L'origine du Christianisme

Croix en Pierre à Autun
Au départ, il existait de nombreuses sectes juives, et notamment l’une d’entre elles, appelée à jouer un rôle prépondérant dans la civilisation humaine : le christianisme.

Comme tout le monde le sait, le christianisme est le fruit d’une scission avec le credo juif dominant. Ce mouvement, initialement minoritaire et sectaire, centré autour du charisme et du messianisme de Jésus-Christ, a rompu avec les dogmes et les pratiques juives traditionnelles pour évoluer en une tradition religieuse indépendante à la faveur d’une évangélisation des peuples non juifs.

On peut donc légitimement qualifier le christianisme d'être une organisation sectaire et manipulatrice des populations ignorantes.

Non seulement, à la base, il s'agit d'une secte, mais de plus, une secte très malfaisante. En effet, la présence – ou, plutôt, l’omniprésence – d’une référence à Satan en tant que personne et non comme idée, est la preuve même de son imprégnation apocalyptique, d’autant plus que les nombreux miracles ou guérisons opérés par Jésus-Christ, selon les Écritures, sont caractéristiques des sectes juives de l’époque.

Le Christianisme serait donc à l'origine une secte Satanique.
 

Ce qui fait la différence entre une secte et une religion

Manuscrit de la Mer Morte
Fragment d'un Manuscrit de la Mer Morte
La différence entre une secte et une religion tient à peu de choses et en particulier à la présence d'un Livre Saint. L’Islam possède son Coran, le Judaïsme sa Torah, le Christianisme sa Bible.

À la lecture des divers livres bibliques, Satan est présenté par les auteurs et les évangélistes – sous l’influence de la conjoncture politique et des mythes païens de combat divin – comme l’instigateur et l’incarnation du Mal terrestre justifiant ainsi la venue et le sacrifice du Fils de Dieu pour racheter les pécheurs. Emprunté aux sectes juives apocryphes de la fin du IIe siècle, le personnage de Satan est ainsi devenu l’élément « central et indispensable du christianisme », fournissant l’explication nécessaire à l’origine de la souffrance physique et morale des hommes, tout en dédouanant Dieu de toute responsabilité, et en expliquant le pourquoi du sacrifice expiatoire du Messie.

 
Une publication de 2008 tente de remonter aux origines du christianisme à travers une grande enquête et des reportages intéressants.

Dans l’Ancien Testament, on ne parle pas de Satan, mais du satan, cette catégorie d’êtres fidèles à Dieu, chargés de répandre le Mal pour que les hommes puissent être « testés ». L’exemple type de cette conception du Mal peut être trouvé dans le Livre de Job, où Yahvé autorise l’un de ses anges à faire souffrir Job, homme pieux par excellence, pour éprouver son amour et sa fidélité.

Apôtre Jean
Dans le Nouveau Testament, le Diable, sous diverses appellations, est nommé 188 fois. C’est dans le Livre de l’Apocalypse, écrit par l’apôtre Jean, que l’on rencontre les récits les plus mystiques de la Bible chrétienne. On y fait référence à la lutte qui oppose les armées divines aux forces diaboliques, celles-ci étant placées sous la houlette d’une bête, marquée du chiffre de l’homme, le 666.

Par la présence de Livres Saints, la secte du Christianisme serait donc devenue une Religion à part entière... une religion satanique.


Source : http://www.derives-sectes.gouv.fr/publications-de-la-miviludes/guides/le-satanisme-un-risque-de-dérive-sectaire
Ce site du gouvernement (rattaché au premier ministre) propose un document PDF en téléchargement.

 

Histoire des dogmes chrétiens

Le Christianisme n'a pas toujours prêché la doctrine actuelle. Ses croyances se sont même beaucoup modifiées au cours des siècles. La première transformation s'est faite lors du heurt entre Paul, qui n'avait pas connu personnellement Jésus, et les apôtres qui l'avaient connu...

Le concile de Jérusalem (vers 49 ap. JC) :

A Antioche, Paul et Barnabé baptisaient des païens au Christianisme (Pagano-Chrétiens / hellénistes), lorsqu'ils furent confrontés à l’arrivée dans cette ville de Chrétiens de Jérusalem (les Judéo-Chrétiens / Nazaréens) qui proclament que nul ne peut se dire Chrétien s'il n'observe pas la loi mosaïque et la circoncision. Pour eux le Christianisme n'est qu'un rameau du Judaïsme, une simple secte dissidente.

Le conflit est porté devant l’Église de Jérusalem, qui jouit d’une grande autorité. Jacques, frère du Seigneur, apparaît à cette époque comme le chef incontesté de cette Église.

Au cours de ce premier concile (qui eut lieu entre 47 et 53) Jacques, Pierre et Jean, après en avoir beaucoup conféré, donnent raison aux deux missionnaires sur la question de la circoncision. Ils écrivirent alors aux Pagano-Chrétiens d'Antioche, en Syrie et en Cilicie, une lettre disant ceci :

Il a semblé bon au Saint-Esprit et à nous de ne vous point imposer d’autre charge que celles-ci, qui sont nécessaires : savoir vous abstenir des viandes immolées aux idoles, et du sang, et de la chair étouffée, et de la fornication. 

Les Pagano-Chrétiens ne sont donc tenus qu’au respect de quelques principes : c’est la première rupture avec la communauté Juive, le premier signe d’indépendance de la religion qui est en train de naître.

Les pagano-chrétiens et les judéo-chrétiens

Les deux branches du Christianisme se séparèrent ensuite de plus en plus, et le Pagano-Christianisme de Paul finit par devenir une religion complètement séparée du Judaïsme. C'est Paul qui a fait de Jésus un Dieu et du Christ un principe mystique, alors que les Judéo-chrétiens niaient la divinité de Jésus.

Pendant un certain temps s'opposeront ensuite les Adoptianistes et les Docétistes. Les Adoptianistes descendaient des Judéo-chrétiens Nazaréens et pensaient que Dieu est unique (doctrine Unitatiste) et que Jésus n'était qu'un homme ayant gagné le titre de « Fils de Dieu » grâce à ses mérites. Il avait été en quelque sorte adopté par Dieu. Ils n'avaient pas totalement tort en disant que Dieu est unique, c'est même le principe de base dans une religion monothéiste.

Les Docétistes, par contre, allaient encore plus loin que les Pagano-Chrétiens de Paul dans la divinisation de Jésus : Ils pensaient que celui-ci était un être immortel et immatériel qui n'avait été crucifié qu'en apparence.

Mais le Christianisme verra ses dogmes se modifier encore plus au cours des temps.


Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : Sectes



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le , il y a moins d'un an.