Les cas impossibles à traiter par la ruqya

Image de Les cas impossibles à traiter par la ruqya
Les cas impossibles sont ceux où le patient a subi des changements irréversibles, physiques ou mentaux. Lorsqu'une personne devient physiquement handicapée ou retardée mentalement à cause de la sorcellerie subie tôt dans son enfance ou même dans l'utérus de sa mère, même si elle enlève la sorcellerie, l'effet que le patient a subi est irréversible. On peut encore s'attendre à une légère amélioration et à quelques soulagements du malade, et limiter la détérioration de son état, mais il n'y aura jamais de guérison totale. Il ne faut donc pas donner de faux espoirs à la famille et bien expliquez les limites de la ruqya.


Les possessions des jeunes enfants

Quand un enfant s'est trouvé possédé par un djinn dès son plus jeune âge, le problème est qu'il n'a jamais eu de personnalité et n'a jamais eu la possession de son propre corps. Si on enlève la sorcellerie ça n'aura presque aucun effet car il est impossible d'enlever le djinn. Si on enlevait le djinn il ne resterait qu'un corps sans maître car c'était le djinn qui était maître du corps. On parle ici de quelqu'un totalement possédé depuis son plus jeune âge, qui n'a jamais fréquenté l'école, qui ne se comporte pas comme un enfant normal mais plutôt comme un animal vivant. L'être humain en lui ne s'est jamais exprimé.

Ceux qui n'y croient pas

Un autre cas que la ruqya ne peut résoudre est quand la personne ne s'en soucie pas parce qu'elle ne croit pas en ces choses. En effet, les traitements ne peuvent être donnés sans la participation active du patient. Pour ceux qui ne veulent pas guérir, vous pouvez toujours leur faire boire de l'eau contenant discrètement le Coran. Ça peut atténuer l'effet de la sorcellerie mais pas les guérir. Il est également bon de lire le Coran pendant la préparation du repas de famille, cela fera du bien aux malades et ne nuira pas aux autres (vous pouvez faire tout ce que vous voulez et toutes sortes de nourriture que vous voulez, sauf du porc).

D'après Bismillah Arrahmani Arrahim et différentes sources




Revenir au début ...