Une doctrine très inspirée

Image de Une doctrine très inspirée
Si les sources des premiers manifestes de la Rose † Croix sont multiples et éclectiques, ils se révèlent aussi caractéristiques de la culture des milieux alchimiques de l'époque : offrant une synthèse de traditions antiques, notamment issues de la kabbale juive, du gnosticisme, du néoplatonisme ou de l'hermétisme, sa doctrine puise encore aux sources de la sagesse indienne.


Elle affirme que tous les individus sont des développements d'un être unique, la Monade ; l'homme, déchu de la divinité par sa révolte, doit la retrouver par l'extase et par le respect d'une vie sainte, toute d'esprit et d'amour : la droiture, la lutte contre les tendances mauvaises, l'intégrité de l'esprit, l'austérité des mœurs, la charité et la justice... permettent au rosicrucien accompli d'entrer dans le cœur humain du Saint-Esprit, qui unit l'homme à Dieu et lui confère ses dons – les « Maîtres inconnu », membres les plus savants de la confrérie, sont ainsi censés disposer de la Science totale, de la Pierre philosophale et de l'art de prolonger la vie indéfiniment... Au terme d'une « Réforme universelle », religieuse et sociale, les rosicruciens promettent en tout cas un retour à l'âge d'or de l'humanité.

Source : En partie tiré d'un texte de Charles Giol, agrégé d'histoire et diplômé du Centre de formation des journalistes, auteur entre autre de : De Jaurès à Hollande. Histoire de France de 1914 à nos jours
Il collabore à différents journaux tels que l'Express, Sciences et Avenir et le Nouvel Obs.


Revenir au début ...