l'Obeah, la magie des Antilles

Obeah
L'Obeah (parfois orthographié Obi, Obea ou Obia) est un culte ancestral originaire d'Afrique Noire équatoriale, plus précisément des pays actuels tels que la Côte d'Ivoire, la Ghana, le Dahomey (Bénin), le Nigeria et le Cameroun. Il a été importé dans les Caraïbes en même temps que la traite des noirs. L'Obeah est principalement pratiqué en Jamaïque, en Barbade, Trinité et Tobago, l'île de la Dominique et la Martinique. On en trouve encore des traces en Côte d'Ivoire. Obeah est une forme de sorcellerie populaire ou de magie noire, considéré par ses pratiquants comme une religion. Le terme Obeah désigne la magie occulte. Son nom est dérivé des mots Ashanti Obay-ifo ou Obeye, ce qui signifie sorcier ou une sorcière. Le maître spirituel de la religion Obeah est appelé « l'homme Obeah », il est considéré comme un soigneur ou un conseiller (informateur). Tel un prêtre exorciste, il est celui qui aide les personnes possédées par les esprits ou qui ne trouvent pas de remède à leur maladie.

L'Obeah peut également être un esprit qui se manifeste généralement sous l'apparence d'une femme. Il peut vivre dans certaines eaux, selon la tradition des descendants d'esclaves, notamment à la Martinique. Ceux qui savent l'invoquer lui offrent du lait, du sucre, du sel, de l'eau pimentée et bien d'autres potions afin d'obtenir de lui des guérisons miraculeuses quel que soit la maladie. D'après les témoignages qui ont été rapportés, son action est quasiment instantanée.

 

La plus ancienne des religions

Obeah est peut-être la plus ancienne de toutes les religions afro-créoles dans les Caraïbes. Les Ashantis (ou Koromantyn / Coromantins) Africains venaient de la Gold Coast (Côte de l'Or). Comme ils étaient généralement prédisposés à la révolte et à la sorcellerie, les Français et les Espagnols évitaient de les importer comme esclaves. C'est pourquoi la pratique de l'Obeah est confinée aux Antilles Britanniques avec quelques incursions en Guadeloupe et en Martinique.

L'Obeah est semblable à d'autres religions afro-américaines, notamment le Palo, le Vaudou, la santería et le Hoodoo. Selon Margarite Fernandez-Omos et Lizbeth Paravisini-Gerbert, Obeah « plus qu'une religion, est un système de croyances ancrées dans la spiritualité créole qui reconnaît l'existence et la puissance du monde surnaturel ». En outre, Obeah comprend deux catégories de base concernant ses pratiques :
les sorts, les bons comme les mauvais,
les pratiques de guérison basées sur l'utilisation d'éléments tirés du milieu naturel.

Transport des esclaves
Reconstitution du transport des esclaves
L'Obeah a souvent fourni un réconfort aux esclaves Africains déplacés du fait qu'ils pouvaient compter sur l'un des leurs pour la guérison et la protection. Toutefois, les pratiques de l'Obeah pendant la période coloniale britannique figurent comme menaçante pour les propriétaires blancs de plantations, et sa pratique a été interdite dans la plupart des colonies britanniques. L'Obeah est donc devenue essentiellement une relation client-praticien, avec un sujet malade qui recherche de l'aide auprès de l'homme ou de la femme Obeah, sur un plan strictement individuel.

L'Obeah est associée à la fois à la magie bénéfique et aux magies obscures, aux charmes, à la chance et au mysticisme en général. Dans certains pays des Caraïbes, l'Obeah se réfère aux religions populaires de la diaspora africaine. Dans certains cas, les aspects de ces religions folkloriques ont survécu à travers le syncrétisme du symbolisme et de la pratique du christianisme introduite par les colons européens et les propriétaires d'esclaves. On peut ainsi observer que le symbolisme chrétien est incorporé dans le culte Obeah, mais ce dernier peut aussi représenter le culte clandestin et la protestation religieuse.

Pendant la période sombre de l'esclavage, l'Obeah était dirigée contre les maîtres d'esclaves européens. Cependant, avec l'abolition de l'esclavage, l'Obeah fut progressivement considérée comme tabou, et le terme comporte des connotations péjoratives.
 

Qu'est-ce que l'Obeah ?

Le monde est un mélange de deux choses : l'être spirituel et l'être physique. C'est certainement un fait qui est indéniable. Dans toutes les formes de culture, entre les différents types de personnes, y compris modernes et anciennes, il a toujours existé des personnes qui ont réussi à détenir le don d'expliquer ou même de puiser dans les forces métaphysiques et spirituelles. Ce sont des gens qui sont connus comme les guérisseurs, des chamans, des rabbins, des prêtres et pour les africains, des hommes Obeah.

L'Obeah n'est pas une religion au sens traditionnel ; elle ne comporte pas non plus d'église, de sanctuaire et ne possède même pas de rituels formels. Bien que cette forme de magie n'implique pas forcément l'invocation de divinités, l'Obeah est une magie très authentique et puissante qui apporte la guérison, la bonne fortune et l'amour à tous ceux qui croient vraiment en ces pratiques. Les personnes qui pratiquent cet art de la magie sont aussi croyants en Dieu; ils croient aussi que le pouvoir dont ils sont investis pour puiser dans les forces spirituelles leur est donné par Dieu. Ils pourraient être les plus puissants et les plus redoutés. Cependant, les hommes Obeah ne font usage de ce pouvoir que pour être en mesure de lancer des sorts, de prédire l'avenir et de trouver des réponses aux questions qui leur sont posées par les gens qui viennent les consulter.

Mais on ne doit pas être loin de la vérité en considérant que les pratiques Obeah possèdent deux aspects magiques radicalement opposés : la magie noire et la magie blanche. L'Obeah est classée dans la sorcellerie car les hommes Obeah sont des sorciers au sens strict du terme. Cependant, un « sorcier » est une personne qui possède le pouvoir de manipuler les forces de l'univers pour apporter des changements physiques à quelque chose. L'Obeah ne classifie pas cette magie selon les deux notions que nous connaissons : le bien et le mal. Il n'existe pas de magicien blanc ni de magicien noir. L'homme Obeah pratique les deux formes de sorcellerie en fonction de chaque situation. L'éventail de ses pouvoirs est donc beaucoup plus large que s'il se limitait à l'une ou l'autre des formes de magie.

Croyances et pratiques

Pratique de l'obeah
Les pratiques de l'Obeah démontrent la plupart des aspects de la religiosité afro-antillaise tels que la vénération des ancêtres, l'esprit de possession, le sacrifice animal, et la divination, mais il ne dispose pas d'un système complexe de liturgie organisée et de rituel. Les praticiens de l'Obeah sont soupçonnés d'être né avec ce don et des pouvoirs spéciaux qui sont transmis de génération en génération. Parfois, ils subissent une conversion miraculeuse qui leur confère les pouvoirs de l'Obeah. Une fois que le don d'Obeah a été identifié, la personne passe habituellement du temps comme apprenti d'un homme ou d'une femme Obeah expérimenté afin d'apprendre les ficelles du métier. Un professionnel de l'Obeah est habituellement recherché par quelqu'un qui veut accomplir un changement dans sa vie, et le succès de l'homme Obeah est « directement liée à la réputation qu'il a établi en tant qu'herboriste, à ses compétences en tant qu'auditeur, et à sa capacité à atteindre les résultats escomptés ».

Depuis très longtemps, l'Obeah a été une pratique interdite dans les Antilles britanniques. Sa pratique est donc basée sur une démarche individuelle. Et même si un praticien Obeah peut chanter, danser ou entrer en transe dans le traitement d'un client particulier, la pratique ne présente aucune ressemblance avec les rituels complexes de possession et d'invocation des esprits à travers la musique et la danse caractéristique des autres pratiques créoles dérivées des rites africains. Le client peut rechercher l'Homme Obeah pour lancer des sorts ou des charmes qui aident les relations amoureuses, ou encore pour des opérations aussi variées que celles d'échapper à des problèmes juridiques ou avoir de la chance au jeu. L'homme ou la femme Obeah effectue une consultation avec le client, puis recommande une solution pour son problème. Par exemple, cette solution peut consister à prendre des bains, faire des massages, ou en certaines prescriptions de guérison qui peuvent être appliquées à des maladies physiques. L'homme Obeah procure à ses clients des sachets d'herbe ou des fioles de substances diverses, de la terre, des animaux, ou des fragments corporels humains (cheveux, rognures d'ongles, sang et autres fluides corporels). Des vêtements placés dans des endroits stratégiques ou portés sur le corps sont recommandés pour d'autres types de problèmes. Ainsi, la fonction sociale primaire d'un homme ou d'une femme Obeah est celui de guérisseur.

À ce titre, comme guérisseur, les hommes et les femmes Obeah sont souvent appelés à fournir une protection contre un certain nombre d'esprits qui habitent le monde des vivants. Les objets fétiches, par exemple, sont des objets inanimés qui sont censés avoir des pouvoirs spéciaux et sont portés pour la protection ou sont destinés à être vénéré. Ils sont souvent faits de parties du corps humain ou des parties d'un corps animal, de morceaux de vêtements, de souillure et de saleté, les cheveux étant un matériau particulièrement puissant pour un objet fétiche. Les objets fétiches ainsi que d'autres matériaux de protection sont utilisés pour conjurer les duppies, ou les ombres des hommes et des femmes qui sont abandonnées. Les duppies ne sont pas l'âme d'une personne, qui passe dans l'au-delà, mais sont plutôt des ombres qui peuvent habiter des endroits spécifiques. Afin de se protéger contre les duppies, l'homme Obeah prescrit de nombreux rituels afin que le duppy ne cause pas de mal. Par exemple, pour empêcher le retour d'un duppy, les pois rouges ou drageons de bananes sont plantés sur la tombe d'une personne décédée. De même, le praticien en Obeah peut être appelé à protéger une personne contre la vieille Higue (Hige). Il s'agit d'une vieille femme qui suce le souffle des bébés, qui meurent par la suite. Les vieilles Higes pourrait être détruites si quelqu'un leur brûle ou endommage leur peau afin qu'elles ne puissent pas revenir. Comme l'affirment Moore et Johnson, l'homme Obeah protége les gens de la vieille Hige, qui est l'une des tragédies qui se produit dans la vie de tous les jours des hommes et des femmes des Caraïbes.

En 1787 , une lettre adressée à un journal anglais parle de « femmes Obiu » interprétant les souhaits des morts à l'enterrement d'un esclave assassiné en Jamaïque : une note explique que le terme signifie « sage-femme ».

Une source continue d'anxiété liée à l'Obeah était la croyance que les pratiquants étaient experts dans l'utilisation des poisons, comme mentionné par Matthew Lewis dans son « Journal d'un logeur des Indes Occidentales ». Une loi anti-Obeah est passé à la Barbade en 1818 spécifiant que la possession de « tout poison, ou toute substance nocive ou destructrice » était interdite. Un médecin qui a examiné la poitrine d'un homme Obeah arrêté en Jamaïque en 1866 a identifié sur lui l'arsenic blanc comme l'une des poudres qu'il contenait, mais n'a pas pu identifier les autres. Le correspondant anonyme a affirmé avoir signalé que la Jamaïque comprend une flore étendue qui comporte beaucoup de plantes au jus très toxiques, dont les hommes Obeah ont une parfaite connaissance.