ; mais il en va de même pour la corrélation de l'été avec le moment où les récoltes sont prêtes, grandes et pourtant flexibles, parfaites pour plier à plat. En fait, il est très difficile de casser les tiges des cultures à ce stade. Un cercle de tiges cassées serait un exploit beaucoup plus impressionnant.

La proximité de nombreux crop circles avec des collines est également citée comme support pour les tourbillons éoliens, mais les fraudeurs ont aussi un avantage à vouloir voir leur travail d’en haut. La physique du vent et des collines créant de tels tourbillons n'a jamais été développée de manière convaincante.

Les vortex de plasma sont inconnus des météorologues et n'ont jamais été enregistrés ni détectés. C’est une théorie délicieusement créative, mais qui manque de preuves. Cela ne correspond pas non plus à l'évidence des cercles distincts, en particulier parce qu'ils sont devenus de plus en plus complexes. Bien qu'il soit nécessaire d'expliquer de manière rationnelle pourquoi de tels cercles ne sont pas signalés avant 1980, il s'agit d'une cause plausible de certains cercles simples et mérite des recherches plus approfondies.

Les théories sur les tourbillons plasmatiques et les extraterrestres s'appuient sur des témoignages oculaires. Lorsque les théories ont été largement diffusées, les récits de témoins oculaires les appuient. Un adolescent a réussi à soutenir les deux en décrivant son témoignage apparent de la création d'un crop circle près de Margate, dans le Kent, en août 1989 à un journal (tout en prenant une photo). Il a décrit « un vortex en spirale de lumière clignotante » qui « ressemblait à une parabole renversée de télévision par satellite avec de nombreuses lumières clignotantes ».

L’apparition de crop circles est un phénomène localisé, le Wiltshire et le Hampshire étant les comtés les plus favorisés. La ville de Warminster, dans le Wiltshire, est considérée comme la capitale des ovnis de l'Angleterre. Il n'était donc pas surprenant que les crop circles à proximité soient interprétés comme des sites d'atterrissage d'ovnis.

Les motifs devenant de plus en plus complexes, il était de plus en plus difficile pour ceux qui proposaient des phénomènes naturels d’expliquer la création de crop circles sans la participation d’êtres intelligents. Des humains ou des extraterrestres ?

Les canulars de crop-circles sont nombreux

Utilisant une planche de bois et un bout de corde comme seuls outils essentiels, certains ont eu recours à des bouts de fil attachés à des chapeaux pour leur permettre de s’aligner sur un point de repère lointain et ainsi gagner en précision de direction. S'ils relient leurs bras et ont une planche chacun, un cercle peut être créé en un rien de temps. Les premiers à avoir avoué étaient Doug Bower et Dave Chorley, deux artistes britanniques à la retraite qui avaient soixante ans à la fin de leurs 15 années de farces. En 1991, ils ont prétendu avoir simulé plus de 200 crop circles et en avoir connu d'autres qui en avaient fait autant. Ils ont commencé par marcher simplement dans des cercles de plus en plus grands à partir d'un pieu central en utilisant un morceau de bois horizontal pour aplatir le maïs. Ils entraient et sortaient des champs le long des « lignes de tramway » laissées par les tracteurs.

Les céréologues, qu'on appelle aussi communément « croppies », conviennent que beaucoup de crop circles sont le résultat de canulars, mais ils disent que certains sont au-delà des capacités de l'homme. Pat Delgado, un ingénieur et céréologue qui a rédigé le document Circular Evidence avec un autre ingénieur, Colin Andrews, en 1989, est l’un des céréologologues les plus connus. En 1991, le journal britannique Today demanda à Bower et à Chorley de simuler un crop circle. Ils l’ont ensuite fait inspecter par Pat Delgado, qui a déclaré qu’aucun humain n’aurait pu le fabriquer. D'autres journaux et chaînes de télévision ont fait des crop circles fictifs pour tenter de duper leurs rivaux. Malgré les embarras publics de ce type, de nombreux spécialistes en céréologie continuent de penser qu'un petit pourcentage des crop circles peuvent être réellement fabriqués par des extraterrestres.

Les cercles complexes sont devenus des signes et des messages des races étrangères aux humains. Les lumières dansantes parfois vues sur les sites de cercles pourraient-elles avoir quelque chose à voir avec les torches dont les auteurs de canulars ont besoin pour y voir la nuit ? Nous ne pouvons pas prouver que tous les crop circles sont fabriqués par l'homme sans une enquête intensive et coûteuse sur chacun d'eux au fur et à mesure qu'ils se produisent. Personne n’a l’argent et la motivation nécessaires pour organiser une campagne de cette envergure. Il reste donc la question : si nous ne pouvons pas vérifier chacun d’eux, que devrions-nous croire ? Tant que l’on ne nous présentera pas un cercle qui dépasse les compétences de l’humain, il n’y a aucune raison de croire qu’il existe une race étrangère derrière tout cela. Nous ne pourrons jamais prouver qu'il n'y a pas de crop circles qui sont fabriqués par des extraterrestres. Nous devons appliquer le principe du rasoir d’Occam qui veut que s’il existe une explication complexe et une explication simple, des preuves solides sont nécessaires pour accepter la complexité. À ce jour, nous n’avons aucune preuve que les crop circles soient l’œuvre d’une race d'aliens parcourant de grandes distances, inconnus de nous et non détectés par nous, et parvenant à pénétrer inaperçus dans les champs pour créer un phénomène pouvant être créé simplement par des humains.

Quelle est la motivation des farceurs ?

Pourquoi quelqu'un simulerait-il un crop circle et se tairait-il ensuite ? La plupart restent anonymes car, quelle qu'en soit leur beauté, il s’agit de graffitis. Et il existe le petit problème des dommages criminels et des agriculteurs en colère. Pour d'autres, c'est le plaisir de tromper les croppies qui les motivent. Faire en sorte que votre crop circle soit certainement considéré comme celui d'un extraterrestre est un véritable buzz pour les joueurs. Les chercheurs Joe Nickell et John F. Fischer, dans une étude réalisée pour le Comité d’investigation scientifique sur les phénomènes paranormaux en 1991, parlent du « facteur de timidité ». Les crop circles sont presque exclusivement faits la nuit. Ils n’ont pas tendance à apparaître dans les champs sous surveillance et, pendant de nombreuses années, personne n’a revendiqué cette responsabilité. Doug Bower et Dave Chorley sont restés silencieux pendant 15 ans. Même la femme de Bower, Irene, ignorait tout de leur travail. Bower et Chorley ont avoué avoir imaginé l'idée lors d'un pot et leur but était simplement de tromper les ufologues. En commençant par de simples cercles et une barre d'acier épaisse, ils n'ont pas attiré l'attention. Passant aux planches et aux cordes, ils ont dessiné des figures plus complexes. Quand leurs efforts furent finalement remarqués, ils se réjouirent des affirmations des scientifiques et des ufologues selon lesquelles aucune intelligence humaine ne pourrait créer de telles merveilles. Suivant de près les commentaires sur chacune de leurs créations, ils se sont développés de manière artistique et se sont réjouis de l’attention qui était accordée à leurs œuvres et de leur capacité à confondre les scientifiques.

Plus récemment, les agriculteurs se sont rendus compte qu'ils pouvaient gagner de l'argent en chargeant les gens d'effectuer des crop circles dans leurs champs. On assiste également à un commerce houleux de photographies de haute qualité du plus impressionnant des crop circles. Et ainsi, l’emphase a changé et de nombreux crop circles ont été générés par des personnes qui s’appellent ouvertement des « artistes des cercles de culture ». Certains agriculteurs les encouragent et demandent des frais de visionnage, en les faisant passer pour des mystères exotiques ou en les reconnaissant comme de véritables œuvres d'art. Une courte recherche sur Internet vous fournira des photographies incroyables de superbes œuvres d'art. Peu d'artistes ont le plaisir de photographier leurs travaux à partir d'hélicoptères et ces images sont publiées dans le monde entier, sans frais pour eux-mêmes. Les champs sont leur toile. Ces artistes vont encore courber les tiges pendant longtemps.

Les vrais phénomènes inexpliqués de crop-circle

Alors que les chercheurs ont commencé à accumuler des données, des événements plus anciens ont été révélés. Ces premiers enregistrements ont pris une plus grande importance lorsque le sujet a par la suite été entouré de controverses. Le docteur Meaden a publié des témoignages oculaires sur la formation de cercles au Royaume-Uni, dont l'un remontait aux années 1930. Le témoin, Katherine Skin, s'est rappelée avoir vu deux cercles se former lors d'une chaude journée d'août 1934 à Cambridgeshire. Leur apparition était précédée par un tourbillon dans lequel les tiges, les graines et la poussière étaient visibles. À l'intérieur du cercle, elle vit que certaines tiges avaient été tressées.

Un autre témoin a décrit un événement survenu dans le sud du pays de Galles, dans les années 1940, et Meaden a également évoqué une double bague photographiée en 1960 dans le Gloucestershire. Cela a été rapporté dans le Evesham Journal et a attiré un grand nombre de visiteurs.

Andrews et Delgado citent le cas d'un agriculteur, Simon Brown, se souvenant des cercles de sa ferme à Headbourne Worthy presque chaque année depuis 1958. Paul Fuller, dans le numéro 14 de The Crop Watcher, énumère un certain nombre d'autres cercles précoces, notamment des rapports venant des Pays-Bas, du Canada, de France, d'Australie, de Nouvelle-Zélande, de Suède, de Turquie et des États-Unis. La liste contient 78 éléments, principalement des anneaux, des cercles simples ou des ellipses et plusieurs cercles.

L’exemple le plus célèbre a peut-être été publié par Bob Rickard, qui a découvert une gravure sur bois de 1678 dans un livre sur le folklore, Bygone Hertfordshire, montrant un démon (« Mowing Devil ») à l’œuvre, créant un crop circle primitif. Le texte raconte comment un agriculteur, qui était en conflit avec son exploitant agricole au sujet du montant de son salaire, jura qu'il préférait que le diable coupe la récolte. La nuit suivante, une lumière de feu a été observée dans le champ et il a été découvert que la culture était coupée en cercles précis. Bien que cela ait été contesté en tant que représentation du phénomène crop-circle que nous reconnaissons aujourd'hui (principalement en raison de la description de la culture comme étant coupée et non pliée), il semble indéniable que les cercles se forment depuis de nombreuses années.

Les études scientifiques sur les crop-circles

En 1987 le Dr Terence Meaden crée un groupe de recherche appelé CERES, nommé d'après la déesse romaine de l'agriculture. C'est grâce à l'organisation du Dr Meaden qu'un autre événement s'est produit en 1988. Il a relaté l'expérience de Tom Gwinnett, qui conduisait près de son champ de blé biologique lorsque sa voiture a calé et que les phares se sont éteints. Il a ensuite observé des éclairs de lumière parmi les épis de blé, convergeant vers une forme de lumière jaune orange qui tournoyait, émettant un bruit semblable à une machine à coudre de l'ancien temps. Au bout d'une minute environ, la lumière s'éteignit et ses phares s'allumèrent. Le lendemain, un cercle de 8 mètres a été découvert sur le site où la forme lumineuse avait été observée.

Différentes tentatives sont entreprises pour mener une enquête scientifique sur les cercles. Nous avons déjà vu qu'un scientifique, le Dr Meaden, était l'un des premiers à s'intéresser au sujet, mais d'autres ont essayé d'appliquer des méthodes d'investigation scientifiques avec plus ou moins de succès. L'un des objectifs de cette recherche était de trouver un "test" qui permettrait de distinguer les « vrais » cercles des événements créés par l'homme : un « détecteur de mensonge » pour les cercles. À cette fin, une grande partie du travail scientifique réalisé consistait à tester des échantillons, de sol ou de culture, afin de déterminer si des différences significatives pouvaient être détectées entre les échantillons venant du cercle et ceux venant du même champ.

Recherches sur le plasma

Au fur et à mesure que les idées de Meaden intégraient le concept de plasmas, il avait été contacté par des chercheurs japonais dont l'un, Yoshi-Hiko Ohtsuki, expérimentait la production de petites boules de plasma dans un laboratoire de l'Université de Waseda. En 1991, un employé du réseau de métro de Tokyo a pris contact avec Ohtsuki, pensant qu'il serait intéressé par une découverte faite par des agents de maintenance. Il s'agissait de marques circulaires laissées dans la terre et sur les murs des tunnels, dont certaines avaient des anneaux. De retour dans son laboratoire, il a été capable de reproduire un effet similaire, en modifiant simplement son équipement existant pour générer et observer des boules de plasma, ou « plasmoïdes » : en plaçant un plateau en aluminium dans la chambre à micro-ondes, il a pu enregistrer l'empreinte laissée par les plasmoïdes. L’importance de ceci était de confirmer expérimentalement que les billes de plasma pouvaient, dans un milieu approprié, produire des anneaux et des cercles, comme l’a suggéré le Dr Meaden. Il s’agissait d’événements de très petite envergure, difficilement comparables avec la taille même de petits cercles. Cependant, certains témoignages oculaires de masses lumineuses plus grandes associées à des cercles ultérieurs correspondent bien à ce que pourrait ressembler un tel événement à grande échelle. Mais la nature imprévisible de tels événements rend la détection et l'enregistrement extrêmement difficiles.

Lors de la conférence du Dr Meaden à Oxford en 1990, il a été présenté une éventuelle preuve radar d’un grand plasmoïde se déplaçant à une vitesse rapide, détecté par le radar d’un navire.

Recherche sur les cultures et les sols

L'avantage des recherches sur des échantillons de cultures ou de sols est de pouvoir contrôler un plus grand nombre de variables et d'appliquer les résultats sans ambiguïté au cercle en question. En 1990, Colin Andrews a fait référence à des expériences qui démontraient qu'un « changement moléculaire » s'était produit dans des échantillons de grain d'un cercle. Cela a été publié plus tard, sous forme de photographies dans The Latest Evidence, avec un texte affirmant qu'il s'agissait d'une preuve que toute explication météorologique était « morte ». Malheureusement, cela était aussi prématuré que l'annonce d'un « événement majeur » au château de Bratton, car le « laboratoire » en question, situé à Stroud, dans le Gloucestershire, s'est révélé incapable de révéler la nature exacte du processus utilisé pour obtenir le motif des cristaux à partir du grain de l'échantillon. La correspondance ultérieure de Lord Haddington avec les opérateurs du laboratoire, au nom du Center for Crop Circle Studies, est restée sans réponse.

Le collègue d’Andrews, Pat Delgado, avait envoyé des échantillons à un biophysicien américain, W. C. Levengood, au cours de la même saison, et les premiers rapports de son analyse étaient plus significatifs. Ils ont semblé démontrer que les plantes d'une formation étaient affectées par une anomalie génétique rare, absente des échantillons de contrôle du même champ. L'année suivante, un effort plus sérieux, sous la direction de Michael Chorost, a été entrepris. Au cours de la saison, il a prélevé des échantillons dans plusieurs formations du Wiltshire et, à son retour aux États-Unis, les a soumis à divers tests, sur lesquels étaient fondées certaines allégations assez sensationnelles.

Au début de la saison 1991, un biologiste, Kay Larsen, avait examiné un échantillon d'orge provenant d'un cercle situé à Cornwall. Il a signalé que les nœuds de la tige étaient gonflés et que les cellules semblaient avoir été soumises à une chaleur intense pendant une courte période. Les échantillons de Chorost, lorsqu'ils ont été testés par le Dr W. C. Levengood semble le confirmer lorsque des photographies ont été réalisées montrant des modifications microscopiques des parois cellulaires et un effet de noircissement lorsque la surface des feuilles avait été carbonisée. Levengood et Larsen ont tous deux conclu que les plantes auraient pu être soumises à une brève mais intense explosion d'énergie.




Lire la suite ...   


Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 12 Octobre 2018. Il est à jour.