Les Sokushinbutsu

Bouddha Vivant
Au Mont Yudono, au Japon, la momie du vénérable moine bouddhiste Daijuku Bosatsu Shinnyokai-Shonin se trouve dans le temple Dainichibo, vieux de 1200 ans, au pied de cette montagne sainte.

Shonin est ce qu'on appelle au Japon un Sokushinbutsu ou un Bouddha vivant. Il mourut en 1783 à l'âge de 96 ans, mais de manière choquante, le processus de momification ne débuta pas à cette date. Cela a commencé 6 ans avant sa mort.

Ce rituel d'auto-momification était couramment pratiqué par les moines de la secte bouddhiste Shingon dans le nord du Japon, entre les XIe et XIXe siècles. Dans les croyances populaires trouvées dans certaines parties du Japon, on pense que les moines ne meurent pas et n'entrent pas dans la méditation éternelle dans le but de sauver les êtres vivants jusqu'au moment de la naissance et de la mort de Maitreya Bodhisattva. Ils s'engageaient volontiers dans un processus d'auto-mortification qui équivalait à un suicide. La première phase durait environ 1 000 jours et ils commençaient le processus d'auto-momification en se lançant dans un régime alimentaire très rigoureux et pauvre en calories.
 

Déroulement du processus d'auto-momification

Le moine ne que des écorces et des noix, en lisant les Écritures et en méditant. Tout d'abord, la graisse qui provoque le plus de décomposition est brûlée, puis le muscle est consommé sous forme de sucre, la graisse sous-cutanée disparait et la teneur en eau diminue.

Dans la seconde phase du processus, le praticien imbibait du thé à l'urushi. Le thé laqué à l'urushi est hautement toxique. Cependant, on pensait qu’il vernissait les tissus et les organes de l’intérieur vers l’extérieur afin de favoriser le processus de momification. Et à cause de sa toxicité, la chair était si toxique que même les asticots ne la consommeraient pas. Le thé à la laque a également eu pour effet de supprimer l'activité des bactéries dans l'organisme, qui est à l'origine de la pourriture.

La réclusion volontaire

Quand ils étaient presque morts, ils allaient dans une petite chambre, juste assez grande pour s'asseoir dans la position du lotus. Elle était scellé sauf un roseau qui permettait de laisser passer un peu d'air, et à l'intérieur, le moine avait une cloche.

Un jour, la cloche ne sonne pas et les adeptes retirent le roseau et scellent la chambre totalement. Après 1 000 jours, ils l'ouvraient pour voir ce qui s'était passé.

Si les corps avaient été momifiés, ils étaient considérés comme des bouddhas vivants, et ils étaient vêtus de robes sacerdotales et portés dans des salles spéciales du temple. S'ils n'avaient pas été momifiés, un exorcisme était effectué et ils étaient simplement enterrés.

Bien que des centaines de moines aient essayé d'atteindre le Sokushinbutsu, seuls 24 ont réussi. Dans les climats humides et chauds du Japon, il est très difficile d'empêcher les tissus organiques de se décomposer, et beaucoup d'entre eux n'ont pas réussi à devenir une momie après leur décomposition. Le fait qu'ils puissent ou non devenir une momie dépend non seulement des efforts indépendants susmentionnés et de l'environnement dans lequel le corps est placé, mais il doit également être déterré à un moment opportun par les parties concernées et des efforts sont alors faits pour le préserver.

Attention ! Se faire Sokushinbutsu est pratiquement impossible aujourd'hui en raison des accusations d'aide au suicide, de destruction de cadavre et d'abandon de cadavre.

Quel est l'origine de ces croyances ?

Mais pourquoi ces fidèles disciples de Bouddha auraient-ils enduré une telle douleur afin de momifier leur propre corps ? Une des croyances centrales du bouddhisme est la réincarnation, mais selon la secte Shingon, ceux qui terminent avec succès le processus d'auto-momification deviennent des êtres supérieurs. L'idée était qu'ils ne pensaient pas qu'ils étaient en train de mourir. Ils percevaient cela comme un état d'animation suspendue. Ce n'était pas la mort pour eux. Ce n'était pas la vie. C'était quelque part entre les deux.

Ils avaient besoin du corps préservé pour entrer dans cette autre dimension de la réalité et continuer la vie, bien que ce ne soit pas la vie telle que nous l'interpréterions. Ils ne doivent pas nécessairement renaître, car lorsque vous devenez un Bouddha vivant, vous avez déjà atteint votre nirvana, de sorte que votre corps reste immortel dans un sens.

Ils essayaient d'imiter ces êtres de haut rang ou très accomplis, spirituellement parlant, tels que les Bouddhas ou les Bodhisattvas.

L'incorruptibilité de la chair est souvent une manifestation du Bouddha vivan. En raison de leur relation étroite, de nombreuses personnes de la dynastie Han en Chine considèrent « être un Bouddha » comme « le corps ne pourrira pas après la mort » et deviendra une relique de tout le corps.

Mais qu'est-ce que cela signifiait pour un moine Shingon de devenir un Bouddha vivant et de passer à un royaume plus élevé ? Peut-être que la réponse peut être trouvée en examinant la vie du Bouddha originel lui-même.

La vie de Bouddha

Le Bouddha historique était connu sous le nom de Siddhartha Gautama et il est né vers le milieu du 6ème siècle avant notre ère. Il a fondé la tradition bouddhiste, dans laquelle il avance sur le chemin de l'illumination.

Il est très important que le Bouddha historique soit compris comme un être humain. Cela donne à chaque pratiquant humain accès au même niveau de capacité et d'illumination. Cependant, il a également assumé certains pouvoirs magiques qui, à certains égards, l'ont beaucoup rapproché d'un être divin ou d'un être semi-divin plutôt que d'un humain mortel normal.

Il était connu pour s'être téléporté de l'autre côté du Gange, apparaissant d'un bord à l'autre de la rivière en un clin d'œil. Si vous regardez la vie de Siddhartha Gautama Buddha, il semblerait qu'il s'agisse de quelqu'un que nous appellerions peut-être un enfant des étoiles : à la fois humain et extraterrestre.

Est-il possible que le premier Bouddha ait des origines extraterrestres ? Les moines du Shingon auraient-ils pu croire que, par le processus d'auto-momification, ils pourraient aussi être transformés en êtres plus avancés ? Des partisans de la théorie des anciens astronautes pensent que des réponses supplémentaires peuvent être trouvées en examinant l'histoire d'un pharaon égyptien d'origine extraterrestre.


Partager sur facebook
Cliquez pour partager sur facebook
Retour à la catégorie : L'ésotérisme et la psychologie



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le , il y a moins d'un an.

Dernières Publications

  • Revivre le « déconfinement »
  •  
  • La nuit du virus vivant
  •  
  • La Pyramide du Louvre
  •  
  • Les monstres guerriers
  •  
  • Les sorcières d'Écosse
  •  
  • Les symboles
  •  

  • Pentagramme en feu

    Sujets sélectionnés pour vous

    Dramatic vous aime bien et a fait l'effort de sélectionner quelques articles qui pourraient également vous intéresser.

    Les 12 commandements de Bouddha

    Les pensées de Bouddha à travers le Dhammapada. Quelques explications pour ceux qui s'intéressent au Bouddhisme et voudraient apprendre.


    Le bouddhisme mahayana

    Le principe de vacuité dans le bouddhisme mahayana, appelé aussi non-substantialité, exprime le vide d'existence propre



    Pentagramme en feu

    Pour en savoir plus


    Qui sommes nous ?
    Un peu d'histoire sur l'origine de ce site

    Des articles de qualité
    Découvrez quelques-uns des articles les plus complets publiés ici

    Questions fréquentes (FAQ)
    Quelles sont les missions de ce site ?

    Charte d'utilisation
    C'est là que vous trouverez aussi les bannières pour faire un lien

    Pentagramme en feu

    Un article au hasard à découvrir


    Découvrez cet article sans plus attendre pour étendre vos connaissances sur le sujet en cliquant sur le lien.

    Pentagramme en feu

    Navigation sur le site