Les dieux vaudou

Les dieux vaudou
Le vaudou haïtien, la religion dominante du pays d'Haïti, est une religion pure et simple. C'est une religion tout comme le christianisme, le judaïsme, l'islam ou l'hindouisme. Pourtant, elle est souvent traitée non comme une religion mais comme une magie noire, une superstition, voire la cause de la misère d'Haïti.

Le vaudou est avant tout une religion. Beaucoup de pratiques et de descriptions de la croyance Vaudou peuvent nous sembler superstitieuses au premier abord, mais alors, imaginez qu’on expose les croyances du Christianisme aux gens qui ne savent rien à ce sujet. Parlez-leur de la trinité ou de la résurrection, ou de la présence de Jésus dans l'eucharistie. Toutes ces pratiques auxquelles les chrétiens très intelligents croient pleinement ne sembleraient pas moins superstitieuses à quelqu'un qui n'est pas familier avec le christianisme.

A Haïti, le vaudou est pris très au sérieux non seulement par les paysans illettrés, mais de nombreux membres intelligents et érudits de la société haïtienne croient aussi sincèrement dans le vaudou que les professeurs de théologie allemande dans leur christianisme. En aucun cas, on ne s'attend à ce que vous croyiez au vaudou; pas plus qu’on ne s'attendrait à ce que vous vous convertissiez à l'Islam après avoir lu un article sur cette religion. Mais reconnaissez seulement que c'est une religion aussi vraie que les grandes religions du monde.

Les concepts de base pour apprendre le vaudou

Pour apprendre le vaudou il faut commencer par les bases. Dans la religion vaudou il y a un Dieu, Bondye ou Gran Met. Ce Dieu est très semblable au Dieu de l'Islam, du Judaïsme et du Christianisme. Il n'y a qu'un seul Dieu. Cependant, il existe une multitude d'esprits ou de divinités appelés loa qui agissent comme intermédiaires entre les humains et Dieu, des messagers. Mais les loas, contrairement aux anges ou aux diables chrétiens, ont des pouvoirs significatifs relativement indépendants de Dieu, et incarnent à la fois des forces positives et négatives dans le même loa. On pourrait presque les comparer aux djinns de l’Islam.

Les loa ne sont qu’une des trois catégories importantes d'autres êtres spirituels en dehors de dieu :
Les loa
Ce sont les divers esprits des membres de la famille; les esprits des forces majeures de l'univers – le bien, le mal, la reproduction, la santé, tous les aspects de la vie quotidienne.
Les loa interagissent avec les gens de la terre.
Ils « possèdent » des gens de temps en temps pendant les cérémonies religieuses et ils donnent des messages, et même provoquent diverses choses bonnes et mauvaises qui arrivent aux gens.
Les jumeaux
C’est un ensemble curieux et assez mystérieux de forces contradictoires : le bien et le mal, le bonheur et la tristesse, etc. Si on les honore de temps en temps dans les services religieux, ils auront tendance à vous aider à avoir le meilleur côté de la vie.
Les morts
Principalement les âmes des membres de la famille qui sont décédés mais qui n'ont pas encore été « récupérés » par la famille, les esprits des ancêtres. Les morts ignorés d’une famille sont dangereux. Honorés et soignés, les morts de la famille sont utiles.

L'aspect central et clé du vaudoo est de guérir les gens de la maladie. De telles activités de guérison constituent probablement 60% de toute l'activité vaudou. Les guérisseurs utilisent des herbes, guérissent la foi (avec l'aide des Loa et d'autres esprits) et, aujourd'hui, même avec la médecine occidentale !

Dans la culture vaudou, les humains ont deux esprits et un corps :
ti-bon-ange (petit bon ange). Ceci est similaire à la conscience dans la compréhension occidentale des gens.
gros-bon-ange (grand bon ange). Ceci est semblable à l'âme dans les théories occidentales de la personne, sauf que l'âme est beaucoup plus séparée de la personne qu'une âme occidentale. Par exemple, quand la personne se présente devant Dieu pour le jugement, c'est le gros-bon-ange qui présente « la personne » à Dieu et expose le cas de la personne.

La personne est immortelle à travers le gwo-bon-ange qui peut, avec le temps, fusionner avec le loa lui-même.

Les prêtres et les prêtresses vaudou

Le sacerdoce du vaudou contient à la fois des hommes (houngan) et des femmes (mambo). Leurs fonctions sont :
la guérison.
effectuer des cérémonies religieuses pour appeler ou pacifier les esprits.
organiser des initiations pour de nouveaux prêtres (service kanzo et prendre l'ason).
prédire l'avenir et interpréter les rêves.
lancer des sorts et créer des protections.
créer des potions à des fins diverses (des sorts d'amour aux sorts de mort).

Pour n'importe laquelle de leurs actions ils peuvent recevoir des dédommagements, mais pas trop. Cela diffère d'un houngan et d'un mambo à l'autre. (Notez que c’est similaire aux frais payés aux rabbins, aux mollahs, aux prêtres et aux brahmanes.)

Il y a peu de contrôle hiérarchique et chaque houngan, mambo et bokor (pratiquants de magie noire et de sorcellerie) opère dans une indépendance relative. L'unité surprenante qui marque le vaudou est causée par la manière dont il s'est développé et non par le contrôle hiérarchique. Il n'y a pas de hauts fonctionnaires et pas d'organe directeur central.

Une autre caractéristique centrale du vaudou est le « service », les rites religieux de la religion. Ceux-ci se tiennent généralement à l'extérieur, sous un toit de fortune et autour du « poto mitan », le pôle central. Un houngan ou un mambo les dirige presque toujours.

Les tambours sont largement utilisés pour fournir de la musique et la danse est absolument essentielle à l'ensemble du service. Le tanbu (tambour africain) est la réalité centrale du service religieux. Il y a généralement trois batteurs battant trois tambours de tailles différentes, le papa, le manma et le petit. De plus, il y a le plus grand et plus rare tambour de 5 ou 6 pieds de haut qui est joué à partir d'une plate-forme.

Les services vaudou et les transes

Les services sont entièrement participatifs. Non seulement le houngan et le mambo y participent, mais presque tous les adeptes présents.

Parmi les participants on peut compter un maître de cérémonie (La Place) qui est souvent présent ; un hounganikon qui dirige la musique et le mouvement ; les Hounsi (femmes seulement) qui servent des dames. Elles sont habituellement vêtues de blanc.

Les personnes qui assistent au service sont presque tous des participants actifs et la plupart peuvent être « possédés » par un loa. Dans la plupart des services, des personnes entrent en transe et sont possédées. Autrement dit, les loa viennent prendre le corps d'une personne pendant un certain temps. Quand le loa vient, la personne est partie (on ne sait pas où va la personne). Le corps est le corps de la personne, mais c'est vraiment le loa qui est à l’intérieur du corps. Si un homme loa entre en possession d’une personne féminine, il est appelé « il », pas « elle », pendant la possession.

Presque tous les services vaudou sont accompagnés de sacrifices d'animaux. En tuant l'animal, on libère la vie. Les loa sont épuisés par la tâche de diriger l'univers. Ainsi ils peuvent recevoir cette vie sacrifiée et sont rajeunis. Ils sont généralement très heureux à ce sujet.

Le vaudou a souvent été accusé de cannibalisme, en particulier dans certains livres américains tristement célèbres publiés pendant l'Occupation. On peut affirmer catégoriquement que le sacrifice humain n'est pas et n'a jamais fait partie du vaudou haïtien. Le ou les deux cas documentés de cannibalisme doivent être considérés comme des aberrations non inspirées du vaudou.

Les loa

Les Loa sont des divinités de l'ancienne Afrique de l'Ouest, transplantées par l'esclavage dans les Caraïbes et en Amérique du Nord et du Sud. Ils constituent le plus mélangé des panthéons en termes d'âge. Des dieux âgés de seulement quelques centaines d'années cohabitent avec des dieux qui ont marché sur la terre il y a des millénaires. D'autres dieux peuvent se moquer des Loa en tant que simples esprits élevés au-dessus de leur rang et de leur position, mais leur puissance et leur autorité réelles correspondent certainement à celles de leurs détracteurs. Une grande partie de la moquerie contre eux, par conséquent, est sociale plutôt que métaphysique.

De tous les panthéons, les Loa se souviennent de leurs origines en tant que scions. Ils ont tendance à traiter leur progéniture avec respect et honneur. En effet, les divinités du vaudou semblent croire que leur panthéon n'a pas encore fini de grandir, et chaque dieu a un éventail d'esprits, de divinités mineures et de saints catholiques empruntés à invoquer comme messagers, alliés et compagnons pour leurs scions.

Comparaison avec le panthéon japonais

Le Loa forme un complément intéressant à l'Amatsukami. Là où le panthéon japonais travaille au profit de la totalité de la nature dans toute sa diversité, les Loa concentrent leur énergie sur le maintien de l'énergie et de la sainteté des lieux locaux. L'ensemble de la nature n'est pas aussi important que la totalité de l'ici-et-maintenant de la culture Loa.

Les Loa et les divinités vaudou sont des ardents croyants dans l'idée que le petit est beau. Une maison où les habitants vivent dans la paix, la prospérité et le bonheur est un bon et beau but pour le Loa. Un village ou une ville prospère est plus important que de sauver une île ou même le monde. Dans cette attention aux détails, le Loa se moque des plus grands panthéons. Pourquoi s'embêter à sauver le monde si les gens meurent et que leurs villes sont en ruines ? Quel est l’intérêt si vos temples sont esthétiquement agréable mais spirituellement mort ?

Un panthéon toujours en expansion

Parce que le panthéon est toujours en croissance, les dieux comptent sur une communauté active d’adorateurs qui les remplissent d'énergie spirituelle. En conséquence, les divinités vaudou souffrent d'un certain degré de myopie. Dans la poursuite de l'unité, de la prospérité et de la paix au niveau local, ils perdent parfois de vue des problèmes plus importants d’ordre universel.

Les principaux loa dans le panthéon vaudou

Papa Legba

Le gardien des portes. C’est un vieil homme qui est le gardien entre les deux mondes, le monde de la terre et le monde des Invisibles. Il est l'origine de la vie. Le soleil est l'un de ses symboles, mais il est aussi la source de la régénération et utilise le symbole du phallus.

Consulter la fiche de papa Legba

Kalfu (carrefour)

C’est l'homologue Petro de Legba. Il est l'esprit de la nuit, l'origine des ténèbres. La lune est son symbole. Il peut être apaisé, mais c'est un loa dangereux.

Consulter la fiche de Kalfu

Papa Ghede – Baron Samedi

Loa de la mort et de la résurrection. C’est un genre de clown. Très érotique et comique. Il est le seigneur de l'érotisme et toujours prêt à faire la fête. Sa femme est Maman Brigitte.

Dumballah ou Damballa

Damballa est la figure du père. Il est le dieu serpent. La source de paix et de tranquillité. L'œuf lui est offert quand il vient posséder une personne. Il est très aimé et recherché. Sa femme Aïda-wedo l'accompagne.

Consulter la fiche de Damballa

Agwe

Le souverain des mers. Surtout honoré, comme on pourrait s'y attendre, par les gens qui vivent près de la mer. On lui offre des agneaux en sacrifice, amenés dans une barque jusqu’en pleine mer.

Ogoun

Le guerrier. Aujourd'hui aussi, la force de la politique. Il est violent.


Erzulie

La mère de la terre. Esprit de la déesse de l'amour. La muse de la beauté. Elle est fortement identifié à la Vierge Marie. Son apparence (quand elle entre en possession de quelqu'un) est celle d'un nettoyage, d'un habillage, d'une nourriture délicate mangée avec soin. Elle peut lire l'avenir dans les rêves. C’est un loa très aimé.

Qui est vraiment Erzulie la déesse de l'amour ?

Shango

Il est le dieu du tonnerre dans le panthéon vaudou.

Le Baron Samedi

Dans la culture vaudou on trouve les barons : Le Baron Cimitière, le Baron La Croix, le Baron Kriminel, l’Oncle Squelette, etc.

Le baron Samedi voudrait vous faire croire qu'il a passé un samedi soir ivre dans un bar des Enfers, buvant avec Jésus sous la table à grands coups de rhum. Ensuite, il vous sourit comme un toxicomane au milieu d'une surdose de mescaline, et vous vous demandez qui a vraiment pris de la drogue. Portant des lunettes de soleil, une chemise noire élégante ou une chemise blanche et un manteau à queue de pie, des bijoux en argent et un haut-de-forme, le Baron Samedi aime divertir les enfants et effrayer les adultes. Dans la légende, il se dirige vers les dictateurs et leur dit de mettre leurs affaires en ordre. Il se promène dans les boîtes de nuit partout, mettant le sida sur la pointe de chaque aiguille.

De tous les dieux, seul le baron Samedi ne se déguise jamais. Il est toujours le seigneur du samedi, toujours habillé pour la fête, toujours prêt à vivre la non-vie au maximum. Son entourage, les ghede morts, qui sont les fantômes et les zombies et ses ancêtres vénérés, traînent dans son sillage comme les groupies d'une rock star ou l'entourage d'une célébrité hollywoodienne. C'est, bien sûr, ce qu'est en réalité le Baron : la star notoire du boys-band le plus dangereux et le plus psychotique qui ait jamais rôdé dans la salle de concert qu'est le Monde.

Pouvoirs associés : Charisme épique, maître des ténèbres, maître de la Mort, de la Terre, de la Santé

En savoir plus sur le Baron Samedi


Lire la suite ...   


Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 10 Juin 2018, il y a moins d'un an.