La technologie perdue de la construction des Pyramides d'Egypte

Carrières de Gizeh
Les carrières de Gizeh
En août 1984, le magazine Analog publiait un article sur les recherches de Christopher Dunn intitulé « Advanced Machining in Ancient Egypt ? » C'était une étude se rapportant à la publication « Pyramides et Temples de Gizeh », écrite par Sir William Flinders Petrie en 1833. Depuis la publication de l'article, Christopher Dunn a visité l'Égypte à deux reprises et à chaque visite il repart avec plus de respect pour les anciens bâtisseurs de pyramides.

En Égypte, en 1986, il a visité le musée du Caire et remis une copie de son article, accompagné d'une carte de visite, au directeur du musée. Ce dernier l'a remercié gentiment, a jeté la carte dans un tiroir pour rejoindre d'autres matériaux divers et s'en est détourné. Un autre égyptologue l'a conduit à la « salle des outils » pour l'éduquer aux méthodes des anciens maçons en lui montrant quelques cas où se trouvaient des outils de cuivre primitifs. Christopher Dunn a demandé à son hôte des informations concernant la coupe de granit, car c'était l'objet de son article. On lui a expliqué que les anciens Égyptiens avaient coupé une fente dans le granit, inséré des coins de bois, puis les avaient trempés avec de l'eau. Le bois se met alors à gonfler en créant une pression qui sépare la roche en deux. Diviser la roche est très différent de l'usiner et il n'expliquait pas comment les outils en cuivre pouvaient couper le granit, mais il était tellement enthousiaste avec sa thèse que Christopher ne l'a pas interrompu. Pour prouver son argumentation, il l'a emmené chez un agent de voyages proche, l'encourageant à acheter des billets d'avion pour Assouan, où les preuves sont claires. Il a insisté pour qu'il voit les marques de carrière qui se trouvent là-bas, ainsi que l'obélisque inachevé.

Cet article est une traduction en français de l'article publié en anglais par Christopher Dunn sur son site personnel http://www.gizapower.com

 

Les carrières d'Assouan

Christopher Dunn a acheté les billets et est arrivé à Assouan le lendemain. Après avoir appris certaines des coutumes égyptiennes, il eut l'impression que ce n'était pas la première fois que son ami égyptologue faisait ce voyage chez l'agent de voyages. Les marques de carrière qu'il vit là-bas ne l'ont pas convaincu sur le fait que les méthodes décrites étaient le seul moyen par lequel les constructeurs de pyramides ont extrait leurs roches. Il y a un grand trou rond foré dans la colline du substratum rocheux, qui mesure environ 12 pouces de diamètre et 3 pieds de profondeur et qui est situé dans le chenal, qui s'étend sur la longueur de l'obélisque estimé à 3 000 tonnes. Le trou a été percé à un angle avec le sommet pénétrant dans l'espace du canal. Les anciens ont peut-être utilisé des forets pour retirer de la matière sur le pourtour de l'obélisque, ont glissé des toiles entre les trous et ont ensuite enlevé les cuspides.

Une théorie remise en cause

Le Sphinx et la Grande Pyramide
Le Sphinx et la grande pyramide de Gizeh
Les carrières d'Assouan étaient éducatives, mais après être rentrées au Caire le lendemain et en flânant autour du plateau de Gizeh plus tard dans la semaine, Christopher Dunn a commencé à remettre en question les marques de carrière à Assouan. Au sud de la deuxième pyramide, il a trouvé une abondance de marques de carrière de nature similaire. Les pierres de coffrage en granit qui avaient gainé la deuxième pyramide ont été enlevées et étendues autour de la base à divers stades de destruction. Certaines des pierres étaient toujours en place, bien que des sections aient été coupées, et il a trouvé les mêmes traces de carrière que celles qu'il avait vues plus tôt dans la semaine à Assouan. C'était déroutant. Sans tenir compte de l'impossibilité des théories des égyptologues sur les méthodes d'extraction des anciens constructeurs de pyramides, sont-elles vraiment valables même d'un point de vue logique et non technique ? Si ces marques de carrière identifient distinctement les personnes qui ont créé les pyramides, pourquoi s'engageraient-elles dans une quantité de travail extrêmement difficile pour détruire leur travail après l'avoir achevé ? Il semble que les marques de carrière retrouvées à Assouan et sur le plateau de Gizeh datent d'une période plus tardive. Elles ont été créées par des personnes qui souhaitaient uniquement obtenir du granit sans se préoccuper de sa provenance.

Les artefacts de la Grande Pyramide

L'archéologie consiste en grande partie en l'étude des outilleurs de l'histoire, et les archéologues comprennent le niveau d'avancement d'une société a partir de ses outils et des artefacts découverts. Le marteau était probablement le premier outil jamais inventé, et les marteaux ont forgé des artefacts élégants et beaux. Depuis que l’homme a appris pour la première fois qu’il pouvait opérer de profonds changements dans son environnement en appliquant la force avec un degré raisonnable de précision, le développement d’outils était un aspect continu et fascinant de l’activité humaine. La Grande Pyramide apporte une longue liste d'artefacts mal compris et mal interprétés par les archéologues, qui ont promu des théories et des méthodes basées sur un ensemble d'outils avec lesquels ils ont du mal à reproduire les aspects les plus simples du travail.

Les ouvriers des carrières de l’âge des pyramides auraient accusé l’historien grec Strabon de sous-estimation, alors qu’ils attaquaient le granit dur d’Assouan. Leurs haches et leurs ciseaux étaient en cuivre durci par martelage.
 
Dr. IES Edwards ~ Egyptologue

L'égyptologue Sir William Flinders Petrie et ses recherches

William Petrie
Pour la plupart, les outils primitifs découverts sont considérés comme contemporains des artefacts de la même période. Pourtant, au cours de cette période de l'histoire égyptienne, des artefacts ont été produits en nombre prolifique, sans outils pour expliquer leur création. Les anciens Égyptiens ont créé des artefacts qui ne peuvent s'expliquer en termes simples. Ces outils ne représentent pas entièrement « l'état de l'art » qui est évident dans les artefacts. Certains objets intrigants ont survécu après cette civilisation et, malgré ses monuments les plus visibles et les plus impressionnants, nous n’avons qu’un aperçu de l’ensemble de sa technologie. Les outils présentés par les égyptologues comme instruments pour la création de nombreux artefacts incroyables sont physiquement incapables de les reproduire si on voulait se servir aujourd'hui de tels outils pour fabriquer les mêmes monuments. Après avoir été impressionné par ces merveilles de l'ingénierie exposés dans une piètre collection d'instruments en cuivre du Musée du Caire, l'un de ces égyptologues fut déconcerté et frustré.

L'égyptologue britannique Sir William Flinders Petrie a reconnu que ces outils étaient insuffisants. Il a exploré cette anomalie à fond dans « Pyramides et Temples de Gizeh » et a exprimé son étonnement devant les méthodes utilisées par les anciens Égyptiens pour couper les roches ignées dures. Il les a crédités avec des méthodes que « ... nous venons seulement de comprendre ». Alors, pourquoi les égyptologues du courant moderne insistent-ils pour que ce travail soit accompli avec quelques instruments en cuivre primitifs ?

Qui est Christopher Dunn ?

Christopher Dunn
Christopher Dunn n'est pas égyptologue, il est technologue. Il n'a pas grand intérêt à savoir qui est mort et quand, qui ils ont pu emmener avec eux et où ils sont allés. N'y voyez là aucun manque de respect en ce qui concerne la montagne de travail et les millions d’heures d’études menées sur ce sujet par des spécialistes intelligents (professionnels et amateurs), mais son intérêt, donc son objectif, est ailleurs. Lorsque Christopher regarde un artéfact pour savoir comment il a été fabriqué, il ne se préoccupe pas de son histoire ou de sa chronologie. Ayant passé la majeure partie de sa carrière à travailler avec les machines qui créent des artefacts modernes, tels que des composants de moteur à réaction, il est capable d'analyser et de déterminer comment un artefact a été créé. Il a également suivi une formation et acquis de l'expérience dans certaines méthodes de fabrication non conventionnelles, telles que le traitement au laser et l'usinage par décharge électrique. Cela dit, on dois avouer que contrairement à certaines spéculations populaires, il n'a jamais vu de traces de laser sur les pierres égyptiennes. Néanmoins, il existe des preuves concernant d'autres méthodes d'usinage non conventionnelles, ainsi que des pratiques plus sophistiquées de sciage, de tour et de fraisage de type conventionnel. Il ne fait aucun doute pour lui que certains des artefacts étudiés par Petrie ont été réalisés à l'aide de tours. Il existe également des preuves de marques d'outils de tournage clairement définies sur certains couvercles de sarcophages. Le musée du Caire contient suffisamment de preuves pour prouver que les anciens Égyptiens utilisaient des méthodes de fabrication très sophistiquées une fois qu’elles étaient correctement analysées. Pendant des générations, l'accent a été mis sur la nature des outils de coupe utilisés par les anciens Égyptiens. En Égypte, en février 1995, Christopher Dunn a découvert des preuves qui soulèvent la question suivante : « Qu'est-ce qui a bien pu guider l'outil de coupe ? »

Des pouvoirs surnaturels et des lasers

Une variété de personnes ont spéculé que pour ériger un bâtiment aussi parfait que la grande pyramide, les constructeurs devaient avoir des pouvoirs surnaturels. Certains spéculent même que les constructeurs ont utilisé des lasers pour couper les éléments de maçonnerie et ont ensuite fait léviter les pierres pour les positionner dans la pyramide. Bien que personne ne puisse parler avec autorité des pouvoirs de lévitation des constructeurs, que ce soit par l’esprit ou par l’utilisation d'une technologie quelconque, on peux dire avec une assurance raisonnable qu’aucun laser n’a été utilisé pour couper les matériaux entrant dans la construction de la grande pyramide. Bien que le laser soit un outil formidable avec de nombreuses utilisations, sa fonction en tant qu'outil de coupe se limite à des applications économiquement viables, telles que la découpe de petits trous dans des pièces minces de métal et de matériau réfractaire. En tant qu'outil de coupe à usage général, il ne peut rivaliser avec les méthodes d'usinage disponibles avant sa création.

Des marques laissées dans la pierre

Les méthodes utilisées pour couper les éléments de maçonnerie de la grande pyramide peuvent être déduites des marques laissées sur la pierre. La majeure partie de la grande pyramide a été construite avec des blocs de calcaire pesant en moyenne 2,5 tonnes chacun. Bien qu'il y ait des remarques intéressantes à faire concernant le calcaire qui entoure la pyramide, et qui seront abordées plus tard, ces pierres n'offrent pas les mêmes informations sur les méthodes utilisées pour les produire que les milliers de tonnes de granit. Au prix d'un temps et d'efforts considérables de la part des créateurs d'origine, les artefacts de granit trouvés dans la Grande Pyramide et sur d'autres sites en Égypte offrent les indices que nous recherchons.

Avant d’étudier le granit qui était inclus dans les Pyramides de Gizeh, il existe plusieurs artefacts indiquant la puissance des machines utilisées par les constructeurs de pyramides. Ces artefacts, examinés par William Flinders Petrie, sont tous des fragments de roches ignées extrêmement dures. Ces morceaux de granit et de diorite présentent des marques identiques à celles résultant de la coupe de roches ignées dures avec des machines modernes. Il est surprenant que les études de Petrie sur ces fragments n'aient pas attiré beaucoup d'attention, car il existe des preuves indéniables de méthodes d'usinage. Beaucoup de gens seront sans doute surpris d'apprendre que les anciens Égyptiens utilisaient des outils tels que des scies droites, des scies circulaires et même des tours, et cela depuis plus d'un siècle. Le tour est le père de toutes les machines-outils existantes, et Petrie soumet des preuves montrant que non seulement les anciens égyptiens utilisaient des tours, mais qu'ils accomplissaient des tâches qui, selon les normes actuelles, seraient impossibles sans des techniques spécialisées pour couper des rayons sphériques concaves et convexes sans fendre le matériau.

En fouillant les ruines d'anciennes civilisations, les archéologues reconnaissent-ils instantanément le travail des machines-outils par le type de marques faites sur le matériau ou la configuration de la pièce sur laquelle ils regardent ? Heureusement, un archéologue a eu cette perception et les connaissances nécessaires pour reconnaître de telles marques. Il s'agissait de Petrie. Et même si les conclusions de Petrie ont été publiées, l'industrie de l'usinage n'en était encore qu'à ses débuts. Les progrès en la matière apportent un nouveau regard sur ses découvertes.
 

Les archéologues sont des gaulois réfractaires à l'évidence

En lisant l'œuvre de Petrie, on peut comprendre qu'il s'est impliqué dans des recherches approfondies sur les outils utilisés pour couper la pierre dure. Malgré cela, certains égyptologues continuent de croire que le granit utilisé dans la grande pyramide a été coupé à l’aide de ciseaux en cuivre.

Ayant travaillé avec le cuivre à plusieurs reprises et après l'avoir durci de la manière suggérée ci-dessus, cette déclaration parait tout à fait ridicule à Christopher Dunn. Vous pouvez certainement durcir le cuivre en le frappant à plusieurs reprises ou même en le pliant. Cependant, après avoir atteint une dureté spécifique, le cuivre commencera à se fendre et à se séparer. C'est pourquoi, lorsque vous travaillez avec du cuivre dans une large mesure, vous devez le recuire périodiquement ou l'adoucir si vous souhaitez le conserver en un seul morceau. Même après un tel durcissement, le cuivre ne pourra pas couper le granit. L'alliage de cuivre le plus dur qui existe actuellement est le cuivre au béryllium. Rien n'indique que les anciens Égyptiens possédaient cet alliage, mais même s'ils le possédaient, cet alliage n'est pas assez dur pour couper du granit. Le cuivre a été principalement décrit comme le seul métal disponible au moment de la construction de la Grande Pyramide. Par conséquent, il s'ensuivrait que tous les travaux doivent provenir de l'utilisation efficace de cet élément métallique de base. Nous avons peut-être tort, même dans l’hypothèse de base selon laquelle le cuivre était le seul métal disponible pour les anciens Égyptiens. Un autre fait peu connu au sujet des constructeurs de pyramides est qu’ils étaient également des fabricants de fer.

En proposant des méthodes de fabrication plus primitives, il a été démontré que le cuivre chargé de sable de quartz peut également être utilisé pour scier le granite. De plus, de petites boules de dolérite, une pierre plus dure que le granit, ont été trouvées dans les carrières de granit, ce qui a amené les égyptologues à suggérer que des artefacts de granit ont été créés en frappant le matériau.

Bien que certains soient satisfaits de croire que ces méthodes simplistes permettaient de créer les artefacts, ils n'expliquent pas toute l'étendue du travail.

Les méthodes actuelles de découpe du granit

Sans remonter dans le temps et sans interviewer les artisans qui ont travaillé sur les pyramides, nous ne saurons probablement jamais avec certitude de quoi sont constitués leurs outils. Tout débat sur le sujet serait vain, car tant que la preuve n’est pas disponible, aucune conclusion satisfaisante ne peut être atteinte. Cependant, on peut discuter de la manière dont les maçons ont utilisé leurs outils et, peut-être aussi en comparant les méthodes actuelles de découpe du granit avec le produit fini.

Les méthodes actuelles de découpe du granit comprennent l'utilisation de scies à fil et d'un abrasif, généralement en carbure de silicium, qui traverse facilement le granite. Le fil est une boucle continue qui est tenue par deux roues, l'une des roues étant la roue directrice entraineuse (roue conductrice). Entre les roues, dont la distance peut varier en fonction de la taille de la machine, le granit est coupé en le poussant contre le fil ou en le maintenant fermement et en laissant passer le fil. Le fil ne coupe pas le granit, mais il est conçu pour retenir efficacement les grains de carbure de silicium utilisé pour la découpe.

En examinant la forme des coupes faites dans les articles en basalte 3b et 5b, on peut certainement supposer qu’une scie à fil a été utilisée et a laissé son empreinte dans la roche. Le rayon complet au bas de la coupe correspond exactement à la forme que laisserait une telle scie.

M. John Barta, de la société John Barta, affirme que les scies à fil utilisées aujourd'hui dans les carrières coupent très rapidement le granit. M. Barta dit que les scies à fil de carbure de silicium coupent le granite comme s'il s'agissait de beurre. Par intérêt, Christopher Dunn a demandé à M. Barta ce qu'il pensait de la théorie du ciseau de cuivre. M. Barta, doté d’un excellent sens de l’humour, a formulé quelques remarques honteuses et ironiques sur le caractère pratique d’une telle idée.

Les scies à ruban des Egyptiens étaient-elles mécanisées ?

Si les anciens Égyptiens avaient effectivement utilisé des scies à ruban pour couper la roche dure, ces scies étaient-elles manœuvrées à la main ou par des machines ? Avec l'expérience de Christopher dans les ateliers d'usinage et le nombre incalculable de fois où il a eu à utiliser une scie (scies à main et scies électriques), il semble y avoir des preuves solides que, dans certains cas, cette dernière méthode ait été utilisée.

Encore une fois, Petrie donne un indice :

A l'extrémité nord (du coffre), il y a un endroit, près du côté ouest, où la scie s'est enfoncée trop profondément dans le granit et a été reculée par les maçons; mais ce nouveau départ l'a rendu encore trop profond, et deux pouces plus bas ils ont reculé une seconde fois, ayant coupé plus de 0,10 pouce plus profondément qu'ils ne l'avaient prévu ...
 

Ce qui précède était les notes de Petrie sur le coffre à l'intérieur de la chambre du roi dans la grande pyramide. Ce qui suit concerne le coffre à l'intérieur de la deuxième pyramide :

Le coffre est bien poli, non seulement à l’intérieur mais aussi à l’extérieur; même si le plancher est presque entièrement recouvert de parpaings, les blocs sont plaqués contre lui. Le fond reste rugueux et montre qu’il a été scié et ensuite habillé à la hauteur voulue, mais en la sciant, la scie était trop profonde et a ensuite été reculée, elle n'était donc pas entièrement dégagée par le bas, la partie la plus fragile du sciage étant coupée de 0,20 pouce plus profondément que la partie habillée. C'est la seule erreur de fabrication dans tout cela : elle est polie sur tous les côtés et n'est pas laissée avec les lignes de scie visibles sur elle comme le coffre de la Grande Pyramide.
 

Petrie a estimé qu'une pression de une à deux tonnes sur des scies en bronze à pointe de diamant aurait été nécessaire pour couper le granit extrêmement dur. Si nous sommes d'accord avec ces estimations, ainsi qu'avec les méthodes proposées par les égyptologues en ce qui concerne la construction des pyramides, on peut alors discerner une grave inégalité.

Jusqu'à présent, les égyptologues n'ont accordé aucune crédibilité à des spéculations suggérant que les constructeurs de la pyramide auraient utilisé des machines au lieu de main-d'œuvre dans ce projet de construction de grande envergure. En fait, ils ne donnent pas aux constructeurs de pyramides l'intelligence nécessaire pour développer et utiliser la simple roue. Il est tout à fait remarquable qu’une culture qui possédait une capacité technique suffisante pour fabriquer un tour et qui en ait évolué pour développer une technique qui leur permette de produire des rayons en diorite dure n’aurait pas pensé à la roue avant.

Petrie suppose logiquement que les coffres de granit trouvés dans les pyramides de Gizeh ont été marqués avant d'être coupés. Les ouvriers ont reçu une directive selon laquelle travailler. La précision des dimensions des coffres le confirme, ainsi que le fait que des directives auraient été nécessaires pour alerter les maçons de leur erreur.

Bien que personne ne puisse dire avec certitude comment les coffres de granit ont été coupés, les marques de scie dans le granit présentent certaines caractéristiques, ce qui suggère qu’elles ne résultaient pas du sciage manuel. S'il n'y avait pas de preuve du contraire, on pourrais convenir que la fabrication des coffres de granit dans la Grande Pyramide et la Seconde Pyramide aurait très bien pu être réalisée avec de la main-d'œuvre pure et un temps considérable.

Quelles sont les preuves ?

Il est extrêmement improbable qu’une équipe de maçons exploitant une scie à main de 9 pieds puisse traverser le granit dur assez rapidement pour qu’ils réussissent à couper trop profondément avant de remarquer l’erreur. Reprendre ensuite le sciage et répéter la même erreur, comme ils l'ont fait dans le coffre de la chambre du roi, ne confirme en rien la spéculation selon laquelle cet objet serait le résultat d'un travail manuel.

Quand Christopher Dunn lit le passage de Petrie concernant ces déviations, un flot de souvenirs lui vient de sa propre histoire avec les scies, à la fois électriques et manuelles. Avec ces expériences, plus celles observées chez d’autres, il lui semble inconcevable que la main-d’œuvre soit la force motrice de la scie qui coupe les tombeaux de granit. Tout en coupant l'acier avec les scies à main, un objet avec une longue surface de travail, et certainement avec des dimensions telles que les coffres, ne serait pas coupé très rapidement et la direction dans laquelle la scie peut tourner peut être vue longtemps à l'avance et ainsi éviter une telle erreur; plus la pièce est petite, naturellement, plus la lame le traverse rapidement.

D'autre part, si la scie est mécanisée et qu'elle coupe rapidement à travers la pièce, la scie pourrait déraper et traverser la ligne directrice à un certain point à une vitesse telle que l'erreur soit commise avant que la direction ne puisse être corrigée. Ce n'est pas rare.

Cela ne signifie pas qu'une scie à commande manuelle ne peut pas déraper, mais que la vitesse de l'opération détermine l'efficacité à détecter toute déviation que la scie peut avoir par rapport à la trajectoire prévue.

Un autre point intéressant à prendre en compte est que la coupe a été exécutée trop profondément, la scie a reculé et on a ensuite procédé à une nouvelle coupe. Quiconque a été confronté au problème de retirer une lame de scie d’une coupe puis de la redémarrer sur un seul côté de la coupe, ce qui est essentiellement ce qui a été fait avec le granit, sait qu’une pression excessive exercée sur la lame de scie la forcerait à revenir dans la coupe originale. Pour faire un redémarrage de ce type, il est nécessaire de mettre très peu de pression sur la lame. Compte tenu de ces considérations, il est douteux que les déductions de deux à trois tonnes de pression imposées par Petrie pour couper le granite puissent être vérifiées.

Faire un redémarrage au milieu d'une coupe, en particulier avec des dimensions telles que le caisson en granit, serait plus facile à réaliser avec le sciage mécanique qu'avec le sciage à la main. Avec le sciage à la main, il y a peu de contrôle sur la lame dans une situation comme celle-ci, et il serait difficile d'évaluer avec précision la quantité de pression nécessaire. De plus, la lame de la scie à main se déplacerait assez lentement; un fait qui remettrait en question la suggestion d'utiliser une scie à main. À une vitesse si lente et avec très peu de pression, l'accomplissement d'un tel exploit serait presque, sinon complètement, impossible.

Avec la scie électrique, la lame se déplace rapidement et le contrôle de la lame est possible. La lame peut être maintenue dans une position fixe, avec une pression uniforme sur toute la longueur de la lame et dans la direction nécessaire au redémarrage. Cette pression frontale et latérale peut être maintenue avec précision jusqu’à ce qu’une quantité suffisante de matériau ait été retirée de la pièce pour permettre la poursuite de la vitesse de coupe normale.

Le fait qu’une vitesse de coupe normale ait été atteinte peu de temps après la correction de l’erreur peut être déduit du fait que, dans le coffre de la grande pyramide, l’erreur a été répétée deux pouces plus loin. Ceci est un autre exemple de la lame qui coupe le granit au mauvais endroit plus rapidement que les hommes ne pouvaient le détecter et l’arrêter.

Une autre méthode pour corriger une erreur lors de l’utilisation d’une scie à main, si l’erreur se situait seulement dans une petite partie de la coupe, serait de faire basculer la lame et de continuer à couper dans la zone intacte. la lame serait supportée par la nouvelle coupe inclinée et aurait suffisamment de force pour combattre toute tendance à suivre la coupe droite d'origine.

Si les caisses de granit avaient été coupées avec des scies à main, il est concevable que cette méthode puisse être utilisée pour corriger les erreurs sur les coffres de granit. Cependant, c'est probablement devenu évident aujourd'hui que William Flinders Petrie avait un œil de faucon et qu'il a documenté à peu près tout ce qui tombait sous son regard. En même temps qu'il étudiait les erreurs de coupe dans le granit, il remarquait également d'autres caractéristiques :

Elle n’est pas finement travaillée et ne peut, à cet égard, rivaliser avec le caisson de la deuxième pyramide. Sur les côtés extérieurs, on peut voir clairement les lignes de sciage: horizontales sur le nord, une petite pièce horizontale sur le sud, et presque à l'horizontale sur l'ouest, ce qui montre que les maçons n'ont pas hésité à couper une tranche de granit de 90 pouces de long et que la scie de bronze sertie de pierres doit avoir probablement environ 9 pieds de long.
 

Si les opérateurs de la scie, dans une tentative de corriger une erreur, avaient incliné leur lame de la manière décrite ci-dessus, les lignes de scie présenteraient une différence avec les lignes de scie précédant l'erreur, car elles seraient inclinées. Les erreurs dans le granite ont été trouvées du côté nord du coffre, et Petrie a observé que les lignes de scie de ce côté étaient horizontales. En suivant les traces de Petrie en 1986, Christopher Dunn a pu vérifier ses observations sur le coffre de la Grande Pyramide. Les lignes de scie du côté où les erreurs ont été commises sont toutes horizontales. Tout argument proposant que l’erreur ait été surmontée en inclinant la lame, qui est probablement la seule méthode qui réussirait avec une scie à main, est invalidé. Cette évidence indique la probabilité que les constructeurs pyramidaux possédaient des machines motorisées lorsqu'ils coupaient le granit trouvé à l'intérieur de la grande pyramide et de la deuxième pyramide.

Des preuves supplémentaires

Aujourd'hui, ces marques de scie refléteraient les différences dans les dimensions agrégées d'une scie à ruban métallique avec l'abrasif, ou le mouvement latéral du fil, ou les roues qui entraînent le fil. Le résultat de l'une ou l'autre de ces conditions est une série de légères rainures. Le débit et la distance entre la variation de longueur de la scie ou le diamètre des roues déterminent la distance entre les rainures. La distance entre les rainures du coffre à l'intérieur de la chambre du roi est d'environ 0,05 pouce.

Outre les preuves à l’extérieur, des preuves supplémentaires de l’utilisation de machines-outils à grande vitesse se trouvent à l’intérieur du coffre en granit de la chambre du roi. Les méthodes utilisées par les constructeurs de pyramides pour creuser l'intérieur des caissons de granit sont similaires à celles qui seraient utilisées pour usiner l'intérieur des composants aujourd'hui.

Des marques d’outils à l’intérieur du coffre de granit dans la chambre du roi indiquent que lors de l’évidement du granit, des coupes préliminaires ont été effectuées en perçant des trous dans le granite autour de la zone à enlever. Selon Petrie, ces trous de forage ont été réalisés avec des forets tubulaires, qui laissaient un noyau central qui devait être renversé après la coupe du trou. Une fois tous les trous percés et tous les noyaux retirés, Petrie estime que le coffre a été travaillé à la main à la dimension souhaitée. Les machinistes sur ce morceau de granit ont une fois de plus laissé leurs outils prendre le dessus, et les erreurs qui en résultent se trouvent encore à l'intérieur du coffre de la chambre du roi :

Sur l’intérieur Est, il y a encore une partie d’un trou de forage où ils ont incliné la perceuse sur le côté en ne la travaillant pas à la verticale. Ils ont essayé d’éliminer toute cette partie et ont pris environ 1/10 pouce tout autour, mais ils devaient quand même laisser le côté du trou profond de 1/10, 3 de long et 1,3 de large, le fond de celui-ci est 8 ou 9 sous le sommet original du coffre. ils ont commis une erreur similaire sur le nord, à l'intérieur, mais beaucoup moins. Il y a aussi des traces de lignes de meulage horizontales sur l'ouest à l'intérieur.
 

Les erreurs relevées par Petrie ne sont pas rares dans les ateliers modernes, et Christopher avoue les avoir faites lui-même à l'occasion. Plusieurs facteurs pourraient être impliqués dans la création de cette condition, bien qu'on ne puisse pas visualiser que l'un d'entre eux soit une opération manuelle. Encore une fois, en travaillant leur foret dans le granit, les machinistes avaient commis une erreur avant d'avoir eu le temps de la corriger.

Des forages effectués à grande vitesse

Laissez-nous spéculer un instant que l'exercice de forage était fait à la main. À quelle distance dans le granit seraient-ils capables de couper avant de retirer le foret pour permettre le nettoyage des déchets du trou ? Seraient-ils capables de percer 8 ou 9 pouces dans le granit sans avoir à retirer leur foret ? Il est inconcevable pour moi qu’une telle profondeur puisse être atteinte avec une perceuse à main sans le retrait fréquent du foret pour nettoyer le trou, ou que des dispositions soient prises pour retirer les déchets pendant que le foret était encore en train de couper. Il est donc possible que les retraits fréquents de la foreuse révèlent leur erreur et qu'ils aient remarqué la direction prise par leur foret avant de couper une gouge de 0.200 pouces sur le côté du coffre et avant qu'il ait atteint une profondeur de 8 ou 9 pouces. Ne pouvons-nous pas voir la même situation avec la perceuse qu'avec la scie ? Ici, nous avons deux opérations à grande vitesse où les erreurs sont commises avant que les opérateurs n'aient le temps de les corriger.

Bien que les anciens Égyptiens ne soient pas reconnus pour posséder une roue simple, les preuves prouvent qu’ils n’avaient pas seulement la roue, mais qu’ils en avaient une utilisation plus sophistiquée. Les preuves du travail de tournage sont nettement distinctes sur certains des artefacts conservés au musée du Caire, ainsi que sur ceux étudiés par Petrie. Deux pièces de diorite de la collection de Petrie ont été identifiées comme étant le résultat d'un véritable tournage sur un tour.

Les Egyptiens connaissaient l'usage du tour

Il est vrai que des objets complexes peuvent être créés sans l'aide de machines, simplement en frottant le matériau avec un abrasif tel que du sable, en utilisant un morceau d'os ou de bois pour exercer une pression. Les reliques que Petrie regardait, cependant, selon ses mots, « ne pourraient pas être produites par un processus de meulage ou de frottement qui a pressé la surface ».

L'objet que Petrie étudiait ne serait guère considéré comme remarquable pour l'œil inexpérimenté. C'était un simple bol en pierre. En étudiant le bol de près, Petrie a trouvé que le rayon concave sphérique, formant le plat, avait une sensation inhabituelle. Un examen plus approfondi a révélé une pointe cuspide où deux rayons se sont croisés. Cela indique que les rayons ont été coupés sur deux axes de rotation distincts.

Christopher Dunn a été témoin de la même situation lorsqu'un composant a été retiré d'un tour et a ensuite été travaillé de nouveau sans être reconditionné correctement. En examinant d'autres pièces de Gizeh, Petrie a trouvé un autre fragment de bol qui avait les marques qu'un vrai tour laisse en tournant. Cette fois-ci, au lieu de déplacer l'axe de rotation de la pièce, un deuxième rayon a été coupé en déplaçant le point de pivotement de l'outil. Avec ce rayon, ils ont usiné juste avant le périmètre du plat, laissant une petite lèvre. A nouveau, une cuspide pointue définit l'intersection des deux rayons. En parcourant le musée du Caire, on trouvé des traces de tournage à grande échelle. Un couvercle de sarcophage avait des marques de tournage distinctes. Le rayon du couvercle terminé par un rayon de fusion aux épaules aux deux extrémités. Les marques d'outil proches de ces rayons d'angle sont les mêmes que celles observées lors de la rotation d'un objet avec une coupe intermittente. L'outil est dévié sous la pression de la coupe. Il se détend ensuite lorsque la section de coupe est terminée. Lorsque la pièce retourne à l'usinage, la pression initiale entraîne le creusement de l'outil. Au fur et à mesure que la coupe progresse, la quantité de "creusement" est diminuée. Sur le couvercle du sarcophage du musée du Caire, des marques d’outils indiquant ces conditions sont exactement là où on s’attend à les trouver.

La technique de la « trépanation »

Les artefacts égyptiens représentant le forage tubulaire sont clairement les preuves les plus étonnantes et concluantes présentées à ce jour pour indiquer dans quelle mesure la connaissance et la technologie ont été pratiquées dans la préhistoire.

Les anciens constructeurs de pyramides utilisaient une technique de forage connue sous le nom de « trépanation ». Cette technique laisse un noyau central et constitue un moyen efficace de faire des trous. Pour les trous qui ne traversaient pas complètement le matériau, ils ont atteint la profondeur désirée et ensuite on brisait le noyau avant de l'extraire hors du trou. Ce n'était pas seulement évident dans les trous que Petrie a étudié, mais sur les noyaux rejetés par les maçons qui avaient fait la trépanation. En ce qui concerne les marques d’outils qui laissaient une rainure en spirale sur un noyau prélevé dans un trou percé dans un morceau de granit, écrit-il, « la spirale de la coupe s'enfonce de 0.100 pouces dans la circonférence de 6 pouces, soit 1 sur 60, de perforation du quartz et du feldspath, ce qui est étonnant. » Après avoir lu ceci, on ne peut qu'être d'accord avec Petrie. C'était une « avance » (distance parcourue par tour de forage) incroyable pour percer n'importe quel matériau, sans parler du granit. On est dans la plus grande confusion quant à la façon dont une perceuse pouvait atteindre cette vitesse d'avance. Petrie était tellement stupéfait par ces artefacts qu'il a tenté de les expliquer à trois moments différents dans le chapitre. Pour un ingénieur dans les années 1880, ce que Petrie regardait était une anomalie.

Des anomalies qu'on ne peut pas expliquer avec la technologie moderne

Les caractéristiques des trous, des noyaux qui en sont extraits et les repères de l'outil indiquaient une impossibilité. Trois caractéristiques distinctes du trou et du noyau rendent les artefacts extrêmement remarquables. Elles sont :
Un cône à la fois sur le trou et le noyau.
Une rainure hélicoïdale symétrique suivant ces cônes montre que le foret a avancé dans le granite à un débit de 0.100 pouces par tour de forage.
Le fait confondant que la rainure en spirale coupe plus profondément dans le quartz que dans le feldspath le plus mou.

Dans l'usinage conventionnel, l'inverse serait le cas. En 1983, M. Donald Rahn de Rahn Granite Surface Plate Co., Dayton, Ohio, soutient que dans le forage de granit, les forets diamantés tournant à 900 tours par minute pénètrent le matériau à raison de 1 pouce en 5 minutes. En 1996, Eric Leither de Trustone Corp confirme que ces paramètres n'avaient pas changé depuis. La vitesse d'avance des perceuses modernes se chiffre donc à 0,0002 pouce par tour, ce qui indique que les anciens Égyptiens ont pu couper leur granit avec un taux d'alimentation 500 fois plus élevé ou plus profond par tour de forage que les perceuses modernes. Les autres caractéristiques créent également un problème pour les perceuses modernes. Ils ont découpé un trou conique avec une rainure en spirale qui a été coupée plus profondément à travers le constituant le plus dur du granit. Si les méthodes d'usinage conventionnelles ne peuvent pas répondre à l'une de ces questions, comment pouvons-nous répondre aux trois ?


Lire la suite ...   
Retour à la catégorie : Archéologie



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 25 Février 2019, il y a moins d'un an.