Le génome humain

La symétrie bilatérale

Symétrie bilatérale - Harmonia Rosales
Œuvre d'art de l'artiste cubaine Harmonia Rosales
Depuis des milliers d'années, l'humain tente de représenter les extraterrestres qui seraient venus du ciel. Plusieurs des créatures reproduites partagent certaines caractéristiques avec le genre humain. Elles ont souvent deux bras, deux jambes, des doigts et une tête, tout comme nous. Cette forme corporelle est ce qu'on appelle la symétrie bilatérale. La symétrie bilatérale est présente lorsque quelque chose peut être séparée en deux en plein milieu et avoir deux parties qui sont des réflexions identiques l'une de l'autre. Si on plie une forme symétrique en deux, tout s'alignera. La symétrie bilatérale est apparue relativement tôt dans l'évolution animale, c'est à dire il y a plusieurs millions d'années. La symétrie bilatérale nous rend plus aérodynamiques et a causé notre céphalisation. C'est à dire que c'est notre tête qui commande. C'est le cas chez les vertébrés. La bouche était sur le bout du corps et cette partie s'est développée progressivement. Ça a grandement contribué à l'évolution.


C'est quand on analyse cette organisation du corps qu'on se rend compte qu'elle a plusieurs avantages. Avoir deux jambes et deux bras permet de développer une bonne mobilité, un bon équilibre et une certaine vitesse. Avoir un œil de chaque côté de la tête améliore la vision. Les animaux qui sont considérés comme des proies peuvent utiliser chaque œil de manière indépendante, ce qui leur procure un plus grand champ de vision. Et ceux qui chassent ont les yeux situés à l'avant de la tête afin de leur donner une meilleure perception de la profondeur pour mieux bondir sur leurs proies.

Le génome humain

Fécondation
S'il est véridique que les extraterrestres ont les mêmes caractéristiques physique que les humains, y aurait-il une similarité génétique ? Serions-nous parents ? En 2003, le gouvernement américain annonce que le projet « génome humain » a identifié la totalité des gènes du corps humain. Pour la première fois de l'histoire les scientifiques ont une carte pour comprendre notre constitution. Le génome humain est transmis des parents aux enfants. Chaque génome est unique et est un mélange du génome du père et de la mère. Il comprend trois milliards de paires de base. En les découvrant tout le monde a sus que ça serait très utile pour l'étude de l'hérédité et diverses recherches dans le domaine de la médecine.

En 2006, les chercheurs en génétique de l'université de Californie à Santa Cruz découvrent une partie du génome qu'ils nomment HAR-1. Ce gène ne serait présent que chez l'humain. Les chercheurs croient qu'il aurait joué un rôle important dans le développement avancé du cerveau humain et qu'il serait ce qui nous différencie des animaux. Mais d'où vient-il ? Ce gène se serait-il formé naturellement au cours de l'évolution ou est-il venu d'une autre planète ? Francis Crick, l'un des scientifiques qui ont découvert la structure de l'ADN, croyait que les gènes humains n'ont pas évolué par hasard. Selon Crick, les 600 millions d'années qui se sont écoulées entre la formation de la planète et le jour où elle a pu accueillir la vie n'était pas suffisante à une telle évolution de l'ADN. C'est une molécule bien trop complexe. Il a déjà dit qu'il serait plus réaliste de croire qu'il est possible qu'un avion de ligne entièrement fonctionnel soit assemblé par un ouragan qui traverse un parc à ferraille que d'assembler la structure de l'ADN par chance dans une espèce de soupe biologique de 600 millions d'années. C'est impossible. Si cette molécule n'a pas évoluée par accident, comment a-t-elle été créée ? A-t-elle été apportée délibérément ?

La question ne devrait pas être : « est-ce que les extraterrestres nous ressemblent ? » ni « à quoi ressemblent les extraterrestres ? » mais bien « est-ce que l'on ressemble aux extraterrestres ? ». Selon la théorie des anciens astronautes les extraterrestres seraient venus sur terre il y a très longtemps et grâce à une manipulation ciblée de nos gènes nous serions « devenus » humains.
 

L'ADN muet

Il est possible que notre ADN contienne l'information qui nous permettrait de savoir s'il a été manipulé ou non. L'ADN a été décodé en entier ou presque mais on ne comprend que 5% des informations qu'il contient. Les généticiens ont déterminé que seulement 5% de notre ADN seraient nécessaire au clonage humain et que 95% de notre matériel génétique ne serait rien de plus que ce qu'on appelle de l' « ADN muet ». Alors pourquoi est-ce que c'est là ? Il y a probablement certaines partie de notre ADN qui sont actuellement inutilisées mais qui avaient des fonctions précises dans le passé, un peu comme notre appendice.

Double hélice d'ADN

Est-ce que cet ADN muet serait la clé de l'évolution des humains ? Certaines personnes prétendent que le décryptage complet de notre ADN nous permettrait de faire des découvertes surprenantes sur notre origine. Ces découvertes prouveraient-elles que des extraterrestres ont joué un rôle dans notre évolution plusieurs milliers d'années plus tôt ?

Hypothétiquement, si on voulait enregistrer un message interne qui pourrait être décodé par une forme d'intelligence assez évoluée pour le lire, on ne l'écrirait pas sur un monument ou dans un grand texte qui pourrait être perdu ; on l'implanterait dans l'ADN de la créature à laquelle il est destiné. Il a récemment été prouvé que l'ADN est un support d'enregistrement aux pouvoirs presque illimités. Techniquement il serait possible d'y enregistrer toutes les connaissances d'une civilisation. Il suffirait seulement de trouver un moyen d'avoir accès à ces informations.

L'auteur Erich Von Däniken croit que l'humanité entière a quelque chose dans ses gènes, une espèce de message codé qui prouverait que les extraterrestres sont venus ici il y a des milliers d'années. Mais une question demeure : si les extraterrestres sont venus sur terre il y a des dizaines de milliers d'années, comment ont-ils fait le voyage ? Quand on cherche dans le passé pour trouver des réponses, cherche-t-on au mauvais endroit ? Ne devrait-on pas regarder vers l'avant, vers notre futur ?



Sources : D'après la transcription en français de la série Alien Theory avec les interviews de Michael Dennin, Francisco Ayala, Russel H. Tuttle, Graham Hancock, Peter Fiebag, Erich Von Däniken et Giorgio A. Tsoukalos.

Un dispositif de stockage d'information

L'ingénieur en biologie Sriram Kosuri effectue des recherches de pointe suggérant que les extraterrestres pourraient nous envoyer des messages biologiques stockés sur des molécules d’ADN.

Donc, si vous vouliez envoyer un tas de messages dans l'espace vers d'autres planètes, l'ADN serait en fait un moyen très utile de le faire. Le stockage de l'ADN peut être considérablement dense. En théorie, vous pouvez donc stocker 100 milliards de DVD dans environ un gramme d'ADN. Comportant sa carte génétique à l'intérieur de chaque organisme vivant, l'ADN est le disque dur haute capacité de la nature. Kosuri pense que c'est parfait pour les voyages interstellaires.

Le plus intéressant est que, si vous envoyez des informations sur de longues distances à de nombreux endroits, il vous faut moins d’énergie pour envoyer quelque chose de moins massif.

L'ADN, en tant que produit chimique, a une très longue durée de vie, il est donc connu pour durer de manière très stable sur des milliers d'années, en particulier dans les environnements secs comme dans l'espace.

Le concept d'un message dans une bouteille à la mer

Mais comment l'ADN serait-il envoyé dans l'espace vers la Terre ? L'astrophysicien Paul Davies pense que les extraterrestres avancés pourraient utiliser un engin spatial microscopique fabriqué à partir de matière organique déjà présente.

On pense que le concept d'un message dans une bouteille est très familier aux gens. Vous écrivez un message sur un morceau de papier, vous le collez dans une bouteille, vous la fermez hermétiquement avec un bouchon et vous la jetez à la mer. Vous ne vous attendez normalement pas à recevoir une réponse. C'est là pour la postérité. Peut-être qu'un jour, quelqu'un le découvrira.

Donc, nous devrions chercher des messages extraterrestres dans une bouteille. Mais comment ces messages seraient-ils gravés et quelle serait la bouteille ? En supposant que les extraterrestres aient décidé de créer de petites nanomachines ou même d'adopter les machines existantes de la nature, à savoir les cellules vivantes, et d'y télécharger des informations.

Des messages peuvent être gravés dans la structure d'acides nucléiques tels que l'ADN, et le flacon lui-même pourrait être l'enveloppe d'un virus ou une cellule vivante. On ne pense pas qu'il soit plus fou de découvrir un message dans le génome d'une bactérie que de découvrir un message dans les ondes radio venant du ciel.

Du surf dans les profondeurs des ondes radio au tamisage de la galaxie à la recherche d'extraterrestres, les chasseurs d'extraterrestres sont préparés pour les messages de la vie là-bas. Mais est-ce suffisant pour garantir le premier contact ? Nous sommes en train d’apprendre comment nous pourrions communiquer avec d’autres civilisations, et il se peut que nos idées soient complètement fausses.


Lire la suite ...   
Retour à la catégorie : Mystérieux



Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le . Il est à jour.