Les momies à trois doigts de Nazca

Momie de Nazca
Depuis l'été 2017, un grand nombre d'étranges découvertes de momies au Pérou ont provoqué énormément de sensation, de fascination ainsi que de spéculations et de critiques – les momies sèches présentent parfois des caractéristiques qui s'écartent fortement de la forme connue du corps humain et sont donc présentées comme des preuves archéologiques possibles de la visites d'extraterrestres sur la terre. Après que les institutions officielles eurent déjà sévèrement critiqué l’enquête sur les momies, principalement de la part de chercheurs privés et d’une station de radio en ligne américaine, les chercheurs ont annoncé une conférence de presse sur les résultats de l’enquête, désormais manifestement appuyée par les autorités péruviennes.

La conférence était annoncée pour le 19 novembre 2018 à 15 heures, heure de l'Europe centrale (CET), et s'est déroulée sous le haut patronage du membre du Congrès péruvien Armando Villanueva, qui est appelé « l'auteur du projet de loi sur les momies de Nazca ».

En outre, la conférence a donné lieu à une présentation officielle des résultats de l'analyse ADN dans les locaux du Congrès de la République. La conférence a été couverte par les journalistes péruviens Jois Mantilla et Jaime Maussan du Mexique (Tercer Milenio), ainsi que par la chaîne en ligne américaine Gaia.com.

La présentation officielle des derniers résultats des analyses d'ADN, de la datation au Carbone 14, des examens histologiques, des tomographies, des scanners HD, etc. a été effectuée. La présentation et la conférence de presse en direct seront diffusées ultérieurement dans le monde entier.

Momie à trois doigts

Est-ce un hoax ?

Toutes les études biologiques et anatomiques, les scanners HD et le Carbone 14 confirment toutes que Maria et les petits corps de 60 cm étudiés (Victoria, Josefina,...) sont authentiques et qu'aucun trucage n'est possible à ce stade. Les trois doigts aux mains et pied de Maria sont réels et elle comporte d'autres anomalies anatomiques et biologiques. Les différents échantillons prélevés en différents endroits (os de mains, peau, os du dos,...) donnent exactement les mêmes datations (1750 ans environ) aucun trucage n'est possible donc.


Les résultats de l'analyse ADN

Momie du Pérou
Momie du Pérou
Maria possède 30% d'ADN homo sapiens et dans les 70% restant, il y a des bactéries et des virus connus, mais il reste une très grande part d'ADN inconnu totalement de toutes les bases de données.

Pour les petits corps de 60 cm, l'ADN ne montre que 15 à 19% d'ADN homo sapiens, le reste étant soit bactérien soit inconnu.

Les œufs de Josefina (il en existe 4 maintenant, avec un tout petit récemment détecté) sont réels et 3 fœtus a différents stade d'évolution ont été détectés... Son appareil reproducteur est proche de celui des lézards, sans en être tout à fait le même. C'est impossible à truquer, c'est une découverte extraordinaire car on ne connaît pas l'équivalent sur Terre jusqu'à présent.

Pour le bébé Wawita, des mutilations ont été prouvées au niveau de ses pieds et de ses mains, c'était probablement un enfant normal ayant subi une tentative d'élongation du crâne artificielle. Les mutilations sont supposées pour l'instant avoir été effectuées par les Nazcas ou les Incas, probablement lors d'un rituel pour le faire ressembler à Maria. Cette dernière était éventuellement considérée comme une déesse par les indiens plus récents.

Il reste qu'il y a aussi à priori des anomalies génétiques avec ce bébé : était-ce un hybride qui aurait du être tridactyle pour les indiens mais qui ne l'a pas été, d'où sa mutilation ?

Un appel à la communauté scientifique internationale

Le député organisateur de cette présentation appelle la communauté internationale (scientifique et autres) a aider dans cette affaire. Il a convoqué une réunion avec le Ministère péruvien de la culture pour la mise en sécurité des reliques et rechercher activement les huaqueros et le lieu de la découverte. Un projet de loi va être également voté dans ce sens au niveau du Congrès péruvien.

De nombreux laboratoires et scientifiques (dont la célèbre et ancienne université de Saint-Pétersbourg) ont participé aux analyses, et étaient présents à la présentation. Un laboratoire établi à New York était aussi présent. Ils utilisent les toutes dernières technologies en matière de génétique et confirment les mêmes résultats ADN que les autres.

Il s'agit au minimum de la découverte d'une nouvelle espèce ayant évolué avec probablement deux différentiations trouvées, peut-être aussi une sorte d'hybridation entre homo sapiens et une autre espèce. On a bien trouvé récemment une enfant hybride entre Néandertalien et Denisoviens. Il est aussi probable qu'il y ait eu aussi des bébés mi-Néandertaliens mi-hommes modernes.

On est sur des bases de travail et de nouvelles recherches.

Que peut-on dire sur ces hybrides de Nazca ?

Maria, Momie de Nazca

Maria est décédée à environ 40 ans, des traces de grosses griffures découvertes sur elle sont probablement la cause de sa mort. Cela s'est passé il y a environ 1750 ans. Ce sont encore des suppositions vu sa partie humaine et l'autre nettement non humaine : elle était possiblement issue d'une race hybride ayant survécu jusqu'à cette époque. Un autre corps semblable à Maria aurait été découvert (et d'autres aussi plus petits et portant aussi des œufs) mais vendu à un collectionneur privé d'après les huaqueros. Cela reste encore à vérifier.

Ces êtres auraient donc vécu à l'époque de l'Empire romain. Ce qui reste surprenant, c'est la méconnaissance de ces êtres à défaut d'une véritable civilisation. Aurions nous affaire à un type de mutation génétique comme celle que nous eûmes dans le Béarn et certains lieux dans les Pyrénées avec la communauté des Cagots ? Mais l'origine des Cagots n'est ni due à une mutation ou une hybridation.

C'est une méconnaissance relative de ce peuple, car il a été aussi montré durant cette conférence les nombreuses traces de tridactyles sur beaucoup de matériel (poteries, tissus, gravures, pétroglyphes) découvert dans toutes les Amériques anciennes, et datés de plusieurs milliers d'années jusqu'aux périodes précolombiennes. Ce sont juste les interprétations des archéologues et des spécialistes, en l'absence d'autres données (qui sont maintenant là) qui étaient erronées à leur sujet. L'énorme erreur de cette affaire c'est de les avoir associer avec des Aliens ! C'est en fait une formidable affaire de cryptozoologie ! Mais malgré les résultats incontestables des études scientifiques, le nombre des détracteurs reste hallucinant. Détracteurs ou pas, les faits sont là et bien là. Les êtres retrouvés à Nazca sont clairement non humains. Ils appartiennent à une espèce qui a vécu en osmose avec les indiens nazcas avec des prolongements dans tout le continent sud-américain et bien au-delà !

Notons aussi que toute référence a l'hypothèse « extra-terrestre » est en partie écartée pour envisager la possibilité d'espèces terrestres inconnues ayant bien évoluées à partir d'une possible mutation de dinosauriens (trois doigts). Il n'est pas impossible que les dinosaures à plumes ont évolué en oiseaux et d'autres espèces de dinosaures en autre chose...


Source : Yves Herbo, créateur et éditeur du site http://www.sciences-faits-histoires.com
Retour à la catégorie : Découvertes insolites



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 20 Février 2019. Il est à jour.