Le Peuple Nazca

La région de Lima, au Pérou, en Amérique du Sud, est l’un des endroits les plus arides de la planète. Cette friche abritait jadis une ancienne civilisation appelée Nazca.

En plein essor entre le XVème siècle avant notre ère et l’an 500 de notre ère, les Nazca étaient un peuple profondément religieux et spirituel qui avait construit son centre cérémonial dans la ville-temple de Cahuachi.

Cahuachi est le plus grand centre cérémoniel en adobe du monde. C'est pourquoi nous y trouvons des groupes de temples et de pyramides d'une taille immense. La spiritualité était la chose la plus importante à Cahuachi. Les habitants de Nazca utilisaient les espaces sacrés pour s’élever et communiquer avec les divinités.

Les Nazca étaient principalement des agriculteurs. Ainsi, Cahuachi a été construit à son apogée quand ils avaient toute la nourriture dont ils avaient besoin et qu'ils avaient suffisamment de ressources pour pouvoir développer un système religieux très évolué. Mais le peuple de Nazca et sa culture ont mystérieusement disparu après avoir gravé une série d’énormes géoglyphes – ou dessins au sol – dans le sol du désert à proximité.

Ces dessins qu'on appelle de nos jours « les lignes de Nazca » étaient un élément important de leur culte religieux et de leurs cérémonies. Ils parcouraient ces lignes lors de leurs cérémonies, brisant des céramiques et offrant des éléments importants aux divinités de leur propre culture.

Les géoglyphes géants de Nazca

Les grands géoglyphes sont composés de dizaines de spirales, de triangles et de trapèzes, ainsi que de plusieurs kilomètres de lignes en zigzag. Toute cette zone plate, qui couvre plusieurs kilomètres carrés, est recouverte de pierres en oxyde de fer, rouge ou noir, et c’est ce qui lui donne l’aspect sombre, rouge brunâtre. Mais sous la surface se trouve de l’argile, qui est blanche. Le contraste entre l'argile et l'oxyde de fer donne une ligne de Nazca.

Les dessins de la taille d'un acre représentent un colibri, une araignée, un épaulard et une silhouette humaine aux yeux de hibou. Ils auraient dû observer depuis le ciel pour guider les travailleurs sur le terrain et les aider à dessiner des figures compliquées comme l’araignée et le colibri. Conservées pendant des siècles par le manque de vent et de pluie, les lignes sont en effet mieux visibles depuis les airs et ont été repérées pour la première fois par des aviateurs dans les années 1930.

Mais pourquoi les Nazca ont-ils créé des motifs qui ne pouvaient être vus correctement que de très haut, du ciel et même de l'espace ? La réponse évidente est parce que vous ne pouvez les voir que du ciel. Beaucoup de nos ancêtres parlaient du peuple des étoiles. Nous considérons que tous ces sites sacrés sont destinés à qui ? Pour être vus des étoiles.

À Nazca et dans d’autres régions du Pérou, il existe des légendes sur les êtres célestes et les dieux qui descendent du ciel. Mais est-ce que les soi-disant êtres des étoiles mentionnées dans les légendes de Nazca auraient vraiment été des extraterrestres, comme le pensent des partisans de la théorie des anciens astronautes ?

Des engins spatiaux auraient fait les premières lignes

Au début, il y avait juste une ligne faite par un robot ou un vaisseau spatial ou une navette spatiale extraterrestre parce qu'ils cherchaient de la matière première pour l'énergie. Après un moment, la population locale voyant toutes ces pistes sur le sol, se dit que ces traces avaient été laissées par ces êtres divins, par les dieux. Et ensuite, ils se seraient demandé « que pouvons-nous faire pour que ces dieux reviennent ? » C'est ainsi qu'ils se mirent à tracer des lignes, à l'imitation des pistes laissées par les premiers visiteurs de l'espace. Les générations suivantes ont ajouté des lignes plus élaborées, puis des formes et des figures, le tout dans le but de signaler aux dieux des étoiles de revenir. Mais ils ne l'ont jamais fait. Et cela a amené la population à douter des divinités, car c’était principalement un problème psychologique qu’elles avaient avec leurs divinités qui avait entraîné l’abandon et l’effondrement de la culture de Nazca.

Mais pourrait-il y avoir une autre preuve d'un contact extraterrestre avec l'ancien peuple du Pérou qui soit encore plus stupéfiante que les lignes de Nazca ? Certains des crânes que nous trouvons aujourd'hui, parce que c'est un désert très sec et qu'ils sont bien préservés, font partie des crânes les plus étonnants que vous ne verrez jamais. Ce sont des crânes allongés et ils ressemblent à des extraterrestres.

Les dieux avaient une tête allongée

Selon les légendes de Nazca, les dieux avaient une tête allongée, un peu comme les crânes allongés du controversé pharaon égyptien Toutankhamon et de sa sœur Meretaten. Le plus grand des crânes allongés représente des êtres humains hybrides datant de plusieurs milliers d'années, qui vivaient ici très paisiblement et pourraient très bien être les ancêtres de la civilisation Inca. Et c’est peut-être pour cette raison que les Inca étaient soudain des personnes d’une sophistication incroyable, venues apparemment de nulle part. Il est possible qu'ils soient des descendants des êtres des étoiles.

Essayaient-ils d'imiter des personnes qu'ils avaient déjà vues, des dieux de l'espace ? Est-il possible que l'ancienne civilisation Nazca ait modifié ses corps et ses terres afin de communiquer avec eux ou d'imiter quelque chose que ses ancêtres ont pu voir, quelque chose d'extraordinaire ? Peut-être que d'autres indices sur la connexion extraterrestre de l'humanité se trouvent dans l'endroit le plus reculé de la planète dans le Pacifique Sud.

Retour à la catégorie : Fouilles archéologiques



Cet article a été récemment mis à jour pour la dernière fois le . Il est très récent et nécessite peut-être quelques améliorations.