Le Necronomicon

Necronomicon
Le nom original du Necronomicon est « Al Azif ». Azif est l'expression utilisée par les arabes pour désigner les sons nocturnes étranges, en fait dus aux insectes, qui étaient censés être le hurlement des démons. L'auteur du livre est Abdul Alhazred, un poète fou de Sanaa, la capitale du Yémen, qui a vécu, pense-t-on, à l'époque des califes Ommiadi au VIIIe siècle après Jésus-Christ.

On dit qu'il a fait de nombreux pèlerinages mystérieux, y compris dans les ruines de Babylone et les catacombes secrètes de Memphis. Il est resté dix ans dans la solitude complète dans le désert du sud de Raba El Khaliyeh, appelé « l'espace vide » par les anciens Arabes, ou Dhana, ou encore le « désert pourpre » d'aujourd'hui. Ce désert est considéré comme la maison des mauvais esprits et des monstres mortels. Il serait peuplé de djinns. De ce désert, ceux qui disent l'avoir traversé racontent de nombreuses histoires étranges et incroyables. On y rencontre des ghoules et d’autres monstres surnaturels.
 
 

La mort mystérieuse de Alhazred

Illustration du Necronomicon
Dans les dernières années de la vie, Alhazred a vécu à Damas. Il est mort en 738 après JC. Des détails terribles et contradictoires sont racontés au sujet de sa mort. Selon Ibn Khallikan, biographe du XIIe siècle, Alhazred, a été saisi en plein jour par une entité invisible et dévorée devant un grand nombre de témoins figés de terreur. Même la folie de Alhazred fait l'objet de beaucoup d'histoires : il raconte avoir visité la fabuleuse Irem, la Ville des Mille Colonnes, et trouvé dans les ruines d'un village sans nom du désert un dossier où des nouvelles racontant les extraordinaires secrets d'une race plus ancienne que l'humanité. Était-ce la race des Anunnaki, ce peuple venant de l’espace ?

Alhazred n'a pas suivi la religion musulmane, mais il a adoré des entités inconnues nommées Yog-Sothoth et Cthulhu (et probablement aussi Shub-Niggurath).

Alhazred est l’auteur d’un livre mystérieux appelé Kitab Al Azif (« Livre du musicien »).

La traduction du Necronomicon

Illustration traduction grecque du Necronomicon
Vers l'an 950, Al Azif, qui avait été largement répandu, bien que secrètement, parmi les philosophes de l'époque, a été secrètement traduit en grec par l'érudit byzantin Teodoro Fileta, sous le titre Necronomicon, qui veut dire, littéralement : Livre des lois qui régissent les morts.

Pendant un siècle, il a favorisé des expériences inimaginables, jusqu'à ce qu'il soit supprimé et brûlé vers 1050 par l'évêque Michele, patriarche de Constantinople. Après cela, son nom n'a été murmuré qu’en secret. Mais à la fin du Moyen Âge (1228), le Danois Olaus Wormius fait une traduction latine basée sur la version grecque de Fileta. Cette traduction a vu la presse deux fois : une fois à la fin du XVe siècle, en caractères gothiques (évidemment en Allemagne), et une autre version au XVIIe (probablement en Espagne). Les deux éditions sont dépourvues de tout signe d'identification et ne peuvent être localisées dans le temps et l'espace que sur la base de considérations relatives au type d'impression.

L'œuvre, à la fois en latin et en grec, a été placée dans l'Index Expurgatorius depuis 1232 par le pape Grégoire IX, à qui l'on avait montré la traduction de Wormius. A l'époque, l'original arabe avait déjà été perdu, comme le montre la préface de la première version latine. Cependant une vague idée est répandue pour qu'une copie secrète serait apparue à San Francisco au XIX° siècle et aurait été détruite dans le célèbre incendie de 1906.

Des versions du Necronomicon ressurgissent

Necronomicon de John Dee
Il n'y avait plus de nouvelles de la version grecque – qui a été imprimée en Italie entre 1560 et 1570 – jusqu'au rapport de l'incendie d'un citoyen de Salem avec sa bibliothèque en 1692.

Une traduction anglaise a été écrite par le Dr John Dee vers 1580, mais jamais imprimée. Il n’en existe que quelques fragments tirés du manuscrit original.

Parmi les versions latines existant actuellement, une version du XVe siècle est conservée au British Museum, tandis qu'une autre (du XVIIe siècle) est conservée à la Bibliothèque Nationale de Paris. On pense qu'une copie est conservée dans les musées du Vatican. D'autres éditions du dix-septième siècle sont dans le catalogue de la bibliothèque de Widener Harvard, dans la bibliothèque de l'Université Miskatonic à Arkham et à l'Université de Buenos Aires. Cependant, il existe certainement de nombreux autres exemplaires de particuliers, et à cet égard la rumeur circule qu'un spécimen du texte gothique du XVe siècle fait partie de la collection privée d'un célèbre milliardaire américain.

Il semble aussi qu’un exemplaire se trouvait en possession de la famille Pickman de Boston. Elle serait une copie du texte grec imprimé en Italie au XVIe siècle. Elle a certainement disparu en même temps que le peintre R. U. Pickman, en 1926.

Il y a quelques années, en Suisse, on raconte qu’un éboueur trouve dans un bac à ordure un livre ancien. C’était une version originale d’une des premières impressions du Necronomicon. D’autres versions doivent secrètement exister en Suisse encore de nos jours.

Un livre interdit et censuré par toutes les religions

Illustration du Necronomicon
Le livre est placé sur l'index par toutes les religions du monde. Sa lecture détermine des conséquences terribles et, finalement, la folie. On dit que c'est seulement à partir de vagues nouvelles sur ce travail (dont une très petite partie de la population a conscience de l'existence) que l'écrivain R. W. Chambers a puisé l'inspiration pour son célèbre roman The King in Yellow, dont le dénominateur commun est un livre initiatique dont la lecture provoque la folie.

D'autres pensent que le Necronomicon, le Livre des Morts écrit par l'Arabe fou Abdul Alhazred, est l'une des « blagues littéraires » les plus réussies dans l'histoire de la littérature. En fait, même s'il n'existe pas, il est encore plus vivant que jamais.

Vers 1927, Lovecraft a écrit (non avec l'intention de publication, mais comme une blague au profit de ses amis et de certains de ses correspondants étrangers) une brève « histoire éditoriale » du Necronomicon, qui s’est immédiatement répandue parmi les fans de littérature fantastique et qui a connu une renommée bien au-delà des intentions de son auteur.

La version de Lovecraft du texte maudit

Lovecraft
Howard Phillips Lovecraft
Suite à la diffusion de ce document, de nombreux écrivains et les fans du fantastique ont contribué à la naissance de la « Légende du Necronomicon », par des références, des citations et, comme dans le cas de Colin Wilson, des livres présentés comme des extraits de la version anglaise du Necronomicon.

En vain, Lovecraft se débattait pour expliquer dans une lettre que son auteur fou n'existait pas, qu’il était juste le fruit de son imagination. La majorité des lecteurs on pensé (et, apparemment, y croient encore) à l'existence réelle du texte maudit.

Lovecraft a inspiré de nombreux auteurs et pas uniquement des écrivains. Le peintre suisse H.R. Giger a publié un recueil de peintures intitulé « Necronomicon ». C'est après avoir pris connaissance de cet ouvrage que Ridley Scott a contacté l'artiste et lui a confié le design original des décors et de la créature extra-terrestres de son film Alien – Le huitième passager.

En conclusion, actuellement le Necronomicon – livre imaginaire né de l'esprit de Lovecraft – est une œuvre dont l'existence est, pour beaucoup, réelle et très ancienne. Avec le même titre, de nombreux personnages nécromantiques ont été publiés en plusieurs langues, tandis que diverses écoles ésotériques évoquent Cthulhu, Yog-Sothoth, Shub-Niggurath et ses compagnons, employant toutes sortes de rituels.

En effet, comme l'a prétendu Paracelse, la fantaisie est l'ingrédient principal de toute opération magique.



Lire la suite ...   
Retour à la catégorie : La magie islamique



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 28 Janvier 2019, il y a moins d'un an.