Les services vaudou et les transes

Image de Les services vaudou et les transes
Les services sont entièrement participatifs. Non seulement le houngan et le mambo y participent, mais presque tous les adeptes présents.

Parmi les participants on peut compter un maître de cérémonie (La Place) qui est souvent présent ; un hounganikon qui dirige la musique et le mouvement ; les Hounsi (femmes seulement) qui servent des dames. Elles sont habituellement vêtues de blanc.

La possession vaudou

Les personnes qui assistent au service sont presque tous des participants actifs et la plupart peuvent être « possédés » par un loa. Dans la plupart des services, des personnes entrent en transe et sont possédées. Autrement dit, les loa viennent prendre le corps d'une personne pendant un certain temps. Quand le loa vient, la personne est partie (on ne sait pas où va la personne). Le corps est le corps de la personne, mais c'est vraiment le loa qui est à l’intérieur du corps. Si un homme loa entre en possession d’une personne féminine, il est appelé « il », pas « elle », pendant la possession.


Les sacrifices vaudou

Presque tous les services vaudou sont accompagnés de sacrifices d'animaux. En tuant l'animal, on libère la vie. Les loa sont épuisés par la tâche de diriger l'univers. Ainsi ils peuvent recevoir cette vie sacrifiée et sont rajeunis. Ils sont généralement très heureux à ce sujet.

Le vaudou a souvent été accusé de cannibalisme, en particulier dans certains livres américains tristement célèbres publiés pendant l'Occupation. On peut affirmer catégoriquement que le sacrifice humain n'est pas et n'a jamais fait partie du vaudou haïtien. Le ou les deux cas documentés de cannibalisme doivent être considérés comme des aberrations non inspirées du vaudou.


Lire la suite ...