L'homme obeah : un sorcier guérisseur

Image de L'homme obeah : un sorcier guérisseur
À ce titre, comme guérisseur, les hommes et les femmes Obeah sont souvent appelés à fournir une protection contre un certain nombre d'esprits qui habitent le monde des vivants. Les objets fétiches, par exemple, sont des objets inanimés qui sont censés avoir des pouvoirs spéciaux et sont portés pour la protection ou sont destinés à être vénérés. Ils sont souvent faits de parties du corps humain ou des parties d'un corps animal, de morceaux de vêtements, de souillure et de saleté, les cheveux étant un matériau particulièrement puissant pour un objet fétiche.


Se protéger contre les duppies

]Les objets fétiches ainsi que d'autres matériaux de protection sont utilisés pour conjurer les duppies, ou les ombres des hommes et des femmes qui sont abandonnées. Les duppies ne sont pas l'âme d'une personne, qui passe dans l'au-delà, mais sont plutôt des ombres qui peuvent habiter des endroits spécifiques.

Afin de se protéger contre les duppies, l'homme Obeah prescrit de nombreux rituels afin que le duppy ne cause pas de mal. Par exemple, pour empêcher le retour d'un duppy, les pois rouges ou drageons de bananes sont plantés sur la tombe d'une personne décédée.

De même, le praticien en Obeah peut être appelé à protéger une personne contre la vieille Higue (Hige). Il s'agit d'une vieille femme qui suce le souffle des bébés, qui meurent par la suite. Les vieilles Higes pourrait être détruites si quelqu'un leur brûle ou endommage leur peau afin qu'elles ne puissent pas revenir. Comme l'affirment Moore et Johnson, l'homme Obeah protége les gens de la vieille Hige, qui est l'une des tragédies qui se produit dans la vie de tous les jours des hommes et des femmes des Caraïbes.

Les sage-femmes

En 1787 , une lettre adressée à un journal anglais parle de « femmes Obiu » interprétant les souhaits des morts à l'enterrement d'un esclave assassiné en Jamaïque : une note explique que le terme signifie « sage-femme ».

Des experts en poisons

Une source continue d'anxiété liée à l'Obeah était la croyance que les pratiquants étaient experts dans l'utilisation des poisons, comme mentionné par Matthew Lewis dans son « Journal d'un logeur des Indes Occidentales ». Une loi anti-Obeah est passé à la Barbade en 1818 spécifiant que la possession de « tout poison, ou toute substance nocive ou destructrice » était interdite. Un médecin qui a examiné la poitrine d'un homme Obeah arrêté en Jamaïque en 1866 a identifié sur lui l'arsenic blanc comme l'une des poudres qu'il contenait, mais n'a pas pu identifier les autres. Le correspondant anonyme a affirmé avoir signalé que la Jamaïque comprend une flore étendue qui comporte beaucoup de plantes au jus très toxiques, dont les hommes Obeah ont une parfaite connaissance.



Revenir au début ...