Maria Orsic

Maria Orsic
Maria Orsic, dont le nom est également orthographié sous différentes formes : Oršić, Ortisch, Orschitsch, Marija Orsitsch; est née le 31 octobre 1895 à Vienne en Autriche. Elle était une médium occulte célèbre qui fut la fondatrice de la Vril Society. Elle a disparu de la circulation en 1945.

Son père était Tomislav Oršić, un immigrant croate de Zagreb. Il est né dans une maison près de la cathédrale St. Stephans à Zagreb, en Croatie, dans l'empire austro-hongrois. Architecte, Tomislav a travaillé dans les années 1890 dans un bureau situé sur la place Ban Jelačić (Trg bana Jelačića).

Lors d'un voyage à Vienne en 1894, Tomislav a rencontré une jeune ballerine exceptionnellement belle du nom de Sabine. Ils tombèrent amoureux et se marièrent peu après, et le 31 octobre 1895 à Zagreb, Sabine Orsic donna naissance à une superbe blonde qu'elle nomma Maria.

Plus tard Tomislav changea son prénom en Thomas.

Dans sa jeunesse, Maria Orsic était plus belle que n'importe quelle star d'Hollywood d’aujourd’hui. Elle était professeur de ballet autrichienne et possédant soi-disant des pouvoirs extra-sensoriels. Ce qui est certain c’est qu’elle soutenait le mouvement nationaliste et était proche des nazis.

 

Le mouvement nationaliste et la Vril Gesellschaft

Maria suivit bientôt le mouvement nationaliste allemand qui était actif après la Première Guerre mondiale; le but principal du mouvement était d'unir l'Autriche avec l'Allemagne, ce qu’on appelait l’Anschluss.

Maria Orsic fréquentait des sociétés secrètes à Vienne et s’intéressait à l’occultisme. Elle prétendait être une médium. On sait qu’en 1917 une rencontre a eut lieu au café Schopenhauer à Vienne. Il y avait Maria Orsic, l'occultiste Karl Haushofer, le baron Rudolf von Sebottendorf, l’as de l’aviation de la première guerre mondiale Lothar Waiz, le prélat Gernot de la société secrète « Societas Templi Marcioni ». Toutes ses personnes étaient impliquées dans différentes sociétés occultes telles que la Golden Dawn et les loges secrètes asiatiques.

En 1919, à la fin de la guerre, Maria déménage avec son fiancé pour Munich. Mais toutes les recherches ne permettent pas d’identifier cet homme. À Munich, Maria Orsic était en contact avec la Thule Gesellschaft, une société secrète occulte, et bientôt elle créa son propre cercle avec Traute A. de Munich et plusieurs autres amies. Elle le nomme officiellement « Alldeutsche Gesellschaft für Metaphysik » (Société Allemande pour la Métaphysique). C’était un cercle de femmes exclusivement.

Toutes étaient des jeunes femmes qui étaient médiums. En outre, elles étaient contre la mode naissante des coiffures courtes pour les femmes. Maria et Traute étaient toutes deux particulièrement belles avec de très longs cheveux ; Maria était blonde et Traute était brune. Elles portaient de longues queues de cheval, une coiffure très rare à cette époque. Ceci est devenu une caractéristique distinctive chez toutes les femmes qui ont intégré la Société secrète Vril. Elles croyaient que leurs cheveux longs agissaient comme des antennes cosmiques pour recevoir des communications extraterrestres venant de l'au-delà. En public, cependant, elles ont rarement exhibé leurs cheveux en queue de cheval. Pour s’identifier, les membres de la Vril, qu’on appelait Vrilerinnen, portaient un médaillon qui représentait les deux médiums Marija Oršić et Sigrun.

En savoir plus sur la Société VRIL...

Les communications médiumniques avec les extraterrestres

Les deux personnes qui étaient à la tête de la société Vril étaient bien entendu sa fondatrice, Maria Orsic, qui prétendait être une médium, et une autre médium qui n'était connu que sous le pseudonyme de Sigrun, un nom étymologiquement apparenté à Sigrune, une Valkyrie et l'une des neuf filles de Wotan dans les légendes nordiques.

Maria Orsic et Sigrun vivaient en permanence avec leurs amies. Elles se comportaient comme des grandes prêtresses et dans la communauté les filles dormaient souvent ensemble. On les voit parfois sur des photos en petite tenues ou même totalement nues. Parfois elle s’étendaient la nuit exposant leur corps nu face aux étoiles, leurs longs cheveux déployés. De toute évidence les adeptes de cette société secrète étaient homosexuelles ou bi-sexuelles. Ou bien elles étaient tellement secouées qu’elles se prenaient pour des amazones vivant sur une lointaine île où il n’y avait que des filles. La chanson d’Indochine, Canary Bay, pourrait fort bien les décrire.

Maria pratiquait l’écriture automatique. Elle se relevait parfois au milieu de la nuit parce qu’elle recevait des messages télépathiques. Maria prétend avoir reçu des communications d'extraterrestres aryens vivant sur Alpha Centauri, dans le système d'Aldébaran. Aldebaran est un système solaire situé à 68 années-lumière dans la constellation du Taureau. Apparemment, ces extraterrestres avaient visité la Terre il y a très longtemps et s’étaient installés à Sumer. Le mot Vril a d’ailleurs été formé à partir de l'ancien mot sumérien « Vri-Il » qui signifie « comme dieu » ou « semblable à Dieu ». C’est suite à ce contact médiumnique avec des extraterrestres que la société médiumnique a été rebaptisée Vril et que ses membres devinrent des Vrilerinnen. On les appelle parfois aussi les Vril Damen.

Les ancêtres des Aryens venaient du système d’Aldébaran

Le système solaire d'Aldébaran est à 68 années-lumière de la Terre. Il possède deux planètes habitées qui constituent le Royaume de Sumer. Ces planètes sont en orbite autour de leur soleil. Les habitants de ce système solaire sont subdivisés en maîtres, qui étaient des personnes de type dieu blanc (Aryens), et d’autres races humaines différentes. Ces derniers se sont développés à cause des changements climatiques sur les planètes respectives et ont été le résultat d'une dégénérescence des personnes semblables à Dieu. Ces mutants en sont arrivés à avoir un développement spirituel inférieur aux gens de Dieu.

Plus les races se mélangeaient, plus leur développement spirituel se dégradait. Par conséquent, quand le soleil (Aldebaran) a commencé à se développer, ils n'étaient plus capables de faire des voyages interplanétaires comme leurs ancêtres; il leur était devenu impossible de quitter leurs planètes. Ainsi les races inférieures, totalement dépendantes des maîtres, ont été évacuées dans des vaisseaux spatiaux pour être transportées vers d'autres planètes habitables.

Malgré les différences, il y avait du respect entre ces deux races, elles n'empiétaient pas sur l'espace de vie de l'autre. La race des maîtres, les dieux blancs, avait commencé à coloniser d'autres planètes similaires à la Terre il y a 500 millions d'années, suite à l'expansion du soleil d'Aldébar et à la chaleur croissante qui en résultait, rendant les planètes inhabitables. Il a été dit qu'ils ont colonisé la planète Mallona (aussi appelée Maldek, Marduk ou Phaeton par les Russes) dans notre système solaire. Cette planète existait à cette époque entre Mars et Jupiter, où se trouvent aujourd'hui des astéroïdes. Après cela, Mars, dont les grandes villes pyramidales et le visage martien bien connu, photographiés en 1976 par la sonde viking, témoignent du haut niveau de développement de ses habitants. De là, à cette époque, il a été supposé que les gens semblables au Dieu Sumérien Aldebaran sont venus sur Terre pour la première fois. De vieilles traces d'une chaussure pétrifiée vieille de 500 millions d'années, avec un trilobite fossilisé collé sur la semelle de cette chaussure, en témoignent. Ce poisson primitif vivait alors sur Terre et a disparu il y a 400 millions d'années.

Les membres de la Vril Society pensaient que les Aldébaraniens débarquèrent plus tard, lorsque la Terre devint lentement habitable. C’est en Mésopotamie qu'ils formèrent la caste dominante des Sumériens. Ces Aldebaranians ont été appelés Dieux Blancs. De plus, les télépathes de Vril ont reçu l'information suivante : la langue sumérienne n'était pas seulement identique à celle des Aldébaraniens, mais elle avait aussi des tons semblables à l'allemand, et la fréquence des deux langues était presque identique.

Le projet de construction de vaisseaux spatiaux

En 1919, le cercle de Vril se réunit avec d'autres groupes dans une petite maison de garde forestier à proximité de Berchtesgaden pour discuter d'un éventuel voyage à Aldebaran pour rencontrer les Aliens par la construction d'ufos nazis. Des notes sur cette mission spatiale sont discutées dans une récente analyse détaillée de l'occultisme nazi intitulé « Black Sun : les cultes aryens, le nazisme ésotérique et la politique de l'identité ».

Maria aurait reçu des transmissions dans un langage script templier allemand secret – une langue inconnue pour elle – contenant des données techniques pour la construction d'une machine volante. Les documents de Vril mentionnent que ces messages télépathiques ont leur origine dans Aldebaran, un système solaire se trouvant à 68 années-lumière dans la constellation du Taureau.

Les plans de construction et les données techniques reçues par les télépathes – peu importe d'où ils venaient – étaient si précis que l'idée la plus fantastique jamais conçue par l'homme était née : la construction d'une machine volante intergalactique ! Le concept d'une « autre science » a mûri mentalement (on utiliserait aujourd'hui le terme de « formes alternatives d'énergie »). C'était trois ans avant que le projet ne commence vraiment. Dans cette première phase d'une « autre technologie » ou d'une « autre science », le Dr WO Schumann, membre des sociétés Thule et Vril, donna une conférence à la Faculté des sciences de Munich.

Une phase de collecte de fonds commence pour mettre à exécution le projet. De nombreux millionnaires allemands apportent leurs deniers.

Communication médiatique avec le fantôme d'Eckart

À la fin de novembre 1924, Maria Orsic rendit visite à Rudolf Hess dans son appartement à Munich, en compagnie de Rudolf von Sebottendorf, le fondateur de la Société secrète Thulé. Sebottendorf voulait contacter Dietrich Eckart, décédé un an auparavant. Eckert avait traduit les pièces d'Ibsen en allemand et avait publié dans le magazine Auf gut Deutsch; il avait également été membre de la Gesellschaft Thule.

Une séance de spiritisme commence. Maria Orsic entre en transe et bientôt la voix d'Eckart commence à sortir de la bouche de la médium. Eckart annonce qu'il est obligé de laisser passer la voix de quelqu'un d'autre, avec un message important. Une voix bizarre s'identifie alors comme étant un Sumi. Les sumis sont les habitants d'un monde lointain, qui tourne autour de l'étoile Aldébaran dans la constellation que nous appelons le Taureau. Hess et Schulte-Strathaus se regardèrent avec surprise. Selon la voix, les Sumi étaient une race humanoïde qui avait brièvement colonisé la Terre il y a 500 millions d'années. Les ruines de l'ancienne Larsa, Shurrupak et Nippur en Irak avaient été construites par eux. Ceux d'entre eux qui ont survécu au grand déluge d'Ut-napishtim (le Déluge de l'Arche de Noé) étaient devenus les ancêtres de la race aryenne. Sebottendorff reste sceptique et demande des preuves. Tandis que Maria était encore en transe, elle gribouilla plusieurs lignes de marques bizarres. Ces marques se sont révélées être d'anciens caractères Sumérien, la langue des fondateurs de la plus ancienne culture babylonienne.

A partir de là Maria Orsic et son projet de construire des soucoupes volantes attire l’attention des nazis et attire également l’argent des nazis. Maria Orsic n’a jamais eu à vivre dans la misère.

Maria Orsic se rapproche d’une princesse fortunée et gagne la confiance de Himmler

La princesse Franziske Romana Oettingen

La mère de la patronne du père de Maria était de Vienne. Il s’agissait de la princesse Franziske Romana Oettingen. Cette dernière aurait fait don d’une tiare de diamant pour aider à financer la société du Vril. Elle est née près de Munich le 28 septembre 1884 et décède le 25 mars 1931. Sa mère était Berta Eszterhazy de Vienne, qui est née Le 26 septembre 1857 en Hongrie et décédé à Munich le 20 novembre 1937. La mère de Berta Eszterhazy était Polyxena Lobkowitz de Prague, née Polyxena Lobkovice le 21 novembre 1830 sur le territoire autrichien et décédée le 3 février 1913.

La famille Marija Orsic a déménagé à Munich, où Franziske Romana a vécu, en 1919, l'année de naissance de la nièce de Franziske Romana Oettingen qui fut également prénommée Franziske. Il est possible qu’il y ait un plan pour dédier sa nièce au Vril dès sa naissance.

Himmler

Toujours avide de pouvoir et de richesse, Maria Orsic se rapproche des plus hauts personnages du nazisme. Elle se lie d’amitié avec Himmler qui tombe sous son charme et lui fait aveuglément confiance.

Les expériences de construction de soucoupes volantes sont portées à la connaissance d’Hitler. En janvier 1944 une réunion a lieu entre Hitler, Himmler, le Dr Otto W. Schumann (scientifique et professeur à l'Université technique de Munich) et Kunkel de la Vril Gesellschaft. Hitler souhaite utiliser l’appareil volant comme arme de guerre. Mais Maria Orsic refuse poliment en prétextant que l’appareil devait être améliorer et qu’il n’était pas au point. Quoi qu’il en soit, Maria Orsic obtenait les financements qu’elle voulait de la part des nazis. Mais elle assurait ses arrières. Craignant que les SS ne s’emparent de l’appareil, elle fit construire deux petits modèles de huit mètres de diamètre.

L’évasion vers le système d’Alpha du Centaure

En mars 1945, Maria Orsic aurait reçu des communications de ses messagers prédisant la défaite nazie avant la fin de l'année. Il a rapporté cela à plusieurs amis, certains d'entre eux, comme les frères Horten, ont quitté l'Allemagne et se sont enfuis en Argentine. Le colonel Howard A. Buechner détaille avec précision les voies d’évacuations : la route VIP passe généralement par U-boat en Norvège, puis par l'Atlantique vers l'Amérique du Sud ou ailleurs ; l'échelon inférieur dans la hiérarchie nazie a pris la route d'évasion du sud à travers l'Italie. D’autres s’enfuient en passant par l’Espagne (la fameuse « route des rats » mis en place avec l’aide de la Croix Rouge et de l'Eglise Catholique).

Le 11 mars 1945, un document interne de la Vril Gesellschaft a été envoyé à tous ses membres... une lettre écrite par Maria Orsic en personne. La lettre se termine par : « niemand bleibt hier » (personne ne reste ici) et est signée par la phrase suivante : « avec un courage nouveau » ( Mit frischem Mut ) par Gudrun. C'était la dernière annonce de Vril, et depuis lors, personne n'a plus entendu parler de Maria ou du reste des membres, sauf peut-être le Dr. Schumann. En effet, le jeudi 15 mars 1945, Maria Orsic l’aurait rencontré pour la dernière fois, et lui a donné un paquet avec tous les documents et les plans des OVNIS allemands et lui a dit au revoir.

Une « lettre de départ » aux Jeunes Vrilerinnen (jungen) a été récemment publiée, datée du 11 mars 1945, mentionnant le « Départ d’Odin » (Odin-Ausflug). Il se réfère à un lieu d'évacuation temporaire avec Maria, et le dernier départ à Aldebaran.

Trois jours plus tard, le 14 mars 1945, Maria et son groupe de Vrilerinnen se rendirent aux hangars de Munich pour prendre possession de l'un des disques volants qu’ils avaient fait construire par sécurité et partirent pour une destination inconnue. Ils n'ont jamais été retrouvés.

Pourtant, le 26 avril 1945, en soirée, un disque volant fut aperçu et photographié par un pilote anglais au dessus de la Tamise. La photo montre le symbole de la Luftwaffe sur sa carlingue…

La Causa Nostra Vril en Italie serait une renaissance de la Vril Gesellschaft

Maria Orsic aurait pu avoir une fille nommée quelque chose comme Yolanda Schultz ou Yolanda Stilts (ou encore Stilits) et qui vivrait à Long Island. Elle s'est mariée avec le banquier milanais Raffa (de la Chase-Manhattan) et se trouve derrière la nouvelle Causa Nostra Vril à Milan. Hors-la-loi en Allemagne, Vril a en effet récemment refait surface sous le nom de CAUSA NOSTRA VRIL à partir de Milan et de Venise, en Italie.

« Causa Nostra » signifie « Notre Cause » et l'appartenance à Vril est entièrement composée de femmes, tout comme la Gesellschaft d'origine. Un membre actuel de Causa Nostra est l'ancien secrétaire de Reinhard Heydrich, âgé de plus de 90 ans. Ce groupe revendique la descente DIRECTE de l'original Vril Gesellschaft et montre la ligne de succession après l'original Vril Society de Maria Orsic, Sigrun, et Traute. Gudrun et Heike suivirent dans l'après-guerre.

Ce groupe prône tout ce que l'ancienne Vril Gesellschaft a fait et attend avec impatience un nouveau Reich (une restauration de l'Empire allemand / romain) et revendique la connaissance de la technologie secrète, en particulier les disques volants et les vols spatiaux canalisés. Le groupe a émergé après 60 ans pour promouvoir le « Z-Plan » original de Vril (Zukunft, Future Plan) qui a été prophétisé en 1945. En mars 1945, Vril a prophétisé qu'ils reviendraient en 1992/93 ou en 2004/05. En janvier 2005, Causa Nostra Vril est revenue pour promouvoir publiquement ses idées et distribuer son histoire sous forme de livre. Il est très important de noter que bien qu'ils opèrent en dehors de l'Italie et ont des membres aux États-Unis ... leur site en ligne et leur e-mail proviennent de Munich, d'où est originaire l'ancienne Vril Gesellschaft.

Ce qui se raconte au sujet de Maria Orsic

Maria Orsic fut aidée dans son évasion le 11 mars 1945 par un général du nom de Hans-Georg Schmidt von Altenstadt, qui reçut la Croix de fer le 8 mai 1944, promu major-général le 1er juillet 1944. Il était marié à l'une des Demoiselles Vril d'Orsic, Franziska Oettingen, la nièce d'une des premières partisanes d'Orsic, Franziska Romana. Franziska Romana avait fait don d'une tiare de diamant à Orsic avant sa mort le 25 mars 1931 pour financer sa société de Vril, et sa nièce, Franziska Oettingen, avait été désavouée par la famille Oettingen lorsqu'elle devint une Vrilerinnen le 15 septembre 1931. Le général von Altenstadt aurait aidé Maria Orsic dans son évasion et aucun des trois d'entre eux n'a jamais été attrapé ni jugé.

Quelqu’un du nom de Wilson Parquay apporte un peu plus de précisions au mystère qui entoure toute cette histoire. Il prétend que tous ces gens sont bien réels. Il aurait connu Mme Stilits personnellement pendant cette brève période où elle habitait à Harrisburg vers 1979 et pendant des années, après avoir travaillé pour son amie qui était une des anciennes Vril Damen. Mme Stilts serait née dans un manoir en marbre rose sur une île appartenant à sa famille qui a été prise par la Yougoslavie. Mme Stilts a ensuite déménagé à Harrisburg peut-être autour de 1980 parce que ses petits-fils étaient impliqués dans une certaine expérience de contrôle de l'esprit menée par Stewart Swerdlow à Camp Hero à Montauk, Long Island. Tous les garçons que M. Swerdlow a emmenés vivaient si bien que Mme Stilts s'inquiétait particulièrement de son petit-fils qui avait à peu près le même âge que le petit-fils de la dame qui était une ancienne Vril Damen. Alors cette dame a demandé à son propre petit-fils de venir voir Mme Stilts et elle lui a demandé de remplacer son petit-fils auprès de M. Swerdlow pour qu'il puisse se retirer de l'expérience et il a accepté de le remplacer par son petit-fils. Ensuite, Mme Stilts retourne chez elle au New Jersey. Puis, trois ans plus tard, son petit-fils va la voir pendant ses vacances de printemps 1983 et Mme Stilts dit à la patronne de Wilson Parquay au téléphone qu'elle va dire à son petit-fils, quand il se lèvera pour la voir dans le New Jersey, qu'ils le cachent. Sa patronne essaie d'en parler à Mme Stilts, mais elle ne changera pas d'avis. Donc, elle appelle son petit-fils qui vit à cette époque au collège en Virginie avec le petit-fils Stilits et elle monte avec son petit-fils pour voir Mme Stilits et lui demande de ne pas le dire parce que la grand-mère (la patronne de Wilson Parquay) a besoin de ce secret . Et maintenant ils sont tous morts. Tout ce qu'ils avaient à dire sur la façon dont le général von Gattendorf échangeait des dessins des soucoupes de Vril faits par Mlle Stilits avec le général Patton en échange de leur acceptation dans l'opération Paperclip. En numéro un ce serait son petit-fils. En numéro deux, il connaîtrait M. Raffa né sur son île, pas en Italie. En numéro trois on sait que Mme Stilts déménage pendant une courte période pour être à un pâté de maisons de son amie la Vril Damen à Harrisburg. Et en numéro quatre tout ce qu'on doit faire maintenant est de tenir l'image de Mme Stilts à côté de l'image de Maria Orsic pour voir qu’elles ont le même petit nez. Ouais… c’est chaud quand même.



Lire la suite ...   


Cet article a été récemment mis à jour pour la dernière fois le 30 Mai 2018. Il est à jour.