L'erreur de Sosigène

Image de L'erreur de Sosigène
Seize siècles plus tard, l’Église catholique romaine et l’Église protestante fêtent Noël le 25 décembre, tandis que le Noël orthodoxe est célébré le 7 janvier. Explication de ce décalage : les orthodoxes n'ont pas adopté le calendrier grégorien, en vigueur dans la majorité des pays depuis la fin du XVIe siècle, mais ont conservé celui de César, instauré en 45 avant notre ère.

L'astronome Sosigène d 'Alexandrie est chargé par Jules César de réformer le calendrier. Il devait déterminer pour le début de chaque saison les dates des solstices d'hiver et d'été. Avec les instruments de l'époque, la tâche était bien difficile. Son erreur pour le solstice d'hiver fut de deux jours. Nos calculs d'éphémérides montrent eu effet qu'en 45 avant notre ère, le solstice d'hiver est survenu le 23 décembre. Or, Sosigène le fixe au 25 décembre. Cette erreur est la cause d'une dérive séculaire du calendrier julien de l'ordre de 8 jours par millénaire, puisque l'année julienne comporte 365,25 jours alors que l'année tropique, déterminée par l'orbite de la Terre autour du Soleil, ne dure « que » 365,24219 jours. Pourtant, le calendrier julien sera conservé jusqu'à la fin du XVIe siècle. C'est le pape Grégoire XIII qui décidera d'une nouvelle réforme, le calendrier grégorien. Mais les églises orthodoxes russes et serbes ont conservé le calendrier julien, qui présente un décalage de 13 jours avec le calendrier grégorien. De ce fait, le 25 décembre du calendrier julien correspond au 7 janvier du calendrier grégorien. Mais la naissance du Christ est bien fêtée le 25 décembre, quel que soit le système calendaire en vigueur.


Le problème est qu’on voulait que ça tombe le jour du solstice d’hiver et ça aurait du être le 23 décembre si Sosigène n’avait pas fait une erreur de calcul.


Lire la suite ...