Le Groupe Bilderberg

Hotel Bilderberg 1954
Hôtel Bilderberg en 1954
En 1954, les hommes les plus puissants du monde se sont réunis pour la première fois, sous les auspices de la couronne néerlandaise et de la famille Rockefeller, dans le luxueux Hôtel Bilderberg de la ville d'Oosterbeek. Pendant un week-end ils ont discuté de l'avenir du monde. A la fin, ils ont décidé de se réunir à nouveau une fois par an pour échanger des idées et analyser les affaires internationales. Ils se sont appelés « Le Groupe Bilderberg » en référence au lieu de leur première réunion secrète.

Depuis 1954 le Groupe Bilderberg s'est réuni chaque année dans un hôtel de luxe dans diverses parties du monde pour décider de l'avenir de l'humanité. Parmi les membres de ce club très fermé on peut citer Bill Clinton, Paul Wolfowitz, Henry Kissinger, David Rockefeller, Zbigniew Brzezinski, Tony Blair, le français Paul Hermelin (PDG de Cap Gemini) et bien d'autres chefs de gouvernement, des hommes d'affaires, des politiciens, des banquiers et des journalistes du monde entier. La liste des membres du « Club Bilderberg » est très longue.

 

Soixante ans de réunions secrètes

Groupe Bilderberg
En plus de soixante ans de leurs conférences, la presse n'a jamais été invitée à y assister, aucun compte-rendu n'a jamais filtré et aucun agenda n'a jamais été rendu public. Les dirigeants du « Club Bilderberg » affirment que cette discrétion est nécessaire pour permettre à ceux qui participent aux débats de parler librement. Sinon, disent-ils :
les membres du Bilderberg seraient obligés de parler dans le langage d'un communiqué de presse.
 

Cette option permet sans doute au « Groupe Bilderberg » de délibérer plus librement, mais cela ne répond pas à la question fondamentale de ce que se disent dans ces conférences les personnes les plus puissantes dans le monde.

Tout système démocratique moderne protège le droit à la vie privée. Mais le public n'a-t-il pas le droit de savoir de quoi parlent leurs dirigeants politiques quand ils rencontrent les plus riches des chefs d'entreprise de leurs nations respectives ? Quelles sont les garanties pour les citoyens que les réunions du Groupe soient seulement un colloque qui concerne le commerce et n'exerce aucune pression ? Il est interdit de savoir de quoi parlent leurs représentants à ces réunions secrètes.
 

Les médias sont interdits

Le Forum économique mondial de Davos et les réunions du G8 font les sujets de discussion dans tous les journaux, avec de nombreuses incrustations en première page et la présence de milliers de journalistes, alors qu'il n'y a pas de couverture presse pour les réunions du « Groupe de Bilderberg ». Cette interdiction existe en dépit du fait que chaque année cette réunion se déroule en présence de présidents du Fonds monétaire international, de la Banque mondiale et de la Réserve fédérale, des présidents des 100 sociétés les plus puissantes dans le monde comme Daimler Chrysler, Coca Cola, British Petroleum (BP), Chase Manhattan Bank, American Express, Goldman Sachs et Microsoft, de vice-présidents des États-Unis, d'administrateurs de la CIA et du FBI, du Secrétaire général de l'OTAN, de sénateurs américains et des membres du Congrès, de premiers ministres Européens, de leaders des partis d'opposition et des éditeurs des principaux journaux du monde.

Il est certainement curieux qu'aucun des medias d'information les plus importants estime digne d'intérêt une réunion de ces personnages, dont la richesse dépasse de loin la richesse totale de tous les citoyens des États-Unis. Mais un journaliste à fait le voyage à l'une de ces rencontres Bilderberg, il y a vingt ans. C'était un voyage d'enquête. C'est devenu le travail de sa vie. Il a lentement décrypté, une par une, les couches de secret entourant la fondation Bilderberg. Il ne pouvait pas le faire sans l'aide de personnes de l'intérieur. De cette enquête a résulté un livre qui tente de révéler ce qui a été dit derrière les portes closes des hôtels de luxe, dans lesquels les membres du Bilderberg tiennent leurs réunions annuelles. Le journaliste s'appelle Daniel Estulin et son livre est « La véritable histoire du Groupe Bilderberg » paru en 2005.

Le Groupe Bilderberg c'est quoi ?

Bilderberg
Avant d'entrer dans le royaume de ce club exclusif, il est important de préciser que ni le peuple, ni les organisations ne sont absolument « mauvais », tout comme personne n'est absolument « bon ». Dans le monde il y a des puissants, mus par des idéaux élevés, des principes et des croyances, et ceux qui sont fourbes et manipulateurs et agissent secrètement. Les efforts déployés par les membres originaux du Club Bilderberg pour améliorer notre monde étaient basés sur l'autocratie qui est semblable au modèle paternaliste du christianisme traditionnel de l'Eglise catholique romaine. Au départ, l'intention était noble. Malheureusement, il semble que le « Groupe Bilderberg », en grandissant, est allé au-delà de ses intentions idéalistes pour devenir un gouvernement de l'ombre mondial, qui décide dans le secret total, lors des réunions annuelles, comment il réalisera ses plans. Il représente une menace, en se dérobant à notre droit et notre justice, pour diriger nos destinées. Cela devient plus facile en raison du développement de la technologie des télécommunications, de l'impact instantané de l'Internet et de nouvelles méthodes d'ingénierie comportementale pour manipuler le comportement individuel. Ils peuvent transformer ce qui, dans d'autres périodes historiques étaient seulement de mauvaises intentions, en une réalité inconfortable.
 

Un asservissement total du peuple

Chaque nouvelle mesure, prise isolément, peut sembler seulement superficielle. Mais les changements complexes doivent tenir compte de l'ensemble, dans le cadre d'un développement continu, et constituent un mouvement vers un asservissement total. Le moment est venu de regarder dans les coulisses. Nous sommes à la croisée des chemins et les routes que l'on va prendre vont déterminer l'avenir même de l'humanité. Nous devons être conscients des objectifs réels et des actions du « Groupe Bilderberg », et d'autres groupes similaires, si nous voulons préserver la liberté pour laquelle nos grands-pères ont combattu dans la Seconde Guerre mondiale. Il ne revient pas à Dieu de nous libérer du « nouvel âge des ténèbres » prévu pour nous. C'est à nous de le faire ! Cela dépend des actions que nous allons faire maintenant. Si nous ne connaissons pas le contexte en profondeur, nous ne pourrons jamais trouver les bonnes réponses. La véritable histoire du « Groupe Bilderberg » vise précisément à nous les fournir.

La fondation du Bilderberg

Imaginez un club privé – composé de présidents, de premiers ministres, de banquiers internationaux et de leurs différents collaborateurs – dans lequel tous ces gens discutent des guerres, des marchés économiques et des destinées de l'Europe, se disant en privé ce qu'ils n'oseraient jamais affirmer en public. C'est le « Groupe Bilderberg » et il s'agit de l'organisation la plus secrète du monde. La raison pour laquelle personne ne veut trahir le serment de secret du groupe a été révélé au monde par le journaliste français Thierry de Segonzac. Le secret de Bilderberg a attiré l'attention des écrivains Robert Ludlum et Gayle Lynds. Leurs livres sont basés sur quelques faits mais sont des romans. Ces romans montrent que tout changement de régime politique – dicté par toute nécessité qui soit, pour s'opposer à la réforme sociale ou soutenir les grandes entreprises – se fait partout dans le monde, lorsque ce groupe d'élite décide qu'ils veulent occuper des postes de pouvoir et mieux gérer leurs intérêts.

Le prince des Pays-Bas, Bernhard, a affirmé que plusieurs crises économiques auraient pu être évitées si les dirigeants les plus influents avaient été en mesure de gérer les événements mondiaux en privé. Pour cette raison, en 1954, il a proposé d'organiser des réunions où se rencontreraient les plus grands esprits représentatifs de l'économique, de la politique, de l'industrie et des armées. La première réunion a eu lieu à l'Hôtel Bilderberg à Oosterbeek, Pays-Bas, entre le 29 et le 31 mai de cette même année. A la fin de cette réunion, les participants ont décidé de donner vie à une société secrète qu'ils appelèrent « Groupe Bilderberg » en souvenir de l'hôtel où ils se sont réunis pour la première fois, du moins c'est ce que tout le monde pense.

L'écrivain Gyeorgos C. Hatton a cependant découvert que le prince Bernhard, né en Allemagne au début des années 30, était un ancien officier SS. Inspiré par son expérience du nazisme il aurait encouragé les autres membres à choisir le nom de « Groupe Bilderberg » en hommage à l'initiative de mettre en place le Bilder, le « Cercle des amis », d'Heinrich Himmler.

Créer une communauté entre l'Europe et les Etats-Unis pour gouverner le monde

Au cours de la première réunion, les membres fondateurs fixèrent leur mission et leurs objectifs. La première intention est de créer une communauté d'intention entre l'Europe et les Etats-Unis pour conclure des accords stratégiques, politiques et économiques en vue de gouverner le monde ensemble. L'OTAN était l'outil idéal pour agir ou réagir, car il leur a permis de mener à bien leurs plans de « guerre permanente » et leur « politique de chantage ».

Charles de Gaulle est un obstacle. Dans sa chronique "Les documents, Politiques, diplomatique et financiers" d'Octobre 1967, le journaliste politologue Roger Mennevée a analysé les relations entre les membres du Bilderberg et de Gaulle. Il commence l'article avec une révélation surprenante, en disant que :

toutes les personnalités françaises qui faisaient partie du « Groupe Bilderberg », comme Georges Pompidou, Antoine Pinay et Guy Mollet, étaient des opposants à la politique nucléaire de Charles de Gaulle, connu sous le nom de « force de frappe ».

 
Pompidou était le premier ministre, tandis que Pinay et Mollet étaient des ministres du gouvernement français. Pourquoi cette alliance ? Parce que l'un des principaux objectifs du Groupe était de soumettre la souveraineté des nations de l'Europe « libre » au contrôle anglo-américain, visant à projeter le Bilderberg de « gouverner un seul monde » par le biais de la menace nucléaire. Pour contrôler l'Europe, il est essentiel d'éliminer la capacité nucléaire de la France, ce qui représente un moyen de dissuasion indispensable contre la menace soviétique.

Le biographe du général de Gaulle, Jean Lacouture, a écrit que « de Gaulle a voulu établir une position solide en Europe, capable de s'opposer au projet britannique de créer une zone de libre-échange, visant à créer un « nouvel ordre mondial impérial ». Ce fut la raison pour laquelle la France est devenue l'un des trois piliers du « monde libre ».

Si nous analysons les points du plan Bilderberg en 1954, il apparaît clairement l'intention d'harmoniser les idéologies des élites européennes et américaines dans le but de dominer le monde ensemble.

Bilderberg aujourd'hui

A partir de 1954, l'association Bilderberg a représenté l'élite politique et économique des pays occidentaux : spéculateurs financiers, chefs d'entreprises, industriels, présidents, premiers ministres, ministres de l'économie, secrétaires d'Etat, représentants de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, PDG des grandes entreprises technologiques et chefs militaires.

En Septembre 2005, dans un mouvement visant à prévenir les accusations de complot à l'encontre du « Groupe Bilderberg », son Président, le vicomte Etienne Davignon, a donné une interview au journaliste de la BBC Bill Hayton. Dans ce document, a donné une apparente bienveillance aux fins des réunions privées du Groupe :
Je pense qu'il est tout simplement des personnes influentes, qui veulent communiquer entre elles librement, examiner les divergences d'opinion, sans aucune critiques ou des débats publics sur leurs idées.
 

Davignon a nié que le Bilderberg souhaitait mettre en place un groupe qui dictent les règles de la gouvernance mondiale. Il a fait valoir au contraire qu'  il existe une entreprise ayant une influence économique et une société ayant une influence politique : c'est une question de sens logique. Il est vrai qu'il y a des contrastes entre le monde des affaires et les droits des dirigeants politiques démocratiquement élus pour gouverner. Ils ont toujours combattu les guerres pour étendre leur territoire, mais maintenant, dans l'ère de la mondialisation, où les affaires et la politique sont dépendants les uns des autres, le contrôle de l'économie est essentielle.
 

Une forte suspicion

Au-delà des déclarations du président du groupe, il ne fait aucun doute que les cercles Bilderberg ont pour objectif d'exercer un contrôle économique sur le marché mondial. Les faits sont là pour le prouver : le public n'a pas le droit d'assister à ses conférences ; ses membres se réunissent en secret pour discuter de stratégies mondiales et d'accords sur une intervention à grande échelle.

Le secret est suspect. Ce groupe privé de leaders mondiaux et d'agences de renseignement travaillent ensemble pour essayer de subjuguer toutes les « nations libres » à leur volonté, à travers des structures internationales manipulées et le contrôle de l'Organisation des Nations Unies. Les membres du Bilderberg contrôlent les banques centrales, de sorte qu'ils sont en mesure de déterminer les taux d'intérêt, les niveaux d'émission de l'argent, le coût de l'argent et de l'or, et le montant des prêts accordés à un pays particulier. En manipulant les émissions d'argent et la gestion du réseau des affaires du monde, ils créent leurs propres revenus d'intérêts s'élevant à plusieurs milliards de dollars. Ils sont attirés seulement par la volonté du gain et le pouvoir.