Qu'est-ce que le catharisme ?

Image de Qu'est-ce que le catharisme ?
Le mot cathare évoque confusément, dans le grand public, une mystérieuse secte médiévale, aux croyances ésotériques et aux rites initiatiques. Or cette riche légende des cathares est fort éloignée de la vérité historique, et pour cause, elle tire sa source de la propagande de l'Église catholique, qui les a combattus sans relâche durant les XIIe et XIIIe siècles.

Le catharisme est une doctrine antérieure au manichéisme. Elle prend racine dans le gnosticisme des débuts du christianisme. On peut même remonter encore plus loin dans l'histoire pour trouver ses sources dans le Zoroastrisme et le Mazdéisme.


Après l'expansion du christianisme en Europe, de nombreux moines s'étaient révolté contre l'Église de Rome qu'ils jugeaient trop complexe et trop éloignée de Dieu. Il y avait beaucoup trop de cérémoniel et de luxe. Ils prêchaient pour un retour aux véritables sources et une relation plus étroite entre les hommes et Dieu. Les gnostiques défendaient l'idée de l'opposition du Bien et du Mal. Ils soutenaient que l'âme était emprisonnée dans le corps qui aurait été créé par le Malin. Le corps humain était considéré comme la prison matérielle des âmes d'anges précipités sur terre lors d'une bataille entre les deux démiurges, bon et mauvais. Le catharisme était bien plus qu'un simple mouvement de critique à l'instar des Gilets Jaunes. Il est très vite devenu une véritable religion à part entière, différente du catholicisme romain.

Le catharisme c'est répandu comme une trainée de poudre en Languedoc car il était encouragé par les Seigneurs du Midi. En encourageant le Catharisme, sans pour autant en adopter la foi, les seigneurs luttaient ainsi contre un clergé trop puissant. Ce fut notamment le cas des Trencavel, les vicomtes de Carcassonne.

Le catharisme propose une interprétation alternative des évangiles, rejetant particulièrement tous les sacrements tels que le baptême, l'eucharistie, le mariage, etc. Ces mêmes doctrines se retrouvent dans les bases du Christianisme primitif et du gnosticisme. C'est de là que le catharisme prend sa source. Il s'est ensuite implanté à travers l'Europe en Italie du Nord et en Bulgarie où il donna naissance à la secte des bogomiles.

Nombre de prédicateurs chrétiens accusent alors les cathares d'adorer le diable au cours de messes noires et d'orgies débridées. La caricature ne recule devant rien. A l'image du théologien Alain de Lille, qui prêche contre eux au début du XIIIe siècle :

Dans leurs conciliabules, ils font des choses immondes. On les appelle cathares, de cattus, car, à ce qu'on dit, ils baisent le derrière d'un chat.  

C'est maltraiter au moins l'étymologie : « cathare » tire son nom du grec « catharos », qui signifie « pur ». Cette religion a en effet pour but ultime d'atteindre la pureté de l'âme humaine. Le nom de cathares a été donné par Saint Augustin (mort en 430) contre des hérétiques de l'Antiquité tardive, qui étaient dits « cathares » , c'est-à-dire « les purs » en grec. Le moine bénédictin Eckbert de Schënau est le premier à reprendre l'appellation en 1163 pour nommer ainsi les hérétiques médiévaux. Les cathares, eux, ne l'ont jamais employé : entre eux, ils se nommaient « bons hommes » ou « parfaits » (perfectus).


Lire la suite ...   


Partager sur facebook