Les lignes de Nazca

Lignes de Nazca
Alors qu'un avion survole le haut désert du sud du Pérou, l'uniformité pâle et terne des rochers et du sable s'organise et change de forme. Des lignes blanches très distinctes ressortent du ton roux des rochers. Des bandes de blanc s'entrecroisent dans un désert si sec qu'il pleut moins d'un cm chaque année. Le paysage change au fur et à mesure que les lignes prennent forme pour former des motifs géométriques simples : trapézoïdes, lignes droites, rectangles, triangles et tourbillons. Certains des tourbillons et des zigzags commencent à former des formes plus distinctes : un colibri, une araignée, un singe.

Ce sont les célèbres lignes de Nazca, sujet de mystère depuis plus de 80 ans. Comment ont-elles été formées ? À quoi auraient-elles servi ? Est-il possible que des civilisations presque primitives, il y a des centaines d'années, aient composé des lignes avec des matériaux naturels qui se poursuivent sur des kilomètres et des kilomètres, tracées sans inexactitudes géométriques et visibles uniquement du ciel ? Les extraterrestres étaient-ils impliqués dans leur création ? Certaines lignes ressemblent à des pistes d'atterrissage. Est-ce un aérodrome pour OVNI ?

 

Description de la zone

Les lignes de Nazca
Les lignes se trouvent dans une région du Pérou à plus de 300 km au sud-est de Lima, près de la ville moderne de Nazca. Il s'agit d'une plaine entre les vallées Inca et Nazca. Dans cette plaine, sur une zone de 60 km de long et 1,6 km de large, se trouvent au total un assortiment de plus de 800 lignes parfaitement droites, de 300 figures géométriques et de 70 conceptions animales et végétales, également appelées biomorphes. Certaines des lignes droites atteignent jusqu'à 15 km de long, tandis que les biomorphes vont de 15 à 360 m de large (aussi grand que l'Empire State Building).

Beaucoup de lignes sont parallèles, d'autres se croisent en formant de grandes formes géométriques. Dans et autour des lignes se trouvent aussi des zones trapézoïdales, des symboles étranges, et des images d'oiseaux et de bêtes toutes gravées sur une échelle géante qui ne peut être appréciée que du ciel.

Les figures sont de deux types : les biomorphes et les géoglyphes. Les biomorphes sont quelques 70 figures zoomorphiques représentant des animaux ou des végétaux comme par exemple une araignée, un colibri, un singe et un pélican de 300 m de long. Les biomorphes sont regroupés dans une zone de la plaine. Certains archéologues croient qu'ils ont été construits entre 200 ans avant JC et environ 800 ans de notre ère.

Il y a environ 900 géoglyphes dans la plaine. Les géoglyphes sont des formes géométriques qui comprennent des lignes droites, des triangles, des spirales, des cercles et des trapèzes. Ils sont énormes en taille. La plus longue ligne droite fait 15 km à travers la plaine.

On trouve aussi quelques figures anthropomorphes (figures qui ressemblent en quelque sorte à des corps humains stylisés). La plus connue est celle du cosmonaute.

Découverte et théories

Bien qu'elles aient été découvertes par l'archéologue péruvien Toribio Mejia Xesspe lors de ses randonnées dans les contreforts environnants en 1926, les formes sont si difficiles à voir au sol qu'elles ne furent pas connues avant les années 1930 quand les avions les ont repéré. En effet, autour du plateau de Nazca il n'y a ni collines ni montagnes d'où l'on puisse observer ce travail stratosphérique et fantastique.

La plaine, entrecroisée par ces lignes géantes avec beaucoup de rectangles, a une ressemblance frappante avec un aéroport moderne. L'écrivain suisse Erich von Daeniken a même suggéré qu'elles avaient été construites pour la commodité des anciens visiteurs de l'espace pour débarquer leurs navires stellaires. Aussi tentant que cela puisse être de souscrire à cette théorie, le sol du désert à Nazca est de la terre meuble et de la pierre meuble, pas de l'asphalte, et il ne supporterait pas les roues d'un avion ou d'une soucoupe volante à l'atterrissage.

Alors, pourquoi les lignes sont-elles là ?

Le professeur américain Paul Kosok a enquêté au Pérou dans les années 1940 et s'est retrouvé au pied d'une ligne le 22 juin 1941, juste un jour après le solstice d'hiver. À la fin d'une journée entière à étudier les lignes, Kosok leva les yeux de son travail pour observer le coucher de soleil en alignement direct avec la ligne. Kosok a appelé le tronçon de 500 km carrés de ce désert « le plus grand livre d'astronomie du monde ». Il a suggéré que les lignes étaient astronomiques et que la plaine servait d'observatoire géant.

Gerald Hawkins, un astronome américain, a testé cette théorie en 1968 en alimentant la position d'un échantillon de lignes dans un ordinateur et en faisant calculer par un programme combien de lignes coïncidaient avec un événement astronomique important. Hawkins a montré que le nombre de lignes significatives sur le plan astronomique était à peu près le même que celui qui serait le résultat d'un pur hasard. Cela semble très improbable que Nazca soit un observatoire astronomique.

Kosok a été suivi par l'Allemande Maria Reiche, qui est plus célèbre sous le nom de « Lady of the Lines ». Maria Reiche a étudié les lignes pendant 40 ans et s'est battue avec acharnement pour ses théories voulant que ce soit un calendrier astronomique (elle a d'ailleurs reçu une bourse du National Geographic en 1974 pour son travail). L'hypothèse est renforcée par l'araignée qui représenterait les changements dans la constellation d'Orion au cours des siècles. Reiche a lutté seule pour protéger le site; elle vivait même dans une petite maison près du désert afin de protéger personnellement les lignes contre les visiteurs imprudents.

La meilleure théorie est peut-être celle de Tony Morrison, l'explorateur anglais. En faisant des recherches sur les vieilles coutumes populaires des peuples des Andes, Morrison a découvert une tradition de sanctuaires reliés par des voies droites. Les fidèles se déplaceraient de sanctuaire en sanctuaire en priant et en méditant. Souvent, le sanctuaire était aussi simple qu'un petit tas de pierres. Morrison suggère que les lignes à Nazca étaient faites dans ce but et sur une vaste échelle. Les symboles ont peut-être aussi servi d'enceintes spéciales pour les cérémonies religieuses. Cette hypothèse fut bientôt écartée aussi, car il était impossible, sans voler, d'observer ces lignes étranges, alors quelle coutume religieuse aurait pu prévoir la création de lignes longues de plusieurs kilomètres, qu'on ne pouvait observer d'aucune position.

Construction des lignes

Nous pouvons supposer que les lignes ont été conçues en deux phases. Une première dans laquelle les symboles complexes ressemblant à des animaux ont été faits et une seconde avec la création de figures géométriques impressionnantes et gigantesques. Thèse confirmée par le fait que souvent les lignes qui forment les figures géométriques passent sur les dessins des animaux, en annulant même parfois de petites parties.

Comment ont-elles été construites ? Les lignes sont appelées des géoglyphes. Ce sont des dessins sur le sol réalisés en enlevant des roches et de la terre pour créer une image "négative". Les lignes ont apparemment été faites en brossant les cailloux roux, couverts d'oxyde de fer qui composent la surface du désert et en découvrant le sable de couleur blanche qui se trouve en dessous. Lorsque les 30 à 40 cm de terre et de roche sont enlevés, un sable de couleur claire très contrasté est en effet exposé.

Dans la plupart des endroits, le vent, la pluie et l'érosion en aurait éliminé rapidement toute trace en quelques années. À Nazca, cependant, les lignes ont été préservées parce que c'est un endroit tellement sec et isolé qui n'est jamais battu par les vents. Parce qu'il y a si peu de pluie, de vent et d'érosion, les motifs exposés sont restés en grande partie intacts pendant 500 à 2000 ans.

Les scientifiques pensent que la majorité des lignes ont été fabriquées par le peuple Nazca, qui a prospéré du début de notre ère jusqu'à environ l'an 700 après J.-C.

Certaines parties de la pampa ressemblent à une planche à craie bien utilisée, avec des lignes qui chevauchent d'autres lignes, et des dessins coupés avec des lignes droites d'origine à la fois ancienne et plus moderne.

Un écrivain du nom de Jim Woodman croit que les lignes et les symboles n'auraient pas pu être faits sans quelqu'un se trouvant dans les airs pour diriger les opérations. "Vous ne pouvez tout simplement pas voir quelque chose à partir du niveau du sol", déclare Woodman. "Vous ne pouvez pas me dire que les constructeurs de Nazca aient accompli tant d'efforts monumentaux sans jamais pouvoir voir le résultat."

Woodman a proposé que d'anciens ballons à air chaud aient été utilisés pour obtenir une vue aérienne de la construction. Pour prouver son hypothèse, Woodman a construit un ballon en utilisant des matériaux qui auraient été disponibles pour le peuple Nazca. Il a réussi à effectuer un vol mais qui n'a duré que deux minutes.

Cependant, la plupart des chercheurs sont extrêmement sceptiques quant aux conclusions de Woodman, car ils ne trouvent que peu de preuves dans les restes laissés à Nazca de toute construction de ballon.

Les théories et les mystères

Il est plus probable que les Nazcas utilisaient des techniques d'arpentage simples dans leur travail. Des lignes droites peuvent être faites facilement pour de grandes distances avec des outils simples. Deux pieux en bois placés en ligne droite seraient utilisés pour guider le placement d'un troisième pieu le long de la ligne. Une personne verrait les deux premiers jalons et guiderait une deuxième personne dans le placement du nouveau pieu. Cela pourrait être répété autant de fois que nécessaire pour faire une ligne droite presque parfaite. La preuve que les fabricants de lignes ont utilisé cette technique existe sous la forme des restes de quelques pieux trouvés aux extrémités de certaines des lignes.

Pour ce qui est des symboles, ils ont probablement été faits en dessinant la figure désirée à une taille raisonnable, puis en utilisant un système de grille pour la diviser. Le symbole pourrait alors être redessiné à pleine échelle en recréant la grille sur le sol et en travaillant sur chaque case individuellement.

Mais un nouveau mystère apparait avec le dessin de l'araignée : en effet, cette araignée est apparente à une espèce introuvable sur le territoire péruvien et dans les Andes. Cette espèce appartient aux territoires de l'Amazonie. En fait, tous les animaux des lignes de Nazca n'ont jamais été présents sur ce territoire et certains ressemblent à des organismes si petits qu'ils ne peuvent être vus qu'au microscope. La célèbre araignée appartient à une race très rare, mais encore plus surprenant est le fait que l'organe reproducteur, qui est situé sur la patte, a été parfaitement reproduit et c'est une caractéristique visible seulement au microscope. Ce sont des suggestions, bien sûr, mais elles contribuent à amplifier le mystère. Beaucoup d'astronomes comme Maria Reiche sont sûrs que ceux qui ont réalisé tout cela ont été de grands connaisseurs du ciel et de l'astronomie, soulignant également que le reste des animaux, à l'exclusion du condor, n'a rien à voir avec le plateau péruvien.

Les théories astronomiques de Kosok et Reiche sont restées plausibles jusqu'aux années 1970, quand un groupe de chercheurs américains est arrivé au Pérou pour étudier les glyphes. Cette nouvelle vague de recherches a commencé à ébranler la vision archéo-astronomique des lignes (pour ne pas mentionner les théories radicales dans les années 60 relatives aux extraterrestres et aux astronautes antiques).

Des rituels liés à l'eau

Johan Reinhard, un anthropologue culturel du National Geographic, a apporté une approche multidisciplinaire à l'analyse des lignes et il pointe le doigt sur une chose importante : « Regardez le grand système écologique, ce qui se trouve autour de Nazca, où se trouvait le peuple Nazca. » Dans une région qui reçoit seulement 20 minutes de pluie par an, l'eau était clairement un facteur important.

« Il semble probable que la plupart des lignes ne pointaient en rien sur l'horizon géographique ou céleste, mais conduisaient plutôt à des endroits où des rituels étaient pratiqués pour obtenir de l'eau et la fertilité des cultures », écrit Reinhard dans son livre The Nasca Lines, Perspective sur leur origine et leurs significations.

Se basant sur cette théorie, Anthony Aveni va plus loin en précisant que les lignes droites et les trapèzes sont bien liés à l'eau... mais pas utilisés pour trouver de l'eau, mais plutôt utilisés en relation avec des rituels. Ça serait déjà plus logique car tracer des lignes sur le sol n'a jamais permis de trouver de l'eau. Les rituels étaient probablement impliqués dans l'ancien besoin de se concilier ou de payer une dette envers les dieux ... probablement pour plaider en faveur de l'eau.

Récemment, deux chercheurs, David Johnson et Steve Mabee, ont corroboré cette théorie selon laquelle les géoglyphes pouvaient être liés à l'eau. La plaine de Nazca est l'un des endroits les plus secs de la planète, avec moins d'un cm de pluie par an. Johnson, tout en cherchant des sources d'eau dans la région, remarqua que d'anciens aqueducs, appelés puquios, semblaient être reliés à certaines lignes. Johnson pense que les formes peuvent être une carte géante des sources d'eau souterraines tracées sur la terre. Mabee travaille pour recueillir des preuves qui pourraient confirmer cette théorie.

Des rituels magiques

D'autres scientifiques sont plus sceptiques, mais admettent que dans une région où trouver de l'eau était vital pour la survie, il pourrait y avoir un lien entre le but cérémoniel des lignes et l'eau.

Reinhard souligne que des conceptions et des thèmes en spirale ont également été trouvés dans d'autres anciens sites péruviens et que les villageois de Bolivie marchent sur un chemin droit vers des sanctuaires en priant et en dansant pour faire venir la pluie. Le symbolisme animal est commun dans les Andes et se retrouve dans les biomorphes dessinés sur la plaine de Nazca : les araignées sont considérées comme un signe de pluie, les colibris sont associés à la fertilité et les singes se trouvent en Amazonie, une région où l'eau est abondante.

Mais la baleine découverte récemment en 2013 (oui, on continue de découvrir de nouveaux biomorphes) est un mammifère qui n'est certainement pas présent dans aucune culture religieuse ou sociale ancienne.

Les bizarreries continuent en observant quelques figures qui semblent représenter des êtres avec de lourdes bottes et de grands halos. Puis il y a les lignes géométriques de construction plus simple, mais de dimensions immenses; il y a des segments de droites allant de 8 à 65 kilomètres, des mesures cyclopéennes qui ne trouvent aucune similitude dans les cultures locales de l'époque.

Un sacrifice humain

Un corps sans tête découvert récemment suggère que le sacrifice humain a été utilisé par le peuple Nazca dans les cérémonies religieuses. « Le sacrifice humain et la décapitation faisaient partie de rituels puissants qui auraient apaisé les craintes en invoquant les ancêtres pour assurer la fertilité et la continuation de la société Nasca », écrit Christina Conlee de Texas State University dans un article de Current Anthropology. « La décapitation de l'individu, La Tiza, semble avoir fait partie d'un rituel associé à assurer la fertilité agricole et la poursuite de la vie et la renaissance de la communauté. » Le corps est l'un des huit trouvés dans la région de Nazca, enterré assis sans tête. Un pot en céramique peint avec une image d'une tête a été trouvé à côté des restes. La tête sur le pot comporte un arbre avec des yeux qui pousse d'elle, ce qui rend probable que le sacrifice faisait partie d'une cérémonie de fertilité.

Qu'est-ce qui a été fait avec les têtes des victimes ? Les Nazcas étaient connus pour collecter des trophées. Les Nazcas ont retiré le cerveau et les tissus mous des crânes, cousu les lèvres fermées avec des épines de cactus et percé un trou à travers le front pour accueillir une corde tissée. Les têtes étaient ensuite accrochées sur les cordes pour être exposées. A l'origine, ces trophées étaient considérés comme des trophées de guerre prélevés sur des tribus ennemies, mais une analyse récente de l'ADN montre que les têtes provenaient de la population de Nazca elle-même, suggérant que le motif était de nature religieuse.

« Aucune évaluation ne prouve une théorie à propos des lignes, mais la combinaison de l'archéologie, de l'ethnohistoire et de l'anthropologie constitue un solide point de départ », explique Reinhard. Ajoutez de nouvelles recherches technologiques à la panoplie, et il ne fait aucun doute que la compréhension des lignes Nazca continuera d'évoluer.

Nazca patrimoine de l'UNESCO
Beaucoup continuent de penser qu'il y a un rapport avec les extraterrestres et des recherches sont effectuées dans ce sens pour prouver cette théorie.

Début août 2014, une tempête de sable a permis de dégager trois figures supplémentaires inconnues jusqu'ici. Nous n'avons donc pas terminé d'être étonné avec ce site hors du commun. Le site est maintenant protégé et classé au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1994. Le meilleur moyen de voir ces lignes reste encore de prendre l'avion. Mais l'origine et l'utilité de ces grands motifs tracés au sol sont encore aujourd'hui un grand mystère.




Lire la suite ...   


Navigation dans l'article :

 Début : Lignes de Nazca

 Description de la zone

 Découverte et théories

 Construction des lignes

 Les théories et les mystères

 Des rituels liés à l'eau

 Des rituels magiques

 Un sacrifice humain


Pour visualiser cet article dans son intégralité vous pouvez le consulter sur l'adresse alternative suivante : Les lignes de Nazca


Retour à la catégorie : Archéologie



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 20 Février 2019, il y a moins d'un an.