Les objets fétiches

D'après certains érudits, « fétiche » proviendrait du portugais « Fetisso » qui signifie « chose fée », enchantée, divine ou rendant des oracles.

Ces Fétiches divins ne sont autre chose que le premier objet matériel qu’il plait à chaque individu de choisir et de faire consacrer en cérémonie par des Prêtres. Ce sont ni plus ni moins des objets auxquels on accorde une importance toute particulière car ils évoquent quelque chose pour nous. Ce sont « des choses douées d’une vertu divine ». Par là on peut les assimiler à un lien matériel avec notre ange gardien. Ce sont des oracles car il leur arrive de prédire ou d'avoir un pouvoir sur les choix de nos actions. Les objets fétiches peuvent être des amulettes ou des talismans mais rien n'empêche que ce soit autre chose d'autre qui nous tient à cœur.

Au final, les fétiches sont de puissants préservatifs contre toute sorte d'accidents. A ce titre on peut les assimiler à des porte-bonheurs. Pour une nation, ça peut ensuite devenir un emblème. C'est le cas notamment de l'Irlande avec la feuille de trèfle, l'Écosse avec le chardon, l'Angleterre avec la rose Tudor et la France avec le coq.

Le fétichisme

Le fétichisme, par dérivation, implique qu'une personne ait un goût prononcé ou un besoin frénétique d'un objet particulier ou d'une activité qui lui donne du plaisir, et en particulier le plaisir sexuel, et de l'excitation.

Mais cette définition est bien étroite et ne prend pas en considération la réalité des objets fétiches au sens large. En se tournant vers les religions, on peut en effet trouver différentes sortes de fétichisme qui n'ont pourtant rien à voir avec un quelconque plaisir sexuel. Ce ne peut être que des esprits étroits de personnes frustrées sexuellement qui rapportent toujours tout au sexe dès qu'il s'agit de quelque chose qui sort des normes établies.

En élargissant le concept et en étant réceptif à tout ce qui nous entoure, sans aucun préjugé, on peut en effet en arriver à la conclusion que le fétichisme puisse être un système religieux à part entière consistant à faire de divers objets naturels, ou façonnés par l'homme, les signes efficaces de puissances supra-humaines et à les utiliser dans des pratiques rituelles relatives au culte.

En étendant encore un peu plus cette notion hors du carcan religieux nous pouvons donc admettre que le fétichisme consiste à faire de divers objets naturels ou fabriqués des signes efficaces de puissance. Ils seront utilisés dans des pratiques de magie.

Voilà ce qu'il fallait démontrer. Mais les plus coincés d'entre vous, ceux qui ont un véritable problème avec le sexe, assimilerons bien vite les « pratiques de magie » à des pratiques de magie rouge ou des rituels de magie sexuelle comme on en rencontre parfois en magie noire. Laissons donc ces gens là se muscler le poignet ou jouer avec leurs doigts et revenons à notre sujet principal qui est le fétichisme.

Les idoles

Jusqu'à présent nous avons parlé de simple objets. Les fétichistes éprouvent de l'attachement sans limite ou un respect exagéré pour ces objets. Nous assistons alors à une dérive qui conduit vers des choses telles que l'animisme ou le totémisme. Le fétichisme est aujourd'hui à peu près la seule Religion des peuples idolâtres de l'Afrique.

Un totem est en quelque sorte un objet fétiche d'une hauteur importante. C'est presque une statue à la différence près que le totem ne représente pas forcément un humain ou un dieu. Certains totems ne sont que des troncs d'arbre gravés et décorés. Ce qu'ils représentent est spirituel et non visuel.

Mais chez certaines peuplades les totems peuvent être ridiculement petits jusqu'à tenir dans le creux de la main. Ca n'en reste pas moins des totems pour ceux qui les vénèrent. Le principe d'un totem n'est pas d'être grand mais d'être dressé.

Outre les totems, il peut exister une foule d'objets fétiches qui sont adorés par des populations entières de fidèles. Quand ces objets n'ont plus rien de personnel, qu'ils ne représente pas un emblème et ne sont pas non plus un totem, on les appelle tout simplement des idoles.

Et qui dit « idole » pense forcément adoration et idolâtrie.

Les gens sont prêts à entreprendre de longs et périlleux pèlerinages juste pour voir ou toucher leur idole et se prosterner devant un simple objet ; mais pas n'importe quel objet : un objet fétiche.