Les degrés de l’extase

Image de Les degrés de l’extase
L'extase, quelle que soit la cause qui la produit, a plusieurs degrés :

1er degré

Le premier degré d’extase est purement léthargique. Le corps a perdu momentanément toute faculté et toute sensibilité. C'est l'état des épileptiques et de ceux qui ont aspiré le chloroforme. Si l'accident léthargique se reproduit fréquemment, à court intervalle, et surtout avec intention, l'extase s'élève d'un degré.

2ème degré

Dans le second degré d’extase, les facultés sensitives sont toujours aliénées, mais la faculté de communication se développe : l'extatique entre en rapport avec un interlocuteur qui le touche. C’est l’état du somniloque (celui qui parle en dormant) et des sujets des magnétiseurs à leur début.


3ème degré

Au troisième degré, l'extatique a des visions, et il peut en rendre compte à son interlocuteur : c'est l'état de clairvoyance des magnétisés, des malades dans le délire de la fièvre, de ceux qui se sont intoxiqués avec le hachisch, l'opium, la belladone, le solanum et autres substances, ou l'état de certaines ivresses produites par le vin ou le tabac.

Degrés élevés

A un degré plus élevé, l'intuition de l'Âme est plus ferme, et elle entre en rapport immédiat avec le monde intellectuel. Elle connaît la pensée d'autrui, voit ce qui se passe en des lieux éloignés, comprend les langues qu'elle n'a pas apprises, et se sert de ses sens, quoique en état léthargique, pour parler et agir. Mais souvent on rencontre des troubles dans les facultés, et elles semblent déplacées.

Ici la voie se sépare en deux directions opposées, dont l'une mène à Dieu et l'autre à Satan.

Si l'extase s'élève encore d'un degré, alors il y a ravissement, et le corps, affranchi des lois de la gravitation et de la mécanique, s'élève dans l'air et y demeure, se déplace sans agir, à la manière d'une feuille légère, mais régulièrement et selon la volonté de l'âme.


Lire la suite ...