Le Kitab al-Nawamis, le Livre des Lois de Platon

Kitab al-Nawamis (illustration non reelle)
Dans la magie Arabe il n'y a pas de distinction entre la magie blanche et la magie noire. La magie c'est de la magie quelle qu'elle soit. Mais cette magie arabe est intimement liée à la religion et aux traditions musulmanes.

Il existe un ouvrage de référence de cette tradition magique médiévale de l'Islam. Il s'agit du Livre des Secrets Sacrés, appelé le Kitab al-Nawamis en langue arabe. Il s'agit d'un ouvrage du IX° siècle qui nous est malheureusement parvenu de manière très fragmentaire. Mais de tous les livres de magie arabe c'est sans doute celui qui est le plus étudié.
 

Le Livre des Secrets Sacrés

Fabrication d'homonculus
Ce livre des Secrets Sacrés se présente aujourd'hui sous la forme de seulement trois chapitres originaux qui ont pu être sauvegardés des attaques du temps. Il existe cependant une traduction latine du XII° siècle, effectuée en Espagne, que nous connaissons sous le nom de Aneguemis Liber (« Livre des Lois  »), ou celui de Liber Vaccae (« Le Livre de la Vache  ») ou encore de Activarum Liber Institutionum. Il s'agirait d'un des grimoires connus les plus anciens et aurait servi de source d'inspiration pour de nombreux traités et grimoires d'Alchimie.

Le Kitâb an-Nawamis était censé être la traduction en arabe, attribuée à Hunayn ibn Ishaq, d'un texte hellénistique écrit par le philosophe Platon. C'est pour cette raison que le Kitâb an-Nawamis est également appelé le « Livre des Lois de Platon  ». Mais il n'a en réalité aucun rapport avec le philosophe grec et il semblerait que cette relation n'ait été inventée de toutes pièces par les traducteurs espagnols dans le seul but de se donner autorité à travailler sur la traduction du grimoire arabe.

La traduction en latin d'un ouvrage tel que le Kitab an-Nawamis était un travail colossal et très complexe. La recherche de concepts occidentaux et des mots équivalents à la réalité arabe du Moyen-Âge n'a pas toujours été entreprise avec succès si bien qu'il en résulte des paragraphes ambigus.

L'alchimie et les rituels magiques

Grimoire de magie Arabe
Grimoire de magie Arabe
Le Aneguemis Liber est divisé en deux parties : maior liber (« Le grand livre  ») et mineur liber (« Le petit livre  »).

Le grand livre insiste sur les recettes de magie pour acquérir des pouvoirs (invisibilité, divination, pouvoirs surnaturels, transformation, etc.) et sur la création artificielle d'entités vivantes hybrides, des homoncules (homonculus). Il définit les origines des rêves et traite de sujets expliquant comment fonctionne la magie en tandem avec sa sœur jumelle, la magie astrale du Picatrix.

Le Liber Vaccae tient son surnom ( "Livre de la Vache" ) du fait qu'il met en évidence des rituels magiques qui mettent en scène l'abattage sacrificiel d'une vache, accompagné de mutilations et l'utilisation de substances, y compris des préparations minérales, des fluides corporels (tels que le sperme et le sang) et le reste de corps d'hommes et d'animaux. Il décrit l'utilisation de récipients en verre et en métal dans un laboratoire magique. Le but de ces rituels est de créer des abeilles ou une entité humanoïde, un homonculus.

Suite à la découverte récente de nouveaux documents, une traduction du Livre de la Vache est en cours.

Une autre expérience permet de faire venir la pluie, grâce à un chien que l'on fait dévorer par un corbeau qui sera ensuite cuit. Les vapeurs qui s'en dégagent feront venir la pluie. On baigne en plein dans l'alchimie. Certains diront même qu'on baigne en plein délire.

Le « petit livre », quant à lui, traite de la question de la création d'illusions et d'artefacts optiques et, pour y parvenir, de prestidigitation.

Il est probable que l'Aneguemis Liber ait aussi été appelé De proprietatibus membrorum animalium (« Sur les propriétés des membres des animaux  »), à en juger par les paroles d'expériences similaires dans les écrits médiévaux ; bien qu'il est possible que ce dernier soit un ouvrage différent sur la même thématique. Nous n'en savons rien aujourd'hui.
 

La recette de la création d'homoncules

Humunculus dans un vase - Expérience d'alchimie
Homonculus dans un vase d'alchimie

homunculi


Ingrédients :


• sperme du magicien
• pierre solaire (un élixir phosphorescent mystique)
• sang animal
• une vache ou une brebis
• du soufre
• de la magnésie
• tutia vert (un sulfate de fer)
• un grand verre ou un récipient en plomb

Préparation :


1. Mélanger le sperme et la pierre solaire et inséminer la vache ou la brebis.
2. Farcir soigneusement le vagin de l'animal avec la pierre solaire.
3. Recouvrir les organes génitaux de l'animal avec le sang d'un autre animal.
4. Placez l'animal inséminé artificiellement dans une maison sombre où le soleil ne brille jamais.
5. Nourrir la vache ou la brebis exclusivement avec le sang d'un autre animal.
6. Préparer une poudre avec la pierre solaire, le soufre, la magnésie et le tutia vert.
7. Remuer avec la sève d'un saule blanc.

À ce stade, le texte indique que la vache ou la brebis devraient donner naissance et la « substance informe » résultante doit être placée dans la poudre que vous venez de préparer – ce qui provoquera la croissance d'une peau humaine sur cet être amorphe.

Ensuite, maintenir l'homoncule nouveau-né dans un grand récipient en verre ou en plomb pendant trois jours. La créature deviendra folle et sera affamée après cette période, de sorte que vous pourrez ensuite la nourrir avec le sang de sa mère décapitée pendant sept jours. Pendant ce temps, elle devrait se développer en un minuscule humanoïde grotesque avec un fragment d'âme humaine.

Maintenant que c'est fait, ça sert à quoi ?
Eh bien, il se trouve que l'homonculus a beaucoup d'utilisations pour un sorcier médiéval :

Si elle est placée sur un drap blanc, avec un miroir dans ses mains, et aspergée avec un mélange de sang et d'autres souillures d'origine humaine, la pleine lune apparaît le dernier jour du mois.
Si l'homoncule est décapitée, et son sang donné à boire à un homme, ce dernier va prendre la forme d'un bovin ou d'un mouton ; mais s'il est oint avec lui, il aura la forme d'un singe.
Si l'homonculus est alimentée pendant quarante jours dans une maison sombre, avec un régime de sang et de lait, puis que ses tripes sont extraites de son ventre et frottées sur les mains et les pieds de quelqu'un, ce dernier peut marcher sur l'eau ou voyager à travers le monde en un clignement d'œil (téléportation).
Maintenue en vie pendant un an, puis placée dans un bain de lait et d'eau de pluie, il va prédire des choses qui arriveront dans le futur.

S'il vous plait, ne pas essayer à la maison.
 

Transformer une vache morte en abeilles

Bougonie
L'ouvrage traite d'une quatrième expérience : celle de la génération spontanée d'un essaim d'abeilles à partir du cadavre d'une vache morte décapitée.

Cela implique d'enfermer le cadavre dans une maison sombre avec quatorze fenêtres fermées sur l'Est, le blocage de tous ses orifices du corps après avoir recollé la tête, de la frapper avec le pénis d'un grand chien, extraire la chair du cadavre, la broyage avec un mélange d'une certaine herbe, et de laisser ce mélange dans un coin de la maison, jusqu'à ce qu'il se transforme en vers.

Il s'agit tout simplement de la technique de la bougonie, telle qu'on la trouve chez Démocrite, Magon et Virgile. Columelle écrivit :

Magon affirme même que l'on peut obtenir le même résultat avec les entrailles (ventribus) des animaux
 
(XIV, 6).

Et c'est du ventre des victimes (« de leurs flans écartés ») que, dans la description de Virgile, s'envole l'essaim nouveau. Les viscères sont sans doute le lieu où se produit le plus vite la putréfaction source de vie.

Au livre IV des Géorgiques de Virgile, il est question de la détresse des apiculteurs face à la brusque disparition de leurs abeilles et on apprend qu’un « maître arcadien » a découvert le moyen de faire renaître un essaim. On est transporté en Égypte, pour la description détaillée d’une procédure qui paraît fréquente en cette contrée exotique.

A l'époque, il était largement admis que les humains pourraient imiter et manipuler les processus de reproduction naturels - surtout quand il s'agissait d'organismes simples comme les abeilles. A cette époque, la génération spontanée semblait une explication raisonnable pour expliquer la présence d'asticots dans votre viande.

Ces idées nous paraissent folles de nos jours, mais à cette époque, nos ancêtres croyaient en cela. Et d'ailleurs ne continuons nous pas à nous lancer dans les expériences de manipulation génétique et de clonage humain ? Finalement le monde n'a pas beaucoup changé depuis l'écriture du Kitab al-Nawamis, il s'est seulement un peu modernisé en ce qui concerne les moyens et les procédés, mais les idées restent les mêmes.


En complément :



Les expériences Russes : les Russes ont essayé de fabriquer des humunculus dans leur cuisine



Lire la suite ...   
Retour à la catégorie : Sorcellerie arabe



Cet article a été récemment mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.