Le mystère des crânes allongés

Crâne de Paracas
Il y a 2000 ans, Cahuachi, au pérou, était la capitale religieuse et culturelle des Nazcas, un peuple d'Amérique du sud qui était là avant les Incas. Mais aux environs de l'an 500 après J.-C. le peuple Nazca disparait mystérieusement laissant Cahuachi à l'abandon. Mais avant de quitter Cahuachi, ils avaient pris la peine d'enfouir rituellement la cité en enveloppant tous les bâtiments dans une couche d'argile. C'est pour cette raison que les ruines de Cahuachi sont aujourd'hui aussi bien conservées et qu'elles n'ont été découvertes que 1400 ans plus tard.

En 1910, l'anthropologue américain Ales Hrdlicka (Aleš Hrdlička) se rend à Cahuachi pour étudier la civilisation Nazca. Il cherche à prouver sa théorie du peuplement du continent américain à partir de peuplades ayant traversé le détroit de Béring. Durant ses fouilles il fait des trouvailles des plus surprenantes. Il trouve des crânes dont la partie supérieure est anormalement allongée. D'où viennent-ils ? Comment sont-ils arrivés là ? Sont-ils humains ?

Quelques années plus tard, en 1928, l'archéologue péruvien Julio César Tello Rojas fait des fouilles dans la région de Paracas, non loin de Nazca, et met à jour d'autres crânes allongés très étranges. Ils avaient une allure bizarre. On aurait dit des crânes d'extraterrestres.

Les crânes allongés de Paracas sont maintenant exposés pour la plupart au musée Régional d'Ica. Ils ont fait l'objet de nombreuses études scientifiques dont les dernières ont apporté des résultats en février 2018.

La déformation crânienne : une pratique très répandue

Déformation cranienne
On pourrait croire que les crânes de Paracas et de Cahuachi sont des crânes d'extraterrestres mais il ne faut pas oublier que la déformation crânienne, dont l'allongement, était une pratique très répandue à cette époque.

En 1870 le processus de la déformation crânienne est documenté en détail par le botaniste et explorateur allemand Georg August Schweinfurth. Durant ses voyages au Congo il découvre le peuple des Mangbetu qui avaient la coutume de s'adonner à la déformation crânienne afin de changer la forme de la tête de manière permanente. Ils comprimaient la tête des bébés, avant la consolidation des os, pendant une année, en les attachant dans des bandelettes, ce qui faisait en sorte que le crâne s'allongeait pour sortir de ce carcan. Ils arrivaient même à doubler la taille du crâne. Ces formes bizarroïdes étaient obtenues par des procédés de contrainte mécanique alliant armature en bois et tissus ou cuirs. Le crâne d'un nouveau-né est relativement flexible et peut être modelé s'il est mécaniquement contraint assez tôt.

On peut se demander pourquoi ils faisaient une telle chose. Il est possible qu'ils le faisaient pour distinguer l'élite du reste du peuple. C'était peut-être une forme de stratification sociale ou un signe de beauté et d'intelligence. Il est aussi possible qu'ils le faisaient pour tenter d'atteindre, de manière physique et visible, le plus haut niveau de conscience ou encore pour développer leurs habiletés mentales. Ils pouvaient aussi pratiquer la déformation crânienne pour imiter les dieux. Ces dieux étaient surement des êtres physiques. Si ça n'avait été que le fruit de l'imagination de leurs ancêtres, ces derniers ne se seraient probablement pas donné autant de mal en exposant leurs enfants à de telles douleurs seulement pour changer leur apparence. Ce peuple aurait réellement rencontré des voyageurs de l'espace, qu'ils ont pris pour des dieux, et ils ont ensuite tenté de se rapprocher de leurs caractéristiques physiques artificiellement.

Certaines personnes ont affirmé que les extraterrestres avaient des crânes allongés et ces peuples anciens ont imité ces formes avec leur propre crâne. Après tout l'imitation est la forme de flatterie la plus sincère.

Certains archéologues voient les choses différemment. Ils croient que ces coutumes seraient en fait des moyens d'expression artistiques. Plusieurs civilisations vouent un culte au corps qu'ils utilisent comme œuvre d'art. Certaines se font tatouer ou percer alors que d'autres insèrent des pièces dans leurs oreilles ou leurs lèvres pour en modifier la taille. On sait que dans certaines cultures la déformation corporelle est pratiquée, que ce soit pour modifier la forme des pieds ou de la tête. On ne sait pas exactement quelles sont leurs motivations. Et même si on sait que ce n'est pas très sain, ces gens le font quand même. Beaucoup de gens continueront toujours de modifier leur corps pour lui donner une apparence bien précise.

Peu importe pour quelle raison ces rituels sont pratiqués, ils n'ont pas seulement été observé au Pérou ou au Congo.
 

La déformation crânienne est un phénomène mondial

Cranes allongés
Ce qui est très étrange est que ces rituels de déformation crânienne sont pratiqués de partout dans le monde. Les archéologues ne peuvent pas expliquer cette coïncidence. Quand les habitants isolés de l'Amérique du sud ou de l'Afrique se mettent tous à faire la même chose sans s'être rencontrés, c'est incroyable. Une telle chose doit être apprise. On leur a enseigné ce processus. Il y a quelques similarités, comme si une seule civilisation avait influencé les habitants des différentes régions du monde.

En Chine, pendant un millénaire, on a bandé les pieds des petites filles afin qu'elles gardent des pieds aussi petits que possible, ce qui était un symbole de richesse et de distinction. Dans les Andes ou au Congo, on bandait les crânes des bébés.

Plus près de chez nous, en Europe, on peut citer l'exemple des Huns. Les Huns, si souvent appelés les « enfants du diable », étaient d’une difformité horrible. Mais malgré leurs laideur ils voulaient de belles femmes. N'en trouvant point de telles dans leur pays, ils faisaient de continuelles excursions pour enlever les beautés de la Grèce et des pays voisins. Les Huns, à un courage féroce, joignaient des figures hideuses, qu'ils s'appliquaient encore à rendre plus terribles par des peintures bizarres et l'allongement des os de leur crâne.

Le modelage des crânes des bébés serait originaire des peuples Scythes d'Asie centrale et d'Europe de l'est et on en trouve des exemples un peu partout dans le monde, jusqu'en Australie. Il est de plus en plus difficile de croire ce qu'on nous a appris à l'université. Toutes ces cultures auraient par pure coïncidence pensé au même concept de manière tout à fait indépendante ? C'est peu probable. Serait-il possible que des sociétés de partout dans le monde aient été influencées par des événements similaires ? Imitaient-ils des êtres en provenance d'autres planètes ?

Les plus anciennes images de crânes allongés datent de l'Égypte Ancienne et représentent l'un de ses plus controversés pharaons : Akhenaton. Toutes les représentations de lui montrent un homme au crâne allongé. Qui était-il ? Imitait-il les extraterrestres ou l'explication serait-elle encore plus choquante : était-il lui-même un extraterrestre ?
 

Le pharaon Akhenaton et son crâne allongé

Akhenaton
En 1352 avant Jésus-Christ, Akhenaton est le 10e pharaon de la 18e dynastie à accéder au trône. Dès son entrée en fonction il procède à plusieurs changements radicaux dans la doctrine religieuse égyptienne dont l'interdiction de croire en plusieurs dieux. C'est étrange qu'il ait tout changé d'un seul coup et qu'il ait donné l'ordre que toutes les images des autres dieux soient effacées. Il a autorisé la présence d'un seul emblème : celui du soleil, ou plus précisément d'un disque solaire dont les rayons se dirigent vers le sol.

Selon ses écrits et les poèmes écrits sur lui, il aurait reçu la visite d'un être descendu du ciel. Cet être aurait dit à Akhenaton qu'il était son dieu et qu'il devait respecter sa façon de faire. Ce dieu du soleil porte le nom d'Aton et Akhenaton prétend être son descendant direct. Comme tous les autres pharaons, Akhenaton se croyait divin, il croyait être un dieu. Mais il n'était pas le seul à le croire ; toute la population le croyait aussi. Pour eux, un dieu était un descendant des êtres célestes.

Durant sa quatrième année de règne, Akhenaton ordonne la construction d'une nouvelle capitale à Amarna. Il la dédie au soleil. Akhenaton passe dix années de sa vie dans sa capitale et il y instaure des changements dans le monde des arts et de la culture. Il dicte même la façon de le représenter. Dans l'iconographie égyptienne les pharaons sont représentés comme des êtres à la forme plutôt triangulaire. Ils ont des épaules fortes et larges et une toute petite taille. Pour les Égyptiens de l'époque il était important que l'image des rois Égyptiens montre des épaules fortes et une taille mince. C'était l'image officielle des rois. C'était tout le contraire avec Akhenaton, dont les images le représentaient comme il était réellement.

Il avait une drôle d’apparence ; il était plutôt mystérieux. Quand on regarde les statues d’Akhenaton, on remarque à quel point son physique était étrange. Il avait des caractéristiques à la fois féminines et masculines avec un crâne allongé. Il y a eu un changement dans l’iconographie royale avec Akhenaton. Les représentations de lui était très fidèles : il avait une tête difforme, un ventre rebondi et une poitrine creuse. Ses portraits ne respectaient pas les règles de l'iconographie royale traditionnelle qui ne montrait que des pharaons athlétiques et puissants. L’épouse d’Akhenaton, la reine Néfertiti et leurs enfants sont aussi représentés avec des crânes allongés. Pourquoi Akhenaton et Néfertiti avaient-ils des têtes difformes ? Étaient-ils atteints d’une anomalie génétique ? Ou en avaient-ils volontairement modifié la forme ?

Les théories concernant l'origine d'Akhenaton

Profil d'Akhenaton

Certaines personnes croient qu’il pourrait y avoir une autre explication derrière leur apparence d’un autre monde. Ils sont différents des autres êtres humains. Est-il possible qu’Akhenaton ait été un hybride extraterrestre ? Beaucoup de ceux qui s’intéressent aux visites extraterrestres regardent les représentations d’Akhenaton et disent : « regardez son crâne allongé, on dirait un petit gris, une entité qui est loin d'être humaine. » Il s'agit peut-être d'un hybride entre un être humain et autre chose. C'est certainement la preuve que des extraterrestres se sont accouplés avec des humains.

Un des détails les plus frappants quand on observe les vestiges de l'Égypte Ancienne est le fait qu'Akhenaton se démarque beaucoup des autres pharaons. Son visage est très étroit et pointu. Il a des pommettes hautes et un crâne très allongé. L'idée qu'ils ressemblent à des extraterrestres ou encore qu'ils avaient des gènes extraterrestres est très crédible.

Après le règne de dix-sept ans d'Akhenaton, la cité d'Amarna est abandonnée et ses temples du soleil sont détruits. Dans les représentations d'Akhenaton, son visage est volontairement mutilé. La croyance en plusieurs dieux est à nouveau permise par le nouveau pharaon. Ce soulèvement n'est-il qu'un simple rejet des croyances radicales d'Akhenaton ou une pure dissimulation de son origine extraterrestre ?

Il y a plusieurs théories qui expliqueraient ces changements. La plus extrême veut qu'il ait été un extraterrestre. Si on accepte de croire cette idée, ça expliquerait pourquoi il a été détrôné et mis à mort.

Les égyptologues croient qu'Akhenaton aurait été forcé d'abdiquer et se serait enfuit avec un petit groupe de ses fidèles disciples. En 1907, le corps d'Akhenaton est retrouvé dans la Vallée des Rois. Il est découvert par un archéologue britannique du nom d'Edward Ayrton qui, après avoir déterré son sarcophage, confirme que le crâne du pharaon était déformé et plus long que la normale.

Certains intellectuels débattent du fait qu'il aurait été atteint d'une anomalie et qu'il souffrait d'un trouble qui faisait en sorte que son visage semblait allongé. Sa tête était effectivement plus longue. La déformation d'Akhenaton n'a pas été corrigée par les artistes qui l'ont peint tel qu'il était, avec son ventre, sa poitrine creuse et sa longue tête.

Le successeur d'Akhenaton est Toutankhamon, son fils, qui deviendra le pharaon le plus connu de tous les temps. En 1922, sa tombe est découverte par Howard Carter qui peut prouver que Toutankhamon avait aussi un crâne de forme allongée. A-t-il hérité des gènes extraterrestres de son père ?

De nos jours, une grande partie de la vie d'Akhenaton reste un mystère.

Revenons à présent aux crânes allongés de Paracas

Les analyses génétiques menées ces dernières années sur les crânes de Paracas ont pu conclure qu'il s'agissait bien de restes humains. Si certains se sont empressés d'y voir des créatures extraterrestres, c'est raté.

En 2013, le chercheur L.A. Marzulli, le biologiste Brien Foerster et une équipe de chercheurs ont commencé à travailler sur des explications scientifiques de ces crânes allongés de Paracas. Une partie de leur analyse d'ADN initiale a révélé que l'élongation n'était pas uniquement due à une déformation artificielle du crâne, mais plutôt à une origine génétique avec certains crânes allongés jusqu'à 25% plus gros et 60% plus lourds que les crânes humains conventionnels. C'est surprenant car la déformation crânienne peut changer la forme mais ne modifie pas le volume ou le poids du crâne.

D'autres analyses ADN ont été menées en 2017. Les résultats sont tombés en février 2018 lors du symposium Elongated Skulls ayant lieu à Los Angeles. Et c'est encore plus déroutant.

Ce qu'il montre à coup sûr, c'est que les personnes au crâne allongé de Paracas n'étaient pas 100% amérindiennes. Ils étaient un mélange ou même, à certains égards, des hybrides de différentes personnes. Leurs groupes sanguins sont très compliqués aussi, ils devraient être de type sanguin «O» s'ils sont 100% amérindiens et ce n'est pas le cas. Il pourrait tout simplement s'agir d'une sous-espèce de l'humanité en ce qui concerne les Paracas.

Les analyses ADN semblent montrer la présence de beaucoup de preuves d'ADN de l'extrême Europe de l'Est et de l'extrême ouest de l'Asie. Plus précisément de la zone située entre la mer Noire et la mer Caspienne où vivaient d'anciens peuples aux crânes allongés, il y a environ 3000 ans. On assisterait donc à un modèle de migration qui commence dans la région de la mer Noire et de la mer Caspienne, puis qui pénètre dans le golfe Persique et se dirige ensuite vers l'est pour se terminer sur la côte péruvienne. L'hypothèse qui se dégage à partir des 10% du sang des crânes allongés de Paracas testés est qu'ils devraient être à 100% de type "O" parce que c'est le type amérindien, mais il se révèle des pourcentages élevés de type "A", un petit pourcentage de type "B", un pourcentage très élevé de type "AB" et moins de la moitié est "O". Donc, les Paracas étaient un mélange ethnique incroyablement complexe. Il y a un certain nombre d'haplogroupes différents qui ont été trouvés dans les tests d'ADN des crânes allongés Paracas et ces haplogroupes, qui sont votre ascendance génétique, ne correspondent pas à l'histoire du Pérou sous quelque forme que ce soit. Il semble que les plus grands crânes allongés de la planète ont été trouvés :
A. à Paracas, au Pérou
B. dans la région du Caucase entre la mer Noire et la mer Caspienne

La théorie qui se dessine de ces résultats est qu'il y avait une sous-espèce d'humains que nous allons appeler par la suite Homo-Sapiens-Sapiens-Paracas, et ils vivaient dans la région située entre la mer Caspienne et la mer Noire. Ils ont été envahis par quelqu'un et ils ont donc été contraints de fuir. Ils se sont retrouvés au Pérou. Par la suite ils se sont hybridés avec les populations amérindiennes qui étaient déjà sur place.

Des anomalies trouvées dans certains crânes allongés du cimetière de Chongos au Pérou permettent d'affirmer qu'ils devaient être nés avec ces anomalies. Ils avaient les cheveux roux. Ils vivaient dans des maisons souterraines et Brien Foerster pense que la raison en était qu'ils avaient la peau claire et probablement des yeux sensibles à cause du soleil extrême… Foerster croit que les longs crânes sont une anomalie génétique, et non le résultat d'une compression mécanique, et que ceux qui en étaient dotés étaient considérés comme des chefs et des supérieurs. Cela renforce certainement l’idée que la composition génétique des Amérindiens de l’Amérique du Sud est vraiment un mélange varié. Cette conclusion va sans doute beaucoup décevoir ceux qui veulent croire que les êtres au crâne allongés sont des extraterrestres. Cependant, cela ne prouve pas que les Paracas pourraient être une sous-espèce distincte, contrairement à toutes les autres cultures de crânes allongées. Ce n'est que l'avis de Foerster, sa conviction personnelle, mais ce n'est pas encore une preuve. Il faudrait faire des analyses génétiques plus poussées.

A noter que le symposium Elongated Skulls est quelque chose de très sérieux. Il était animé par l'auteur, conférencier et cinéaste LA Marzulli et il a rassemblé divers intervenants sur le thème des crânes de Paracas, notamment le vidéographe Richard Shaw, l'expert médico-légal Chase Kloetske, l'archéologue Mondo Gonzales, l'expert légiste 3D Marcia K. Moore et l'anthropologue Rick Woodward, le docteur Michael Alday et le docteur Malcolm Warren, chiropraticien.



A propos de Brien Foerster


Auteur et chercheur, Brien a exploré plus de 90 pays, mais sa véritable passion est la recherche et l'écriture sur les anciennes œuvres mégalithiques trouvées au Pérou, en Bolivie, au Mexique, sur l'île de Pâques, en Égypte, en Angleterre et au-delà. Ses 23 livres sont disponibles sur amazon.com. Il est apparu 15 fois dans la série télévisée Alien Theory et dans de nombreuses autres présentations à la télévision et à la radio. La chaîne Youtube populaire de Brien contient plus de 850 vidéos sur l'histoire cachée et les sites mégalithiques.



Lire la suite ...   
Retour à la catégorie : Découvertes insolites



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 20 Février 2019. Il est à jour.