Une transformation dont on ne revient pas… ou si

Femme métamorphosée en cheval
Ce passage d’un règne de la nature à un autre est le plus souvent à sens unique. On ne voit guère apparaître le phénomène que l’on pourrait qualifier de métamorphose inverse, c’est à dire une seconde métamorphose qui permet le retour à la forme humaine.

La métamorphose cyclique (homme-animal-homme) est pourtant bien attestée dans la mythologie gréco-latine, avec la figure monstrueuse de versipelles, l’être qui, avec une nouvelle peau, endosse une autre nature. Cette légende nous rappelle celle du soucougnan volant de la Guadeloupe qui, quant à elle, prend pourtant ses racines en Afrique. Ce versipelles c’est d’abord un être à double nature, tour à tour homme et bête.


Déjà Hérodote rapporte la superstition selon laquelle les Neures, un peuple de la Thrace, « deviennent loups » quelques jours par an puis retrouvent leur forme humaine. Pline l’Ancien évoque des légendes grecques similaires, dont les héros se changent en loups avant de regagner leur nature première. Il existe toute une littérature sur la lycanthropie, basée sur des croyances ancestrales qui existaient déjà au temps de la Grèce Antique.

 

Lire la suite ...