Les prêtres et les prêtresses vaudou

Image de Les prêtres et les prêtresses vaudou
Le sacerdoce du vaudou contient à la fois des hommes (houngan) et des femmes (mambo). Leurs fonctions sont :
la guérison.
effectuer des cérémonies religieuses pour appeler ou pacifier les esprits.
organiser des initiations pour de nouveaux prêtres (service kanzo et prendre l'ason).
prédire l'avenir et interpréter les rêves.

lancer des sorts et créer des protections.
créer des potions à des fins diverses (des sorts d'amour aux sorts de mort).

Pour n'importe laquelle de leurs actions ils peuvent recevoir des dédommagements, mais pas trop. Cela diffère d'un houngan et d'un mambo à l'autre. (Notez que c’est similaire aux frais payés aux rabbins, aux mollahs, aux prêtres et aux brahmanes.)

Absence de hiérarchie

Il y a peu de contrôle hiérarchique et chaque houngan, mambo et bokor (pratiquants de magie noire et de sorcellerie) opère dans une indépendance relative. L'unité surprenante qui marque le vaudou est causée par la manière dont il s'est développé et non par le contrôle hiérarchique. Il n'y a pas de hauts fonctionnaires et pas d'organe directeur central.

Les services religieux

Une autre caractéristique centrale du vaudou est le « service », les rites religieux de la religion. Ceux-ci se tiennent généralement à l'extérieur, sous un toit de fortune et autour du « poto mitan », le pôle central. Un houngan ou un mambo les dirige presque toujours.

Les tambours sont largement utilisés pour fournir de la musique et la danse est absolument essentielle à l'ensemble du service. Le tanbu (tambour africain) est la réalité centrale du service religieux. Il y a généralement trois batteurs battant trois tambours de tailles différentes, le papa, le manma et le petit. De plus, il y a le plus grand et plus rare tambour de 5 ou 6 pieds de haut qui est joué à partir d'une plate-forme.


Lire la suite ...