Un mythe encore vivace

Image de Un mythe encore vivace
Mais le canular des origines resurgit, en 1777, quand deux francs-maçons berlinois, Bischoffswerder et Wöllner, fondent la « Rose-Croix d'or d'ancien système » pour attirer à eux des princes allemands passionnés d'ésotérisme et un brin crédules. Les deux hommes initient notamment l'héritier très mystique de la couronne de Prusse, ravi d'apprendre qu'il intègre une société secrète dont la filiation remonte à Adam lui-même, et impatient de découvrir les secrets qu'on lui promet sur la transmutation des métaux et l'allongement de la vie... Devenu roi de Prusse sous le nom de Frédéric-Guillaume Il, en 1786, il fera de Wöllner son Premier ministre et de Bischoffswerder son ministre de la Guerre. Les deux hommes, après avoir dicté au roi une politique obscurantiste contre les partisans prussiens des Lumières, seront finalement contraints de révéler leur supercherie et de dissoudre leur ordre.


Les avatars contemporains de la Rose † Croix sont tout aussi anecdotiques. La Societa Rosicruciana in Anglia, créée en 1865 à Londres, par deux francs-maçons, et dont l'accès est réservé à des frères de la Grande loge unie d'Angleterre, est un groupe chrétien travaillant sur les traditions kabbaliste et hermétique, qui, s'il existe toujours aujourd'hui, est plus que confidentiel. Carrément fantaisiste est pour sa part l' « Antique et mystique ordre rose-croix », créé aux États-Unis en 1915 par le docteur Harvey Spencer Lewis : selon lui, la Rose † Croix est une société millénaire ayant des origines égyptiennes, voire atlantes... Cette société n'en est pas moins la seule à revendiquer aujourd'hui le titre d'ordre « authentique » de la Rose † Croix. Sa doctrine, désormais très New Age, préconise l'accès au divin par la méditation et la prière. A cent lieues du message humaniste délivré en des temps troublés par Andreae et ses compagnons.


Lire la suite ...