Les lois religieuses

Diseuse de bonne aventure
En vertu de la loi islamique, il est illégal de pratiquer la sorcellerie au Maroc et les shawafas peuvent être lourdement condamnés par le gouvernement pour acte de sorcellerie. Pourtant, les shawafas sont omniprésents dans la société marocaine. De nombreux Marocains leur rendent visite en secret pour résoudre des problèmes personnels. C'est parce que certains Marocains ne sont que musulmans par culture et ne respectent pas les lois religieuses.


« Un grand pourcentage de la communauté est analphabète, donc ils ne savent pas ce que l'Islam dit de la sorcellerie », a déclaré le professeur Chaabani.

L'anaphabétisation au Maroc

En fait, 32,9% des Marocains sont analphabètes et, par conséquent, la religion est enseignée par le bouche à oreille dans certaines communautés.

Malgré l'illégalité de son métier, une shawafa âgée de 22 ans, nommée Miriam, a déclaré qu'elle n’avait pas de problèmes de la part de la police et qu'elle aidait même parfois les agents avec leurs problèmes personnels. Cependant, les clients masculins des Shawafas sont moins fréquents et viennent souvent demander leur aide pour des questions comme l'emploi et la richesse et pas pour l’amour.

Le matériel des shawafas

Miriam n'a d'autre choix que de poursuivre son métier, car elle croit que quelqu'un lui a lancé un sortilège quand elle avait neuf ans. Depuis, les Djinns l'ont possédé et l'ont forcé à devenir une shawafa pratiquante.

Fatima conserve son matériel de sorcellerie dans ses armoires. Le placard de Miriam contient différentes pierres, grains, bijoux et instruments qu'elle utilise pour aider les gens. Sur les marchés, les shawafas achètent leurs produits, y compris la peau d'animal.
 

Lire la suite ...