La croisade contre les Albigeois

Image de La croisade contre les Albigeois
Devant le risque que représentait le catharisme pour l'Église, celle-ci condamne très vite cette philosophie et, dès 1119, le pape Calixte II dénonce la doctrine cathare comme hérétique. En mai 1165, c'est le concile de Lombers qui condamne la secte d'Olivier (évêque cathare) et ses compagnons comme étant hérétiques.

A partir de 1203, le Pape Innocent III envoie en Languedoc plusieurs prélats pour tenter de lutter contre l'hérésie cathare. Mais leur mission de prédication ne suscite que de l'hostilité. En 1208, le légat du Pape est même assassiné par un serviteur du comte de Toulouse. Raymond VI, le Comte de Toulouse, refuse de collaborer avec le légat envoyé par le Pape et il est excommunié en 1208. Il est accusé d'être le commanditaire de l'assassinat du légat Pierre de Castelnau.


Cet assassinat est un prétexte inespéré pour le pape Innocent III qui, aussitôt, appelle à une expédition contre les albigeois. C'est ce qu'on a appelé la Croisade des barons. Le roi de France Philippe Auguste profite de l'occasion pour s'emparer de la région et envoie une armée de 300 000 croisés. Pendant vingt ans, des armées venues du nord de la France vont s'abattre sur le Languedoc, massacrant et pillant allègrement.

Le 22 juillet 1209 a lieu le siège de la ville de Béziers par la Croisade catholique. Plus de la moitié des habitants de la ville sont massacrés. Aux soldats qui se demandaient comment faire pour distinguer ceux qui étaient hérétiques de ceux qui étaient fidèles, l'abbé de Cîteaux, Arnaud Amaury, répondit par cette phrase : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ». Ce fut un carnage systématique et on décompte plus de 20 000 morts, y-compris femmes, enfants et vieillards. Après cet énorme massacre, la cité toute entière a été pillée et brûlée.

Le 15 août 1209 c'est au tour de Carcassonne d'être prise par les croisés du pape et ses habitants sont chassés nus de la ville. Le 22 novembre 1210, Termes, dans l'Aude, se rend aux croisés catholiques acteurs d’une politique de terreur digne du nazisme. Le 3 mai 1211 les croisés du pape prennent Lavaur, égorgent, lapident et brûlent les hommes comme les femmes. 400 cathares furent massacrés.

Traversant les Pyrénées, Pierre II, le roi d'Aragon, vient au secours du comte de Toulouse, Raymond VI : la bataille de Muret, en septembre 1213, se solde par la victoire des croisés.

La croisade des Albigeois devint une guerre de conquête au profit du Roi de France qui pouvait enfin imposer son pouvoir dans cette riche région. Simon de Montfort, petit Seigneur d'Ile de France fut investi en 1215 du titre de comte de Toulouse. La croisade pris fin en 1218 à la mort de Simon de Monfort.


Lire la suite ...   


Partager sur facebook