Fraude fiscale

Image de Fraude fiscale
Au début des années 1970, le fisc américain prouva qu'Hubbard prélevait des millions de dollars dans l'église, blanchissait l'argent à travers des sociétés factices au Panama et le stockait dans des comptes bancaires en Suisse ouverts par l'agence.

Un tribunal fédéral américain en 1971 a statué que les allégations médicales de Hubbard étaient fausses et que l'audimétrie électronique ne pouvait pas être considérée comme un traitement scientifique. Les scientologues répondirent en se tournant vers le religieux et en cherchant la protection du Premier Amendement. Les conseillers commencèrent à porter des colliers cléricaux et des chapelles furent construites, les franchises devinrent des missions, les honoraires devinrent des donations fixes et la cosmologie cosmique de Hubbard devint les écritures sacrées.


Plusieurs mises en examen

À plusieurs reprises, Hubbard (et l’église de scientologie) a été mis en examen par le département de la Justice des États-Unis, le FBI, la FDA, la CIA, l'IRS, la NSA, le Bureau des douanes, la DEA, le DOD, le Secret Service, le BATF, le Département du Travail, les services de police de diverses villes américaines ainsi que Interpol et une foule d'autres agences gouvernementales dans le monde entier.

Hubbard a été condamné par contumace pour fraude en France.

L'Église de Scientologie a été reconnue coupable de violation de la confiance du public et d'infiltration de bureaux gouvernementaux au Canada. La Scientologie a été interdite par l'état de Victoria, en Australie. Hubbard attribuait tous ces événements aux complots généralisés des communistes russes, des néo-fascistes, des banquiers, des médias, de l'IRS, du clergé chrétien, des extraterrestres diaboliques et de la profession psychiatrique, qu'il considérait comme son ennemi juré.


Lire la suite ...