William Flinders Petrie et les outils des bâtisseurs de Pyramides

Sir William Flinders Petrie
A la fin du XIXe siècle, l'archéologue anglais Sir Flinders Petrie a fouillé l'Egypte, cherchant non pas les plus grands articles, mais les plus petits. Petrie était absolument fasciné par les exploits techniques des Egyptiens, surtout ceux des Anciens Egyptiens. Il cherchait constamment à comprendre comment ils fabriquaient les choses, comment ils les élaboraient, comment ils perfectionnaient sans cesse leurs outils.

On nous apprend généralement que les Anciens Egyptiens utilisaient de simples outils en cuivre. Ce que Petrie a révélé semble contredire une telle notion. Si on regarde un trou effectué par un foret, on peut y voir des lignes très fines et on comprend qu'une technologie a servit à le percer. On voit que c'est un trou parfait qui traverse la pierre et se termine en pointe. Ils pouvaient être percés dans de la diorite qui est l'une des substances les plus dures qui soient. On peut distinguer sur le fragment qu'il y a une marque de tour. C'est très intéressant qu'ils aient réussi à faire une telle marque sur un matériau aussi dur.

 

L'étrange foret tubulaire découvert par Petrie

Foret tubulaire
Parmi tous les outils découverts par Petrie il y en a un qui se démarque : alors qu'il travaillait dans la Grande Pyramide, il a trouvé un foret tubulaire fait de granit. Les forets tubulaires étaient assez commun chez les Anciens Égyptiens. Petrie en a trouvé un grand nombre. Mais ce qui est intéressant à propos de celui qu'il a trouvé à Gizeh, c'est qu'il s'agit d'une pierre très dure qui a été soigneusement rainurée avec beaucoup de précision. Les marques sont très fines ; elles sont à deux millimètres de distance ; elles font le tour du foret de manière très précise ; il n'y a presque pas d'ondulation. Petrie en était absolument stupéfait ; il y revenait toujours. Sa théorie était que les Égyptiens avaient certainement accès à des diamants ou à une pierre précieuse qui aurait pu l'entailler. Ce qui est intéressant à propos de l'hypothèse de Petrie sur la manière dont les rainures ont été creusées, c'est qu'il n'a jamais découvert de diamant dans ses recherches. Où étaient-ils ? Où sont-ils passés ? On l'ignore.

Si les Anciens Égyptiens n'avaient pas accès à des diamants, comment ont-ils fait pour rainurer le foret avec autant de précision ? Petrie aurait-il accidentellement découvert un outil fabriqué par des extraterrestres ? Cette hypothèse est formellement démentie par d'éminents égyptologues.

Dans le numéro d'automne 2000 du magazine « Egypt Revealed », le Dr. Mark Lehner, probablement l'égyptologue le plus bruyant et le plus visible pour étaler ses connaissances en matière de fabrication et dans l'analyse de la technologie des anciens Égyptiens, a postulé l'existence d'un atelier de cuivre récemment découvert au « village des travailleurs ». Il a déclaré qu'il était utilisé « ... pour façonner des milliers de ciseaux à cuivre, qui ne sont probablement pas plus larges que votre carte bancaire, pour façonner les hectares de calcaire des pyramides. »

Dans son documentaire Obélisque Ier, Lehner affirme passionnément qu'il est convaincu que les hiéroglyphes et les reliefs, dont Petrie s'émerveillait à cause de leurs fines sections mesurant seulement un dixième de millimètre, indiquant que l'outil qui les avait créés devait avoir été planté à travers le granite en un seul passage, ont été créés en frappant le granit avec des pilons de dolérite. Certes, c'est un peu mieux que du cuivre.

Iorwerth Eiddon Stephen Edwards, l'égyptologue britannique et spécialiste mondial des pyramides, a fait la déclaration suivante en 1978 :

Les ouvriers des carrières de l’âge des pyramides auraient accusé l’historien grec Strabon de sous-estimation, alors qu’ils attaquaient le granit dur d’Assouan. Leurs haches et leurs ciseaux étaient en cuivre durci par martelage.
 
Edwards, IES, Ancient Egypt, page 89 (1978 - National Geographic Society, Washington, DC)

Certains égyptologues continuent de croire que le granit utilisé dans la grande pyramide a été coupé à l’aide de ciseaux en cuivre. Espérons que, outre les égyptologues traditionnels, tels que Mark Lehner et IES Edwards, d’autres égyptologues ne suggèrent pas que les ciseaux de cuivre, que l’on peut maintenant trouver au musée du Caire, étaient représentatifs des outils utilisés pour construire les pyramides. Si c'était le cas, nous leur suggérerions fortement qu'ils fassent un effort pour en apprendre davantage sur les matériaux et les processus qu'ils proposent en créant un de ces artefacts pour de vrai. Identifier le cuivre comme métal utilisé pour couper le granit, c'est comme dire que l'aluminium pourrait être coupé à l'aide d'un couteau à beurre.
 

Reproduction d'un foret en granit comme à l'époque

L'expert machiniste Christopher Dunn a tenté de répondre à la question de l'outillage des bâtisseurs de Pyramides en créant son propre foret de granit au moyen des outils et des techniques connues des Anciens Égyptiens. Afin de mettre à l'épreuve la théorie des égyptologues sur la manière dont les Anciens Égyptiens auraient taillé le granit, il a pris un tube auquel il a fixé une manivelle. Il a utilisé du sable et du carbure de silicium. Après plusieurs heures à tourner pour forer le granit il a finit par faire un trou assez profond pour en extraire une carotte. Son but était d'analyser la surface, non seulement du trou, mais de la carotte.

L'étape suivante consiste à utiliser un microscope industriel à la fine pointe de la technologie pour comparer son foret avec une reproduction en latex de celui du Musée Petrie. Sous le microscope il a placé le foret qu'il a créé avec du sable et un tube de cuivre. A la surface de la carotte les rainures ne sont pas très claires. Après avoir utilisé du sable et du cuivre les marques d'outil ne sont pas vraiment apparentes. Si on regarde la reproduction en latex du foret appartenant au musée c'est complètement différent. Les stries sont très claires et plutôt profondes. Il faut s'attarder aux détails et les détails de cet artefact en particulier sont très éloquents en ce qui concerne le degré d'avancement technologique que l'on attribue généralement aux égyptiens de l'Antiquité.

Le fait que la spirale d'avance soit symétrique est tout à fait remarquable compte tenu de la méthode de découpe proposée. Le cône indique une augmentation de la surface de coupe du foret à mesure qu’il s'enfonce plus profondément, d’où une augmentation de la résistance. Une répartition uniforme dans ces conditions, utilisant la seule force de la main-d'œuvre humaine, serait impossible. Petrie a théorisé qu'une tonne ou deux de pression était appliquée à une perceuse tubulaire constituée de bronze incrusté de diamants. Cependant, ceci ne prend pas en compte que sous quelques milliers de livres de pression, les pierres se retrouveraient sans aucun doute dans la substance plus molle, laissant le granite relativement indemne après l'attaque. Cette méthode n'explique pas non plus que le sillon est plus profond dans le quartz.

Les égyptologues s'opposent aux conclusions de Petrie

Il convient de noter que Petrie n'a pas identifié les moyens par lesquels il a inspecté le noyau, qu'il utilise des instruments de métrologie, un microscope ou l'œil nu. Il convient également de noter que tous les égyptologues n’acceptent pas universellement ses conclusions. Dans « Ancient Egyptian Materials and Industries », Lucas s'oppose à la conclusion de Petrie selon laquelle les rainures étaient le résultat de joyaux fixes. Il déclare :

A mon avis, supposer la connaissance de couper ces pierres précieuses pour former des dents et les placer dans le métal de manière à ce qu’elles supportent la contrainte de l’usage difficile, et le faire au début qui leur est assigné, présenterait de plus grandes difficultés que celles expliquées par la prise en charge de leur emploi, mais y avait-il effectivement des dents telles que postulées par Petrie ? La preuve pour prouver leur présence est la suivante :

(a) Un noyau cylindrique de granite rainuré et arrondi par un point de gravure, les rainures étant continues et formant une spirale, avec dans une partie une seule rainure pouvant être tracée cinq fois autour du noyau.

(b) Partie d'un trou dans la diorite avec dix-sept rainures équidistantes dues à la rotation successive du même point de coupe.

(c) Un autre morceau de diorite avec une série de rainures a creusé à une profondeur de plus d'un centième de pouce à une seule coupe.

(d) Autres morceaux de diorite montrant les rainures équidistantes régulières d'une scie.

(e) Deux bols en diorite avec des hiéroglyphes incisés avec une pointe très coupante et non grattés ni broyés.
Mais si une poudre abrasive avait été utilisée avec des scies et des forets en cuivre souple, il est fort probable que des morceaux d’abrasif auraient été introduits dans le métal, où ils auraient pu rester pendant un certain temps, et de telles dents auraient produit le même effet que les effets intentionnels et permanents…

 

Lucas continue en spéculant que le retrait du tube-foret pour éliminer les déchets et insérer des grains frais dans le trou a créé les rainures. Il y a des problèmes avec cette théorie. Il est douteux qu'un simple outil qui est tourné à la main reste en rotation pendant que les artisans le sortent du trou. De même, le fait de replacer l’outil dans un trou propre avec un grain frais ne nécessiterait pas que l’outil tourne jusqu’au point de travail. Il y a aussi la question du cône à la fois sur le trou et sur le noyau. Les deux fourniraient efficacement un dégagement entre l'outil et le granit, établissant ainsi un contact suffisant pour créer des rainures impossibles dans ces conditions.

D'autres expériences nous laissent perplexes

Intrigué par sa découverte, Christopher Dunn a mené d'autres expériences à l'aide de ses instruments de précision. Il utilise un marbre à dresser d'inspection qui est probablement nivelé à 5/10 000° de mm ; c'est le dixième de l'épaisseur d'un cheveux humain. Il a été vraiment abasourdit quand il est allé dans le sérapéum et qu'il a placé son gabarit sur la surface. Il a constaté que les mesures correspondaient à la tolérance de son gabarit. Si on glisse une feuille de papier sur un côté du gabarit on voit traverser la lumière. La précision à l'intérieur des boites de granit dans le sérapéum est d'environ 5 centièmes de mm. C'est incroyable ! De telles tolérances ne sont pas le fruit du hasard. Il était sous le choc. Il était stupéfait d'aller en Égypte, dans un bâtiment qui est censé dater de 3 000 ans, et de retrouver une telle précision. C'est ahurissant.

Christopher Dunn a vu des gravures faites dans le granit, en Égypte. On prétend qu'elles ont été faites avec de petits éclats de quartz. Selon lui, on pourrait gratter la pierre avec le quartz, c'est une possibilité, mais ça demanderait énormément de travail ; de toute évidence il faudrait y passer des années.

L'usinage par ultrasons utilisé au temps des Pyramides

Ce qui suit est une méthode plus réalisable et logique, et fournit une réponse à la question des techniques utilisées par les anciens Égyptiens pour forer dans le granit.

La méthode que Christopher Dunn propose explique comment les trous et les noyaux trouvés à Gizeh auraient pu être coupés. Elle est capable de créer tous les détails au sujet desquels Petrie resta perplexes. Malheureusement pour Petrie, la méthode était inconnue au moment où il a fait ses études, il n'est donc pas surprenant qu'il n'ait pu trouver aucune réponse satisfaisante.

L’application de l’usinage par ultrasons est la seule méthode qui satisfasse complètement la logique du point de vue technique et explique tous les phénomènes constatés. L'usinage par ultrasons est le mouvement oscillatoire d'un outil qui enlève le matériau, comme un marteau-piqueur qui déchire un morceau de pavé en béton, sauf qu'il est plus rapide et moins mesurable en va-et-vient. Le trépan à ultrasons vibrant entre 19 000 et 25 000 cycles par seconde (Hertz) a trouvé une application unique dans l'usinage de précision de trous de forme irrégulière dans des matériaux durs et cassants tels que les aciers trempés, les carbures, les céramiques et les semi-conducteurs. Une pâte ou une pâte abrasive est utilisée pour accélérer l'action de coupe.

Le détail le plus significatif des trous percés et des carottes étudiées par Petrie est que la rainure est plus profonde dans le quartz que dans le feldspath. Les cristaux de quartz sont utilisés dans la production des ultrasons et, inversement, réagissent à l'influence des vibrations dans les gammes ultrasonores et peuvent être amenés à vibrer à haute fréquence. En usinant le granit, en utilisant des ultrasons, le matériau plus dur (le quartz) n'offrirait pas nécessairement plus de résistance, comme ce serait le cas dans les pratiques d'usinage conventionnelles. Un outil tranchant aux ultrasons trouverait de nombreux partenaires sympathiques lors de la découpe du granit, directement intégré au granit ! Au lieu de résister à l'action de coupe, le quartz serait amené à réagir et à vibrer en harmonie avec les ondes à haute fréquence et à amplifier l'action abrasive à mesure que l'outil le traverserait.

Le fait qu'il y ait un sillon peut s'expliquer de plusieurs manières. Un écoulement d'énergie irrégulier peut avoir provoqué l'oscillation de l'outil d'un côté à l'autre. L'outil peut avoir été mal monté. Une accumulation d'abrasif sur un côté de l'outil peut avoir coupé la rainure en spirale lorsque l'outil est monté dans le granite.

Les côtés effilés du trou et du noyau sont parfaitement normaux lorsque l'on considère les exigences de base pour tous les types d'outils de coupe. Cette exigence est qu'un jeu soit prévu entre les surfaces non usinées de l'outil et la pièce à usiner. Au lieu d'avoir un tube droit, nous aurions donc un tube avec une épaisseur de paroi qui deviendrait progressivement plus mince sur toute sa longueur. Le diamètre extérieur diminue progressivement, créant un jeu entre l'outil et le trou, et le diamètre intérieur augmente, créant un jeu entre l'outil et le noyau central. Cela permettrait à un écoulement libre de la pâte abrasive pour atteindre la zone de coupe.

Un forage de cette conception expliquerait également la réduction progressive des côtés du trou et du noyau. En utilisant un tube perforé en matériau plus souple que l'abrasif, le tranchant s'userait progressivement. Les dimensions du trou correspondraient donc aux dimensions de l'outil à l'arête de coupe. Au fur et à mesure de l'usure de l'outil, le trou et le noyau refléteraient cette usure sous la forme d'un cône.

Utilisation d'un outil de trépanage rotatif

Avec l'usinage par ultrasons, l'outil peut plonger directement dans la pièce. Il peut également être vissé dans la pièce. La rainure en spirale peut s’expliquer si l’on considère l’une des méthodes principalement utilisées pour faire avancer uniformément les composants de la machine. La vitesse de rotation du foret n'est pas prise en compte dans cette méthode de coupe. La rotation du foret n'est qu'un moyen de faire avancer le foret dans la pièce. En utilisant une méthode à vis et écrou, le foret pourrait être avancé dans la pièce en tournant dans le sens des aiguilles d'une montre. La vis passerait progressivement à travers l'écrou, forçant la perceuse oscillante dans le granite. Ce serait le mouvement induit par ultrasons du foret qui ferait la découpe et non la rotation. Ce dernier ne serait nécessaire que pour maintenir une action de coupe sur le lieu de travail. Par définition, le procédé n'est pas un processus de forage, selon les normes conventionnelles, mais un processus de broyage dans lequel les abrasifs sont amenés à avoir un impact sur le matériau de manière à éliminer une quantité contrôlée de matériau.

Une autre méthode par laquelle les rainures ont pu être créées consiste à utiliser un outil de trépanage rotatif qui a été décentré par rapport à son axe de rotation. Clyde Treadwell, de Sonic Mill Inc., à Albuquerque, au Nouveau-Mexique, explique que lorsqu'un foret excentré tourne dans le granit, il est progressivement aligné sur l'axe de rotation de l'axe des foreuses. Les rainures, affirme-t-il, peuvent être créées à mesure que la perceuse se retire rapidement du trou.

Si la théorie de Treadwell est la bonne, elle nécessite toujours un niveau de technologie beaucoup plus développé et sophistiqué que ce qui est reconnu aux anciens constructeurs de pyramides. Cette méthode peut constituer une alternative valable à la théorie de l'usinage par ultrasons, même si les ultrasons résolvent toutes les questions sans réponse, là où d'autres théories ont échoué. Des méthodes peuvent avoir été proposées pour couvrir un aspect singulier des marques de machine et ne pas évoluer vers la méthode décrite ici. C'est lorsque nous recherchons une méthode unique qui fournit une réponse à toutes les données que nous nous éloignons de l'usinage primitif, voire conventionnel, et que nous sommes obligés de considérer des méthodes quelque peu anormales pour cette période de l'histoire.

Il serait bénéfique de réaliser des tests afin de prouver de manière concluante les véritables méthodes utilisées par les constructeurs de pyramides pour couper la pierre.

Les découvertes de Petrie ont bouleversé les anciennes théories

Gizeh en 1905
Site de Gizeh en 1905
Il y a beaucoup à apprendre de nos lointains ancêtres, si seulement nous pouvons ouvrir nos esprits et accepter qu'une autre civilisation à une époque lointaine ait développé des techniques de fabrication aussi grandes, voire plus grandes que les nôtres. Lorsque nous assimilons de nouvelles données et de nouvelles vues de données anciennes, il est sage d’écouter les conseils que Petrie a donnés à un Américain qui lui a rendu visite lors de ses recherches à Gizeh. L’Américain a exprimé le sentiment qu'il avait assisté à des funérailles après avoir entendu les découvertes de Petrie, qui avaient évidemment brisé la théorie des pyramides favorite de l'époque. Petrie a dit :

Que les vieilles théories aient une sépulture décente, bien que nous devrions veiller à ce que, dans notre hâte, aucun des blessés ne soit enterré vivant.
 
 

Lire la suite ...   
Retour à la catégorie : Archéologie



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 20 Février 2019, il y a moins d'un an.