Picatrix - LIVRE I

Dans la préface, après une brève autobiographie, l'auteur nous donne sa raison d'écrire ce livre. Il s'agit de faire la lumière sur la nature de la magie, un secret bien gardé par les anciens philosophes. Il ajoute un résumé du contenu de ses quatre livres. Ceci est remplacé, dans certains manuscrits, par une liste détaillée du contenu, organisé par chapitre, un genre de table des matières.

Chapitre 1 : Où il est question de l'importance de la philosophie,

d'une part pour la compréhension des choses divines, naturelles et morales, et d'autre part comme prémisse pour la magie. Dans la première section se trouvent les échos verbaux de classification d'al-Farabi des Sciences et les doctrines néo-platoniciennes de la pseudo-Empédocle. Le chapitre se termine par un excursus sur la définition de certains concepts logiques, suggéré par le mot conclusio.



Chapitre 2 : Où on a droit à une définition de la magie selon le Ihwân al-Safâ

et de celle des talismans selon Jabir ibn Hajjan. Le talisman est comparé à l'élixir des alchimistes. La magie est divisée en deux parties, théoriques et pratiques, la première étant limitée à la connaissance des cieux (avec la parenthèse que la parole est une sorte de magie) et la seconde consiste à faire usage des règnes de la nature, des animaux, des légumes et des minéraux. Ce principe de la discrimination réside pour l'agencement de l'ensemble des travaux. Le chapitre se termine par certaines questions astronomiques et astrologiques.


Chapitre 3 : Qui traite des raisons pour lesquelles les cieux sont de forme sphérique,

composés de différentes couches (plans), et compare la puissance des plans astraux avec celle des planètes. Certains passages sont liés au Kitâb al-Baht de Jabir qui contribuera plus tard au But du Sage.



Lire la suite ...   

Partager sur facebook