Le mensonge du monothéisme

Dans les traductions françaises de la Bible, l'élément principal est Dieu. C'est même le troisième mot qui apparait à la lecture de la traduction de Louis Segond de 1910. Mais en réalité, l'Ancien Testament a été écrit en hébreu et le mot utilisé dans l'original en langue hébraïque n'est pas "dieu" mais Elohim. Dans la plupart des traductions, ce mot hébreu est assimilé à « Dieu ». Mais pourtant on s'aperçoit qu'il s'agit en réalité d'un mot pluriel. C'est d'ailleurs confirmé par le dictionnaire Larousse qui est une référence en langue française :

Elohim


Comment une religion qui se dit monothéiste peut-elle avoir plusieurs Dieux ? Oui, vous avez bien lu : Elohim est un mot pluriel !

Est-ce exact ?

Pour découvrir si cette définition du Larousse est exacte il faut faire un peu d'apprentissage de la langue hébraïque de base. Dans la Bible on découvre un mot composé des cinq lettres hébreuses suivantes : aleph, lamed, , yod, mem.

Sachant que l'hébreu se lit de droite à gauche il faut commencer par inverser le sens des lettres, ce qui donne ALHIM. Mais « ALHIM » se prononce en fait « ELOHIM », ce qui colle parfaitement à la prononciation de l'hébreu.

Le mot ALHIM est formé du radical ALH et du suffixe IM. Le radical ALH se prononce ELOHA, et se contracte dans la forme EL. En hébreu, le suffixe IM marque par contre toujours le pluriel. Sachant cela, ELOHIM signifie donc littéralement « les ELOHA ». Mais en hébreu on ne dit pas « les ELOHA », on dit tout simplement « ELOHIM ».

Ce pluriel est connu, depuis toujours, par tous ceux qui ont bien voulu prendre l’hébreu en considération. Et comme chacun le sait, l'Ancien Testament est écrit en hébreu. Parler d'un Dieu unique est donc une parfaite aberration sachant que les Ecritures originales mentionnent bien quelque chose de pluriel.

Mais qui donc sont ces entités déistes ?

Vous pensez sans doute que les « Dieux » de la Bible resteront à jamais un mystère. Mais en reprenant les textes d'époque, avec un peu de logique, on peut en déduire l'origine des ELOHIM.

ELOHIM est un système complexe. Ce système est un groupe d’individualités. On va dire que chacune de ces individualités, prise séparément, est un dieu. On la nomme ELOHA. Mais ELOHA n'est rien sans les autres. Il faut que l'ensemble des individualités soit réuni pour former ELOHIM. De nos jours on dirait qu'ELOHA est une personne physique alors qu'ELOHIM est une personne morale, une entreprise.

On commence un peu à comprendre... Mais qui étaient ces ELOHIM ? Certainement pas des humains puisqu'ils sont supposés avoir créé la race humaine. Mais alors qui ?

Des théories apportent une explication plausible

Extraterrestres
ELOHIM désignerait « les autres ». Par « les autres » on entend des êtres qui sont différents de nous, qui ne sont pas humains.

Les textes sacrés nous disent bien que Dieu se trouve dans les cieux. En toute logique avec cette affirmation, ELOHIM viendraient donc du ciel. Ils sont venus du ciel pour descendre sur la terre. Mais qui peut bien venir du ciel pour finir sur la terre ferme ? hummm....

ELOHIM est considéré comme le Créateur, c'est à dire quelque chose qui nous est infiniment supérieur, à la fois en intelligence, en force physique et en technologie. ELOHIM seraient des êtres supérieurs.... venus du ciel.

Cette thèse présente incontestablement une logique qu'il est difficile de mettre à défaut. ELOHIM nous aurait enseigné nos premières sciences. La construction des pyramides, que l'on a du mal à expliquer de façon rationnelle, trouve alors toute sa lumière en considérant que des êtres supérieurs arrivés des cieux nous ont apporté une science et une technologie « extra-terrestre » permettant la réalisation de ces constructions colossales.

 

Attention aux fausses traductions de la Bible

Depuis que l'imprimerie fut inventée par Gutenberg on a vu fleurir maintes et maintes traductions de la Bible, souvent erronées. C'est à se demander si les traducteurs comprenaient ce qu'ils écrivaient. Certaines traductions ont été faites directement du grec. D'autres ont été faites du latin, qui était lui-même une traduction du grec. D'autres sont faites depuis les traductions anglaises, elles-mêmes traduites du latin, mais rares sont celles qui sont réellement des traductions originales de l'hébreu.

Une très bonne traduction est la Bible de Jérusalem publiée entre 1948 et 1955 et pour la première fois en un seul volume en 1956. Il y eut ensuite des versions révisées en 1973 et 1998. On peut y lire ce passage quand Dieu s'adresse à Abraham :

Je suis El Shaddaï, marche en ma présence et sois parfait. J'institue mon alliance entre moi et toi.
 

El Shaddaï figure bien dans le texte en hébreu mais la plupart des traductions le traduisent par « Dieu tout puissant ». La Bible de Jérusalem, dans l'une de ses versions, est la seule à préciser en note de bas de page qu'il s'agit d'une fausse traduction.

Ce terme de El Shaddaï, qui serait l'un des noms de Dieu, revient à plusieurs reprises dans différents passages de la Bible (La Génèse, l'Exode et le Livre de Job).

Elohim parla à Moïse et lui dit :
Je suis Iahvé ! Je suis apparu à Abraham, à Isaac et à Jacob comme El Shaddaï et par mon nom de Iahvé je n‘ai pas été connu d’eux .
 

Pour en savoir plus : http://otremolet.free.fr/otbiblio/bible/ancien/exode/ex6.html

Certains pensent que le mot Shaddaï vient de l’akkadien šadû qui signifie « montagne, colline ». En tous cas c'est déjà mieux et ça n'a rien à voir avec « tout puissant ».

D'autres pensent que la traduction est « tendre la main » et ça donnerait alors « le Généreux, le Bienfaiteur, Celui qui tend la main. »

Mais encore une fois c'est une bien mauvaise traduction qui n'est pas du tout en rapport avec l'histoire relatée dans la Bible.

Nous pensons que la vérité sur ce mot est proche de « celui qui marche devant ». El Shaddaï serait alors « le Guide ». Il fut le guide d'Abraham, d'Isaac et Jacob qui ne l'ont connu que sous ce nom de « Guide » et jamais sous son vrai nom. Mais voilà qui est bien loin de la traduction fantaisiste de « Dieu Tout Puissant ».

Attention aux déformations et aux gens qui vous disent que c'est écrit

C'est écrit dans la Bible
A partir de ces éléments nous vous encourageons de relire vos Ecritures Saintes avec réflexion et de toujours garder à l'esprit que la Bible n'était autre que le récit des légendes ancestrales autrefois transmises oralement. Il ne faut pas y voir un quelconque guide spirituel. Il s'agissait tout simplement d'un livre d'histoires extraordinaires et certaines choses n'étant pas comprises par les humains de l'époque y ont été présenté sous une forme « paranormale ». Elles ont par la suite été déformées.

L'une des déformations les plus flagrantes est l'histoire de la pomme. Jamais dans la Bible il n'est question de pomme. Le fameux fruit défendu pourrait être une figue, une grenade ou toute autre chose.

L'assimilation à une pomme viendrait sans doute du latin dans lequel le terme de fruit se traduit par pomum. Mais pour parler de la pomme en elle-même c'est le mot malum qu'il faut utiliser. Le pommier étant le malus. Ce dernier terme désigne d'ailleurs aussi bien un pommier qu'un arbre « mauvais ». Bref, c'est une grosse confusion et la seule chose qui est claire est que le fruit défendu n'a jamais été une pomme. Ceci n'est pas écrit dans la Bible.



 

Lire la suite ...   


Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 11 Juillet 2017. Il est un peu ancien mais toujours d'actualité.