Qu'apprend-on de nouveau ?

Image de Qu'apprend-on de nouveau ?
Les nouvelles données les plus importantes découvertes au travers de ces sept cartons de documents sont, d'une part, les noms des chercheurs et des institutions qui ont participé au projet MKULTRA et, deuxièmement, d'une contribution éventuellement inappropriée de la CIA à une institution privée. Nous sommes maintenant en possession des noms de 185 chercheurs et assistants non gouvernementaux qui sont identifiés dans le matériel récupéré traitant des 149 sous-projets. Les noms des 80 établissements où le travail a été fait ou avec lesquels ces personnes ont été affiliées sont également mentionnés.


De nouveaux noms sont dévoilés

Les institutions comprennent 44 collèges ou universités, 15 fondations de recherche ou des sociétés chimiques ou pharmaceutiques et autres, 12 hôpitaux ou cliniques (en plus de celles associées aux universités) et 3 établissements pénitentiaires. Alors que l'identité de certaines de ces personnes et institutions était connue auparavant, la découverte des nouvelles identités ajoute à notre connaissance de MKULTRA.

Subvention occulte d'un institut médical privé

On apprend aussi qu'un projet a subventionné à hauteur de 375 000 $ un fonds de construction d'un établissement médical privé. Le fait qu'une contribution ait été faite était déjà connu car c'était mentionné dans un rapport de l'Inspecteur général de 1957 sur la Division du service technique de la CIA. Les nouveaux documents précisent que cette contribution a été faite par un intermédiaire, ce qui l'a fait apparaître comme un don privé. Ce don privé a été compensé par des fonds fédéraux. L'institution n'a pas été informée de la véritable source du don. Ce projet a été approuvé par la DCI de l'époque et a été approuvé par la haute direction de la CIA de l'époque, y compris le Conseiller général qui a rédigé un avis favorable à la légalité de la contribution.


Lire la suite ...