La lycanthropie, folklore ou réalité ?

Loup hurlant à la lune
Hurlements du loup
Bien que de nombreuses créatures soient associées au terme de lycanthropie, la plus connue d'entre-elles est le loup-garou.

Le loup a hanté les forêts, les frayeurs et les rêves des hommes jusqu'à devenir une partie constitutive de son imaginaire. De nombreuses légendes entourent les lycanthropes mais d'où viennent-ils réellement et quel est leur rapport avec lune ? Cet article va essayer de répondre à ces questions, et à de nombreuses autres que vous vous posez, à travers l'étude de contes folkloriques et des événements documentés de diverses activités lycanthropiques déclarées aux autorités, et ce, de partout dans le monde.

Tout d'abord, oubliez tout ce que vous connaissez sur les lycanthropes. Les créatures dont il est question ici ne sont tirées d'aucun film, livre ou autre jeu. Ils sont basés sur le folklore et des histoires vraies. Ne sous-estimez pas ces créatures simplement parce qu'elles ne sont pas des fantômes ou des esprits surnaturels. Les lycanthropes sont réels. Ils peuvent être photographiés et ils ont un effet sur le monde réel. Ce ne sont pas les djinns des croyances musulmanes qui existent mais qui sont invisibles aux yeux des humains. Le loup-garou peut être touché et palpé ... avant qu'il ne vous mange.

 

Le loup-garou dans le folklore

Le folklore représente la communication entre le passé et le présent, non seulement à travers des histoires, mais aussi par des coutumes, de la musique et d'autres facettes de la vie quotidienne qui passent souvent inaperçues.

Par exemple, en Angleterre, quand quelqu'un éternue, quelqu'un se trouvant à proximité est obligé de lui dire « Que Dieu vous bénisse ». Il faut savoir que cette relique religieuse date au moins du XIVème siècle et est apparue alors que la mort noire, la peste, a balayé toute l'Europe. De même, le simple fait de dire « Bonjour » ou « Bonne nuit » sont des restes du passé. Où mieux chercher l'origine du lycanthrope que dans les couloirs sans âge de la vie de l'homme, en particulier dans ses peurs et ses croyances ?

Tout comme le folklore, les loups-garous et d'autres types de lycanthropes ont toujours existé aussi loin que remontent les méandres de l'histoire. Les Indiens Navajo ont craint ces créatures, qui ont ravagé leurs troupeaux, depuis les temps préhistoriques.

Vers 1000 ans avant J.-C., la croyance à la lycanthropie était très répandue. Beaucoup de tribus primitives et isolées croyaient que chaque individu possédait une forme animale en lui, pouvant surgir au moment de la mort ou par simple volonté. Beaucoup de noms de tribus indo-européennes, tels que les Lucaniens, les Hyrcaniens et les Lyciens, signifient en réalité «  hommes-loups » ou encore « peuple loup ».

Le folklore européen regorge de signalements de la transformation des hommes en loups. C'est souvent relaté dans la mythologie grecque. Même Saint Patrick d'Irlande aurait changé Veritus, le roi de Galles, en loup au Vème siècle. La croyance dans le loup-garou est devenue aussi commune que la croyance aux sorcières, et cet assentiment unanime a perduré pendant des siècles.

L'origine des loups garous

loup
À ce jour, l'origine du loup-garou reste incertaine. Est-ce le fruit de l'évolution ? Un mariage impie entre loup et humain ? Une malédiction ? Un rêve ? Ou encore une race qui a toujours été présente sur terre, vivant à nos côtés, depuis le début des temps ? La réponse peut ne jamais être trouvée, mais les théories sont nombreuses.

Le germe d'une théorie a pour fil conducteur les contes folkloriques oraux et magiques :

[Il y a toujours] ... un reflet d'un monde étrange. Il est régi par une croyance primitive dans le pan-animisme : tous les animaux, les forces naturelles et les objets dans l'univers sont humanisés.

Les gens sont attachés à de solides liens avec ces phénomènes, qui peuvent être considérés comme totémistes. Les hommes peuvent prendre les formes des animaux, des plantes ou des objets, qui peuvent posséder un pouvoir et une connaissance surnaturels.

 
(Linda Degh, "Folk Narrative, Folklore and Folklife, pp. 63-64.)


Cela suggère que le changement de forme est une partie normale de la relation entre l'homme primitif et ses divinités animales.
 

Une pathologie

Une autre théorie sur l'origine du loup-garou implique une pathologie. La nature de cette maladie a fait l'objet d'études scientifiques.

La pathologie connaît un état morbide connu sous le nom de lycorexie, qui implique une faim de loup et une fixation chez le malade comme quoi il serait un loup ou un autre animal. Il hurle ou émet d'autres sons similaires à ceux de l'animal qu'il pense être ; il convoite de la chair crue ; il imite les mouvements de l'animal. À des fins pratiques, il est l'animal.
 
(Paul Huson, The Coffee Table Book of Witchcraft and Demonology, p. 135.)


Bien sûr, ces deux idées offrent des théories sur le loup-garou comme étant une superstition, pas une réalité.

Une peur universelle pourrait-elle être tellement enracinée dans l'instinct primitif de l'homme que plus de 1000 cultures à travers le monde, séparées par les époques et les distances, ont évoqué le loup-garou ? Improbable.

Sous l'effet de la lumière lunaire

Loup-garou devant la lune
Une grande variété de cultures croient qu'il existe un lien entre les métamorphoses et le cycle de la lune. Cette association est constante.

En Sicile, tout le monde qui dormait en pleine lune le vendredi soir est devenu un loup. En France, au début des années 1800, les gens croyaient que chaque fois que la lune était pleine, certaines personnes devaient devenir des loups - surtout les fils de prêtres.
 
(Nancy Jardin, loups-garous, page 38)


Dans les cultures qui relient la lycanthropie à la sorcellerie, les pactes avec le diable et les démons de la nuit, il semble juste que la lumière de la lune entre en jeu. On peut aussi considérer le fait qu'on dise des loups qu'ils « hurlent à la lune », levant la tête vers le haut tout en émettant leurs cris monstrueux.

En mettant de côté l'effet lunaire, les cultures de l'hémisphère nord admettent généralement que le mois de février est le moment le plus propice pour les loups-garous, tandis que le mois d'août a cette réputation dans l'hémisphère sud. En Europe, plus d'attaques de loup-garou ont eu lieu en février que n'importe quel autre mois.
 

Récits d'attaques de loups-garous

Les loups-garous sont censés commencer leur comportement lycanthropique avec des attaques contre des bovins et des proies moins dangereuses, mais il existe de nombreuses histoires au sujet des hommes-loups prétendant que la faim les a amenés à tuer, à mutiler et même à consommer de la chair humaine. Certains disent que la créature n'est pas particulièrement attachée dans le choix de son prochain repas, qu'il dévore simplement tout ce qui se trouve sur son chemin. Peut-être que l'homme a été attaqué parce qu'il était au mauvais endroit au mauvais moment ou qu'il était trop curieux. Peut-être que la créature a été provoquée ou qu'elle a eut peur et elle a attaqué pour se défendre.

Dans presque tous les récits de lycanthropie, il est évident que les loups-garous sont beaucoup plus intelligents que les animaux dont ils assument les formes, ce qui fait d'eux des adversaires formidables. Aucune culture - y compris celles dans lesquelles les loups-garous étaient extrêmement puissants ou assimilés à des sorciers, des magiciens et des chamanes - n'a jamais supporté volontiers le loup-garou et ses proches cousins. La peur des lycanthropes a conduit à la haine et à la conviction que les loups-garous ressentaient de la haine en retour. Certains monstres des légendes ont attaqué l'homme cruellement, le chassant, jouant avec lui avant de le mettre à mort.

Un autre fil d'Ariane que l'on rencontre communément dans le folklore de diverses cultures se rapporte à la mort du lycanthrope. À la mort ou à l'infliction d'une blessure mortelle, le lycanthrope revient à la forme humaine et retient les blessures exactes qu'il a reçues pendant qu'il était métamorphosé en loup. C'est invariant de par le monde entier et c'est vrai pour presque toutes les espèces de lycanthropes.

Cependant, pour chaque parallèle concernant le folklore du lycanthrope, il existe au moins deux différences.

Les différences

La croyance dans les lycanthropes était répandue dans les temps anciens, mais dans les centaines de cultures différentes où ces lycanthropes pouvaient être trouvés, la forme était presque toujours celle du prédateur prédominant ou l'animal le plus rusé de la région spécifique.

Alors que la plupart des cultures ont partagé la conviction que le lycanthrope est un être humain sous une forme animale, on trouve dans quelques pays la croyance inverse. Les hommes-renards de la tradition chinoise, japonaise et esquimau sont généralement des renards femelles qui prennent une forme humaine. Certains japonais croient aussi aux hommes-blaireaux, des blaireaux mâles qui prennent une forme humaine. Bizarrement on en rencontre aussi beaucoup sur les forums de boursorama.

En Europe

Loup marchant sur l'eau
L'Allemagne a toujours été un foyer d'activité important pour les loups-garous, depuis les premiers temps jusqu'au XXème siècle. La majeure partie de l'activité du loup-garou a toujours eu lieu dans ou autour des montagnes Harz en Allemagne centrale.

En fait, l'Europe dans son ensemble a toujours été un terrain de reproduction majeur pour les loups-garous. En Belgique et aux Pays-Bas, les loups-garous ont limité leur activité au littoral sablonneux, tandis que vers le nord, toute la Scandinavie foisonnait de loups-garous et d'hommes-ours. En Espagne, comme en Allemagne, la plupart des activités dénombrées de loups-garous ont eu lieu à proximité des chaînes de montagnes, comme la Sierra de Guadarrama, les Pyrénées et les Monts Cantabriques. Cependant, l'Espagne a connu beaucoup moins d'activité de loups-garous que le reste de l'Europe.

La France, comme l'Allemagne, a connu sa juste part de loups-garous. En Normandie, on disait qu'il résidait un type de lycanthrope bénin. Connu sous le nom de lubins ou de lupins, ces douces créatures sont apparues comme des loups mais utilisaient un discours humain. Plutôt que d'attaquer les hommes, ils creusaient des tombes et se régalaient des gens récemment décédés ! Ces lubins sont une exception parmi les lycanthropes des légendes. Nulle part ailleurs il n'est question de loups-garous avec un comportement de goule.

Les loups-garous et les hommes-ours ont abondé en Russie et en Sibérie, encore une fois principalement à proximité des montagnes, en particulier l'Oural et le Caucase. Bien que l'Europe de l'Est ait eu des problèmes avec les lycanthropes, la zone la plus dangereuse d'Europe où il était possible de rencontrer des loups-garous était la Laponie. Cette région couvre les parties nord de la Suède et de la Finlande et le coin nord-ouest de l'Union soviétique. Ce danger ne résulte pas tant du nombre que de la férocité et de la cruauté. La Laponie a été le lieu où les attaques de loup-garou les plus sanglantes sont survenues, selon le folklore. Cela a été attribué à un groupe particulièrement maléfique de loups-garous, qui a frappé l'homme en prédilection à toute autre proie.

 

En Afrique

L'Afrique a une longue histoire connue pour être un repaire pour les lycanthropes, bien qu'une variété de créatures remplacent le loup-garou traditionnel. Dans le village de Kabutiloa, on dit que chaque natif a la capacité de devenir une hyène. Le Congo et le Kenya abritent une mystérieuse bande de léopard qui ont causé des ravages contre les indigènes et les envahisseurs. Les sorciers de Hammeg et les Fongs, en Egypte et au Soudan, sont connus pour leur capacité à se transformer en hyènes. Cependant, ces magiciens et ces démonistes les plus puissants sont laissés tranquilles en raison du fait que leurs pouvoirs lycanthropiques ne sont pas leurs seuls talents.

Bouda est une tribu africaine dont les membres auraient eu, selon certaines légendes, la capacité de changer de forme et de devenir des hyènes, selon le folklore. D'après celui-ci, le terme Bouda est devenu un mot pour désigner les hommes-hyènes.

Au Maroc, une sombre confrérie de fanatiques religieux connaît une vie monastique. Grâce à une frénésie rituelle, dont des étrangers ont été les témoins à plusieurs reprises, ces fanatiques deviennent des loups, des hyènes, des lions, des léopards et d'autres animaux. Sous forme animale, selon la légende, ils seraient imperméables à tout type de préjudice.

Sur le continent Américain et ailleurs

Werewolf
En Amérique du Sud, la forme prédominante de lycanthrope est l'homme-jaguar, alors qu'en Inde, c'est l'homme-tigre. Dans le centre de Java, les indigènes croient que la capacité de se transformer en un homme-tigre est héréditaire.

Les Indiens guatémaltèques croient que la vie de chaque personne est unie à celle d'un animal et qu'elle peut apparaître sous la forme de son propre animal.

L'un des ensembles de lycanthropes le plus diversifié et le plus complexe appartient aux Indiens d'Amérique du Nord, qui ont cru aux hommes-loups bien avant que la plupart des autres nations ne soient nées. Alors que le loup-garou a toujours été répandu dans cette région, les Indiens ont également cru à beaucoup d'autres types de lycanthropes. Les chamans indiens d'Amérique semblent avoir eu un accès magique aux totems de leurs tribus, y compris les corbeaux, les loups, les coyotes, les ours et les aigles. Bien que la plupart des lycanthropes du folklore amérindien soient en général assez bienveillants, il y eu aussi des histoires sur les bandes de lycanthropes en train d'attaquer des tribus indiennes.


 

Lire la suite ...   


Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 13 Août 2017.