Qu’est-ce que la société Vril ?

La Société Vril, connue sous le nom de « Société Allemande pour la Métaphysique », a été créée officiellement en 1921 pour explorer les origines de la race aryenne. La Société aurait enseigné des exercices de concentration conçus pour éveiller les forces de Vril, une force d'énergie sexuelle Shaakti, plus forte chez les femmes aux cheveux longs, qui alimentait l'énergie magnétique de la Terre vers le cerveau.

Leur objectif principal était d'atteindre « Raumflug », le vol spatial inter-dimensionnel basée sur les révélations psychiques d'extraterrestres aryens vivant sur Alpha Centauri, dans le système d'Aldébaran. Le mot Vril a été formé à partir de l'ancien mot sumérien « Vri-Il » (« comme dieu » ou « semblable à Dieu »).

Les membres masculins de la Société Vril auraient inclus Adolf Hitler, Alfred Rosenberg, Heinrich Himmler, Hermann Goering, et le médecin personnel de Hitler, le Dr Theodor Morell. Ils étaient les membres originaux de la société de Thulé qui a prétendument rejoint Vril en 1919. Le NSDAP (NationalSozialistische Deutsche ArbeiterPartei, c’est-à-dire le Parti nazi) a été créé par Thulé en 1920, un an plus tard. Le Dr Krohn, qui a créé le drapeau nazi, était également thuliste.

Les principes métaphysiques de la société Vril

En tout, nous reconnaissons deux principes qui déterminent les événements : la lumière et l'obscurité, le bien et le mal, la création et la destruction – comme en électricité, nous avons le plus et le moins, c'est toujours ainsi : + ou - . Ces deux principes – le créatif et le destructeur – déterminent aussi nos moyens techniques ... Tout ce qui est destructeur est d'origine satanique, tout ce qui est créateur est divin ... Toute technologie basée sur l'explosion ou la combustion doit donc s'appeler Satanique. Le nouvel âge à venir sera l'âge d'une nouvelle technologie divine et positive ! ...
  Dr. Schumann (tiré des archives SS).

Quoi de plus clair que les écrits du tristement célèbre docteur Schumann ? Ça pose tout de suite le cadre. On va aborder le Nouvel Ordre Mondial et les technologies sataniques. Mais bien plus encore, la Société Vril est une société occulte qui enrôle des médiums pour communiquer avec les extraterrestres aryens vivant sur Alpha Centauri, dans le système d'Aldébaran.

Maria Orsic dirige la Vril Gesellschaft

Maria Orsic, dont le nom est également orthographié sous différentes formes : Oršić, Ortisch, Orschitsch, Marija Orsitsch; est née le 31 octobre 1895 à Vienne en Autriche. Elle était une médium occulte célèbre qui est devenu plus tard le chef de la Vril Society. Elle a disparu de la circulation en 1945.

Son père était un immigrant croate de Zagreb, sa mère était de Vienne. Maria suivit bientôt le mouvement populaire nationaliste allemand qui était très en vogue à cette époque. Le but principal du mouvement était d'annexer l'Autriche au Reich allemand (Anschluss).

C’est à Munich que Maria fut en contact avec la Thule Gesellschaft et allait bientôt créer son propre cercle avec Traute A. de Munich et d'autres partenaires. L'Alldeutsche Gesellschaft für Metaphysik était le nom officiel de la Vril Society dont elle est la fondatrice.

Toutes étaient des jeunes femmes éduquées, très opiniâtres sur la politique, qui, entre autres choses, étaient contre la mode croissante du style de cheveux courts chez les femmes. Maria et Traute étaient particulièrement belles et portaient une très longue queue de cheval, une coiffure très inhabituelle à cette époque. Cela est devenu un trait distinctif chez toutes les femmes qui ont rejoint la Société, qui a existait jusqu'en mai 1945. Maria était blonde et Traute A. était une brune. Elles croyaient que leurs cheveux longs agissaient comme un récepteur cosmique recevant une communication extraterrestre. Cependant, elles n’exposaient pas leurs cheveux en public. Pour s'identifier, les membres de la Vril Society, aussi appelée Vrilerinnen, portaient un médaillon qui représentait les deux médiums Maria Orsic et Sigrun.

En 1917, l'occultiste Karl Haushofer, le baron Rudolf von Sebottendorf, le pilote de la première guerre mondiale Lothar Waiz, le prélat Gernot de la société secrète « Societas Templi Marcioni » et Maria Orsic, la belle médium transcendantale (elle était vraiment canon), se sont rencontré au café Schopenhauer à Vienne. Ils avaient tous beaucoup étudié la Golden Dawn, ses enseignements, ses rituels et surtout ses connaissances sur les loges secrètes asiatiques.

L’influence des mythes de l’Inde et du Tibet

Sebottendorf et Haushofer étaient des voyageurs expérimentés de l'Inde et du Tibet et très influencés par les enseignements et les mythes de ces pays. Au cours de la Première Guerre mondiale, Karl Haushofer avait établi des contacts avec l'une des sociétés secrètes les plus influentes d'Asie, les « chapeaux jaunes » tibétains (dGe-lugs-pa). Les contacts entre Haushofer et les Yellow Hats ont conduit dans les années vingt à la formation de colonies tibétaines en Allemagne.

Les quatre jeunes espéraient que lors de ces rencontres à Vienne, ils apprendraient quelque chose sur les textes révélateurs secrets des Chevaliers Templiers et aussi sur la fraternité secrète Die Herren vom schwarzen Stein (« Les Seigneurs de la Pierre Noire »). Le prélat Gernot était l'un des « héritiers des Templiers », qui sont la seule véritable société templière. Ils sont les descendants des Templiers de 1307 qui ont transmis leurs secrets de père en fils jusqu'à aujourd'hui. Le prélat Gernot leur a apparemment parlé de l'avènement d'un nouvel âge : le passage de l'âge des Poissons à l'ère du Verseau.

La réunion secrète dans la maison du garde forestier

En décembre 1919, des membres de Thulé, de Vril et de DHvSS (Die Herren vom schwarzen Stein) louèrent une petite maison de garde forestier près de Berchtesgaden (Allemagne) où ils se rencontrèrent, accompagnés de Maria Orsic et d'une autre médium qui était seulement connu sous le nom de Sigrun. Maria prétendait avoir reçu des transmissions médiumniques dans un script templier allemand secret – une langue inconnue d'elle – contenant des données techniques pour la construction d'une machine volante.

Les documents Vril découverts après la Seconde Guerre mondiale mentionnent ces messages télépathiques, qui trouvent leur origine dans Aldébaran, un système solaire situé à 68 années-lumière dans la constellation du Taureau. Apparemment, les documents affirment qu'elle avait deux piles de papiers : l'une avec l'écriture templière, l'autre avec une écriture lisible. Maria soupçonnait que la deuxième pile serait écrite dans une ancienne langue orientale et donc elle pourrait être aidée par les « panbabylonistes », un cercle proche de la société Thulé. Hugo Winckler, Peter Jensen, Friedrich Delitzsch et d'autres avaient rejoint cette société.

La machine volante circulaire

Il s'est avéré que la langue apparemment mystérieuse était en réalité du sumérien ancien et donc la langue des anciens fondateurs de la culture babylonienne. Sigrun, de la Vril Gesellschaft, a aidé à traduire la langue et à déchiffrer les étranges images mentales d'une machine volante circulaire. Le concept d' « autre science » (ou « science alternative ») a mûri au cours des années suivantes.

En raison des difficultés de financement, il a fallu trois ans pour que le projet de machine volante commence à prendre forme. En 1922, des pièces pour la machine ont commencé à arriver indépendamment de diverses sources industrielles payées en totalité par Thulé et Vril. En réalité c’était grâce à des fonds obtenus de millionnaires allemands.

En mars 1922 on aboutit au premier prototype de Jenseitsflugmaschine (ou machine volante en forme de soucoupe). Mais le premier vol d’essai fut un échec total : une partie du vaisseau s'est désintégrée et l'autre a explosé.

Cependant, trois jours après l'incident, Maria est revenue avec de nouvelles informations, qui ont été étudiées et approuvées par le Dr Otto Schumann, responsable du projet. Finalement, en décembre 1923, la deuxième soucoupe volante a fait ses débuts et l'a fait avec succès : elle a volé 55 minutes et a atteint 300 000 kilomètres par heure. Dès lors, ils ont continué à fabriquer de nouveaux modèles.

La séance de spiritisme de Maria Orsic

À la fin de novembre 1924, Maria Orsic rendit visite à Rudolf Hess dans son appartement à Munich, en compagnie de Rudolf von Sebottendorf, le fondateur de la Thule Gesellschaft. Sebottendorf voulait contacter Dietrich Eckart, décédé un an auparavant. Eckert avait traduit les pièces d'Ibsen en allemand et avait publié dans le magazine « Auf gut Deutsch »; il avait également été membre de la Gesellschaft Thule.

Consultez ce lien pour en savoir plus sur la communication avec les morts.

Pour établir le contact avec Eckart, Sebottendorff et d'autres thulistes (parmi eux Ernst Schulte-Strathauss) ont joint leurs mains autour d'une table drapée de noir. Hess était affolé de voir les globes oculaires de Maria Orsic se révulser et ne montrer que les blancs, et de la voir s'effondrer sur sa chaise, la bouche entrouverte. Cependant Sebottendorff sourit de satisfaction alors que la voix d'Eckart commençait à sortir de la médium. Eckart a annoncé qu'il était obligé de laisser passer la voix de quelqu'un d'autre, avec un message important. Une voix étrange s'est alors identifiée comme « les Sumi, habitants d'un monde lointain, qui tourne autour de l'étoile Aldébaran dans la constellation que vous appelez le Taureau ». Hess et Schulte-Strathaus se regardèrent avec surprise. Selon la voix, les Sumi étaient une race humanoïde qui avait brièvement colonisé la Terre il y a 500 millions d'années. Les ruines de l'ancienne Larsa, Shurrupak et Nippur en Irak avaient été construites par eux. Ceux d'entre eux qui ont survécu au grand déluge d'Ut-napishtim (le Déluge de l'Arche de Noé) étaient devenus les ancêtres de la race aryenne.

Sebottendorff reste sceptique et demande des preuves. Tandis que Maria était encore en transe, elle gribouilla plusieurs lignes de marques bizarres. Ces marques se sont révélées être d'anciens caractères de Sumérien, la langue des fondateurs de la plus ancienne culture babylonienne.

La montée d’Hitler et la société Vril

Après la montée d'Hitler et de l'Allemagne fasciste de la NASDAP, tout semblait possible et la Société Vril, la Société Thulé et bien d'autres furent englobées dans le bureau départemental d'Ahnenerbe, supervisées par les dirigeants nazis, pour faire avancer leurs programmes au sein de l'armée nazie. C’était un parapluie complexe de différentes sociétés occultes. Avec Hitler au pouvoir en 1933, Thule et Vril Gesellschafts auraient reçu l'appui officiel de l'État pour la poursuite des programmes de développement de disques volants visant à la fois le vol spatial et peut-être une machine de guerre.

Les soi-disant « Dames Ésotériques du Troisième Reich », aussi connues sous le nom de « Sœurs de Lumière », étaient intimement liées au NSDAP depuis sa création au début des années 1920. Cette fraternité était composée de Maria Orsic, Chefin, Sigrun, Traute et la jeune Sira, qui n’avait alors que 18 ans. Ces femmes, aux cheveux longs qui touchaient le sol, participèrent à plusieurs rencontres avec les membres de la Société Thulé.

Une fois, une réunion s'est tenue dans une ancienne ferme appartenant au Dr. Schumann, spécialiste des énergies alternatives. Dans ce document, Maria Orsic a montré aux national-socialistes des textes qu'elle avait reçus d'êtres extraterrestres qui habitaient à Aldébaran. Dans ces écrits, supposés transmis d'une civilisation extérieure, était expliqué comment construire un vaisseau spatial propulsé par un moteur d'implosion capable de vaincre la gravité et d'atteindre des vitesses incroyables.

Les plans de construction et les données techniques reçues par les télépathes – peu importe d'où ils venaient – étaient si précis que l'idée la plus fantastique jamais conçue par l'homme était née : la construction d'une machine volante vers l'au-delà !

Les années de guerre et la suprématie technologique allemande

En fin de compte, la Seconde Guerre mondiale commença et vit l'incroyable progression des armes et des véhicules – certains disaient que les nazis avaient 30 ans d'avance sur toute autre nation.

Quand Hitler interdit les sociétés secrètes en 1941, ils ont enregistré la société Vril comme une entreprise, appelée « Antriebstechnische Werkstätten » (ateliers de propulsion Vril). Dans les documents on rencontre également la société Vril sous le nom d'unité SS E-IV. C'est un secret que Himmler et Sebottendorff ont gardé jusqu’à la tombe. On dit également que la société Vril, qui travaillait occasionnellement avec Adam Opel AG et Arado, leur a demandé un type spécial de propulsion pour leurs avions. On dit aussi que Vril a été inclus dans l'organisation secrète créée par Himmler, « Die Kette ».

Les recherches d'une capacité de voyager dans un certain mode inter-dimensionnel sont similaires aux expériences de Vril concernant le vol canalisé avec la Jenseitsflugmaschine (Autre machine de vol du monde) et le Vril Flugscheiben (Disques volants).


En décembre 1943, Maria assista avec Sigrun à une réunion organisée par la Vril dans la station balnéaire de Kolberg. L'objectif principal de la réunion était de traiter du « projet Aldebaran ». Les médiums de la Vril avaient reçu des informations précises concernant les planètes habitables autour du soleil Aldebaran et ils étaient prêts à planifier un voyage là-bas. Ce projet fut à nouveau discuté le 22 janvier 1944 lors d'une réunion entre Hitler, Himmler, le Dr W. Schumann (scientifique et professeur à l'Université technique de Munich) et Kunkel de la Vril Gesellschaft. Hitler souhaitait utiliser le dernier prototype comme instrument de guerre, mais Maria a refusé. Craignant que les SS et Hitler se soient emparés du vaisseau, on a prétendu qu'il fallait l'améliorer et il a été envoyé dans un hangar à Munich et les vols d'essai ont cessé.

Il a été décidé qu'un engin de grande capacité VRIL-7, surnommé « Jäger », serait envoyé à travers un canal de dimension indépendant de la vitesse de la lumière jusqu’à Aldebaran. Selon N. Ratthofer (écrivain), un premier vol d'essai dans le canal de dimension a eu lieu à la fin de 1944. Le vol d'essai s'est presque terminé en catastrophe parce qu'après le vol, le Vril 7 ressemblait à « quelque chose qui aurait volé depuis cent ans ». Sa carlingue extérieure avait l'air vieillie et avait subi des dommages à plusieurs endroits.

Suite à la rencontre de janvier, deux petits modèles de huit mètres de diamètre ont commencé à être construits, craignant que le prototype ne soit volé. Le Dr. Schumann a embauché quatre ingénieurs pour développer et construire les soucoupes de Maria. Selon les données recueillies par diverses agences de renseignement (y compris la CIA), ces deux petits modèles ont bien été développés.

Mais la guerre finit mal pour l'Allemagne et Maria Orsic disparut en 1945.

En mars 1945, Maria Orsic aurait reçu des communications de ses messagers prédisant la défaite nazie avant la fin de l'année. Il a rapporté cela à plusieurs amis, certains d'entre eux, comme les frères Horten, ont quitté l'Allemagne et se sont enfuis en Argentine.

Le 11 mars 1945, un document interne de la Vril Gesellschaft a été envoyé à tous ses membres... une lettre écrite par Maria Orsic en personne. La lettre se termine par : « niemand bleibt hier » (personne ne reste ici) et est signée « avec un courage nouveau » ( Mit frischem Mut ) par Gudrun. C'était la dernière annonce de Vril, et depuis lors, personne n'a plus entendu parler de Maria ou du reste des membres, sauf peut-être le Dr. Schumann. En effet, le jeudi 15 mars 1945, Maria Orsic l’aurait rencontré pour la dernière fois, et lui a donné un paquet avec tous les documents et les plans des OVNIS allemands et lui a dit au revoir.

Dans la mythologie nordique Gudrun était la soeur de Gunnar, les deux enfants de Giuki – le roi des Nibelungs. Sigrun (une autre Vrilerinnen) était l'une des neuf filles d'Odin. C'était la dernière annonce de Vril. Certains pensent qu’ils sont partis à Aldébaran... Nourrissant la spéculation que Maria put en fait s’être échappée, comme elle l’avait annoncé, à Aldébaran à bord de la machine volante.

Une « lettre de départ » aux Jeunes Vrilerinnen (jungen) a été récemment publiée, datée du 11 mars 1945, mentionnant le « Départ d’Odin » (Odin-Ausflug). Il se réfère à un lieu d'évacuation temporaire avec Maria, et le dernier départ à Aldebaran.

La société Vril recrute des médiums dès le plus jeune âge

Beaucoup pensent encore que cette histoire n’a jamais existé car on ne trouve rien à ce sujet dans les médias ou dans les documentaires grand public de la Seconde Guerre mondiale, particulièrement en Allemagne, où il y a la liberté de la presse et où ils déclarent qu'ils enseignent seulement la vérité ... Sûrement est-il raisonnable de discuter de la vraie vérité maintenant ... après 70 ans ... ouvertement sans être arrêté ou étiqueté publiquement de « fanatique fasciste » ... ou de « révisionniste de l'histoire conspiratrice » ...

On parle aussi de l'histoire d'une princesse allemande de douze ans qui aurait été recrutée par von Sebottendorf de la Thule Gesellschaft, lors des funérailles de sa tante, pour devenir une stagiaire en tant que médium pour la Vril Gesellschaft. Si quelqu'un veut essayer de vérifier des faits dans cette histoire, la grand-tante de la fille était la princesse Franzeska d'Oettingen qui mourut le 25 mars 1931 et, le 15 septembre 1931, sa grande nièce, aussi appelée Franzeska, manifestait l'ectoplasme dans les rituels occultes pour Maria Orschitsch, comme l'une de ses Vril Damen ou Vrilerinnen.

Il est clair aussi que toutes les membres de la Vril ont reçu des noms occultes tels que Traute, Sigrun, Gudruna et Heike. Ce n’était pas leur véritable nom, ce qui complique les vérifications. Apparemment, selon l'histoire, Franzeska était considérée comme spéciale et douée pour contacter la race extraterrestre d'Aldébaraniens parce qu'elle était considérée comme une « pure royauté aryenne ».

La technologie pour les « soucoupes » de la Jenseitflugmaschine de 1922 à la VRIL 7 de 1945 devait provenir de ces transmissions d'Aldébaran à travers les filles psychiques. Peu de temps après la guerre, les scientifiques nazis étaient considérés comme souhaitables par les scientifiques américains et soviétiques, lorsque Patton reçut des documents sur le programme des fusées.

Le monde est également silencieux au sujet de l'idéologie mystique et occulte derrière le régime nazi, y compris la technologie d'énergie libre inspirée de Vril, qui aurait été perfectionnée plus tard dans la tristement célèbre zone 51, près du site de l'incident de Roswell ...


Lire la suite ...