Des messes noires célèbres

Les Templiers
Chevalier de l'Ordre des Templiers

Une forme célèbre de la messe noire est la messe dite de Saint Sécaire. Elle serait née au Moyen Age, en Gascogne. Son but était de maudire un ennemi jusqu'à la mort en l'affublant d'une malédiction de maladie lente, ce qui le faisait dépérir à petit feu.

D'autres versions connues de messes noires se retrouvent au 14ème siècle en France. Ce fut le moment où l'Eglise persécutait les hérétiques. Les Templiers, en particulier, ont été accusés d'organiser ces messes parmi d'autres rites blasphématoires dans lesquels ils dénonçaient le Christ, adoraient des idoles composées de têtes humaines en peluche, crachaient sur la croix et la trépignaient, adoraient le diable sous la forme d'un chat noir. En raison d'accusations de ce genre, l'ordre des Templiers a été dissout. Mais est-ce que toutes ces accusations étaient réellement vraie ? Nul ne le sait et ça reste encore un mystère pour beaucoup.


Au XVème siècle on relate l'arrestation d'un baron français, Gilles de Rais, qui a été accusé de s'adonner à des messes noires dans la cave de son château afin d'acquérir plus de richesse et de pouvoir. L'accusation a affirmé qu'il a enlevé, torturé et assassiné en sacrifice plus de 140 enfants. Il a été exécuté en 1440.

La popularité de la célébration de messes noires semblait se propager au cours des 15ème et 16ème siècles. En 1500, le chapitre de la cathédrale de Cambrai a tenu des messes noires pour protester contre leur évêque. Un prêtre à Orléans, Gentien le Clerc, jugé en 1614-1615, a avoué avoir effectué la « messe du diable » qui a été suivie par de la consommation d'alcool et une orgie sexuelle débridée. En 1647, les religieuses de Louviers ont affirmé qu'elles avaient été ensorcelée et possédée, et contrainte par les aumôniers à participer nues à des messes, souillant la croix et piétinant les hosties.
 

Lire la suite ...