La magie noire existe-t-elle ?

L'existence de la magie noire
Le sujet de la magie noire n'a pas encore été étudié correctement par les praticiens du spiritisme. Il y a des spiritualistes qui ne croient pas à la possibilité de sorts ou de travaux réalisés et ne reconnaissent pas la magie noire. Mais, une étude approfondie de la théorie de The Book of Spirits et de quelques citations de Kardec dans les magazines spiritualistes montrent que ces manœuvres médiumniques, dans le but de nuire au prochain, sont parfaitement possibles.

La magie noire, la macumba ou le sortilège est toujours un sujet qui suscite la curiosité. Mais, est-ce que cette macumba existe vraiment ? Ou la croyance en son existence serait-elle le produit de l'ignorance ou de la superstition ?

On peut parfaitement se poser les mêmes questions en Europe.

 

Les réponses ne sont pas toujours claires

Ces questions sont souvent posées par ceux qui participent aux travaux pratiques du Spiritisme, sans aucune réponse convaincante. Il y a des gens qui n'y croient pas. D'autres disent que la pratique du bien pourrait les libérer des méfaits du mal.

Voici un extrait de la question 549 de The Book of Spirits, afin de démontrer qu'il existe une définition évidente de ce qu'est la Macumba. Nous croyons qu'une telle question, si elle est examinée à la lumière de la raison et de l'expérimentation, peut être résolue logiquement.

Le raisonnement et l'expérience nous ont fourni des éléments sûrs pour affirmer que la magie noire est une sorte d'obsession sérieuse qui mérite l'attention de tout travailleur spirituel sincère.

Les pactes avec les esprits

Question 549. Y a-t-il quelque chose de vrai dans les alliances avec les esprits maléfiques ?

Réponse - Non, il n'y a pas d'alliances, mais la nature même du mal sympathise avec les esprits maléfiques. Par exemple, supposons que vous voulez tourmenter votre voisin et vous ne savez pas comment vous y prendre ; Les « flammes » sont des esprits inférieurs qui, comme vous, veulent seulement le mal ; Et pour vous aider, ils veulent aussi que vous les serviez avec vos mauvaises créations.

Mais il ne s'ensuit pas que votre voisin ne puisse se débarrasser d'eux, par une conjuration contraire ou par sa propre volonté. Celui qui désire faire de mauvaises actions, pour la simple raison qu'il veut appeler les esprits maléfiques à son aide, est obligé de les servir comme ils l'assistent, car ils ont aussi besoin de lui pour le mal qu'ils souhaitent faire. C'est ce qui constitue l'alliance. [Mais en réalité c'est un rapprochement un peu comme deux aimants s'attirent. Le mal attire les esprits du mal.]

L'évocation des esprits et le démantèlement

Dans le passage ci-dessus, l'Esprit de la Vérité démontre très clairement qu'il est possible pour la créature d'évoquer les esprits maléfiques pour l'aider à nuire à une autre personne. La réponse clarifie encore que cette action peut être effectuée par une séquence de procédures connues sous le nom de conjuration.

Cela va plus loin en disant que la personne frappée par le mal peut s'en débarrasser par une puissante volonté ou une conjuration contraire à celle utilisée. Une disjonction qui, dans les terreiros de l'Umbanda, s'appelle « démantèlement ».

En question 551, on demande à l'Esprit de la vérité, si l'on pourrait nuire à un autre, avec l'aide d'un Esprit maléfique qui lui est dévoué. La réponse du Consolateur est claire et sans équivoque : non, Dieu ne l'autorise pas. Apparemment, cela semble fermer la question. Cependant, en continuant l'étude, nous voyons que nous avons encore beaucoup à apprendre.

Rappelant les motifs sur lesquels reposent les arguments de Doctrine, nous rappelons la citation bien connue de Moïse, dans laquelle il interdit le contact avec les morts. Des voix sages ont affirmé que le législateur hébreu n'interdit que quelque chose qui pourrait arriver ; Ainsi, déposer en faveur de la communicabilité des esprits.

Les mots de la Consolatrice en relation avec la possibilité d'une personne qui utilise l'Esprit inférieur pour nuire à d'autres sont semblables. Dieu ne le permettrait pas. C'est quelque chose qui pourrait donc se produire, ce qui témoigne en soi de la possibilité de l'apparition du phénomène obsessionnel.

Des contradictions

Continuons : lorsque l'Esprit de Vérité répond que Dieu ne l'autorise pas, il semble contredire au moins deux autres questions. Pour la 549, il a déclaré que le sortilège est possible, et même montre comment la victime peut s'en débarrasser. Ici, en 551, il dit que Dieu ne l'autoriserait pas. Réfléchissez bien ; Si Dieu ne l'autorise pas, il n'y aura pas besoin, aucune raison pour Lui (L'Esprit de Vérité), d'expliquer là-bas les formes de délivrance du sort. Ce serait une perte de temps et l'esprit Consolateur n'a pas répondu à cela. Certes, il y a autre chose dans l'enseignement qui est passé inaperçu. Essayons de voir !

En examinant le texte des questions suivantes, nous trouverons la réponse aux questions. En question 557, la Vérité explique : « Dieu n'entend pas une malédiction injuste ». Cela signifie qu'il permet une malédiction équitable, c'est-à-dire lorsque l'individu, d'une manière ou d'une autre, mérite ce mal à juste raison. Donc s'il le permet c'est qu'il l'autorise.

À la fin du même texte, l'Esprit de vérité le rend encore plus clair : « La Providence et la justice divine ne font pas mal à quelqu'un qui a été maudit si la personne n'est pas mauvaise ». Et il élucide en outre : « ... la protection divine, ne couvre pas ceux qui ne le méritent pas ».

Examinons la question 557 dans son intégralité : la bénédiction et la malédiction attirent-elles le bien et le mal à ceux qui les ont jetés ?

Proférer une bénédiction ou lancer une malédiction attirent-ils le bien ou mal sur soi ?

Réponse : Dieu n'entend pas une malédiction injuste, et celui qui la prononce est coupable à ses yeux.

Puisque nous avons les tendances opposées du bien et du mal, dans ces cas, il peut y avoir une influence momentanée, même sur la matière ; Mais cette influence n'est jamais vérifiée sans la permission de Dieu, en ajoutant des preuves à celui qui en souffre. Pour le reste, les méchants sont maudis plus souvent et ils bénissent le bien. La bénédiction et la malédiction ne peuvent jamais détourner la Providence du chemin de la droiture : elle ne fait pas mal aux damnés s'il n'est pas méchant, et sa protection ne couvre pas ceux qui ne le méritent pas.

Il est entendu, par conséquent, que l'Esprit de Vérité n'est pas entré en contradiction, comme on pourrait l'imaginer d'abord. Le Livre des Esprits est ce qu'il faut étudier de plus près. Vous ne pouvez pas comprendre une question en l'analysant en dehors du contexte général dont elle fait partie.

La Macumba ou la conjuration est possible, oui. Dieu, cependant, ne permet pas à une telle malédiction de tomber sur quelqu'un qui ne le mérite pas. C'est la vérité !

Qu'est-ce que la Magie ?

Qu'est ce que la Magie ? Les spiritualistes savent que la magie, au sens littéral du mot, n'existe pas. [Mais peut-être se trompent-ils.] Selon Kardec, tous les phénomènes spirituels ont une explication logique. Encore, la Vérité nous amène à la lumière de la question 552 de The Book of Spirits. Cela nous fait comprendre que :

... certaines personnes ont une très grande puissance magnétique, qu'elles peuvent en abuser si leur propre Esprit est pervers. Dans ces cas, ils peuvent être appuyés par des esprits maléfiques.
 

Il montre également que ce n'est pas une magie surnaturelle, mais des effets dérivés des lois naturelles, mal observés et incompris.

En combinant le contenu de cette question avec la 549, nous avons la figure indéniable du sort et du sorcier.

Exerçons la raison : qu'est-ce qui est mauvais ? Nous savons que c'est une phase transitoire du bien ! Y a-t-il du bien et du mal ? Non, il n'y a que du bien ! Les esprits, lorsqu'ils sont dans leurs premiers stades de l'évolution, traversent le chemin de l'ignorance, répandant temporairement le mal. Il s'agit de proposer des idées. Quand, dans l'ignorance, l'Esprit fait le mal ; Quand, dans la compréhension, le bien. Les lois régissant les actions, tant dans un domaine que dans l'autre, sont les mêmes. C'est dire que, au moins théoriquement, tout ce qui peut être magnétiquement fait dans le domaine du bien, on peut aussi le faire dans le domaine du mal.

Dans un processus inverse à celui utilisé dans les centres spirologiques, les personnes souffrant d'une maladie mentale, pleines de mauvaises pensées, dotées d'une grande puissance magnétique, avec de mauvaises intentions, soutenues par des esprits maléfiques, peuvent jeter des charges d'énergie négatives contre ceux pour qui ils veulent nuire.

NDLR : Mais on pourrait tout aussi bien imaginer qu'une personne saine mentalement, très intelligente, pleine de mauvaises pensées et dotée d'une grande puissance magnétique ou de grandes connaissances apprises, avec de mauvaises intentions, puisse trouver appui en des esprits maléfiques invoqués et lancer des sortilèges d'énergie démoniaque contre ceux pour qui elle veut nuire. C'est le principe même du magicien noir.

Comment utiliser la médiumnité de manière bénéfique ?

La médiumnité est une faculté, un instrument qui peut être utilisé à tort ou à raison, tout comme tant d'autres, où les œuvres dépendent de la pensée du manipulateur. La nature du monde astral en est une. Ses lois sont uniques et servent à gouverner le mouvement des fluides et les vibrations positives et négatives. Entre les bons et les mauvais fluides, il n'y a qu'une seule différence : la nature des vibrations qui les imprègnent, modifiant l'agencement de leurs molécules primitives. L'utilisation d'une image grossière : c'est comme de l'eau propre et de l'eau sale. Tout ce que l'on peut faire avec l'une, on peut le faire avec l'autre.

Où donc se trouve l'empêchement ? Nous n'en voyons pas ; C'est presque similaire ! Le seul obstacle possible réside dans les aspects moraux qui régissent la vie, car ce sont eux qui déterminent l'affinité et le mérite - mentionnés précédemment - qui faciliteront ou entraveront la réception de vibrations et de fluides nuisibles.

Il est évident que, sous l'action de l'ignorance, le mouvement du mal est limité et contrôlé par le Bien, la seule réalité. Mais l'ignorance trouve un large accès en nous, en raison du retard évolutif dans lequel nous subsistons encore, par les dispositions karmiques elles-mêmes et par le comportement réel face au libre arbitre.

Nous pouvons définir la macumba, comme une forme d'obsession provoquée. Et, ce n'est pas une obsession très simple, ni facile à traiter comme vous pourriez le pensez habituellement. Dans certains de ces cas, les esprits peuvent être impliqués dans les enfers, intelligents et malveillants, avec qui il est difficile de traiter.

Dans les terreiros les plus développés de l'Umbanda, les travailleurs et les dirigeants ont une bonne compréhension dans ce domaine. Ils identifient ces obsessions avec compétence et peuvent guérissent les personnes définitivement du mal.

Question : Et les adeptes du spiritisme de Kardec, comment l'obtiennent-ils ? Doivent-ils devenir des umbandistes ? Doivent-ils utiliser les mêmes méthodes de culte pour réaliser le « non conventionnel » ? Non, ce n'est pas nécessaire. Les centres de spiritisme sérieux, dignes du nom de Kardec, peuvent identifier et traiter avec précision les « travaux inférieurs ». Dans leurs travaux, ils ont laissé toutes les façons de comprendre les phénomènes médiumniques et les soins que les patients devraient suivre en traitant les esprits, y compris les mauvais. Ils ont étudié ces situations en profondeur. Nous devons donc leur accorder une grande attention. [NDLR: Mais ça ressemble étrangement à ces Eglises de Kinshasa qui traitent les « enfants sorciers »]

Auteur : José Queid Tufaile Huaixan



Lire la suite ...   


Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 16 Mai 2018, il y a moins d'un an.