Aménophis IV et l’atonisme

Akhenaton
On présente communément Aménophis IV (1352-1338 avant J.-C.) comme un souverain mystique et pacifiste, prophète inspiré d’un monothéisme d’État. Il prit lui-même le nom d’Akhenaton.

Fréquemment porté dans la couronne d'un dieu, Aton était le disque solaire, officiellement un aspect de Re. Au Nouvel Empire, Aton devint un dieu du soleil distinct. Alors que le pharaon Thoutmôsis IV l'honorait, son petit-fils, Aménophis IV, alla encore plus loin.

Il changea son nom en Akhenaton, qui signifie littéralement « efficace pour Aton », et concentra tout le culte sur le disque solaire. Il a fermé les temples dédiés à d'autres dieux et a démantelé le puissant clergé d'Amon.

Les représentations du pharaon Akhenaton le montrent toutes avec un crâne allongé. Imitait-il les extraterrestres ou l'explication serait-elle encore plus choquante : était-il lui-même un extraterrestre ? Selon la mythologie égyptienne il serait l'un des descendants des dieux arrivés sur terre lors du Tep Zeti. Mais pourquoi autant de gens croient-ils qu'il venait directement des étoiles ?

L'arrivée au pouvoir d'Akhenaton

Akhenaton arrive au pouvoir en 1352 avant Jésus-Christ. Il est le 10e pharaon de la 18e dynastie à accéder au trône. Dès son entrée en fonction il opère des changements très profonds dans les doctrines religieuses égyptiennes. Alors que les égyptiens de l'Antiquité étaient polythéistes, il interdit au peuple de croire en plusieurs dieux. Il va même jusqu'à ordonner que toutes les images des autres dieux soient effacées. Le seul dieu autorisé sous son règne est le soleil, ou plus exactement le soleil rayonnant : Aton.

Au début du règne d'Akhenaton, Aton acquit la forme de Re-Horakhety à tête de faucon. Plus tard, Akhenaton a rejeté cette image en faveur du disque, qui atteignait la terre de ses rayons de lumière.

Selon les textes et la poésie écrits sur lui, il aurait reçu la visite d'un être venant des étoiles. Cet être aurait alors dit à Akhenaton qu'il était son dieu et il dicta au pharaon ce qu'il devait faire. Ce dieu était le dieu soleil et il est connu sous le nom de Aton. Akhenaton prétend qu'il s'agit de son ancêtre direct. Mais ceci n'a rien d'anormal car dans la culture Égyptienne tous les pharaons sont considérés comme des dieux par le peuple.

L'instauration du culte solaire : l'atonisme

Dès le début de son règne, le jeune roi instaure dans toute l’Égypte un culte solaire dédié au dieu hiéracocéphale Horakhty-qui-jubile-dans l’horizon-en-son-nom-de-lumière-qui-est-dans-le-disque. Il en fera le fondement d’une nouvelle théologie de la royauté caractérisée par l’image du « disque » solaire rayonnant : Aton. Dans les hymnes adressés au « Disque »
(Aton), la divinité est un dieu d’amour :

Tes rayons ! Ils touchent chacun.... Tu remplis le Double Pays de ton amour, les hommes vivent lorsque tu te lèves pour eux… Tu as fait que le ciel soit éloigné afin de te lever en lui, afin de contempler ta création, tu es l’Unique mais il y a des millions de vies en toi…
 

Dans le culte d'Aton, ce dernier était considéré comme le créateur universel. Cependant, seul le pharaon pouvait connaître Aton. Souverain divin, son protocole est écrit dans un double cartouche et le roi était son équivalent terrestre.

Contrairement aux temples secrets des autres dieux, les temples d'Aton étaient sans toit, ce qui exposait efficacement les autels d'offrandes au soleil. Quand le soleil se couchait, la terre tombait dans des ténèbres effrayantes et les vivants dormaient comme s'ils étaient morts jusqu'à l'aube suivante.

Les traces archéologiques montrent l'existence d'une persécution du nom et de l'image d’Amon. Comme la transcendance et l’immanence amonienne, l’atonisme n’était fondamentalement pas incompatible avec la polysémie divine classique. Il y a de nombreux exemples de cohabitation entre les deux systèmes. Akhénaton enseigne que son dieu possède la connaissance des formes-irou de chaque dieu et déesse ; on a dressé la liste des dieux d’Égypte sur une paroi du temple d’Aton à Karnak qui côtoie celui d’Amon ; la reine est l’image terrestre d’Hathor, etc.

La multitude des langages

Akhenaton, dans son célèbre hymne à Aton, attribue à son dieu la différenciation des langages, thème qui sera repris dans les hymnes universalistes aux grands dieux créateurs.

Dans la théologie égyptienne classique, cette fonction incombe tout naturellement à Thot, le dieu de l’écrit et du savoir :

Ô Thot, qui séparas les langues de pays à pays. Khnoum [a distingué] la couleur des peaux de l’un à l’autre… il a modifié leur langue pour [constituer] des langages
 
(Esna 17, 1. 20-22)

Pour les Égyptiens les langues étrangères étaient dues aux différences de constitution physique de l’organe de la parole. Dans d'autres cultures on attribue cette multitude de langages à Dieu au moment de la construction de la Tour de Babel.

Construction d'une nouvelle capitale à Amarna

En l’an 6, Aménophis IV prit le nom d’Akhenaton.

Quand Akhenaton se consacra à Aton, il rejeta le culte d'autres divinités, en particulier celui d'Amon.

Alors que la capitale de l’Égypte était Memphis, puis Thèbes, Akhenaton décide de fonder sa propre capitale, Akhetaton ("horizon d'Aton"), exactement à mi-chemin entre Thèbes et Memphis, sur le site encore vierge de Amarna. C'était une ville nouvelle consacrée à son dieu (Tell el-Amarna), dédiée au dieu soleil. La ville toute entière est dédiée au dieu Aton pour l'éternité. Le règne d'Akhenaton est ainsi connu sous le nom de période Amarnienne, d'après le nom moderne du site. Mais l’expérience échoua.

Les traces archéologiques d’une persécution du nom d’Amon, signe d’une période de radicalisation extrême du système d’État atonien, ont fait penser que la lutte Amon/Aton était celle d’un polythéisme obscurantiste opposé à un monothéisme lumineux. Si l’on ajoute à ces données la beauté de Néfertiti, épouse d’Aménophis IV, la libre élégance de l’art de ce temps, l’amertume de l’échec final, tous les ingrédients sont réunis pour faire de ce roi antique un mythe contemporain. En fait, cette théologique est antérieure de deux règnes au moins à Aménophis IV. Elle est fondée sur le principe de l’éloignement de la divinité solaire. Le dieu d’Akhénaton n’est pas Aton (le Disque), mais l’entité au nom inconnu qui se manifeste en lui en tant que « Lumière dans le Disque ».

Akhenaton passe dix années de sa vie dans sa capitale et il y instaure des changements dans le monde des arts et de la culture. Il dicte même la façon de le représenter, complètement différente de la manière dont les pharaons étaient représentés par le passé. Dans l'iconographie égyptienne les pharaons sont représentés comme des êtres à la forme très athlétique qui les met en valeur. Ils ont des épaules larges et une taille étroite. Pour Akhenaton c'est tout le contraire et il donne pour instructions de le représenter tel qu'il est réellement.

Akhenaton avait une tête difforme, un ventre rebondi et une poitrine creuse. Ses portraits ne respectaient pas les règles de l'iconographie royale traditionnelle qui ne montrait que des pharaons puissants.

L'apparence d'Akhnaton

Akhenaton avait une drôle de physionomie qui le montrait assez mystérieux. Il avait à la fois des caractéristiques féminines et masculines et toutes les représentations le montrent avec un crâne allongé. Son visage est très étroit et pointu, avec les pommettes très hautes.

L’épouse d’Akhenaton, la reine Néfertiti, ainsi que leurs enfants, sont également représentés avec des crânes allongés. Pourquoi Akhenaton et Néfertiti avaient-ils des têtes difformes ? Étaient-ils atteints d’une anomalie génétique ? Avaient-ils volontairement modifié la forme de leur crâne ? Était-il un dieu venant des étoiles, un extraterrestre, ou un hybride entre humain et extraterrestre ? L'idée que lui et sa famille ressemblent à des extraterrestres ou encore qu'ils avaient des gènes extraterrestres est très crédible.

Un pharaon autoritaire et sanguinaire

Akhénaton est un souverain autoritaire, nous savons à présent que des campagnes militaires ont eu lieu pendant son règne. Un relief de Karnak récemment découvert montre les petites mains bienfaitrices du Disque tendre un cimeterre et une massue au roi abattant un ennemi étranger.

La théologie atonienne est purement phénoménologique, elle décrit les bienfaits dispensés par l’astre en une création continue, quotidienne et immédiate. Il n’y a ni cosmogonie ni géographie de l’imaginaire.

Mais Aménophis IV ne s’est pas contenté, comme les théologiens amoniens ramessides, d’écrire et de méditer. En substituant sa propre personne et celle de la reine aux antiques statues de culte, en une curieuse combinaison des principes rituels solaires et classiques, il a voulu donner une réalité tangible, terrestre et royale à une philosophie.

Quand Akhenaton s'est tourné vers Aton pour qu'il soit son dieu, il a impitoyablement persécuté le dieu Amon. Les personnes nommées d'après Amon ont du changer de nom. Dans toute l'Égypte, le nom et les images d'Amon ont été vandalisées. Quelques années après la mort d'Akhenaton, lorsque le culte d'Amon eut repris, Akhenaton et ses proches ont subi le même sort.

La fin du règne d'Akhenaton

Le règne d'Akhenaton a duré dix-sept ans. A la fin de son règne la cité d'Amarna est abandonnée et ses temples du soleil sont détruits. Dans les représentations d'Akhenaton, son visage est volontairement mutilé. Pour les Égyptiens, détruire l'image et le nom de quelqu'un, c'était détruire leur existence même, même dans l'au-delà. La croyance en plusieurs dieux est à nouveau permise par le nouveau pharaon.

Il y a plusieurs théories qui expliqueraient ces changements. La plus extrême veut qu'il ait été détrôné et mis à mort.

Les égyptologues croient qu'Akhenaton aurait été forcé d'abdiquer et se serait enfuit avec un petit groupe de fidèles. En 1907, le corps d'Akhenaton est retrouvé dans la Vallée des Rois. Il est découvert par un archéologue britannique du nom d'Edward Ayrton qui, après avoir déterré son sarcophage, confirme que le crâne du pharaon était déformé et plus long que la normale.

Certains intellectuels débattent du fait qu'il aurait été atteint d'une anomalie et qu'il souffrait d'un trouble qui faisait en sorte que son visage semblait allongé. Sa tête était effectivement plus longue. La déformation d'Akhenaton n'a pas été corrigée par les artistes qui l'ont peint tel qu'il était, avec son ventre, sa poitrine creuse et sa longue tête.

Le successeur d'Akhenaton est Toutankhamon, son fils, qui deviendra le pharaon le plus connu de tous les temps. En 1922, sa tombe est découverte par Howard Carter qui peut prouver que Toutankhamon avait lui aussi un crâne de forme allongée. A-t-il hérité des gènes extraterrestres de son père ?

De nos jours, une grande partie de la vie d'Akhenaton reste un mystère. A-t-il réellement changé toutes les doctrines religieuses égyptiennes parce qu'il était un être venu du ciel ? Si c'est le cas, existe-t-il des preuves de la venue sur terre d'entités similaires ?




Cet article a été récemment mis à jour pour la dernière fois le 29 Décembre 2018. Il est à jour.